[MC2018] A Taxi Driver

réalisé par Jang Hoon

avec Song Kang-ho, Thomas Kretschmann, Yoo Hae-jin…

Drame historique coréen. 2h17. 2017.

titre original : Taeksi woonjunsa

sortie française  : 24 octobre 2017

Un film ni américain ni européen 

En 1980, un journaliste allemand est à Séoul pour faire son reportage sur le soulèvement  étudiant et syndical de Gwangju, s’opposant à la dictature de Chun Doo-hwan. Pour s’y rendre, il est obligé de prendre un taxi…

A Taxi Driver : Photo

A Taxi Driver (à ne pas confondre avec le chef-d’oeuvre de Martin Scorsese qui porte – presque – le même titre) est passé inaperçu en France et c’est pourtant si dommage étant donné qu’il vaut véritablement le coup d’oeil. Je ne peux qu’encourager les fans assidus de cinéma coréen à découvrir ce long-métrage qui a remporté un grand succès en Corée du Sud, en devenant même premier du box-office de 2017 avec ses 12 millions de spectateurs dans les salles là-bas. C’est tellement dommage qu’il ait eu une sortie aussi confidentielle. Il est tiré d’une histoire vraie, méconnue en Europe : le journaliste allemand Jürgen Hinzpeter se rend à Gwangju pour filmer les violentes luttes étudiantes et syndicales se déroulant en 1980. Face aux routes barrées par le gouvernement, il a besoin de quelqu’un connaissant bien le pays pour le conduire à sa destination. Il va donc faire appel à un certain « Kim Sa-bok », en tout cas c’est le nom qu’il lui donne. En réalité, on ne connaîtra jamais l’identité de ce chauffeur de taxi du titre qui a participé à la diffusion des images de ce soulèvement (d’où l’intérêt de l’article indéfini « un » dans le titre). Même la production du film n’a pas réussi à retrouver la trace de cet homme entré malgré lui dans l’histoire et préférant retourner dans l’anonymat. A Taxi Driver surprend pour son mélange de tons (sans vouloir faire de généralités, je constate qu’il s’agit pratiquement d’une « habitude » dans le cinéma coréen contemporain mais qui continue toujours de surprendre). Il commence sur un ton léger, voire même comique, même si la vie du Taxi Driver n’a rien de facile non plus : les personnages principaux sont encore loin des événements, ce ton impliquant alors une certaine distance avec la révolte à Gwangju. Il y a pratiquement un côté absurde dans la situation du chauffeur de taxi, peu informé dans ce qui se passe dans son propre pays : c’est finalement la figure de l’étranger qui va lui ouvrir les yeux. Le but n’est évidemment pas de dire que les Occidentaux sont supérieurs ou quoi que ce soit, mais de pointer du doigt le manque de communication en Corée pour mieux contrôler sa population.

A Taxi Driver : Photo

Petit à petit, le long-métrage prend une direction plus dramatique lorsque les protagonistes sont arrivés à leur destination, dans un climat de violence (loin des petites chamailleries nous faisant décrocher quelques sourires dans la première partie), réalisant les contestations des étudiants face au régime mis en place. Enfin, via un procédé peut-être parfois facile par moments, appuyant alors sur la véracité de l’histoire (notamment en nous exposant des images hors de la fiction), A Taxi Driver devient poignant dans sa troisième partie (je traduis : j’ai encore pleuré). Au-delà de nous livrer une réflexion intéressante mêlée à une vive émotion finale, le long-métrage porte un regard pertinent sur la question de l’héroïsme. Qui sont les véritables héros ? Ceux qui font connaître les grandes histoires ? Ceux qui y participent et y sont au premier plan ? Ceux de l’ombre ? A-t-on besoin d’être reconnu comme un héros pour en être un ? Rythmée, intense, sachant prendre en compte l’intimité et l’émotion de petits individus au coeur d’une page d’Histoire, la mise en scène est une belle réussite. Elle est également complétée par une approche esthétique plutôt surprenante par rapport à ce que j’imaginais avant de découvrir le film.En effet, dans un premier temps, l’esthétique semble assez proche d’un certain cinéma social. Puis, elle semble plus soignée lorsqu’on avance dans le film, face aux scènes plus enflammées. La photographie sublime alors la lumière. Cette transformation visuelle est logique par rapport à l’évolution narrative bien construite. Enfin, le duo Song Kang-ho/Thomas Kretschmann fonctionne également bien, même si l’acteur allemand s’efface parfois (à juste titre) pour son partenaire coréen, qui, décidément, ne déçoit jamais. Leurs personnages sont touchants grâce à leur complicité prenant forme au fur et à mesure des scènes malgré le barrage culturel et linguistique et leurs comportements s’adaptant naturellement à l’évolution historique. Ainsi, Peter est au départ un arriviste qui s’humanise et comprend alors peu à peu le véritable rôle que doit jouer un journaliste pour permettre à la vérité d’éclater dans le monde, une visibilité nécessaire pour faire changer les choses. Quant à Kim Man-seob (le nom a été modifié pour la fiction), il n’est qu’un homme ordinaire et humble vivant dans une situation précaire (il doit élever seul sa fille avec un petit salaire), qui pense avant tout à survivre en étant embarqué dans une situation qui le prend au dépourvu.

A Taxi Driver : Photo

Publicités

13 réflexions au sujet de « [MC2018] A Taxi Driver »

  1. Que dire de plus concernant ce film ? Bien que j’ai l’habitude de voir des films d’action, parfois très violents, sans oublier les films d’horreur, parfois très gore, j’ai trouvé que « A Taxi Driver » était un métrage très rude dans son esprit, et justement sans utiliser d’images trash, de visuels réellement violents. C’est donc violent sans être démonstratif à l’excès. Honnêtement, j’ai pris une claque. Ça m’a secouer, ce qui est assez rare…. Après, Song Kang-ho, excellent, comme presque toujours. Il a d’ailleurs obtenu plusieurs prix pour ce rôle. Il existe plusieurs films sur les événements de Gwangju, et en fait, ils sont tous poignants !

    Aimé par 1 personne

  2. Intéressant. Je pensais l’avoir dans ma collection de DVD – on m’a offert un coffret de cinéma coréen – mais en fait, celui que j’ai s’appelle « Taxi Blues ».

    Tu l’as pêché où, ce film, Tina ?

    J'aime

  3. Bonjour Tina, je viens de voir qu’il était sortit fin octobre en France, je l’ai loupé. Je n’en n’avais pas entendu parler. Il faudra que je le trouve en DVD, s’il sort un jour. Bon dimanche

    Aimé par 1 personne

  4. Et bien tu donnes très envie. Jai failli ne pas lire en voyant l’horrible affiche et la tete un peu debile de l’acteur…
    ll n’a pas dû sortir chez moi mais je vais le chercher en DVD car le cinéma coréen est un de mes préférés au monde, la photo avec la petite est très touchante et Thomas Kreschmann très, trop rare, est ce qu’on fait de plus bandant en matière d’acteur. Je n’oublierai jamais ce plan où il apparaît filmé depuis ses bottes de nazi jusqu’à son visage par Polanski. Et le film d’Enki Billal (entre autre).

    J'aime

  5. @ Olivier Demangeon :
    Je suis tellement d’accord avec ton commentaire !!
    (je ne connais pas les autres films sur le soulèvement de Gwangju : lesquels me conseilles-tu ?)

    J'aime

  6. @ Pascale :

    L’affiche est très laide, elle m’a aussi rebutée dans un premier temps !

    Hélas, non je l’ai vu en VOD… je surveille toutefois de très près s’il sort un de ces quatre en dvd !
    (sinon je te l’aurais prêté volontiers !!).

    J'aime

  7. Le visage de Song Kang-ho tout souriant sur l’affiche, qu’il a l’air bien sympathique ce film ! Merci de nous le faire connaître. Et je ne saurais que vous conseiller le même acteur dans d’autres registres, les films de Bong Joon Ho et Park Chan Wook (Thirst ou Memories of Murder pour prendre deux exemples que j’aime particulièrement).

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s