Bilan – octobre 2017

Cinéma

Les films de 2017

Ça (Andrés Muschietti, 2017) 3/4

Churchill (Jonathan Teplitzky, 2017) 1/4

The Meyerowitz Stories (New and selected) (Noah Baumbach, 2017) 1/4

Le Sens de la Fête (Eric Toledano, Olivier Nakache, 2017) 3/4

Primaire (Hélène Angel, 2017) 3/4

Coexister (Fabrice Eboué, 2017) 2/4

 

Rattrapages

Ça – « Il » est revenu (Tommy Lee Wallace, 1990) 2/4

Men & Chicken (Anders Thomas Jensen, 2015) 2/4

Aventure d’un soir (Max Nichols, 2014) 2/4

Le mariage de mon meilleur ami (P.J. Hogan, 1997) 2/4

Snowden (Oliver Stone, 2016) 3/4

Taking Off (Milos Forman, 1971) 3/4

Enemy (Denis Villeneuve, 2014) 3/4

Dans la peau d’une blonde (Blake Edwards, 1991) 3/4

Play (Ruben Östlund, 2011) 2/4

  

Télévision

Quadras (saison 1, 2017) 2/4

You’re the worst (saisons 1 et 2, 2014-2015) 4/4

 

Lectures

Autobiographie d’une courgette (Gilles Paris, 2002) 3/4

Brooklyn (Colm Tóibín, 2009) 3/4

The Girls (Emma Cline, 2016) 2/4

Une femme douce (Fiodor Dostoïevski, 1876) 2/4


Chroniques ailleurs : 

CineSeriesMag

La Mante

Churchill

Quadras

FuckingCinéphiles

Ca tourne à Manhattan


Movie Challenge 2017 

Les participants actuels : Beyond the LinesBoratGossip CocoLaurence et OlivierLaurentLilyMartin. N’hésitez pas nous rejoindre !

  1. Un film tiré d’une série/qui a inspiré une série
  2. Un premier film : Clerks de Kevin Smith (1994).
  3. Un film tourné dans un lieu où je suis allé(e) : Intimité de Patrice Chéreau (2001).
  4. Un film sorti l’année de mes dix ans
  5. Un film avec acteur/une actrice que je déteste : Enemy de Denis Villeneuve
  6. Un remake ou un film ayant été l’objet d’un remake : Les Proies de Don Siegel (1971)
  7. Un film qui se passe dans le milieu sportif
  8. Un film de procès : Le Verdict de Sidney Lumet (1982).
  9. Un film européen hors France : Alabama Monroe de Felix Van Groeningen (2012).
  10. Un film qui a reçu la Palme d’or
  11. Un documentaire : Pulp, a film about life, death and supermarkets de Florian Habicht (2014).
  12. Un film d’action/d’aventure : Deadpool de Tim Miller (2016).
  13. Un film qui a marqué mon enfance/mon adolescence
  14. Un film que j’aime bien secrètement : Marley & moi de David Frankel (2008).
  15. Un film français : Maman a tort de Marc Fitoussi (2016).
  16. Une suite de film : Bridget Jones’s Baby de Sharon Maguire (2016).
  17. Un film engagé : Hippocrate de Thomas Lilti (2014).
  18. Un film sorti cette année : Nocturnal Animals de Tom Ford (2017).
  19. Un film qui m’a fait pleurer : Premier Contact de Denis Villeneuve (2016).
  20. Un film qui m’a fait pleurer de rire
  21. Un film d’un réalisateur que j’adore
  22. Une comédie : S.O.S. Fantômes de Paul Feig (2016).
  23. Une comédie musicale : Ballroom Dancing de Baz Luhrmann (1992).
  24. Un film recommandé par quelqu’un : Watchmen de Zack Snyder (2009).
  25. Un film d’animation : Ma vie de Courgette de Claude Barras (2016).
  26. Un film que mon père adore
  27. Un film adapté d’un livre que j’ai lu : Fahrenheit 451 de François Truffaut (1966).
  28. Un film ayant obtenu un Oscar : Manchester by the Sea de Kenneth Lonergan (2016).
  29. Un film en noir et blanc : Elephant Man de David Lynch (1980).
  30. Un film réalisé par une femme : Mon Roi de Maïwenn (2015).
  31. Un film d’un réalisateur asiatique
  32. Un film d’horreur : Suspiria de Dario Argento (1977).
  33. Un film avec un mariage
  34. Un film LGBT : Mademoiselle de Park Chan-Wook.
  35. Un film avec un prénom dans le titre : Sils Maria d’Olivier Assayas (2014).
  36. Un film que je veux voir depuis des années sans en avoir l’occasion : The Secret Life of Words d’Isabel Coixet (2005).
  37. Un film qui se déroule avant le XXe siècle
  38. Un film policier/thriller : La Fille du train de Tate Taylor (2016).
  39. Un film feel-good : Célibataire, mode d’emploi de Christian Ditter (2016).
  40. Un film qui n’est pas sorti en salles en France : Hunt for the Wilderpeople de Taika Waititi (2016).
Publicités

Journal intime ouvert d’une petite cinéphile

→ Mon article ne porte pas entièrement sur le sexisme (même si j’y consacrerai une partie) mais après différentes concertations, je me joins aux articles « Sexisme, cinéma et blogosphère » de Suzy, Océane et Pauline dans lesquels je m’identifie sur de nombreux points. Voici notre introduction commune en guise de solidarité :

«Il y a eu quelques exceptions mais pour la plupart, j’ai été surprise par la représentation des personnages féminins dans ces films. J’espère qu’en incluant plus de femmes dans l’écriture, nous aurons plus de femmes comme celles que je rencontre dans ma vie quotidienne. Des femmes qui sont entreprenantes, qui ont du pouvoir, qui ne font pas que réagir aux hommes qui les entourent, qui ont leur propre point de vue» Jessica Chastain, Festival de Cannes 2017.

Alors que de plus en plus d’œuvres cinématographiques et, principalement, télévisuelles naissent entre les mains des femmes, un constat terrible et alarmant était rapidement fait par l’actrice américaine Jessica Chastain lors de la dernière conférence de presse du Festival de Cannes 2017.

Si l’actrice de Zero Dark Thirty, juriste lors de cette dernière édition, avait longuement insisté sur la représentation des personnages féminins à l’écran, il n’en ait pas moins qu’elle a su soulever un problème bien plus grand, bien plus étendu et qui peine à être résout : la place des femmes dans le domaine cinématographique.Si ça implique la maigre représentation des personnages féminins à l’écran, ça implique également toutes les coulisses du cinéma : l’écriture scénaristique, la production… et par extension, la critique journalistique. Tous les domaines du cinéma semble être profondément masculins.

Ici, il va être question de la dernière aborder, un simple point pour certains, un rôle majeur pour d’autres : la critique journalistique. C’est le rôle qu’on a choisi d’incarner dans le cinéma : Pauline, Océane, Suzy et moi. Mais comme l’a soulevé Jessica Chastain, la représentation des femmes est tout aussi catastrophique au sein de la critique. Un cercle vicieux qui ne semble pas vouloir changer.

Pire que ça, l’abondance de masculinité provoque des comportements machistes, sexistes et intolérables. Des réflexions déplacées au harcèlement, le sexisme ambiant a conquis un terrain qu’il est grand temps de reprendre de manière totalement égalitaire. Et comme pour tout, pour faire bouger les choses, il faut d’abord pointer du doigt les soucis qui empêchent l’évolution. C’est pour ça que nous avons décidé d’élever nos voix à travers nos expériences respectives au sein du journalisme spécialisé et de la blogosphère cinématographique.


Maintenant place à ce que j’ai à dire.

Je vous préviens, ça va être long, je vais parler de moi, de certains de mes complexes, de ma place dans la blogosphère cinéma, de mon sentiment de cinéphile en tant que jeune femme, de choix personnels et professionnels liés au cinéma. Bref, prends-toi du thé, un café ou même un verre de vin.

Depuis quelques mois, j’ai envie de vous confier certaines de mes pensées qui m’ont parfois pourri la vie. Je ne savais pas comment m’y prendre et surtout j’avais peur de passer pour une petite chieuse narcissique qui se plaignait pour rien. Le temps passe, certaines pensées s’accumulent avec le temps jusqu’à ce qu’on explose. On veut désamorcer ce quelque chose qui nous perturbe : il est temps de prendre des décisions dans sa vie pour avancer. Ce quelque chose n’a pas toujours de nom. Parce qu’il s’agit d’une succession de choses.

Sur Twitter, tout est parti d’une discussion autour du sexisme dans le milieu des blogs cinéma. Oui je l’évoquerais. A mon échelle. Mais ne vous attendez pas à des révélations de fou, à un tribune féministe ou quoi que ce soit ou vous allez être très déçus. C’est un problème parmi d’autres. Je parle finalement d’un tout aussi bien sociétal que strictement personnel. Je ne sais pas si des gens me comprendront ou se reconnaîtront dans ce que je vais écrire.  Je l’espère au fond de moi (en tout cas, je sais que les blogueuses que j’ai citées là-haut me comprennent et je les remercie très sincèrement). Mais si, ne serait-ce une seule personne, s’identifie à mon parcours, mes doutes et mes choix, ou juste comprend ma démarche, ça sera déjà de gagner.

Je vous parle donc ici à coeur ouvert d’une grande réflexion intérieure qui me pèse depuis des années. Je suis une cinéphile, pourtant je ne me suis jamais lancée dans le cinéma (terme évidemment très vague). Par exemple, je n’ai jamais fait d’études de cinéma. Cela fait aussi des années que je n’ai pas touché à ma caméra alors qu’adolescente, j’adorais expérimenter des choses, même si elles étaient mauvaises. Par exemple, je tentais d’écrire des scénarios après avoir dévoré des ouvrages du type Comment écrire un scénario ? Tout le monde sait ici que j’aime écrire. Je me suis aperçue très récemment que certains de mes brouillons étaient inconsciemment des esquisses de scénario. Comme quoi, c’est un projet qui ne parvient pas à me quitter même si je m’étais promis de ne plus y penser. Oui, carrément. Je l’ai même écrit noir sur blanc dans un de mes journaux intimes datant de 2015.

Je suis juste une petite blogueuse qui parle de films sur son petit blog personnel comme elle parlerait parfois à ses potes. J’ai récemment rejoint l’équipe de CineSeriesMag pour prouver aux autres et surtout à moi-même que j’avais d’autres ambitions (notamment professionnelles), que j’étais également capable de me remettre en question, de me mettre en danger, de recevoir des conseils, d’autres regards.

Vous allez me dire (et c’est peut-être la grande question qu’on pourra tirer de ce billet – si on doit en tirer quelque chose) : nos passions ne doivent pas obligatoirement devenir notre profession. Je me suis moi-même posée cette question. C’était même ma petite excuse pour ne pas voir la vérité, c’est-à-dire que j’étais assez frustrée. Frustration dont je suis en partie responsable. A l’heure actuelle, après moult décisions et rebondissements (même jusqu’en juillet dernier), je veux continuer à ce que le blogging prenne de la place de ma vie, une place encore plus grande. Participer à de plus gros projets, créer encore plus de liens avec des blogueurs.  J’assume de plus en plus cette passion alors qu’avant j’avais tendance à la cacher comme si c’était un crime. Et croyez-moi c’est pour moi déjà un grand pas. Et je sais que je suis capable d’en faire d’autres.

Ce billet a été inspiré à partir de deux réflexions lues et entendues qui ont fini par se rejoindre naturellement (oui, parce que j’ai commencé à écrire ce billet sans savoir que j’allais rejoindre les causes des blogueuses citées plus haut). La première est partie d’une question posée dans le cadre d’une réflexion profonde et psychanalytique sur ma petite personne : « Pourquoi les lettres modernes ? » en parlant de mes études. La deuxième fut donc la lecture d’un tweet de la part d’un de mes followers s’interrogeant sur le sexisme dans le monde des blogueurs cinéma. Je vous assure qu’en rejoignant les deux réflexions en moins de 24 heures, il y a eu un déclic en moi, un déclic que j’attendais depuis longtemps (et pourtant encore une fois il ne s’agit pas d’un billet féministe ou quoi que ce soit). Cela fait longtemps que j’ai des doutes, que je me pose des tas de questions, que je pète parfois mon câble (je suis méditerranéenne, on ne se refait pas) parce que je tente juste de savoir qui je suis et ce que je veux vraiment dans la vie. Je commence à y voir certaines réponses. Bref, ce billet va légèrement se transformer en 3615 ma vie.

Attirée par les lettres… grâce au cinéma

J’ai fait des études de lettres modernes comme certains le savent déjà. J’ai obtenu une licence de lettres modernes où j’ai suivi un parcours « enseignement ». J’hésitais entre ce domaine (principalement par sécurité – même si j’ai aussi le goût pour l’enseignement) et le journalisme (et à l’heure actuelle, je compte finalement… de combiner les deux, oui, oui). Parce que je voulais surtout faire du journalisme cinéma, pas nécessairement envie de m’occuper de tout le reste. Cela peut expliquer pourquoi je ne me suis pas totalement lancée à fond dans le journalisme (même si j’y avais déjà mis un pied en bossant pendant un an et demi dans le grand journal régional de chez moi – une riche expérience), comme si j’avais déjà pris conscience que quelque chose clochait. Bref, comme quoi, je tentais déjà, par ce rêve, de m’accrocher au cinéma.

Puis, un peu par hasard finalement, par insouciance aussi, je me suis lancée dans un master recherche en littérature comparée. Travailler sur mes mémoires a été passionnant, je ne peux pas le renier, je suis même fière de mon diplôme. Et pourtant j’ai souffert durant mes deux ans de master : je me demandais ce que je foutais là. J’avais gagné confiance en moi pendant mes trois ans de licence, et là en deux ans quelque chose en moi s’est cassé. Attention, je ne regrette pas mes études. Déjà, parce que ça sert à rien de raisonner comme ça. Ce n’est pas de toute façon pas un article pour dire que je regrette des choses : les choses sont désormais faites, j’avance avec ce que j’ai actuellement pour trouver l’avenir qui me pourra me combler entièrement. Je pars aussi du principe que je peux tirer du positif. Puis, pour des raisons très personnelles, faire des études me tenaient à coeur. Je ne voulais pas faire des études intellectuelles pour briller en société, j’en ai strictement rien à foutre de ça, disons-le tout de suite. Ma démarche était bien plus profonde. 

J’aime lire et écrire, comme sur mon blog, sur d’autres sites / blogs, dans mes carnets en espérant que certains de ses écrits ne restent pas éternellement dans des tiroirs. J’aide même des gens à écrire des livres (et cette année, en étant payée !). Mon rêve serait même de publier un jour un roman ou un recueil de nouvelles. Ou même de suivre un cinéaste ou un acteur sur plusieurs années (l’appel est lancé !). Pourtant, je ne me sens pas littéraire et je ne me suis jamais sentie littéraire. Je n’oublie jamais une chose : si j’ai ce parcours, c’est finalement grâce et à cause de ma passion pour le cinéma. Tout vient de là.

Les années lycée et les débuts de certaines prises de conscience

Au collège, alors que j’allais déjà au cinéma régulièrement, en alternant très régulièrement blockbusters et cinéma d’art et d’essai (c’était autant une passion qu’un refuge), lire était pour moi une épreuve insurmontable : cela surprenait toujours car j’adorais les cours de français. Mes seules lectures se limitaient aux magazines cinéma et people. Mais un roman, pour moi, c’était un calvaire au collège. Puis, ça s’est débloqué en seconde. Je suis tombée sur une jeune prof qui m’a fait comprendre que la lecture n’était pas une chose se limitant à faire des fiches de lecture pas très palpitantes. J’ai réalisé que la littérature pouvait éventuellement raisonner en moi comme le cinéma : derrière les histoires et les différentes techniques utilisées par les auteurs, il y avait derrière un sens à trouver qui en racontait encore plus sur les personnages et même sur soi. J’ai donc commencé bêtement à lire des romans adaptés de films. J’imagine que ça m’a poussée plus tard à m’intéresser à la littérature comparée. J’aime la littérature, je suis heureuse qu’elle ait pris de la place dans ma vie. Mais ma passion principale a toujours été le cinéma.

Pourtant, au lycée – un petit lycée privé hors contrat hippie très bizarroïde sur les bords avec que des paumés sortant du système scolaire pour diverses raisons – j’ai eu envie de me lancer dans l’audiovisuel. J’aimais le cinéma depuis mon entrée au collège et cela allait de soi à l’époque de m’intéresser à des études de cinéma. A l’école ou ailleurs, face à l’éternelle question « mais tu veux faire quoi plus tard ? », deux réponses : critique cinéma ou carrément réalisatrice (qui s’est transformée plus tard en scénariste). Certes, comme vous l’avez compris, ma section audiovisuelle était vraiment riquiqui, ce que j’ai fait ne correspond certainement pas à ce que font les élèves de cette section dans des lycées traditionnels. Mais je m’en foutais : c’était ma passion. Je m’en fichais aussi de rester au bahut mes mercredis après-midis même si je savais pertinemment que ce qu’on faisait dans ce lycée complètement bizarre n’était pas fou. Je savais aussi que j’y apprendrai quoiqu’il arrive des choses et je pensais réellement que le cinéma ferait partie de mon avenir professionnel une fois le bac en poche. Mais le lycée se déroule sur trois ans et en trois ans il peut s’en passer des choses dans la vie et dans la tête d’une adolescente.

En seconde, je me suis donc retrouvée dans une petite classe… de mecs. Oui, j’étais bien la seule fille. Et vous vous imaginez bien que c’était la même chose pour ma section cinéma. Je ne m’en suis pas aperçue tout de suite (il faut dire que je devais déjà gérer le sexisme ambiant que j’ai subi chaque jour pendant quatre mois – je ne me remercierai jamais au seul gentil camarade qui a su mettre fin à ça) mais avec le recul, je me souviens grosso modo de deux choses :

  • Un gars A demande à un autre gars B (B étant le fameux gars qui est intervenu face à la bande de demeurés qui me harcelait quotidiennement – oui, donc INTERVENEZ si vous voyez quelqu’un se faire harceler) s’il a vu Blade Runner. B lui répond que oui et se tourne vers moi pour savoir si je l’avais vu. Je n’ai même pas le temps de répondre que A intervient : « nan mais elle, elle peut pas avoir vu ce film ! ». Bah si mon coco. Et ça, ce n’est qu’un petit échantillon. Les autres gars étaient vraiment étonnés que je puisse aimer autre chose que Dirty Dancing ou d’autres films « de filles ». Que je puisse juste aimer le cinéma.
  • Le prof de cinéma, le cas le plus compliqué. Parce que je l’aimais bien en plus, il nous emmenait voir des films gratos (même si j’ai vécu à cause de lui deux séances qui se sont transformées en calvaire) et nos échanges étaient parfois intéressants et très enrichissants. Mais j’avais toujours l’impression qu’il ne me prenait pas totalement au sérieux même s’il pouvait dire le contraire. Que j’étais considérée différemment. Qu’il était toujours surpris par les films que je regardais. Qu’il s’attendait à ce que j’aime des films dit « féminins » et pas forcément le reste. Alors que pour les autres élèves, il ne se posait pas plus la question que ça. Alors, tu te sens obligée de devoir faire tes preuves. Et il ne m’a jamais encouragée à la réalisation même quand j’ai vaguement tenté de me lancer (ouais, bon, c’était quand même de la merde, hein). Non, pour lui (et c’est ce qu’il avait dit à ma mère), je devais plutôt me spécialiser dans l’écriture de scénario. Alors, certes, j’ai conscience qu’il était peut-être lucide pour mon non-talent derrière la caméra, qu’il avait compris que j’aimais tout simplement écrire. Mais tout de même, ça fait des années que ça me travaille.

Bref, ce sexisme, je l’ai finalement souvent ressenti que ce soit en cours, en sortant, en discutant avec des gens IRL ou sur les réseaux sociaux. Une petite parenthèse s’impose.

Ma coup de gueule contre le sexisme 

« Ah bon, tu aimes le cinéma ? » me répond-on souvent. C’est dingue, on ne pose jamais cette question avec un air ahuri à un homme.

A l’origine, comme je le disais dans mon introduction, tout est parti d’une question sur le sexisme dans la blogosphère même si finalement mon billet ne porte uniquement sur cette question. Encore une fois, je sais qu’il y a des cas de sexisme (voire même de harcèlement) bien plus flagrants et plus graves que le mien et j’espère que ces cas-là seront vivement dénoncés. Je ne cherche pas à me victimiser, ni à piquer la vedette. Mais être une femme cinéphile n’est pas une chose si facile.

Le déclic que j’ai eu par rapport au sexisme sur la blogosphère m’a parlé. Oui, j’ai peut-être des complexes, des doutes liés à d’autres problèmes personnels, je ne m’en cache pas. Mais je pense aussi qu’être une fille ne m’a pas aidée. Il y a quelque chose au fond de moi qui reste convaincu que les choses auraient été différentes si j’avais été d’un autre sexe. Que ces petites choses que j’ai minimisées, que je continue même parfois de minimiser ont aussi joué leur rôle à la femme que je suis aujourd’hui et à certains de mes choix.

Oui, que ce soit dans la blogosphère ou dans la vie de tous les jours, je me sens différente en tant que cinéphile à cause de mon sexe et même par rapport à ma façon d’être. Je suis étonnée qu’on ne parle pas tant que ça de ce problème qui selon moi est bien présent. Je ne pense pas être la seule à le minimiser. Par exemple, on sait publiquement – même s’il y a heureusement des progrès pour faire évoluer les mentalités (et tant mieux) – qu’il y a un fort sexisme dans le monde du sport ou celui des jeux vidéos. On me dira qu’il y a du sexisme partout – c’est pas faux. Mais cela ne veut pas dire qu’il faut atténuer ce qui se passe en ce qui concerne le monde joyeux des cinéphiles. Je ne mets évidemment pas tout le monde dans le même sac. Peut-être que ce sexisme frappe moins les gens parce qu’il y a de plus en plus de cinéphiles filles qui s’affichent notamment sur les réseaux sociaux. Peut-être parce qu’on entend souvent des discours de cinéphiles qui défendent les femmes que ce soit au cinéma mais aussi tout simplement dans la société. Bref, le cinéma, c’est un milieu autant populaire qu’intellectuel : il est de bon ton de montrer son ouverture d’esprit, sa tolérance, son féminisme même. Mais les choses sont parfois bien différentes de ces discours très propres et louables. Maïwenn disait dans une interview pour Première que le cinéma était un truc de mecs, que ça faisait appel « à ses hormones masculines ». On lui a jeté des pierres alors que je suis intimement persuadée que beaucoup plus de gens qu’on le croit partagent cet avis.

Certains me connaissent et / ou voient à quoi je ressemble. J’aime prendre soin de moi, me maquiller, porter de jolies robes ou des petites jupes tout en restant assez « classique » dans le sens où je n’affiche pas forcément de grandes excentricités. Bref, rien de bien fou non plus, je suis comme beaucoup de filles. Mais à en croire certains, je suis une fille « superficielle ». Bah oui, parce que si tu te maquilles, t’es forcément conne, c’est bien connu. Et si on est une fille « superficielle », on ne peut éventuellement pas être cinéphile : visiblement, c’est incompatible. Si tu es fille qui a l’air « artiste », tu seras un peu plus acceptée. Comme quoi, on ne se débarrasse pas totalement de certains clichés, on continue de ranger les gens dans des cases. Et encore une fois, pour leur faire comprendre que tu aimes vraiment le cinéma, tu te sens obligée de faire tes preuves, de te justifier.

Paradoxalement, certains aiment bien ma gueule (il ne faut pas s’étonner si je ne veux toujours pas mettre ma tête en photo de profil sur le blog et les réseaux sociaux en tant que Tinalakiller). « Tu es ravissaaaaaante », « tu es resplendissaaaaaante ». Les compliments font plaisir, on ne va dire le contraire. Moi-même je complimente les gens. Mais il y a une différence entre faire un compliment et être lourd. Oui, j’ai déjà été très mal à l’aise face à certaines remarques. Est-ce que des blogueuses ou même juste des filles sur les réseaux sociaux se comportent de cette manière ? Non. En général elles se limitent à un commentaire bref et courtois. Pas à « MAIS TU ES TROP BEAAAAAAAAUUUU ».

Bonjour la fac de lettres

Je n’avais pas les moyens d’aller dans une école de cinéma même si les propos du prof ne m’avaient pas laissée indifférente. Et je n’étais pas sur Paris. Et ça me faisait flipper de tout quitter pour la capitale, je n’étais pas assez mature pour ça. Et encore une fois, il y avait aussi ce désir d’aller à la fac quoi qu’il arrive. J’aimais lire, écrire (j’écrivais à cette période aussi bien de sortes de nouvelles que des chansons ou des bribes de scénario), je tenais aussi mon ancien blog : aller en lettres était logique en terminale. C’était même mon seul voeu sur APB alors que l’année précédente, j’hésitais encore entre plusieurs sections. Je ne sais pas comment traduire ça : était-ce une envie profonde d’aller en lettres ou étais-je déjà au fond de moi un peu blasée par mon sort comme si j’avais décrété que faire des études ou un métier en rapport avec le cinéma serait pour moi impossible ? En tout cas, mes parents pensaient que j’irai en licence de théâtre, de psychologie ou en langues, ils étaient les premiers étonnés lorsqu’ils ont vraiment réalisé que j’allais en lettres.

Je suis donc entrée en lettres modernes en septembre 2011. Je n’ai pas eu totalement de chance : en 2012 (j’avais donc déjà validé ma L1 et je n’avais pas forcément envie de tout recommencer), une nouvelle licence, « lettres modernes et cinéma » était proposée dans mon université. Mais bon, même en bouffant beaucoup de littérature et d’autres matières très marrantes (la grammaire, l’ancien français, ouais c’est funky),  je me suis toujours débrouillée dès que j’en avais l’occasion pour suivre des cours en rapport avec le cinéma (et je ne regardais même pas si les heures me dérangeaient ou non, c’était vraiment ma priorité de caler ces cours quoiqu’il arrive), comme si j’avais ressenti depuis le début de mes études universitaires un manque ou une sorte de frustration.

Je décroche ma licence en 2014. Je dois prendre une décision sur mon avenir. Cette question m’a tracassée pendant les deux premières années de licence. Mais étrangement mon état d’esprit est plus léger en troisième année, que j’ai vécue comme des « vacances », avec de très bons résultats. Je me sens bien dans ma fac à cette période-là, plus que d’habitude. Cela a peut-être influencé mes choix futurs. Le cinéma était en tout cas toujours dans mes pensées mais pas au point de me lancer dans des études de cinéma (ça, j’avais laissé tomber l’idée depuis mon entrée en licence, presque par fatalisme). Je pensais alors encore et surtout au journalisme cinéma. Tenter les concours pour entrer dans une école de journalisme (que j’ai loupés) faisait encore partie de mes projets. Et à 21 ans, je ne me sentais vraiment pas prête pour l’enseignement (dans ma tête, je n’étais même pas du tout faite pour ça – et même actuellement je ne sais pas si je suis vraiment faite pour ça). Ni prête à réellement envisager que je pouvais vraiment faire tout court.

J’ai découvert la littérature comparée dès la première année de fac. Je m’y suis retrouvée tout de suite. La littérature comparée est une discipline qui fonctionne par réseaux multiples, que ce soit entre différentes cultures ou encore entre différents formes artistiques. C’était pour moi le nouveau moyen pour ne pas abandonner le cinéma tout en ne lâchant pas non plus la littérature. En première année de master, pour le mémoire secondaire, j’avais choisi l’option « littérature et cinéma » (avec un prof de la section cinéma, et non de ma section). En deuxième année, je me dis que c’est l’occasion de me faire vraiment plaisir : je fais mon mémoire sur une étude comparative entre Le Salaire de la Peur de Georges Arnaud et ses adaptations cinématographiques. Je suis contente d’avoir pu faire ce mémoire même si je ne l’ai pas aussi bien travaillé que prévu (la fac en elle-même m’exaspérait depuis des mois, j’avais deux boulots à côté, j’étais pas non plus au top de ma concentration). Je me demande au fond si je ne l’ai pas un peu délaissée pour d’autres raisons.

Pourquoi pas le cinéma ?

« Pourquoi les lettres modernes » donc ? (oui, revenons à nos moutons après cette longue digression). J’avais souvent réponse à tout quand on me posait la question. En fait, tout ce que je vous disais faisait partie de mes réponses. Or, cette fameuse fois-ci, j’ai été très mal à l’aise. Comme si je prenais conscience de certaines choses. Dans ce sens, on peut compléter cette question à une autre : pourquoi pas le cinéma ? Après tout, j’avais les pieds à la fac, j’aurais pu faire cinéma.

Déjà, il faut savoir que chez moi, les études de cinéma à l’université débutent à partir de la troisième année donc dans tous les cas, il fallait que je suive une autre licence (si je voulais évidemment rester chez moi). Mais une fois arrivée en troisième année, j’aurais pu bifurquer. Je n’ai jamais entamé les démarches, comme si je m’étais sabotée. Pourquoi ? Au-delà d’être attirée par la recherche (on ne va pas non plus se mentir), je me sentais bien dans ma filière et je crois que j’ai voulu rester dans un endroit rassurant quitte à ne pas trop prendre de risques. J’avais l’impression de vivre ce que je n’avais pas tellement vécu au collège et au lycée.

Autre critère : la question de la sécurité de l’emploi. Cette fameuse interrogation a été au centre de mes cinq ans d’études. Et l’année qui a suivi la fin de mes études aussi. J’ai toujours été partagée entre la passion et la raison. La sécurité de l’emploi est certainement ce qui m’a le plus retenu. C’est déjà suffisamment compliqué quand on est en lettres (surtout quand on a un merveilleux rendez-vous avec les amis de Pole Emploi qui te rappellent bien à quel point vos études sont inutiles pour trouver du travail – à part pour être prof). Alors, en cinéma, vous imaginez l’angoisse même que j’aurais ressenti pendant tout un cursus ?

Mais surtout intervient un troisième problème : ne jamais me sentir à ma place. C’est certainement mon plus gros complexe. J’ai totalement conscience de mon manque de confiance en moi (cela dit, contrairement à ce que certaines personnes peuvent penser de moi, je ne suis pas non plus la personne la plus complexée de la Terre : j’ai des complexes et des doutes comme grosso modo tout le monde).

Mes complexes

J’ai le malheur de me comparer aux autres. Je suis la première à dire qu’il ne faut pas se comparer aux autres gnagnagna. Mais je n’applique pas ce conseil pour mon propre cas. Je ne me suis pas lancée dans des études de cinéma parce que j’avais peur de ne pas être à la hauteur. Peur d’être pas assez cinéphile, d’être trop inculte, de ne pas comprendre et apprendre suffisamment la technique pour ne citer que ces exemples. Mais cela a entraîné un autre type de complexe : mon rapport sur la blogosphère. J’ai toujours trouvé cela génial les gens qui ont eu la possibilité d’étudier leur passion, d’en faire même leur métier. Je tiens sincèrement à les féliciter. Il n’y a pas de jalousie ou quoi que ce soit dans ma remarque.

Mais parfois, sur la blogosphère, j’avais l’impression que je n’étais pas totalement légitime par rapport aux blogueurs qui étaient dans des sections cinéma par exemple. Alors évidemment, quand on a des connaissances dans un domaine, c’est normal de les réutiliser. Personne ne dira pas le contraire. Mais il y a vraiment des fois où je me sentais vraiment comme une merde par rapport à certains. Je ne sais pas si certains avaient juste chopé le melon, si c’est moi qui complexais comme une imbécile dans mon coin ou s’il y avait peut-être un peu des deux.

Et finalement, petit à petit, j’ai fini par développer ce complexe au sein de ma propre promo en lettres. Surtout en master. C’est en partie (mais pas que) pour cette raison que j’ai mal vécu mes deux dernières années de fac. J’avais sans cesse l’impression que j’étais une arnaque, que je n’étais pas légitime par rapport aux autres, que j’étais plus inculte etc… Finalement, j’étais paumée : j’avais pris certaines décisions pour me sentir encore plus mal. Ce sentiment de ne pas jamais sentir à sa place, même quand tu as dépassé le stade du collège

J’arrête de broyer du noir 

Je te félicite et je te remercie si tu es arrivé au bout de cette lecture. On va terminer ce billet sur une petite note positive.

J’ai dit ce que j’avais sur le coeur depuis des années. Cela a le mérite de me faire du bien. De retrouver la motivation. De repartir du bon pied. De ne plus me laisser faire non plus.

Je n’ai plus envie de me laisser perturber par ces pensées. Le passé doit appartenir au passé. On ne peut pas revenir en arrière. Et je ne saurais jamais comment aurait été ma vie si j’avais effectué certains choix. Aurais-je été plus heureuse ? Je ne le saurai jamais. J’essaie de prendre désormais ma vie en main, de faire ce dont j’ai envie avec les moyens que j’ai, de savoir saisir les opportunités qui en valent la peine. 

 

Bilan – septembre 2017

Cinéma

 

Les films de 2017

120 Battements par minute (Robin Campillo, 2017) 4/4

Seven Sisters (Tommy Wirkola, 2017) 3/4

Les Proies (Sofia Coppola, 2017) 3/4

Mother! (Darren Aronofsky, 2017) 0/4

Jackie (Pablo Larrain, 2017) 1/4

Problemos (Eric Judor, 2017) 3/4

Good Time (Josh et Benny Safdie, 2017) 4/4

 

Rattrapages

Ego (Lisa James Larsson, 2013) 3/4

L’important c’est d’aimer (Andrzej Żuławski, 1975) 1/4

The Dark (John Fawcett, 2004) 2/4

Victoria (Justine Triet, 2016) 2/4

Dark Skies (Scott Charles Stewart, 2013) 3/4

Les Proies (Don Siegel, 1971) 1/4

Frances Ha (Noah Baumbach, 2012) 4/4

Jenny’s Wedding (Mary Agnes Donoghue, 2014) 2/4

La Part des Ténèbres (George Romero, 1993) 3/4

2ème sous-sol (Franck Khalfoun, 2007) 2/4

  

Télévision

Black Mirror (saison 1, 2011) 4/4

La Mante (saison 1, 2017) 2/4

 


Chroniques pour CineSeriesMag

Presque adultes – saison 1

In a Heartbeat de Esteban Bravo et Beth David

Boy de Taika Waititi


Lectures

Un coup à prendre (Xavier de Moulins, 2011) 2/4

Ce parfait ciel bleu (Xavier de Moulins, 2012) 2/4

Mémoires d’un jeune homme dérangé (Frédéric Beigbeder, 1990) 2/4

Frappe-toi le coeur (Amélie Nothomb, 2017) 4/4

Les Proies (Thomas Cullinan, 1966) 3/4


Movie Challenge 2017 

Les participants actuels : Beyond the LinesBoratGossip CocoLaurence et OlivierLaurentLilyMartin. N’hésitez pas nous rejoindre !

  1. Un film tiré d’une série/qui a inspiré une série
  2. Un premier film : Clerks de Kevin Smith (1994).
  3. Un film tourné dans un lieu où je suis allé(e) : Intimité de Patrice Chéreau (2001).
  4. Un film sorti l’année de mes dix ans
  5. Un film avec acteur/une actrice que je déteste
  6. Un remake ou un film ayant été l’objet d’un remake : Les Proies de Don Siegel (1971)
  7. Un film qui se passe dans le milieu sportif
  8. Un film de procès : Le Verdict de Sidney Lumet (1982).
  9. Un film européen hors France : Alabama Monroe de Felix Van Groeningen (2012).
  10. Un film qui a reçu la Palme d’or
  11. Un documentaire : Pulp, a film about life, death and supermarkets de Florian Habicht (2014).
  12. Un film d’action/d’aventure : Deadpool de Tim Miller (2016).
  13. Un film qui a marqué mon enfance/mon adolescence
  14. Un film que j’aime bien secrètement : Marley & moi de David Frankel (2008).
  15. Un film français : Maman a tort de Marc Fitoussi (2016).
  16. Une suite de film : Bridget Jones’s Baby de Sharon Maguire (2016).
  17. Un film engagé : Hippocrate de Thomas Lilti (2014).
  18. Un film sorti cette année : Nocturnal Animals de Tom Ford (2017).
  19. Un film qui m’a fait pleurer : Premier Contact de Denis Villeneuve (2016).
  20. Un film qui m’a fait pleurer de rire
  21. Un film d’un réalisateur que j’adore
  22. Une comédie : S.O.S. Fantômes de Paul Feig (2016).
  23. Une comédie musicale : Ballroom Dancing de Baz Luhrmann (1992).
  24. Un film recommandé par quelqu’un : Watchmen de Zack Snyder (2009).
  25. Un film d’animation : Ma vie de Courgette de Claude Barras (2016).
  26. Un film que mon père adore
  27. Un film adapté d’un livre que j’ai lu : Fahrenheit 451 de François Truffaut (1966).
  28. Un film ayant obtenu un Oscar : Manchester by the Sea de Kenneth Lonergan (2016).
  29. Un film en noir et blanc : Elephant Man de David Lynch (1980).
  30. Un film réalisé par une femme : Mon Roi de Maïwenn (2015).
  31. Un film d’un réalisateur asiatique
  32. Un film d’horreur : Suspiria de Dario Argento (1977).
  33. Un film avec un mariage
  34. Un film LGBT : Mademoiselle de Park Chan-Wook.
  35. Un film avec un prénom dans le titre : Sils Maria d’Olivier Assayas (2014).
  36. Un film que je veux voir depuis des années sans en avoir l’occasion : The Secret Life of Words d’Isabel Coixet (2005).
  37. Un film qui se déroule avant le XXe siècle
  38. Un film policier/thriller : La Fille du train de Tate Taylor (2016).
  39. Un film feel-good : Célibataire, mode d’emploi de Christian Ditter (2016).
  40. Un film qui n’est pas sorti en salles en France : Hunt for the Wilderpeople de Taika Waititi (2016).

Bilan juillet / août 2017

Cinéma

2017

The Circle (James Ponsoldt, 2017) 2/4

Grave (Julia Ducournau, 2017) 1/4

Baby Driver (Edgar Wright, 2017) 2/4

American Honey (Andrea Arnold, 2017) 2/4

Monsieur et Madame Adelman (Nicolas Bedos, 2017) 2/4

Silence (Martin Scorsese, 2017) 2/4

Que Dios Nos Perdone (Rodrigo Sorogoyen, 2017) 4/4

T2 – Trainspotting 2 (Danny Boyle, 2017) 1/4

Okja (Bong Joon-ho, 2017) 3/4

Dunkerque (Christopher Nolan, 2017) 3/4

Gangsterdam (Romain Levy, 2017) 0/4

Si j’étais un homme (Audrey Dana, 2017) 0/4

Citoyen d’honneur (Mariano Cohn, Gastón Duprat, 2017) 3/4

The Square (Ruben Östlund, 2017) 4/4 => sortie le 18 octobre 2017

 

Rattrapages

Instinct de survie – The Shallows (Jaume Collet-Serra, 2016) 2/4

The Giver (Phillip Noyce, 2014) 2/4

Pet (Carles Torrens, 2016) 2/4

Boy (Taika Waititi, 2010) 4/4

Before Midnight (Richard Liklater, 2013) 4/4

Pulp, a film about life, death and supermarkets (Florian Habicht, 2014) 3/4

Lenny and the Kids (Joshua Safdie, Ben Safdie, 2009) 1/4

Wild Child (Nick Moore, 2008) 2/4

Ma vie de Courgette (Claude Barras, 2016) 4/4

  

Télévision

Dix pour cent (saisons 1 et 2, 2015-2017) 4/4

The Handmaid’s Tale (saison 1, 2017) 4/4

Westworld (saison 1, 2016) 2/4

Breaking Bad (saisons 1 à 3, 2008-2010) 4/4

Fawlty Towers (saisons 1 et 2, 1975-1979) 4/4

Game of Thrones (saison 7, 2017) 4/4

  


Chroniques pour CineSeriesMag 

Unbreakable Kimmy Schmidt – saison 3

Il a déjà tes yeux de Lucien Jean-Baptiste

The Escape Artist (Perfect Crime)

Fawlty Towers (L’Hôtel en Folie)

Citoyen d’honneur de Mariano Cohn et Gastón Duprat


Lectures

Promenez-vous dans les bois… pendant que vous êtes encore en vie (Ruth Ware, 2016) 2/4

Le voyage d’hiver (Amélie Nothomb, 2009) 2/4

Barbe bleue (Amélie Nothomb, 2012) 2/4

Windows on the World (Frédéric Beigbeder, 2003) 4/4

Le Maître du Haut Château (Philip K. Dick, 1962) 4/4


Movie Challenge 2017 

Les participants actuels : Beyond the LinesBoratGossip CocoLaurence et OlivierLaurentLilyMartin. N’hésitez pas nous rejoindre !

  1. Un film tiré d’une série/qui a inspiré une série
  2. Un premier film : Clerks de Kevin Smith (1994).
  3. Un film tourné dans un lieu où je suis allé(e) : Intimité de Patrice Chéreau (2001).
  4. Un film sorti l’année de mes dix ans
  5. Un film avec acteur/une actrice que je déteste
  6. Un remake ou un film ayant été l’objet d’un remake
  7. Un film qui se passe dans le milieu sportif
  8. Un film de procès : Le Verdict de Sidney Lumet (1982).
  9. Un film européen hors France : Alabama Monroe de Felix Van Groeningen (2012).
  10. Un film qui a reçu la Palme d’or
  11. Un documentaire : Pulp, a film about life, death and supermarkets de Florian Habicht (2014).
  12. Un film d’action/d’aventure : Deadpool de Tim Miller (2016).
  13. Un film qui a marqué mon enfance/mon adolescence
  14. Un film que j’aime bien secrètement : Marley & moi de David Frankel (2008).
  15. Un film français : Maman a tort de Marc Fitoussi (2016).
  16. Une suite de film : Bridget Jones’s Baby de Sharon Maguire (2016).
  17. Un film engagé : Hippocrate de Thomas Lilti (2014).
  18. Un film sorti cette année : Nocturnal Animals de Tom Ford (2017).
  19. Un film qui m’a fait pleurer : Premier Contact de Denis Villeneuve (2016).
  20. Un film qui m’a fait pleurer de rire
  21. Un film d’un réalisateur que j’adore
  22. Une comédie : S.O.S. Fantômes de Paul Feig (2016).
  23. Une comédie musicale : Ballroom Dancing de Baz Luhrmann (1992).
  24. Un film recommandé par quelqu’un : Watchmen de Zack Snyder (2009).
  25. Un film d’animation : Ma vie de Courgette de Claude Barras (2016).
  26. Un film que mon père adore
  27. Un film adapté d’un livre que j’ai lu : Fahrenheit 451 de François Truffaut (1966).
  28. Un film ayant obtenu un Oscar : Manchester by the Sea de Kenneth Lonergan (2016).
  29. Un film en noir et blanc : Elephant Man de David Lynch (1980).
  30. Un film réalisé par une femme : Mon Roi de Maïwenn (2015).
  31. Un film d’un réalisateur asiatique
  32. Un film d’horreur : Suspiria de Dario Argento (1977).
  33. Un film avec un mariage
  34. Un film LGBT : Mademoiselle de Park Chan-Wook.
  35. Un film avec un prénom dans le titre : Sils Maria d’Olivier Assayas (2014).
  36. Un film que je veux voir depuis des années sans en avoir l’occasion : The Secret Life of Words d’Isabel Coixet (2005).
  37. Un film qui se déroule avant le XXe siècle
  38. Un film policier/thriller : La Fille du train de Tate Taylor (2016).
  39. Un film feel-good : Célibataire, mode d’emploi de Christian Ditter (2016).
  40. Un film qui n’est pas sorti en salles en France : Hunt for the Wilderpeople de Taika Waititi (2016).

Bilan – juin 2017

Cinéma

Les films de 2017

Marie-Francine (Valérie Lemercier, 2017) 3/4

L’Amant Double (François Ozon, 2017) 0/4

L’Attaque des Donuts Tueurs (Scott Wheeler, 2017) 2/4

L’Ascension (Ludovic Bernard, 2017) 3/4

It Comes At Night (Trey Edward Shults, 2017) 4/4

Alibi.com (Philippe Lacheau, 2017) 2/4

The Edge of Seventeen (Kelly Fremont Craig, 2017) 2/4

 

Rattrapages

The Guest (Adam Wingard, 2014) 3/4

Intimité (Patrick Chéreau, 2001) 3/4

Sublimes Créatures (Richard LaGravenese, 2013) 0/4

Tamara (Alexandre Castagnetti, 2015) 2/4

Le Talent de mes amis (Alex Lutz, 2015) 2/4

Pardonnez-moi (Maïwenn, 2006) 0/4

La Solitude des Nombres Premiers (Saverio Constanzo, 2010) 2/4

Little Children (Todd Field, 2006) 3/4

Le Syndrome de Stendhal (Dario Argento, 1996) 2/4

Jennifer’s Body (Karyn Kusama, 2009) 2/4

9 semaines et demi (Adrian Lynn, 1986) 0/4

The Sessions (Ben Lewin, 2012) 4/4

Hypnose (David Koepp, 1999) 3/4

Goal of the Dead – Première et seconde mi-temps (Thierry Poiraud, Benjamin Rocher, 2014) 3/4

  

Télévision

The Walking Dead (saison 7, 2016) 2/4

Unbreakable Kimmy Schmidt (saison 3, 2017) 3/4

  

Lectures

La vie c’est bien, le cynisme c’est mieux (L’Odieux Connard, 2016) 3/4

Nouvelles sous ecstasy (Frédéric Beigbeder, 1998) 2/4

Les Filles de l’ouragan (Joyce Maynard, 2010) 3/4


Movie Challenge 2017 

Les participants actuels : Beyond the LinesBoratGossip CocoLaurence et OlivierLaurentLilyMartin. N’hésitez pas nous rejoindre !

  1. Un film tiré d’une série/qui a inspiré une série
  2. Un premier film : Clerks de Kevin Smith (1994).
  3. Un film tourné dans un lieu où je suis allé(e)
  4. Un film sorti l’année de mes dix ans
  5. Un film avec acteur/une actrice que je déteste
  6. Un remake ou un film ayant été l’objet d’un remake
  7. Un film qui se passe dans le milieu sportif
  8. Un film de procès : Le Verdict de Sidney Lumet (1982).
  9. Un film européen hors France : Alabama Monroe de Felix Van Groeningen (2012).
  10. Un film qui a reçu la Palme d’or
  11. Un documentaire :
  12. Un film d’action/d’aventure : Deadpool de Tim Miller (2016).
  13. Un film qui a marqué mon enfance/mon adolescence
  14. Un film que j’aime bien secrètement : Marley & moi de David Frankel (2008).
  15. Un film français : Maman a tort de Marc Fitoussi (2016).
  16. Une suite de film : Bridget Jones’s Baby de Sharon Maguire (2016).
  17. Un film engagé : Hippocrate de Thomas Lilti (2014).
  18. Un film sorti cette année : Nocturnal Animals de Tom Ford (2017).
  19. Un film qui m’a fait pleurer : Premier Contact de Denis Villeneuve (2016).
  20. Un film qui m’a fait pleurer de rire
  21. Un film d’un réalisateur que j’adore
  22. Une comédie : S.O.S. Fantômes de Paul Feig (2016).
  23. Une comédie musicale : Ballroom Dancing de Baz Luhrmann (1992).
  24. Un film recommandé par quelqu’un : Watchmen de Zack Snyder (2009).
  25. Un film d’animation
  26. Un film que mon père adore
  27. Un film adapté d’un livre que j’ai lu : Fahrenheit 451 de François Truffaut (1966).
  28. Un film ayant obtenu un Oscar : Manchester by the Sea de Kenneth Lonergan (2016).
  29. Un film en noir et blanc : Elephant Man de David Lynch (1980).
  30. Un film réalisé par une femme : Mon Roi de Maïwenn (2015).
  31. Un film d’un réalisateur asiatique
  32. Un film d’horreur : Suspiria de Dario Argento (1977).
  33. Un film avec un mariage
  34. Un film LGBT : Mademoiselle de Park Chan-Wook.
  35. Un film avec un prénom dans le titre : Sils Maria d’Olivier Assayas (2014).
  36. Un film que je veux voir depuis des années sans en avoir l’occasion : The Secret Life of Words d’Isabel Coixet (2005).
  37. Un film qui se déroule avant le XXe siècle
  38. Un film policier/thriller : La Fille du train de Tate Taylor (2016).
  39. Un film feel-good : Célibataire, mode d’emploi de Christian Ditter (2016).
  40. Un film qui n’est pas sorti en salles en France : Hunt for the Wilderpeople de Taika Waititi (2016).

Bilan – mai 2017

Cinéma

Les films de 2017

Get Out (Jordan Peele, 2017) 4/4

Le Procès du Siècle (Mick Jackson, 2017) 2/4

Faut pas lui dire (Solange Cicurel, 2017) 2/4

The Boyfriend – Pourquoi lui ? (John Hamburg, 2017) 2/4

  

Rattrapages

Watchmen (Zack Snyder, 2009) 3/4

Suspiria (Dario Argento, 1977) 4/4

Le Sang des Innocents (Dario Argento, 2001) 3/4

Mansfield Park (Patricia Rozema, 1999) 3/4

A Christmas Horror Story (Steven Hoban, Grant Harvey, Brett Sullivan, 2015) 3/4

Blonde sur ordonnance (Geoff Moore, David Posamentier, 2013) 2/4

Dos au mur (Asger Leth, 2011) 2/4

The Trip (Michael Winterbottom, 2010) 2/4

Babysitting 2 (Nicolas Benamou, Philippe Lacheau, 2015) 2/4

Marley & moi (David Frankel, 2008) 3/4

  

Télévision

Girls (saison 6, 2017) 4/4

13 Reasons Why (saison 1, 2017) 4/4

Big Little Lies (saison 1, 2017) 4/4

 

Lectures

Qu’il est bon d’être mauvais (L’Odieux Connard, 2015) 3/4

Prête à tout (Joyce Maynard, 1992) 4/4

Funny Girl (Nick Hornby, 2014) 3/4


Movie Challenge 2017 

Les participants actuels : Beyond the LinesBorat, Gossip CocoLaurence et OlivierLaurent, LilyMartin. N’hésitez pas nous rejoindre !

  1. Un film tiré d’une série/qui a inspiré une série
  2. Un premier film : Clerks de Kevin Smith (1994).
  3. Un film tourné dans un lieu où je suis allé(e)
  4. Un film sorti l’année de mes dix ans
  5. Un film avec acteur/une actrice que je déteste
  6. Un remake ou un film ayant été l’objet d’un remake
  7. Un film qui se passe dans le milieu sportif
  8. Un film de procès : Le Verdict de Sidney Lumet (1982).
  9. Un film européen hors France : Alabama Monroe de Felix Van Groeningen (2012).
  10. Un film qui a reçu la Palme d’or
  11. Un documentaire :
  12. Un film d’action/d’aventure : Deadpool de Tim Miller (2016).
  13. Un film qui a marqué mon enfance/mon adolescence
  14. Un film que j’aime bien secrètement : Marley & moi de David Frankel (2008).
  15. Un film français : Maman a tort de Marc Fitoussi (2016).
  16. Une suite de film : Bridget Jones’s Baby de Sharon Maguire (2016).
  17. Un film engagé : Hippocrate de Thomas Lilti (2014).
  18. Un film sorti cette année : Nocturnal Animals de Tom Ford (2017).
  19. Un film qui m’a fait pleurer : Premier Contact de Denis Villeneuve (2016).
  20. Un film qui m’a fait pleurer de rire
  21. Un film d’un réalisateur que j’adore
  22. Une comédie : S.O.S. Fantômes de Paul Feig (2016).
  23. Une comédie musicale : Ballroom Dancing de Baz Luhrmann (1992).
  24. Un film recommandé par quelqu’un : Watchmen de Zack Snyder (2009).
  25. Un film d’animation
  26. Un film que mon père adore
  27. Un film adapté d’un livre que j’ai lu : Fahrenheit 451 de François Truffaut (1966).
  28. Un film ayant obtenu un Oscar : Manchester by the Sea de Kenneth Lonergan (2016).
  29. Un film en noir et blanc : Elephant Man de David Lynch (1980).
  30. Un film réalisé par une femme : Mon Roi de Maïwenn (2015).
  31. Un film d’un réalisateur asiatique
  32. Un film d’horreur : Suspiria de Dario Argento (1977).
  33. Un film avec un mariage
  34. Un film LGBT : Mademoiselle de Park Chan-Wook.
  35. Un film avec un prénom dans le titre : Sils Maria d’Olivier Assayas (2014).
  36. Un film que je veux voir depuis des années sans en avoir l’occasion : The Secret Life of Words d’Isabel Coixet (2005).
  37. Un film qui se déroule avant le XXe siècle
  38. Un film policier/thriller : La Fille du train de Tate Taylor (2016).
  39. Un film feel-good : Célibataire, mode d’emploi de Christian Ditter (2016).
  40. Un film qui n’est pas sorti en salles en France : Hunt for the Wilderpeople de Taika Waititi (2016).

Bilan – avril 2017

Cinéma

Les films de 2017

A bras ouverts (Philippe de Chauveron, 2017) 0/4

The Lost City of Z (James Gray, 2017) 4/4

Before I Wake (Mike Flanagan, 2017) 2/4

  

Rattrapages

Fahrenheit 451 (François Truffaut, 1966) 2/4

Le Mépris (Jean-Luc Godard, 1963) 1/4

S.O.S. Fantômes (Paul Feig, 2016) 3/4

Mademoiselle (Park Chan-Wook, 2016) 3/4

Maman a tort (Marc Fitoussi, 2016) 3/4

 

Télévision

30 Rock (saison 6, 2011) 4/4

Perfect Crime (saison 1, 2013) 4/4

Lecture

Bord cadre (Jean Teulé, 1999) 3/4

Le Bonhomme de neige (Jo Nesbo, 2007) 4/4

9 semaines 1/2 (Elizabeth McNeill, 1978) 1/4

Je l’aimais (Anna Gavalda, 2002) 0/4


Movie Challenge 2017 

Les participants actuels : Beyond the LinesBorat, Gossip CocoLaurence et OlivierLaurent, LilyMartin. N’hésitez pas nous rejoindre !

  1. Un film tiré d’une série/qui a inspiré une série
  2. Un premier film : Clerks de Kevin Smith (1994).
  3. Un film tourné dans un lieu où je suis allé(e)
  4. Un film sorti l’année de mes dix ans
  5. Un film avec acteur/une actrice que je déteste
  6. Un remake ou un film ayant été l’objet d’un remake
  7. Un film qui se passe dans le milieu sportif
  8. Un film de procès : Le Verdict de Sidney Lumet (1982).
  9. Un film européen hors France : Alabama Monroe de Felix Van Groeningen (2012).
  10. Un film qui a reçu la Palme d’or
  11. Un documentaire
  12. Un film d’action/d’aventure : Deadpool de Tim Miller (2016).
  13. Un film qui a marqué mon enfance/mon adolescence
  14. Un film que j’aime bien secrètement
  15. Un film français : Maman a tort de Marc Fitoussi (2016).
  16. Une suite de film : Bridget Jones’s Baby de Sharon Maguire (2016).
  17. Un film engagé : Hippocrate de Thomas Lilti (2014).
  18. Un film sorti cette année : Nocturnal Animals de Tom Ford (2017).
  19. Un film qui m’a fait pleurer : Premier Contact de Denis Villeneuve (2016).
  20. Un film qui m’a fait pleurer de rire
  21. Un film d’un réalisateur que j’adore
  22. Une comédie : S.O.S. Fantômes de Paul Feig (2016).
  23. Une comédie musicale : Ballroom Dancing de Baz Luhrmann (1992).
  24. Un film recommandé par quelqu’un
  25. Un film d’animation
  26. Un film que mon père adore
  27. Un film adapté d’un livre que j’ai lu : Fahrenheit 451 de François Truffaut (1966).
  28. Un film ayant obtenu un Oscar
  29. Un film en noir et blanc : Elephant Man de David Lynch (1980).
  30. Un film réalisé par une femme : Mon Roi de Maïwenn (2015).
  31. Un film d’un réalisateur asiatique
  32. Un film d’horreur
  33. Un film avec un mariage
  34. Un film LGBT : Mademoiselle de Park Chan-Wook.
  35. Un film avec un prénom dans le titre : Sils Maria d’Olivier Assayas (2014).
  36. Un film que je veux voir depuis des années sans en avoir l’occasion : The Secret Life of Words d’Isabel Coixet (2005).
  37. Un film qui se déroule avant le XXe siècle
  38. Un film policier/thriller : La Fille du train de Tate Taylor (2016).
  39. Un film feel-good : Célibataire, mode d’emploi de Christian Ditter (2016).
  40. Un film qui n’est pas sorti en salles en France : Hunt for the Wilderpeople de Taika Waititi (2016).

Bilan – mars 2017

Cinéma

Les films de 2017

Raid Dingue (Dany Boon, 2017) 1/4

Split (M. Night Shyamalan, 2017) 4/4

Lion (Garth Davis, 2017) 3/4

 

Rattrapages

Elephant Man (David Lynch, 1980) 4/4

Nous n’irons plus au bois (Paolo Barzman, 2002) 2/4

Les Frissons de l’angoisse (Dario Argento, 1975) 4/4

Joséphine s’arrondit (Marilou Berry, 2016) 2/4

Hippocrate (Thomas Lilti, 2014) 1/4

Le Nombre 23 (Joel Schumacher, 2007) 0/4

Hunt for the Wilderpeople (Taika Waititi, 2016) 4/4

Le Verdict (Sidney Lumet, 1982) 3/4

Bridget Jones’s Baby (Sharon Maguire, 2016) 2/4

The Dictator (Larry Charles, 2012) 3/4

  

Télévision

Sherlock (saison 4, 2017) 4/4

Lecture

La Loi de l’Attraction (Jerry & Esther Hicks, 2006) 2/4

Les Désastreuses Aventures des orphelins Baudelaire – tome 1 : Tout commence mal (Lemony Snicket, 1999) 4/4

La Formule de Dieu (José Rodrigues dos Santos, 2006) 3/4


Movie Challenge 2017 

Les participants actuels : Beyond the LinesBorat, Gossip CocoLaurence et OlivierLaurent, LilyMartin. N’hésitez pas nous rejoindre !

  1. Un film tiré d’une série/qui a inspiré une série
  2. Un premier film : Clerks de Kevin Smith (1994).
  3. Un film tourné dans un lieu où je suis allé(e)
  4. Un film sorti l’année de mes dix ans
  5. Un film avec acteur/une actrice que je déteste
  6. Un remake ou un film ayant été l’objet d’un remake
  7. Un film qui se passe dans le milieu sportif
  8. Un film de procès : Le Verdict
  9. Un film européen hors France : Alabama Monroe de Felix Van Groeningen (2012).
  10. Un film qui a reçu la Palme d’or
  11. Un documentaire
  12. Un film d’action/d’aventure : Deadpool de Tim Miller (2016).
  13. Un film qui a marqué mon enfance/mon adolescence
  14. Un film que j’aime bien secrètement
  15. Un film français : Le Nouveau de Rudi Rosenberg (2015).
  16. Une suite de film : Bridget Jones’s Baby de Sharon Maguire (2016).
  17. Un film engagé : Hippocrate de Thomas Lilti (2014).
  18. Un film sorti cette année : Nocturnal Animals de Tom Ford (2017).
  19. Un film qui m’a fait pleurer : Premier Contact de Denis Villeneuve (2016).
  20. Un film qui m’a fait pleurer de rire
  21. Un film d’un réalisateur que j’adore
  22. Une comédie :
  23. Une comédie musicale : Ballroom Dancing de Baz Luhrmann (1992).
  24. Un film recommandé par quelqu’un
  25. Un film d’animation
  26. Un film que mon père adore
  27. Un film adapté d’un livre que j’ai lu
  28. Un film ayant obtenu un Oscar
  29. Un film en noir et blanc : Elephant Man de David Lynch (1980).
  30. Un film réalisé par une femme : Mon Roi de Maïwenn (2015).
  31. Un film d’un réalisateur asiatique
  32. Un film d’horreur
  33. Un film avec un mariage
  34. Un film LGBT
  35. Un film avec un prénom dans le titre : Sils Maria d’Olivier Assayas (2014).
  36. Un film que je veux voir depuis des années sans en avoir l’occasion : The Secret Life of Words d’Isabel Coixet (2005).
  37. Un film qui se déroule avant le XXe siècle
  38. Un film policier/thriller : La Fille du train de Tate Taylor (2016).
  39. Un film feel-good : Célibataire, mode d’emploi de Christian Ditter (2016).
  40. Un film qui n’est pas sorti en salles en France : Hunt for the Wilderpeople de Taika Waititi (2016).

 

Bilan – février 2017

Cinéma

Les films sortis en 2017

 

Quelques minutes après minuit (Juan Antonio Bayona, 2017) 4/4

La La Land (Damien Chazelle, 2017) 2/4

Cinquante Nuances plus sombres (James Foley, 2017) 0/4

Moonlight (Barry Jenkins, 2017) 2/4

287491-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx moonlight lalaland

 

Rattrapages

Le Nouveau (Rudi Rosenberg, 2015) 3/4

Mon Roi (Maïwenn, 2015) 0/4

Alabama Monroe (Felix Van Groeningen, 2012) 3/4

Premier Contact (Denis Villeneuve, 2016) 4/4

Toute première fois (Noémie Saglio, Maxime Govare, 2014) 0/4

La Fille inconnue (Luc & Jean-Pierre Dardenne, 2016) 1/4

Ballroom Dancing (Baz Lurhmann, 1992) 4/4

The Secret Life of Words (Isabel Coixet, 2004) 3/4

ballroomj 18479836-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx414639-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Télévision

Parks and Recreation (saisons 6 et 7, 2013-2015) 3/4

Les désastreuses aventures des orphelins Baudelaire (saison 1, 2017) 4/4

Fais pas ci, fais pas ça (saison 9, 2017) 2/4

lemony parks_and_recreation_season_6_box_art 505036-jpg-r_640_600-b_1_d6d6d6-f_jpg-q_x-xxyxx

Lecture

Si je reste (Gayle Forman, 2009) 1/4

Cinquante Nuances plus claires (E. L. James, 2012) 0/4

Miss Peregrine et les Enfants particuliers (Ransom Riggs, 2011) 2/4


Movie Challenge 2017 

Les participants actuels : Beyond the LinesBorat, Gossip CocoLaurence et OlivierLaurent, LilyMartin.

  1. Un film tiré d’une série/qui a inspiré une série
  2. Un premier film : Clerks de Kevin Smith (1994).
  3. Un film tourné dans un lieu où je suis allé(e)
  4. Un film sorti l’année de mes dix ans
  5. Un film avec acteur/une actrice que je déteste
  6. Un remake ou un film ayant été l’objet d’un remake
  7. Un film qui se passe dans le milieu sportif
  8. Un film de procès
  9. Un film européen hors France : Alabama Monroe de Felix Van Groeningen (2012).
  10. Un film qui a reçu la Palme d’or
  11. Un documentaire 
  12. Un film d’action/d’aventure : Deadpool de Tim Miller (2016).
  13. Un film qui a marqué mon enfance/mon adolescence
  14. Un film que j’aime bien secrètement
  15. Un film français : Le Nouveau de Rudi Rosenberg (2015).
  16. Un film qui est la suite d’un autre film
  17. Un film engagé
  18. Un film sorti cette année : Nocturnal Animals de Tom Ford (2017).
  19. Un film qui m’a fait pleurer : Premier Contact de Denis Villeneuve (2016).
  20. Un film qui m’a fait pleurer de rire
  21. Un film d’un réalisateur que j’adore
  22. Une comédie
  23. Une comédie musicale : Ballroom Dancing de Baz Luhrmann (1992).
  24. Un film recommandé par quelqu’un
  25. Un film d’animation
  26. Un film que mon père adore
  27. Un film adapté d’un livre que j’ai lu
  28. Un film ayant obtenu un Oscar
  29. Un film en noir et blanc
  30. Un film réalisé par une femme : Mon Roi de Maïwenn (2015).
  31. Un film d’un réalisateur asiatique
  32. Un film d’horreur
  33. Un film avec un mariage
  34. Un film LGBT
  35. Un film avec un prénom dans le titre : Sils Maria d’Olivier Assayas (2014).
  36. Un film que je veux voir depuis des années sans en avoir l’occasion : The Secret Life of Words d’Isabel Coixet (2005).
  37. Un film qui se déroule avant le XXe siècle
  38. Un film policier/thriller : La Fille du train de Tate Taylor (2016).
  39. Un film feel-good : Célibataire, mode d’emploi de Christian Ditter (2016).
  40. Un film qui n’est pas sorti en salles en France

Bilan – janvier 2017

Cinéma

Les films de 2017

Nocturnal Animals (Tom Ford, 2017) 4/4

nocturnalanimals

Rattrapages

Sils Maria (Olivier Assayas, 2014) 4/4

La Cour de Babel (Julie Bertuccelli, 2013) 3/4

Clerks (Kevin Smith, 1994) 2/4

Deadpool (Tim Miller, 2016) 2/4

La Fille du train (Tate Taylor, 2016) 2/4

Juste la fin du monde (Xavier Dolan, 2016) 4/4

Célibataire, mode d’emploi (Christian Ditter, 2016) 2/4

silsmaria 568295-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx 081608-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Télévision

The Knick (saison 1, 2014) 3/4

Divorce (saison 1, 2016) 2/4

Inside No.9 (saison 1, 2014) 3/4

knick divorce inside

Lectures

La Nuit (Elie Wiesel, 1955) 4/4

Quelques minutes après minuit (Patrick Ness, 2011) 4/4


Movie Challenge 2017 :

Les participants actuels : Borat, Gossip CocoLaurence et OlivierLaurent, LilyMartin.

  1. Un film tiré d’une série/qui a inspiré une série
  2. Un premier film : Clerks de Kevin Smith (1994).
  3. Un film tourné dans un lieu où je suis allé(e)
  4. Un film sorti l’année de mes dix ans
  5. Un film avec acteur/une actrice que je déteste
  6. Un remake ou un film ayant été l’objet d’un remake
  7. Un film qui se passe dans le milieu sportif
  8. Un film de procès
  9. Un film européen hors France
  10. Un film qui a reçu la Palme d’or
  11. Un documentaire
  12. Un film d’action/d’aventure : Deadpool de Tim Miller (2016).
  13. Un film qui a marqué mon enfance/mon adolescence
  14. Un film que j’aime bien secrètement
  15. Un film français
  16. Un film qui est la suite d’un autre film
  17. Un film engagé
  18. Un film sorti cette année : Nocturnal Animals de Tom Ford (2017).
  19. Un film qui m’a fait pleurer
  20. Un film qui m’a fait pleurer de rire
  21. Un film d’un réalisateur que j’adore
  22. Une comédie
  23. Une comédie musicale
  24. Un film recommandé par quelqu’un
  25. Un film d’animation
  26. Un film que mon père adore
  27. Un film adapté d’un livre que j’ai lu
  28. Un film ayant obtenu un Oscar
  29. Un film en noir et blanc
  30. Un film réalisé par une femme
  31. Un film d’un réalisateur asiatique
  32. Un film d’horreur
  33. Un film avec un mariage
  34. Un film LGBT
  35. Un film avec un prénom dans le titre : Sils Maria d’Olivier Assayas (2014).
  36. Un film que je veux voir depuis des années sans en avoir l’occasion
  37. Un film qui se déroule avant le XXe siècle
  38. Un film policier/thriller : La Fille du train de Tate Taylor (2016).
  39. Un film feel-good : Célibataire, mode d’emploi de Christian Ditter (2016).
  40. Un film qui n’est pas sorti en salles en France

Bilan – décembre 2016

Cinéma

 

Sorties 2016 (ciné, dvd, vod, e-cinema…)

Absolutely Fabulous (Mandie Fletcher, 2016) 2/4

Divines (Houda Benyamina, 2016) 3/4

Equals (Drake Doremus, 2016) 3/4

Very Bad Dads (Sean Anders, 2016) 2/4

The Nice Guys (Shane Black, 2016) 3/4

Elle (Paul Verhoeven, 2016) 2/4

Les Animaux Fantastiques (David Yates, 2016) 3/4

animaux  529694-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx divines

Rattrapages

Tom à la ferme (Xavier Dolan, 2012) 2/4

La Déchirure (Roland Joffé, 1984) 4/4

Stutterer (Benjamin Cleary, 2015) 4/4

Kill Your Darlings (John Krokidas, 2013) 1/4

Alvin et les Chipmunks : A fond la caisse (Walt Becker, 2015) 2/4

Anchorman 2 : Légendes Vivantes (Adam McKay, 2013) 3/4

Foutaises (Jean-Pierre Jeunet, 1989) 3/4

killing tom killyourdarlings

Télévision

Mr Robot (saison 2, 2016) 4/4

Jour Polaire (saison 1, 2016) 3/4

The Office (saisons 1, 2 et épilogue, 2001-2003) 4/4

Transparent (saison 1, 2014) 1/4

theofficemrrobot2midnightsun

 

Lectures

#EnjoyMarie (Marie Lopez, 2015) 1/4

Le premier jour du reste de ma vie (Virginie Grimaldi, 2016) 2/4 

From Notting Hill with Love… Actually (Ali McNamara, 2013) 1/4

Bilan 2016

itparty

Et oui, on se remet de sa soirée…

Je l’ai fait hier assez brièvement mais se répéter ne fait parfois pas de mal : je profite vraiment de ce billet pour vous remercier de tout : de votre présence régulière sur le blog, de nos échanges drôles et/ou instruits, de votre gentillesse, de votre fidélité et de votre sens du partage. Cela me pousse toujours à continuer ce blog avec encore plus de plaisir.

Certains l’attendaient, je vous le propose enfin : mon top 10 et mon flop 10 de l’année. Quelques précisions méritent votre attention :

  • Vous vous imaginez bien que je n’ai pas pu tout voir même si j’ai tout fait pour avoir un panel assez intéressant, me semble-t-il de l’année. Il manquera forcément des films (Mademoiselle, Arrival, Manchester by the Sea, Juste la fin du monde et Sully font partie de mes plus gros manques me concernant).
  • J’ai donc vu (au cinéma, dvd, téléchargement, e-cinema) 64 films sortis en 2016 en France.
  • Mon année cinéma a été bonne. J’en suis vraiment satisfaite. En fait, je crois que j’ai tout fait pour éviter les daubes. Du coup, établir un top 10 n’a pas été si évident. D’autres films, que j’ai bien complimentés, auraient pu faire partie de ce top. Tout s’est joué à des détails, des émotions etc… Mais en allant dans la catégorie « 2016 », vous retrouverez les autres films que j’ai aimés et que j’ai défendus.
  • L’année étant bonne, j’ai donc évité les daubes (en tout cas le max). Les vraies de vraies. Le terme « flop » peut paraître provocateur, un poil de mauvaise foi. Dans ce flop 10, en réalité, il y a plus une majorité de déceptions, de films que je n’ai pas aimés tout simplement. J’ai bien conscience que certains titres peuvent choquer et qu’il y a certainement biiiiiiiiiien pires (rien qu’en lisant les flops sur le Net, je m’étouffe).

Voici mon top 10 de l’année 2016

  1. Tu ne tueras point (Hacksaw Ridge) de Mel Gibson
  2. Dernier train pour Busan (Busanhaeng) de Yeon Sang-ho
  3. Les Huit Salopards (The Hateful Eight) de Quentin Tarantino
  4. Moi, Daniel Blake de Ken Loach
  5. Captain Fantastic de Matt Ross
  6. Sing Street de John Carney
  7. Room de Lenny Abrahamson
  8. The Neon Demon de Nicolas Winding Refn
  9. Spotlight de Tom McCarthy
  10. Midnight Special de Jeff Nichols

melgibson

busan 467133.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx daniel 324651-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx singstreet  211080.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx

319878.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx 118433 midnight

Voici mon flop 10 de l’année 2016

  1. Sisters de Jason Moore
  2. The Door (The Other Side of the Door) de Johannes Roberts
  3. Cézanne et moi de Danièle Thompson
  4. Krampus de Michael Dougherty
  5. Whiskey Tango Foxtrot de John Requa et Glenn Ficarra
  6. Ave, César ! de Joel et Ethan Coen
  7. Steve Jobs de Danny Boyle
  8. The Danish Girl de Tom Hooper
  9. Miss Peregrine et les enfants particuliers de Tim Burton
  10. Café Society de Woody Allen

Movie Challenge 2016 : c’est la fin

Ca y est, j’ai ENFIN terminé dans les temps le fameux Movie Challenge. Même si vous avez pu suivre mes aventures sur le blog au fil de l’année, je vous fais un petit recap :

– un film français : Les Enfants du Paradis de Marcel Carné (1945)

– un film adapté d’un livre : Tale of Tales de Matteo Garrone (2015).

– un film ayant lieu dans un endroit que j’ai toujours rêvé de visiter : C.R.A.Z.Y. de Jean-Marc Vallée (2005).

– un film tourné/sorti cette année : Carol de Todd Haynes (2016)

– un film tourné/sorti l’année de ma naissance (soit 1993) : La Liste de Schindler de Steven Spielberg (1993)

– un film tourné par un réalisateur de moins de 30 ans : J’ai tué ma mère de Xavier Dolan (2009).

– un film dont le titre contient un numéro : Les Sept Samouraïs d’Akira Kurosawa (1954).

– un film ayant de mauvaises critiques : Toi, moi… et Duprée de Anthony et Joe Russo (2006).

– une comédie : Les Muppets, le retour de James Bobin (2011).

– un film réalisé par une femme : Surveillance de Jennifer Lynch (2008).

– un film dont le héros n’est pas humain : Mondwest de Michael Crichton (1973).

– un film qui a une suite : Star Wars, épisode VII : Le Réveil de la Force de J. J. Abrams

– un film que j’ai vu quand j’étais (plus) jeune : Little Miss Sunshine de Jonathan Dayton et Valerie Faris (2006).

– un film se déroulant dans le futur : Perfect Sense de David McKenzie (2011).

– un court-métrage : Harvie Krumpet d’Adam Elliot (2003).

– un film se déroulant à l’étranger : Transsiberian de Brad Anderson (2008).

– un film qui n’est pas en anglais ni en français : Mustang de Deniz Gamze Ergüven (2015).

– un film se passant au lycée : Elle est trop bien de Robert Iscove (1999).

– un film dont le titre comporte une couleur : Blue Ruin de Jeremy Saulnier (2013).

– un film qui m’a fait pleurer : States of Grace de Destin Daniel Cretton (2013).

– un film que j’ai vu plus de deux fois : Walk Hard – The Dewey Cox Story de Jake Kasdan (2007).

– un film d’un réalisateur que j’adore : Kes de Ken Loach (1969).

– un film avec une actrice que j’adore : Diamants sur canapé de Blake Edwards (1961).

– un film avec un acteur que j’adore : Avanti de Billy Wilder (1972).

– un film ayant obtenu un Oscar : Tendres Passions de James L. Brooks (1983).

– un film d’horreur : The Wig de Won Shin-yeon (2005).

– un film commencé que je n’ai jamais terminé : I’m not There de Todd Haynes (2007).

– un dessin animé : Les Indestructibles de Brad Bird (2004).

– un biopic historique : Kill Your Darlings de John Krokidas (2013).

– un film LGBT : Une journée particulière de Ettore Scola (1977).

– un film que je veux voir depuis des années sans en avoir l’occasion : Music Box de Costa-Gavras (1989).

– un film recommandé par quelqu’un : Drop Dead Fred de Ate de Jong (1991).

– un film en noir et blanc : Les Hauts de Hurlevent de William Wyler (1939).

– un film basé sur des faits réels : Bowling de Marie-Castille Mention-Schaar (2012)

– une comédie musicale : Moulin Rouge ! de Baz Luhrmann (2001).

– un film qui m’a fait pleurer de rire : Les Flingueuses de Paul Feig (2013).

– un film de guerre : La Déchirure de Roland Joffé (1984).

– un film adapté d’un roman graphique ou d’un comic : Les Gardiens de la Galaxie de James Gunn (2014).

– un film avec un mariage : Bachelorette de Leslye Headland (2012).

– un film d’un réalisateur asiatique : Hard Day de Kim Seong-hun (2014).

– un film que ma mère adore : Truman Capote de Bennett Miller (2005).

 

Comme vous le voyez, il reste peu de temps et très peu de films à chroniquer. Donc priorité en janvier : chroniquer les quatre derniers films de la liste. Donc patience pour les prochains billets… du Movie Challenge 2017. OUI !! Cette expérience m’a tellement plu que je compte bien recommencer avec un mélange d’anciennes et de nouvelles catégories. J’ai établi cette nouvelle liste avec coupine blogueuse Lilylit. Au passage, petite dédicace ma chère :

suedois

Je remercie donc au passage les blogueuses qui ont décidé de faire ce Movie Challenge : ChonchonBeyond the Lines et bien sûr Mel (c’est grâce à toi que je me suis lancée là-dedans !). J’espère qu’il y aura des blogueurs qui continueront à faire ce challenge avec nous. Evidemment, si vous êtes intéressés, je ne vous force pas du tout à écrire systématiquement un billet sur les films que vous avez vus etc… Vous pouvez commenter où vous en êtes sur le blog, sur vos blogs très furtivement, sur les réseaux sociaux etc…

Bref, tout ça pour vous dire que je publierai, en même temps que Lily sur son blog, la nouvelle liste le 2 janvier 2017.

Pour finir, parce que je pense que c’est ce qu’il y a de plus important, c’est vous raconter mon ressenti sur cette année de challenge, pour que vous puissiez comprendre ma démarche. Déjà, je suis contente d’avoir pu réussir ce challenge dans les temps par défi personnel. Je n’aime pas abandonner quelque chose en cours de route et cela prouve de nouveau que je suis capable de tenir mes engagements. Puis, j’ai toujours aimé trouver différentes façons de découvrir des films. J’ai tenté les listes mais finalement je laisse rapidement tomber. C’est trop strict pour moi. Là, l’avantage, c’est qu’on peut découvrir des films très différents tout en nous donnant une certaine liberté. Et c’est important de s’amuser avant tout ! J’ai pu découvrir des films dont je n’avais pas spécialement envie de regarder ou au contraire j’ai pu concrétiser certaines envies enfouies depuis des années ! Dans le lot, j’ai découvert des films qui m’ont marquée. Même les déceptions ne sont finalement pas des déceptions puisque je suis contente de les avoir vu pour ma propre curiosité.

Enfin, je suis contente d’avoir pris le temps de chroniquer pratiquement tous les films. Avant, en dehors des films sortant au cinéma dans l’année, j’avais du mal à chroniquer les films que je voyais chez moi. Soit parce que je ne me sentais pas à la hauteur soit parce que je ne savais pas quoi choisir entre tel ou tel film ! Là, je sens que ça a crée une sorte de fil conducteur sur le blog et un peu de cohérence ne fait pas de mal ! Surtout, j’ai l’impression que je me dépasse lorsque je rencontre des difficultés à chroniquer un film.

Sur ce, je vous laisse et je vous dis à très bientôt sur le blog, notamment avec mon fameux bilan des films de 2016 !!

Bilan – novembre 2016

Cinéma

Sorties 2016 (ciné, dvd, vod, e-cinema…)

American Nightmare 3 : Elections (James DeMonaco, 2016) 2/4

Un homme à la hauteur (Laurent Tirard, 2016) 2/4

Inferno (Ron Howard, 2016) 2/4

Doctor Strange (Scott Derrickson, 2016) 2/4

Imperium (Daniel Ragussis, 2016) 2/4

Tu ne tueras point (Mel Gibson, 2016) 4/4

Folles de Joie (Paolo Virzi, 2016) 3/4

Le Monde de Dory (Andrew Stanton, Angus MacLane, 2016) 3/4

507759-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx dory folles

Rattrapages

Confetti (Debbi Isitt, 2006) 2/4

Love Story (Arthur Hiller, 1970) 2/4

71 fragments d’une chronologie du hasard (Michael Haneke, 1994) 2/4

French Kiss (Lawrence Kasdan, 1995) 2/4

lovestory frenchkiss fragments

Lectures

Harry Potter et l’Enfant maudit (J.K. Rowling, 2016) 4/4

Un roman français (Frédéric Beigbeder, 2009) 2/4

Boy (Takeshi Kitano, 2012) 2/4

Virgin Suicides (Jeffrey Eugenides, 1993) 4/4

Télévision (ou petite lucarne ou appareil à redevance)

The Night Manager (saison 1, 2016) 1/4

Orange is the New Black (saison 1, 2013) 4/4

Brokenwood (saison 2, 2015) 3/4

American Horror Story : Roanoke (saison 6, 2016) 1/4

Sherlock (saison 2, 2012) 4/4

orange ahs night


Movie Challenge 2016 :

– un film français : Les Enfants du Paradis de Marcel Carné (1945)

– un film adapté d’un livre : Tale of Tales de Matteo Garrone (2015).

– un film ayant lieu dans un endroit que j’ai toujours rêvé de visiter : C.R.A.Z.Y. de Jean-Marc Vallée (2005).

– un film tourné/sorti cette année : Carol de Todd Haynes (2016)

– un film tourné/sorti l’année de ma naissance (soit 1993) : La Liste de Schindler de Steven Spielberg (1993)

– un film tourné par un réalisateur de moins de 30 ans : J’ai tué ma mère de Xavier Dolan (2009).

– un film dont le titre contient un numéro : Les Sept Samouraïs d’Akira Kurosawa (1954).

– un film ayant de mauvaises critiques : Toi, moi… et Duprée de Anthony et Joe Russo (2006).

– une comédie : Les Muppets, le retour de James Bobin (2011).

– un film réalisé par une femme : Surveillance de Jennifer Lynch (2008).

– un film dont le héros n’est pas humain : Mondwest de Michael Crichton (1973).

– un film qui a une suite : Star Wars, épisode VII : Le Réveil de la Force de J. J. Abrams

– un film que j’ai vu quand j’étais (plus) jeune : Little Miss Sunshine de Jonathan Dayton et Valerie Faris (2006).

– un film se déroulant dans le futur : Perfect Sense de David McKenzie (2011).

– un court-métrage : Harvie Krumpet d’Adam Elliot (2003).

– un film se déroulant à l’étranger : Transsiberian de Brad Anderson (2008).

– un film qui n’est pas en anglais ni en français : Mustang de Deniz Gamze Ergüven (2015).

– un film se passant au lycée : Elle est trop bien de Robert Iscove (1999).

– un film dont le titre comporte une couleur : Blue Ruin de Jeremy Saulnier (2013).

– un film qui m’a fait pleurer : States of Grace de Destin Daniel Cretton (2013).

– un film que j’ai vu plus de deux fois : Walk Hard – The Dewey Cox Story de Jake Kasdan (2007).

– un film d’un réalisateur que j’adore : Kes de Ken Loach (1969).

– un film avec une actrice que j’adore : Diamants sur canapé de Blake Edwards (1961).

– un film avec un acteur que j’adore : Avanti de Billy Wilder (1972).

– un film ayant obtenu un Oscar : Tendres Passions de James L. Brooks (1983).

– un film d’horreur : The Wig de Won Shin-yeon (2005).

– un film commencé que je n’ai jamais terminé : I’m not There de Todd Haynes (2007).

– un dessin animé : Les Indestructibles de Brad Bird (2004).

– un biopic historique

– un film LGBT : Une journée particulière de Ettore Scola (1977).

– un film que je veux voir depuis des années sans en avoir l’occasion : Music Box de Costa-Gavras (1989).

– un film recommandé par quelqu’un : Drop Dead Fred de Ate de Jong (1991).

– un film en noir et blanc : Les Hauts de Hurlevent de William Wyler (1939).

– un film basé sur des faits réels : Bowling de Marie-Castille Mention-Schaar (2012)

– une comédie musicale : Moulin Rouge ! de Baz Luhrmann (2001).

– un film qui m’a fait pleurer de rire : Les Flingueuses de Paul Feig (2013).

– un film de guerre

– un film adapté d’un roman graphique ou d’un comic : Les Gardiens de la Galaxie de James Gunn (2014).

– un film avec un mariage : Bachelorette de Leslye Headland (2012).

– un film d’un réalisateur asiatique : Hard Day de Kim Seong-hun (2014).

– un film que ma mère adore : Truman Capote de Bennett Miller (2005).

 

Bilan – octobre 2016

Cinéma

Les films de 2016 (ciné, dvd, vod, e-cinema)

L’Idéal (Frédéric Beigbeder, 2016) 2/4

Miss Peregrine et les enfants particuliers (Tim Burton, 2016) 1/4

Captain Fantastic (Matt Ross, 2016) 4/4

Tout pour être heureux (Cyril Gelblat, 2016) 3/4

Whiskey Tango Foxtrot (John Requa & Glenn Ficarra, 2016) 1/4

Avant toi (Thea Sharrock, 2016) 2/4

Moi, Daniel Blake (Ken Loach, 2016) 4/4 

Krampus (Michael Dougherty, 2016) 1/4

Sing Street (John Carney, 2016) 4/4

daniel 324651-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx singstreet

Rattrapages

Tammy (Ben Falcone, 2014) 1/4

Il n’est jamais trop tard (Tom Hanks, 2011) 2/4

Death Bell 2 : Bloody Camp (Seon-dong Yu, 2010) 1/4

J’ai tué ma mère (Xavier Dolan, 2009) 2/4

La Veuve noire (Bob Rafelson, 1987) 2/4

I’m Not There (Todd Haynes, 2007) 3/4

Perfect Sense (David McKenzie, 2011) 1/4

Harvie Krumpet (Adam Elliot, 2003) 3/4

Mondwest (Michael Crichton, 1973) 3/4

Hard Day (Kim Seong-hun, 2014) 3/4

Les Hauts de Hurlevent (William Wyler, 1939) 3/4

The Devil’s Hand (Christian E. Christiansen, 2014) 1/4

mondwest  18845215-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx wuthering_heights_1939_film

Télévision

Marion, 13 ans pour toujours (Bourlem Guerdjou, 2016) 3/4

Parks & Recreation (saison 5, 2012) 3/4

La Guerre à la maison (saisons 1 et 2, 2005-2007) 3/4

Vice Principals (saison 1, 2016) 3/4

30 Rock (saison 5, 2010) 4/4

Mr Robot (saison 1, 2015) 4/4

Sherlock (saisons 1 et 2, 2010-2012) 4/4

Justified (saison 3, 2012) 3/4

Le Mystère Enfield (saison 1, 2015) 3/4

mrrobot vice 471082-jpg-r_640_600-b_1_d6d6d6-f_jpg-q_x-xxyxx

Lectures

The Van (Roddy Doyle, 1991) 1/4

Harry Potter et les Reliques de la Mort (J.K. Rowling, 2007) 4/4

King Kong Théorie (Virginie Despentes, 2006) 3/4

« Oh… » (Philippe Djian, 2012) 3/4

Beignets de tomates vertes (Fannie Flagg, 1987) 4/4


Movie Challenge 2016 :

– un film français : Les Enfants du Paradis de Marcel Carné (1945)

– un film adapté d’un livre : Tale of Tales de Matteo Garrone (2015).

– un film ayant lieu dans un endroit que j’ai toujours rêvé de visiter : C.R.A.Z.Y. de Jean-Marc Vallée (2005).

– un film tourné/sorti cette année : Carol de Todd Haynes (2016)

– un film tourné/sorti l’année de ma naissance (soit 1993) : La Liste de Schindler de Steven Spielberg (1993)

– un film tourné par un réalisateur de moins de 30 ans : J’ai tué ma mère de Xavier Dolan (2009).

– un film dont le titre contient un numéro : Les Sept Samouraïs d’Akira Kurosawa (1954).

– un film ayant de mauvaises critiques : Toi, moi… et Duprée de Anthony et Joe Russo (2006).

– une comédie : Les Muppets, le retour de James Bobin (2011).

– un film réalisé par une femme : Surveillance de Jennifer Lynch (2008).

– un film dont le héros n’est pas humain : Westworld de Michael Crichton (1973).

– un film qui a une suite : Star Wars, épisode VII : Le Réveil de la Force de J. J. Abrams

– un film que j’ai vu quand j’étais (plus) jeune : Little Miss Sunshine de Jonathan Dayton et Valerie Faris (2006).

– un film se déroulant dans le futur : Perfect Sense de David McKenzie (2011).

– un court-métrage : Harvie Krumpet d’Adam Elliot (2003).

– un film se déroulant à l’étranger : Transsiberian de Brad Anderson (2008).

– un film qui n’est pas en anglais ni en français : Mustang de Deniz Gamze Ergüven (2015).

– un film se passant au lycée : Elle est trop bien de Robert Iscove (1999).

– un film dont le titre comporte une couleur : Blue Ruin de Jeremy Saulnier (2013).

– un film qui m’a fait pleurer : States of Grace de Destin Daniel Cretton (2013).

– un film que j’ai vu plus de deux fois : Walk Hard – The Dewey Cox Story de Jake Kasdan (2007).

– un film d’un réalisateur que j’adore : Kes de Ken Loach (1969).

– un film avec une actrice que j’adore : Diamants sur canapé de Blake Edwards (1961).

– un film avec un acteur que j’adore : Avanti de Billy Wilder (1972).

– un film ayant obtenu un Oscar : Tendres Passions de James L. Brooks (1983).

– un film d’horreur : The Wig de Won Shin-yeon (2005).

– un film commencé que je n’ai jamais terminé : I’m not there de Todd Haynes (2007).

– un dessin animé : Les Indestructibles de Brad Bird (2004).

– un biopic historique

– un film LGBT : Une journée particulière de Ettore Scola (1977).

– un film que je veux voir depuis des années sans en avoir l’occasion : Music Box de Costa-Gavras (1989).

– un film recommandé par quelqu’un : Drop Dead Fred de Ate de Jong (1991).

– un film en noir et blanc : Les Hauts de Hurlevent de William Wyler (1939).

– un film basé sur des faits réels : Bowling de Marie-Castille Mention-Schaar (2012)

– une comédie musicale : Moulin Rouge ! de Baz Luhrmann (2001).

– un film qui m’a fait pleurer de rire : Les Flingueuses de Paul Feig (2013).

– un film de guerre

– un film adapté d’un roman graphique ou d’un comic : Les Gardiens de la Galaxie de James Gunn (2014).

– un film avec un mariage : Bachelorette de Leslye Headland (2012).

– un film d’un réalisateur asiatique : Hard Day de Kim Seong-hun (2014).

– un film que ma mère adore