Est-ce compliqué d’être une fille cinéphile sur Internet ?

Rappelez-vous (en tout cas, pour ceux qui me suivent, sinon coucou) : en octobre dernier, dans un article assez personnel (désormais, j’ai une perception très étrange avec ce dernier, entre la fierté d’avoir pu me débarrasser de rancoeurs et la honte dans le sens où je le trouve tout de même un peu puéril sur certains points), dans une petite partie (mais importante), j’évoquais les problèmes que subissaient les cinéphiles filles sur le Web. Je vous remets également avec un grand plaisir des articles similaires (ceux de Suzy et Océane et Pauline) publiés en même temps, qui développent bien plus que moi leurs mauvaises expériences et leurs ressentis (bref à lire, à relire et à refaire partager car vraiment, c’est important et nécessaire, que cela ne tombe pas dans l’oubli).

Jessica n’est pas contente… moi non plus, tiens.

Après avoir publié cet article, après avoir reçu plein de compliments et tout ça avec mes consoeurs (et pour ceux qui sont sincères et bienveillants, je vous en remercie encore), même si je savais au fond de moi que les choses n’allaient pas radicalement changer (nous ne sommes pas chez Oui-Oui), je pensais que cela serait la dernière fois que j’abordais le sujet. Puis, pratiquement tout de suite après cette publication, effectivement, je constatais bien que le message ne passait pas autant que je le souhaitais. J’avais encore envie d’aborder le sujet il y a un mois grosso modo mais je l’ai laissé tomber car :

  1. J’avais l’impression que je me plaignais trop (comme quoi, les harceleurs arrivent bien à nous faire culpabiliser).
  2. Je pense que je n’avais pas réussi à trouver le bon angle, que je me prenais trop la tête alors qu’il faut en parler simplement.

Peut-être que là je vais oublier de parler de certains détails (mais justement, discuter de cette chronique pourra aussi m’amener à creuser encore plus sur d’autres points plus tard) mais au fond je me dis que ce n’est pas si grave que ça, tant pis : cet article sera certainement imparfait mais au moins j’aurais parlé d’un sujet qui me tient à cœur et qui me semble nécessaire. Surtout, j’ai eu une idée : lancer une nouvelle catégorie sur le blog, sur les cinéphiles filles justement. Bref, mettre en avant les blogueuses et de Youtubeuses cinéphiles ou parler de nouveau des problèmes des filles cinéphiles sur la blogosphère ou même dans d’autres métiers du cinéma feront partie des sujets que je souhaite traiter dans le futur (et si certaines veulent faire partie de l’aventure, n’hésitez pas !). Je ne sais pas à quelle fréquence cette catégorie reviendra mais en tout cas elle existe (cela fait un moment que je veux faire évoluer mon blog). Pour le nom de la catégorie, je ne me suis pas embêtée (vu que le nom peut être provisoire) : « Etre une cinéphile fille » (si vous avez d’autres idées, dites-le moi, on peut toujours améliorer le titre). Bref, passons au vif du sujet et j’ai déjà la réponse à la question de mon article : oui, c’est compliqué d’être une fille cinéphile sur Internet. Bon, c’est déjà compliqué d’être une fille tout court, hein. Je vous parle évidemment du milieu que je connais mais je sais, hélas, que ce problème peut être décliné dans trop de domaines.

Ce que je pense de certains.

J’avais des tas d’occasions d’écrire sur le sexisme sur la blogosphère cinéphile. Aujourd’hui, un sujet m’a poussée à prendre ma plume (enfin, mon clavier). Et je me suis aperçue qu’en réalité, tout est toujours lié à ces problèmes de sexisme sur le Web. Bref, au départ, tout est parti d’un triste constat que j’ai fait en allant sur Youtube. Non, sur cette plateforme, je ne regarde que EnjoyPhoenix, Horia ou autres (mais quoi, je ne suis pas une vraie cinéphile parce que je regarde de la beeaateyyyyy sur le Web ??? trahisooooon – le pire, c’est que certains doivent raisonner comme ça), ça m’arrive souvent d’aller aussi regarder des vidéos parlant de cinéma : logique en ce qui me concerne. J’aurais pu faire ce constat depuis des lustres car il saute vraiment aux yeux (je veux dire, je ne vais pas vous balancer un scoop de malade) mais allez savoir pourquoi, cela m’a particulièrement frappée cette fois-ci. Suivez-vous des Youtubeurs cinéma ? Et bien parfois, ils se réunissent pour discuter d’un sujet de cinéma (évidemment, hein, ils ne vont pas vous pondre un sujet sur les pâtes bolo ou la pâte à modeler). Et je remarque en général le schéma suivant :

  1. Il n’y a que des mecs (et même ils se caricaturent en mecs virils en buvant de la bière devant la caméra et tout ça – je ne plaisante même pas).
  2. Il y a parfois une fille, un peu là pour la bonne conscience, fallait bien la caler quelque part. Oh, l’égalité bon sang de bonsoir. (bon, ok, là je suis un peu méchante car je suis certaine que dans le lot, certains ont de bonnes intentions).

Sur les réseaux (bah ouais, j’aime me plaindre), on m’a alors répondu que cela était normal car il n’y a pas non plus des tonnes de Youtubeuses cinéma, qu’elles étaient en minorité sur cette plateforme (ce qui est vrai). La question qu’il faut se poser est alors selon moi la suivante : justement, pourquoi sont-elles aussi peu nombreuses ? Certes, je ne suis qu’une modeste petite blogueuse cinéma, je n’ai pas non plus la science infuse, mais rien qu’avec ma petite expérience, que ce soit sur mon blog ou sur les réseaux sociaux, je pense avoir ma petite idée sur la question.

« Coucou, nous sommes des Youtubeurs, parlons de cinéma ».

Je parle ici autant de ma propre expérience tout comme celles qui m’ont témoigné en privé Je vous parle de deux phénomènes que les blogueuses cinéma, même à une toute échelle comme la mienne, peuvent subir au quotidien. Oui, subir. Je n’exagère pas. Qu’on ne vienne pas me dire que j’exagère. C’est une triste réalité.

  1. Nous, les cinéphiles filles, on n’est pas vraiment des vraies cinéphiles d’abord. Non, nous sommes bêtes, nous devons rester au maquillage, au lifestyle, à la maternité.  Au pire, on peut parler de séries, hein, ça passe un peu mieux. Mais pas de cinéma. J’exagère un peu mais les cinéphiles filles ont globalement du mal à s’intégrer à un milieu assez masculin pour cette raison. On a du mal à nous mettre en confiance, à prendre réellement en compte notre avis (surtout s’il s’oppose à la majorité), à les prendre tout simplement au sérieux. On a même l’impression qu’avec les blogueuses cinéphiles, avoir un échange intellectuel reste compliqué. Soit c’est pas pour nous, soit on a tort.
  2. S’exposer sur Youtube signifie alors exposer son image, son physique, sa voix, son attitude, tout quoi. Et sur les réseaux sociaux, si une fille a le malheur de poster une simple photo d’elle, en mode tranquillou bilou, tous les pervers s’expriment et bonjour les messages privés, entre les relous et les gros dégueulasses qui cachent très bien leur jeu en public (et qui sont même pour certains très suivis et protégés sur les réseaux). Rappel essentiel : les filles se comportent bien quand un mec poste une photo de lui. Donc je ne vois pas pourquoi certains ne se retiennent pas. « TU ES RAVISSSSSSSSANTE », « VIENS BOIRE UN VERRRRRE », « TA JUPE TE MET EN VALEUUUUUUR » (en mode « je me touche la nouille »). Nous ne devrions pas vous éduquer sur des choses qui me paraissent pourtant simples. Ah oui, et dernière réflexion : l’argument « mais je savais pas que tu étais en couple » est bidon. Qu’on soit en couple ou célibataire, Twitter, Youtube ou autre ne sont pas des lieux où une fille cherche à se faire draguer ou harceler. Nous sommes principalement sur ces réseaux pour promouvoir nos blogs et parler de notre passion tout simplement.

Bref, les gars : réfléchissez avant de vous comporter comme des cochons.

Bref, la réponse me semble alors évidente : après avoir vécu ça, on n’a tout simplement pas envie de se lancer sur Youtube. On veut se protéger, on en a même terriblement besoin. Je vais alors vous avouer deux choses :

  1. Je ne m’en suis pas cachée : il y a quelques mois, je voulais encore me lancer sur Youtube car je suis plutôt à l’aise pour m’exprimer oralement et c’est un format intéressant pour toucher un autre public (hélas, les gens lisent de moins en moins).
  2.  J’ai failli abandonner ou transformer ce blog, uniquement à cause de connards qui te donnent l’impression d’être illégitimes. Ouais, à force, vous finissez par croire ces conneries, c’est ça le pire.

A l’heure actuelle :

  1. Non, je ne veux pas me lancer sur Youtube, je ne veux pas m’exposer à tant de connards, j’en ai assez pris plein la gueule niveau harcèlement et mépris. J’ai autre chose à faire que de me battre quotidiennement contre des gens néfastes. Bref, finalement, je laisse définitivement l’idée, trop de peur de me faire emmerder. Par ailleurs, je ne poste plus de photos de moi sur Twitter en tant que « Tinalakiller » (sur mon Facebook perso, c’est autre chose même si je n’en mets pas non plus des tonnes). Obligée de me freiner à cause de certains comportements.
  2. Par contre, être illégitime, vous savez quoi ? Même si c’est vrai, je m’en cogne en fait. Donc je veux continuer à parler de cinéma ou en tout cas toujours en rapport avec le cinéma (je prépare actuellement une nouvelle catégorie sur les comparaisons entre les livres et les adaptations cinémas – j’ai bien avancé sur un de mes articles donc ça arrive soon soon soon).

Un petit discours de paix et de confiance en mois entre deux bombages.

Encore une fois, je n’exagère pas quand je vous parle de mépris et de pervers en tous genres sur les réseaux sociaux. Comme je l’expliquais déjà dans une petite partie au sein de mon article personnel déjà cité,  il y a évidemment du sexisme partout, dans tous les milieux. Bien sûr que le problème persiste encore plus sur les réseaux sociaux en général puisque tout est plus « facile » pour s’attaquer à quelqu’un quand on est derrière un écran. Mais j’ai tout de même l’impression que le monde du cinéma et la blogosphère cinéphile (enfin presque hein) nient totalement ce sexisme. Tout le monde est dans sa bulle, qu’on n’a pas envie de voir cette réalité. On préfère ressortir ce bon vieux cliché (mais vrai) de l’horrible univers des jeux-vidéos, parce que justement, tout le monde sait qu’il y a du sexisme, c’est certainement plus flagrant et visible. Mais ce n’est pas pour autant qu’il n’y en a pas chez nous le monde des cinéphiles (terme évidemment large – pitié, ne vous lancez pas sur une discussion sur ce que signifie ce terme, limite une autre fois, mais pas là bon sang, c’est pas le sujet). Mais oui, voyons, officiellement, la blogosphère cinéphile félicite ouvertement les réalisatrices, veut qu’il y ait plus de femmes à Cannes, salue les films féministes, condamne fermement l’horrible Harvey Weinstein et co, s’insurge si on va aller voir le dernier Woody Allen ou le Polanski en salles. Mais dès qu’il s’agit de se tourner dans son propre milieu, à sa petite échelle, les choses sont plus compliquées, comme s’il n’y avait pas tant de problèmes alors qu’ils se multiplient encore et encore. Il y a un sacré décalage entre une idéologie défendue et ce qui se passe carrément sous votre nez. En fait, il refuse même de voir que ce milieu reste très masculin. Certains sont même protégés alors que leur relou-attitude se voit à des kilomètres. Si certain(e)s osent dire ce qu’il se passe dans les coulisses, d’autres s’insurgent sur ces accusations de sexisme : « mais non, ne jouez pas aux féminazis qui voient du patriarcat partout », « mais non, moi j’ai jamais eu ce souci », « moi j’ai jamais fait ça ». Ce n’est pas parce que vous vous comportez éventuellement bien qu’il n’y a pas de problème de sexisme. Ce n’est pas parce que vous êtes une fille cinéphile jamais emmerdée qu’il n’y a pas non plus de harcèlement en général sur la Toile (harcèlement qui peut concerner une de tes consoeurs au passage). Ce n’est pas en nous disant « mais lancez-vous sur Youtube » (puisque c’était mon point de départ) qu’on va régler les réels problèmes. Et vu le nombre de filles concernées, on ne parle pas que d’un cas isolé. Mais justement c’est le problème du harcèlement : le harceleur isole sa victime. 

Message aux harceleurs.

Dans le lot, entre ce que j’ai vu et su, je peux vous assurer que certains cachent bien leur jeu ou/et sont très appréciés. Même moi, je n’aurais pas imaginé que ces hommes bien propres et soi-disant ouverts d’esprit sont en fait de véritables chasseurs. Bon après, il y a aussi la catégorie de ceux qui ont un comportement ouvertement limite sur la Toile et finalement personne – dont moi –  n’ose ouvrir la bouche de peur de vexer les uns et les autres alors qu’au fond ce raisonnement est ridicule (et surtout, ça ne rend pas ces personnes meilleures que les fameux « chasseurs »). En fait, même si je vais peut-être un peu loin, des affaires comme Weinstein et co ne me surprennent pas tant que ça avec le recul. Le cinéma, le milieu, l’industrie et non l’art en lui-même (quoi que… art et industrie ont un lien, ça mériterait d’être creusé ça aussi), a déjà un problème avec le rôle de la femme, sa représentation et son regard et le désir qu’elle peut procurer par l’image. Quand on lit certains tweets de cinéphiles, sans s’en rendre compte, cette problématique en ressort. Je pense sincèrement que ces soucis sur la blogosphère à notre petite échelle ont un rapport avec des problèmes plus larges et exposés dans le milieu du 7e Art (je parle donc encore de Weinstein et compagnie). Ce rapport en question est peut-être lointain ou indirect mais je ne crois pas tant que ça aux coïncidences. Il y a du harcèlement partout, cela est évident, on ne cherche pas à hiérarchiser ou à comparer, mais vous ne trouvez tout de même pas ça bizarre que l’industrie du cinéma ait particulièrement explosé avec tous ces scandales sexuels ? Quelque chose me dit au fond de moi que ce n’est pas simplement lié à la popularité et à l’accessibilité du cinéma. Et j’imagine aussi qu’on pourrait encore parler de la place des femmes dans le milieu professionnel du cinéma pour ne citer que cet exemple. Même la manière d’écrire nos articles est une preuve d’un certain mépris pour les réalisatrices qu’on associe systématiquement à certains termes (parce qu’une réalisatrice est souvent « délicate » ou « a une sensibilité féminine touchante »). Ou même quand on parle de certaines actrices. Je lis souvent des articles – écrits par des hommes – qui louent la beauté des actrices, tournent même autour de leur sex-appeal. Le contraire est en revanche plus rare. On pourrait avoir l’impression qu’on part encore loin, sur d’autres thèmes (qui pourraient aussi être creusés) mais au fond, je pense que cet ensemble de sous-sujets joue aussi leur rôle, il pourrait aussi « expliquer » certains comportements (autant le mépris que le harcèlement) dans le sens où certaines idées restent encore ancrées dans un esprit collectif inconscient. Bref, le problème est certainement plus complexe qu’il en a l’air, on pourrait en débattre des heures, il y a des tas de choses à dire sur ces sujets encore peu visibles. Mais cela n’empêche pas une chose : merde, les gars, soyez respectueux. Vous défendez les femmes quand vous parlez de Weinstein ? Vous boycottez certains cinéastes pour leurs crimes sexuels ? Alors, putain, faites un effort avec vos collègues sur la toile. Apprenez-vous à vous comporter correctement, ça sera déjà un grand pas. 

J’écris donc cet article autant pour pousser un coup de gueule (même si là je me trouve plutôt calme – mais en réalité je suis assez agacée par tout ce qui peut se passer) que pour faire prendre conscience de certaines choses qui ne sont tout simplement pas acceptables. Oui, les cinéphiles filles ont leur place sur Internet, oui elles disent des choses intelligentes et passionnantes sur le cinéma, oui elles doivent être traitées à égalité avec les blogueurs hommes. Elles méritent d’être plus soutenues et exposées. Il n’y a évidemment aucune haine envers les hommes ou quoi que ce soit. Je me suis toujours entendue avec les mecs et il n’y a pas de raison que ça change : l’égalité, c’est aussi ça, savoir se respecter et s’écouter, peu importe notre sexe ou autre. Oui, il y a aussi des blogueurs masculins formidables, à l’écoute, respectueux, qui savent aussi ce que les cinéphiles filles subissent. Mais hélas, plus le temps passe, plus je me dis que ce n’est pas non plus la majorité, que le problème persiste. Beaucoup – et pas que des mecs d’ailleurs – n’imaginent juste pas l’étendue même du problème. Même moi, je ne le pensais pas, je minimisais toutes ces histoires auparavant. Puis ça m’est arrivé. Puis j’ai enquêté. Puis j’ai écouté d’autres histoires de blogueuses qui ressemblaient parfois à ce que j’avais subi. Et encore, je ne suis pas Dieu, je ne sais pas tout, mais je suis certaine que je suis passée à côté d’histoires abominables. Tout ce que nous demandons est de trouver notre place normalement, grâce à notre passion et notre travail, comme les hommes, sur la blogosphère cinéphile. Ni plus ni moins.

Paix et amour à mes consoeurs. Soyez fortes. Et parlez si jamais on vous emmerde.

Publicités

58 réflexions au sujet de « Est-ce compliqué d’être une fille cinéphile sur Internet ? »

  1. Moi je veux faire partie de l’aventure « être une cinéphile fille » ! Honnêtement quand vos premiers articles sur le sujet ont paru, j’étais un peu étonnée moi-même parce que, ne fréquentant qu’un petit nombre de personnes sur les RS, je n’avais pas vraiment conscience de l’ampleur du problème. Et en fait vous avez totalement raison. C’est pas qu’on nous empêche de nous exprimer ou quoi. C’est juste que : les « gros » blogs ciné, les plus influents, qui ont le plus de partenariats etc. sont tous tenus par des hommes. Et surtout, Twitter regorge de comptes douteux de mecs qui viennent embêter les filles en MP. Franchement le nombre d’histoires de relous que j’ai pu entendre en quelques mois me sidère. Twitter c’est un réseau social ok mais pas un site de rencontres ! Je ne dis pas qu’en discutant de sa passion avec des gens on ne puisse pas créer des affinités, mais clairement tu fais bien de le rappeler : une blogueuse qui a un compte Twitter n’est pas là pour se faire draguer.
    Conséquence directe de toute cette atmosphère sur mon propre comportement : sur les réseaux sociaux, j’ai tendance à ne parler qu’aux filles. Je me méfie des hommes et je ne veux pas paraître trop sympathique et engager trop la conversation avec eux, car je crains ensuite de me récupérer des comportements inappropriés ou que certains se fassent de fausses idées. Et pareil, je ne montre pas ma tête, ni sur les RS et encore moins sur Youtube, parce que je sais pertinemment que j’aurais droit à deux types de retour de la part des hommes : des relous qui voudraient me draguer, et d’autres relous qui m’attaqueraient sur mes défauts (ou du moins ce qu’ils considèrent comme tel) façon ce qui est arrivé à Florence Porcel. Donc pour moi comme pour toi, s’afficher publiquement, c’est non. Alors que clairement quand les hommes postent des photos d’eux, même en avatar Twitter, on n’est pas là nous à leur faire des compliments ou des critiques sur leurs gueules.

    Aimé par 1 personne

  2. Article très intéressant à lire que je me suis permis de partager sur ma page personnelle Facebook.

    A la lecture de cet article, ce qui me surprend, c’est que je n’avais jamais réfléchi à titre personnel à l’idée d’associer les mots « cinéphile » et « fille ». De mon côté, je ne me sens pas légitime lorsque j’écris sur mon site car je ne me sens pas spécialement professionnel que ce soit dans le cinéma ou dans le monde de l’écriture. Les pseudo-critique ne manquent d’ailleurs pas assez souvent de venir me rappeler que je n’y connais rien ou que je ne sais pas écrire, mes textes étant bourrés de fautes avec une syntaxe légère (pourtant j’essaie de faire des efforts et je bannis le langage sms mais j’ai jamais été bon en français malgré ma bonne volonté…).
    Bref, si je continue, c’est avant tout pour moi, pour garder une trace de mes avis (je n’utilise jamais le terme « critique » que je n’aime pas pour parler de mes écrits) car j’ai une mémoire de poisson rouge et aussi pour pouvoir échanger de ma passion avec d’autres personnes comme toi qui peuvent être intéressé par ce que je pense tout comme je le suis de leurs avis.
    En fait, ma légitimité, je me dis que je l’ai obtenu en ma qualité de « simple spectateur ». Je ne télécharge jamais, je paie ma place de ciné, mes bluray, ma redevance télé et en l’état, même si je ne déclare pas avoir la science infuse, j’estime que cela me donne le droit de dire ce que je pense.
    A aucun moment, le critère « sexe » n’entre en compte. En fait, je ne comprends même pas ce qu’est une « cinéphile fille ». Elle a des pouvoirs en plus comparé à un « cinéphile garçon » ? On est cinéphile, point barre et lorsque j’échange avec toi, c’est tout ce que je retiens.
    Je ne vais pas sur Youtube, les vidéos « critiques » m’ennuie d’une manière générale et je préfère prendre le temps de lire plutôt que de « subir » une voix ou une intonation à un moment où je préfère le silence. C’est un choix personnel, je suis donc ravi que tu sois plus ici que sur cette plateforme 🙂

    Aimé par 1 personne

  3. Je t’écris ce commentaire comme un témoignage, un message de soutien où que sais-je…
    Ton article, que je considère comme un coup de poing, est parfait. Je ne suis pas ton travail depuis très longtemps, je m’ouvre petit à petit au monde des cinéphiles. Cependant, j’ai constaté, tout comme toi, que ce monde était majoritairement représenté par des hommes…
    Avant de parler littérature et cinéma, j’étais dans le monde de la musique, pas comme critique, mais comme musicien. Ce monde m’a été néfaste, car j’ai vu, entendu des propos qui m’ont dérangé… La femme était vu comme un objet, la salope du groupe (désolé pour le gros mot). La femme n’était pas considérée par son talent, sa maîtrise, mais bien par son physique…
    Et ça me fait penser à ton idée de venir sur youtube. Je me dis que si les gens arrivent à dire et penser ça en direct, alors qu’est ce que ça doit être sur les réseaux sociaux, sous couvert d’anonymat… Je suis un homme et je n’ai pas vécu ça. Pas de harcèlement, pas de jugement. Mes expériences m’ont permis de me rendre un peu compte de ce que vous devez subir au quotidien. Le fait d’être sur youtube, de montrer son visage, de faire entendre sa voix doit émoustiller plus d’un homme et ça me dégoûte.
    Je suis tombé au hasard sur la chaîne de la vidéaste Perle ou Navet. J’ai vu les remarques que cette jeune femme se tape lorsqu’elle parle de films Marvel, DC ou estampillé film d’homme. Je ne comprends pas les remarques… On voit le même film, on lit le même livre, etc. En quoi un homme est plus légitime pour en parler ? ça reste un grand mystère pour moi encore aujourd’hui…
    Dernier truc qui m’a dégoûté. Je suis et j’ai suivi de nombreux vidéastes lorsque je me suis intéressé au cinéma. J’ai regardé beaucoup de vidéo d’un vidéaste en particulier. Je le trouvais fun, il faisait des commentaires intéressants sur la place de la place. Puis, je suis tombé sur des accusations le concernant. Et rien ne s’est passé pour lui. Au contraire, il est invité partout. Depuis, je ne peux voir qu’une personne hypocrite, qui profite de son statut et qui continue de prôner la bonne parole.

    Bref, j’ai peut être raconté ma vie. Mais j’avais besoin de l’écrire. Ton article est parfait et je pense qu’il faut leur mettre le nez dans la merde pour que le message passe, du moins en parti. J’ai conscience que par moment, je dois dire des conneries, des choses limites (enfin, je ne sais pas), mais j’ouvre de plus en plus les yeux. Alors merci 🙂

    J'aime

  4. Que pourrais-je bien te dire à part que je suis évidemment totalement d’accord avec toi ! Mon commentaire est parfaitement inutile mais je tenais à ce que tu saches que tu as mon soutien! 😉

    J'aime

  5. ça faisait un moment que je n’étais pas venu, mais je retrouve avec grand plaisir ma Tina en mode NRV (un poil bavarde tout de même si je puis me permettre). Si bien évidemment je te rejoins sur le fléau du sexisme qui sévit sur la toile comme ailleurs, compte sur moi pour ne pas te suivre aveuglément sur l’ensemble des récriminations avancées.
    Je tiens d’abord à émettre un regret principal qui est celui de ne pouvoir faire partie de la catégorie « être une cinéphile fille », la Nature en ayant décidé autrement il y a de cela maintenant plusieurs dizaines d’années (tu me diras, aujourd’hui, tout se corrige 😉 ). Non content de me sentir exclu de ce club réservé à la moitié de l’humanité (enfin pas tout à fait si on pinaille sur les chiffres), je ne peux évidemment me mettre à ta place et compatir légitimement.
    Ceci dit, et au risque de passer pour un vieux con réac, j’ai du mal à comprendre l’intérêt de poster des photos de soi en mode « tranquilou bilou » à destination de planète web, sinon à risquer de se prendre des remarques effectivement pas toujours très cools. Mais vu que je suis absent de ces réseaux (par ailleurs condamnés et désertés par ceux même qui les ont créés), je ne dois pas être à même d’en saisir toute la substance.
    Concernant YouTube, pour être allé brièvement jeter un coup d’œil sur certains avis de cinéphiles, j’avoue avoir été généralement consterné par la qualité des avis, fussent-ils émis par des filles ou des garçons. Je déplore ceci dit comme toi l’absence cruelle de parité de cette communauté essentiellement masculine. Quitte à pousser la provoc un peu plus loin, ne pourrait-on pas également la réclamer pour la communauté des bricoleurs, des joueurs du grenier ou des tutos beauté ?
    Et enfin, quitte à passer cette fois pour le dernier des pervers, je continue à trouver les actrices belles (et pourtant je me soigne) et talentueuses (et je te jure que je ne me « touche pas la nouille » en écrivant ça), à continuer à considérer Roman Polanski et Woody Allen comme d’immenses cinéastes ayant tourné des films magnifiques (et pourtant je me fouette), et même à regarder des films produits par cet abominable gros porc d’Harvey Weinstein (et de son frère qui ne vaut sans doute pas mieux).
    Comme cela faisait longtemps que je n’étais pas venu, je me suis dit qu’il fallait que je marque le coup en une réponse un peu plus développée qu’un simple « de tout cœur avec toi, ma Tina ! Il était temps que ça cesse #balancetonporgetledernierstarwarsavec », que je te titille un peu au risque de me prendre une rafale de scuds en retour, sachant que, évidemment, j’ai beaucoup apprécié la spontanéité de ce texte qui sort du cœur, et tu as bien fait de le GUEULER BIEN FORT pour que tout le monde l’entende.
    Un bon entendeur. 😉

    Aimé par 1 personne

  6. Pour ma part, je trouve les réseaux sociaux en général assez dangereux. N’importe qui peut balancer n’importe quoi derrière son clavier et tout y passe : Sexisme (comme tu l’as mentionné), mais, aussi racisme ou homophobie. Pour ma part, quitte à passer pour un vieux con, je le dis : Je ne suis pas sur les réseaux sociaux et je n’ai aucune envie d’y être. Enfin, je rejoins ton coup de gueule, mais, je voudrais dire que tous les hommes ne sont pas forcement des harceleurs ou des machos en puissance, or, plus j’entends parler de ce sujet et plus j’ai l’impression qu’on colle tout les mecs dans le même panier, et ça me gène.

    Aimé par 1 personne

  7. Les projections pour blogueurs ont fini par me lasser, car il n’y a a que des mecs, les seules filles invitées sont des blogueuses mode ou cuisine, pas ciné ! Et j’ai entendu certains journalistes télé à des projections presse se moquer ouvertement des blogueurs (alors que j’ai aussi été journaliste, et que j’ai un master 2 en ciné hein)

    Aimé par 1 personne

  8. Salut !!! Bravo pour ton article. Il m’a tout de suite interpellé car j’ai aussi ce sentiment d’illégitimité quand j’écris mes critiques. J’ai parfois tendance à m’autocensuré de peur de tomber dans un cliché type « c’est une fille c’est normal qu’elle ai été émue ». Mais on doit combattre cela. On ne doit pas « parler comme des hommes ». On doit être nous. Chacun est libre d’avoir son avis.
    En tout cas je serais ravie de rejoindre ta nouvelle rubrique, n’hésites pas à m’envoyer un petit message (page facebook, mail, instagram, que sais-je…).
    Bisettes, Poppy
    PS : tu connais la Youtubeuse Perle ou Navet ? Elle est au top cette nana !

    Aimé par 1 personne

  9. Pour tout te dire, je pense que du haut de mon tout petit blog, je n’ai que peu de relation avec des cinéphiles masculins, les seuls qui commentent sont très gentils, mais c’est justement parce que nous avons fait connaissance avant et que l’on parle sur un pied d’égalité ! Il est vrai que j’ai déjà eu quelques remarques, du style que j’étais une fille bizarre, parce que j’aime les films d’action ou d’horreur, ça ne me plaît pas évidemment, mais je ne me laisse pas faire, parce que je ne sais pas me taire lol

    Alors je vous soutiens à fond, que ce soit dans cette très jolie idée d’articles ou dans vos expériences malheureuses, qui ne devraient clairement plus exister à notre époque, en nous souhaitant des jours meilleurs et surtout beaucoup de succès, ce qui serait la meilleure façon de leur clouer le bec !

    Aimé par 2 personnes

  10. Comme Prince, que je suis comme son ombre, voilà un bon moment que je ne m’étais pas arrêté sur tes terres. Et comme Prince, je ne suis pas non plus prêt à te suivre aveuglement sur ce terrain ô combien miné du sexisme, du mépris des sexes, du machisme et de la prédation masculine. Déjà par ce qu’il ne m’est jamais venu à l’esprit d’accrocher la locomotive de la cinéphilie aux wagons des sexes (ou des genres) donc je ne suis pas le prototype d’homme ciblé par ton article. Ensuite parce que j’ai dû mal à ne pas voir dans ce combat que tu mènes autre chose qu’une nouvelle pierre à l’édifice de la misandrie, trouvant notamment suspect chez un homme la moindre flatterie ou manifestation émotionnelle enflammée pour une femme. Sans parler du caractère contradictoire des réactions (répliquer à une Youtube-sphère bourrée de testostérone par une très select « cinéphiles filles », ou comment répondre au sexisme par du sexisme) et quelques omissions notoires ne plaidant pas en faveur de la communauté féminine (allant du chapelet de « BG » accompagnant la photo d’un beau mâle sur les réseaux sociaux aux propos tenus par Jennifer Lawrence au sujet de Timothée Chalamet : « Je vais l’engraisser comme un cochon pour l’abattoir, et ensuite je reviens à la charge dès qu’il a 30 ans » – les femmes ont décidément su brillamment arracher leur égalité avec les hommes sur le terrain de la séduction).
    Toutefois, ne te m’éprends pas. Ce que je remets en question ici, c’est ton point de vue partial sur le sujet, pas la nature des faits. Respect et égalité, sans distinction de race et de sexe, sont des valeurs sur lesquelles les personnes de bonnes moralités ne peuvent que s’accorder.

    Aimé par 1 personne

  11. @2flicsamiami : Bonjour. « Votre point de vue partial » est un joli pléonasme. Par définition, le point de vue d’une personne est forcément sien, donc pas omniscient. Le vôtre pas plus que celui de Tina d’ailleurs, comme vous le prouvez en voyant du sexisme là où elle ne fait qu’expliquer une situation. Il n’a jamais été question de ne pas/plus écouter/suivre/lire des cinéphiles au simple prétexte que ce sont des hommes. Il s’agit simplement d’attirer l’attention sur les comportements auxquels les femmes sont confrontés dans le milieu cinéphile, et par la même occasion, créer une opportunité pour les femmes qui souhaitent parler de cinéma de s’exprimer dans une catégorie d’articles où elles auraient l’espace d’être entendues. En quoi est-ce sexiste que de chercher à rétablir la parité en donnant un peu plus d’audience aux personnes qui, de fait, sur la Toile et sur ce sujet, en ont moins ?

    J'aime

  12. Salut Tina!
    Cela faisait un petit moment que je n’étais pas venue commenter un de tes articles et celui-ci m’a donné envie de réagir rapidement. En effet, il y a quelques mois, j’avais songé à lancer ma chaîne Youtube pour parler cinéma, série, manga etc et ton article me l’a rappelée. Mais la violence de certains commentaires m’en a totalement dissuadée sans parler des remarques sur leurs fringues/maquillage/physique d’une façon globale quand bien même la vidéo en question parlait d’un autre sujet, critiques que j’ai que peu vues chez les Youtubeurs garçons. Après, je le répète, je n’ai pas la prétention d’avoir lu tous les commentaires de chez tous les youtubeur·euse·s de la planète Youtube mais ce qui devrait être un moment de partage autours d’un sujet (et quelque qu’il soit) devient vite l’enfer. Je ne peux que te rejoindre sur ce point. C’est fort regrettable d’ailleurs.
    Ensuite, concernant le sexisme ambiant dans le monde du cinéma, je ne le connais pas vraiment pour en parler mais, comme je l’avais dit dans ton autre article, je suis issue du monde du Web et de l’informatique qui est lui aussi très sexiste malgré des progrès qui ont été fait. Par exemple, que tu sois fille ou garçon, le poids et la valeur de ton expertise et/ou tes propositions/solutions sera perçue différemment et on mettra plus facilement ta parole en doute si tu es une fille, même si tu as 10, 15ans de bouteille de plus qu’un mec et que tu prouvent que tes réalisations sont à la fois soignées et sécurisées. Et souvent, le doute ne vient pas uniquement de mes pairs dit mais de mon client potentiel. (et ça, je l’ai vécu!). Si dans le cercle restreint des Dev Web que je fréquente, le fait que je sois une fille n’a aucune importance, cela devient moins le cas chez d’autres professionnels. Et c’est encore pire avec certains profanes.
    Bref, tout ça pour dire que je me retrouve parfaitement dans ton coup de gueule et je suis à 100% avec toi!

    J'aime

  13. Oserais-je conseiller aux ciné-filles et autres amateurs de torses et de lignes masculines (en photo pas en texte cette fois), cette autre version des joies du bain (pour ma part récemment découverte), des baignoires et des hommes chez une autre cinéphile : https://lesnuitsduchasseurdefilms.com/tag/des-baignoires-et-des-hommes/ J’essaie à ma façon de rétablir la balance (au risque de me contredire car la dernière image chez nous est celle d’une belle demoiselle…)

    Aimé par 1 personne

  14. J’ai déjà du mal avec le titre de ton article ….. ( qu’ exceptionnellement je ne lirai pas ).
    Cela dit je n’ai aucun problème lorsque la poule chante aussi ( ou plus ) haut que le coq.
    Bizz 🙂

    J'aime

  15. Hello Tina.

    Voilà un long post qui méritera d’être relu à tête reposée. À défaut de pouvoir être tout à fait concerné par le sujet, je veux te dire mon soutien et ma conviction qu’une femme cinéphile n’a jamais, a priori, moins de qualités et de pertinence qu’un cinéphile homme pour parler de cinéma. J’ai lu de très belles choses sur le septième art auprès de contributeurs des deux sexes, comme j’ai pu lire également des choses « bas de gamme », idiotes ou même nulles.

    Est-ce qu’il y a moins de cinéphiles femmes qui s’expriment que de cinéphiles hommes ? Possible. Pourquoi ? Je mesure que le machisme de certains peut en décourager certaines. Peut-être imparfaitement, d’accord. Mais autre chose à ajouter: je ne suis pas sûr que l’égalité de notre condition doive conduire à l’égalité en tout. Peut-être qu’il y a aussi un peu moins de femmes qui s’intéressent au cinéma. Le 50/50 qui serait décrété par une loi, voire la discrimination positive en faveur des femmes, aurait sans doute pour vertu de permettre à certaines d’être mieux considérées, à leur juste valeur, dirais-je. Mais attention à l’effet retour d’une inégalité qui serait défavorable aux hommes. Des siècles de patriarcat et leur prolongement ne sauraient justifier à mes yeux un total retour de bâton.

    Sur ton cas particulièrement, je veux te dire que j’ai toujours apprécié tes avis. Je ne les partage pas toujours, mais je trouve ta manière de les exposer et d’en débattre très digne et intéressante. Que tu sois une jeune femme ne change pas grand-chose, au fond, si ce n’est le plaisir que je peux avoir à lire des écrits issus d’une autre sensibilité. Mais c’est le cas aussi avec nos amis co-blogueurs hommes.

    Un dernier truc, avant peut-être d’y revenir pour poursuivre le débat et le prolonger: je dois admettre que, parfois, je parle de « films de filles » et de « films de mecs », un peu comme beaucoup de mes copains… et de mes copines. Cela dit, dans le même ordre d’idées, j’ajoute aussitôt que j’aime aussi certains des films que j’appelle « films de filles ». Et je suis ravi quand mes copines aiment mes « films de mecs ».

    Je suppose qu’on reparlera de tout ça.
    Un petit conseil pour finir : ne prête pas trop d’attention à ce que les cons pensent de toi.

    Aimé par 1 personne

  16. Coucou Tina,

    Cela faisait longtemps que je ne m’étais plus exprimée ici, pas par manque d’intérêt mais par manque de temps, ou disons une diminution de la part de mon temps consacré à l’internet en général. J’ai hésité d’ailleurs à commenter ton article. Parce que je ne m’y reconnais pas, parce que tu parles de vécu que je n’ai pas, parce que je me suis toujours méfiée des réseaux sociaux et je n’y participe donc pas. Pourtant, il y a quelque chose qui me dérange dans le contenu de ton article, comme si tu reproduisais une nouvelle discrimination en voulant en dénoncer une autre. Je crois que ce n’est pas dans ton intention mais on peut aussi le prendre comme cela, raison pour laquelle je comprends les réponses de certains. Alors je voulais juste t’écrire un truc tout bête, peut-être (sûrement) à côté de la plaque. Juste te dire qu’il y a beaucoup d’imbéciles sur terre, qui s’expriment d’autant plus facilement qu’ils-elles se cachent derrière un écran. Il y a plus beaucoup plus d’hommes cinéphiles que de femmes ? Ben, forcément, une probabilité plus grande de rencontrer des idiots que des idiotes. Tu peux mettre ça sur le dos d’une misogynie, d’un sexisme, sauf que la connerie universelle est certainement la source de ce type de comportement, qui se greffe sur des critiques faciles, stéréotypées, débiles et blessantes inutilement. Dans la vie, comme sur le web, faut faire le tri et se garder des mononeurones.

    « Tout ce que nous demandons est de trouver notre place normalement, grâce à notre passion et notre travail, comme les hommes, sur la blogosphère cinéphile. Ni plus ni moins. »

    Ben non, ne demande rien. Prends la place qui est la tienne, tout simplement, et ceux qui en valent la peine t’y reconnaîtront sans peine. Pas besoin d’avoir la permission des autres.

    Aimé par 1 personne

  17. A Lilyt : Bon, puisqu’on entre dans un débat sémantique… un point de vue n’est pas nativement partial (au sens qu’il montre une disposition favorisant une opinion). Un point de vue est une position d’observation. La partialité concerne l’objet du point de vue, plus particulièrement son traitement par l’observateur. Ce dernier peut le juger dans toutes ces nuances, ou au contraire n’en garder qu’une partie et négliger les autres. Je concède volontiers que mon point de vue est partial. Cependant, et je ne suis pas de nature orgueilleuse, je pense l’être moins dans le sens où je néglige moins d’éléments que Tina.
    Enfin, pour répondre à « En quoi est-ce sexiste que de chercher à rétablir la parité en donnant un peu plus d’audience aux personnes qui, de fait, sur la Toile et sur ce sujet, en ont moins ? », je dirais que, de fait, une « cinéphilie fille » est une « attitude discriminatoire fondée sur le sexe » (soit la définition du sexisme dans le Larousse). Par le terme, une cinéphilie fille s’oppose à une cinéphilie garçon. Par conséquent, Tina génère ce contre quoi elle combat ; qu’il n’y ait pas de différence entre une cinéphile fille et une cinéphile garçon.

    Aimé par 1 personne

  18. @ Les gens :
    Je vais partir quelques jours, donc pour certains commentaires, je prendrai à mon retour le temps de vous écrire et pour les gens qui veulent toujours collaborer à la nouvelle catégorie, mailez-moi.

    Je veux juste revenir sur certains points (même si je suis au moins ravie que l’article soulève des réactions).

    – j’ai l’impression que certaines lignes n’ont pas été bien lues. Sur la plupart des réactions plus mitigées, j’explique tout pourtant noir sur blanc, y a un moment où je ne vais pas m’amuser à me répéter. Donc non, je n’exclus pas les hommes, on peut travailler ensemble main dans la main, on peut méditer, réfléchir, trouver des solutions, analyser. Je sais que dans le lot, il n’y a pas QUE des gens sexistes, HEUREUSEMENT. Et encore une fois, c’est pas parce que vous le vivez bien / que vous vous comportez bien qu’il n’y a pas de problèmes en général.

    – beaucoup s’arrêtent sur les réseaux sociaux : 1. si je veux mettre une photo de moi, ça me regarde et ça regarde aussi les autres. 2. c’est comme dire à une meuf qui se fait agresser qu’elle était mal habillée : mouais 3. je ne parle pas QUE de ça. Non. Rencontres entre blogueurs en vrai, gens qui doivent bosser ensemble dans les rédac, les agressions dans les festivals ciné etc… donc c’est plus large et encore plus graves pour certains cas. N’oublions pas aussi les mecs souvent en première ligne dans les rédacs (ma chef de cineseriesmag me l’a elle-même confirmée pour cette mentalité, elle connait le milieu, je pense qu’elle sait aussi de quoi elle parle).

    – je n’ai jamais nié le fait qu’il y avait moins de cinéphiles femmes que hommes. C’est pour ça qu’on doit tout accepter ?

    – Je ne balance aucun nom, je n’ai pas à faire ça de toute façon. Je sais ce que je sais, je sais aussi ce que j’ai lu, je n’invente pas. Donc qu’on ne m’accuse pas de choses que je n’ai pas faites ni dites. Mais certains cas sont connus et croyez-moi, certains ont été difficiles à se débarrasser car, encore une fois quitte à me répéter, surprotéger.

    – pourquoi je veux mettre en avant le travail des blogueuses, parler en avant de certaines souffrances ? parce que dans l’histoire, je me suis aperçue que nous étions isolées. Or, se rapprocher me semble nécessaire rien que pour ouvrir la parole. Le but n’est pas de faire du « girls contre men ». Non. Même faire des débats avec des mecs m’intéresse, moi en tout cas, je suis pour. Le message est plutôt : les meufs, je sais ce que vous vivez, je suis là, vous pouvez parler. Si vous faites un métier dans le cinéma avec une majorité d’hommes, partage aussi ton expérience. C’est tout.

    – en fait, j’ai l’impression que certains le prennent limite mal alors qu’en fait je ne vous vise pas (les gens visés, ne vous faites pas, ils se sont bien écrasés ou se sont amusés à amener leurs potes car trop lâches). Si vous avez rien à vous reprocher, bah vraiment, ne vous sentez pas mal en fait ! Je sais en plus que vous êtes des gens bien et avec vous je n’ai évidemment jamais eu le moindre souci ! Je vous parle d’un niveau dont certains ont visiblement du mal à imaginer la gravité de certains faits.

    – aller relire encore les témoignages (liens début de l’article). C’est exactement mon ressenti pour l’article de Suzy par exemple (qui parle autant d’un cas de harcèlement que de ressenti général sur le sentiment d’être fille face à la majorité de cinéphiles hommes).

    – si j’ai mis le terme « fille » qui semble choquer certains, c’est pour interpeller. J’ai hésité à le mettre, j’ai failli l’enlever quelques heures avant ma publication. Mais non, je l’assume car on parle de genre dans l’article même ! Mon article a été très partagé, très lu, très commenté aussi notamment sur les RS. Au point que j’ai fait exploser mes stats (et à mon avis ca signifie aussi quelque chose). Sans ce mot « fille », je suis certaine qu’il n’aurait pas autant tourné. Les gens n’auraient pas fait gaffe plus que ça au pronom « une » sans le terme « fille » à côté. J’en mets ma main à couper. Or, je voulais alerter de certains problèmes qui durent depuis DES LUSTRES. Je ne vous parle encore pas juste d’un petit cas isolé. C’est une accumulation de choses qui me pousse à bout mais vraiment. Du genre, le truc de trop que j’ai appris et qui m’a vraiment mis sur les nerfs.

    – Certains n’étant pas sur les RS, n’ayant pas eu accès à certaines histoires + scandales parfois même publiquement exposés, je pense encore une fois que vous ne mesurez pas le problème. Je ne vous en veux pas. Parce que peut-être que j’aurais eu ce genre de réactions en lisant ce type d’articles.

    Bref, paix et amour à tout le monde, je reviens vers vous et je suis tout de même ravie – quoi qu’il arrive – malgré certaines divergences – que vous fasses réagir.

    Aimé par 2 personnes

  19. Bravo Tina pour avoir eu le courage de cet article. Quand à ceux (voire celles) qui pensent que tu crées le problème parce que tu utilises les termes les plus simples et clairs pour signaler une situation réelle et subie, tant pis s’ils refusent de se dessiller…

    J'aime

  20. Je n’ai pas à dessiller les yeux sur un problème dont j’ai conscience. J’essaie juste d’élever un peu le débat, de le dépassionner, même si je dois apparaitre comme une personne qui se coupe les cheveux en quatre sur des termes simples en apparence (mais qui ont néanmoins un sens).

    Aimé par 2 personnes

  21. Je suis totalement d’accord avec toi. Je me suis aussi demandée plusieurs fois si je devais faire une chaîne youtube, mais je suis tellement hallucinée par les propos des gens qui sont souvent agressifs, insultants ou ouvertement sexuels à l’égard des youtubeuses…je ne crois pas que j’ai envie de m’exposer à ça…avec mon blog, j’ai droit à l’anonymat et je peux y parler des choses qui m’intéresse: les livres, les films, les séries, le féminisme. En plus, j’ai la grande chance de n’être quasiment pas emmerdée par des gens malveillants…Mais ça fait du bien de voir pointer partout des articles qui remettent en question la façon dont on traite le point de vue des femmes. Le pire c’est que c’est profondément ancré! Petite anecdote: mon copain, qui est l’homme le moins macho du monde, était, au début de notre relation, suspicieux quand je proposais un film…alors qu’au final c’est moi qui lui fait faire des découvertes…

    J'aime

  22. Je peux comprendre ce que tu aies envie de « dénoncer » MAIS (ben oui « ma Tina, y’a un mais) je ne pense vraiment pas qu’il y ait d’un côté des cinéphiles « filles » et des cinéphiles « garçons ». NOUS sommes tous (et toutes) des cinéphiles = des amateurs (et trices) de cinéma.
    Et là, je rigole en moi-même car j’ai mis « toutes » et « trice » sinon on me qualifierait de sexiste!
    Franchement, tous ces stéréotypes de genre, moi cela me désole… Faudrait-il avoir un blog de « ciné-philles » (avec 2 L comme fille) pour être lue par des filles? Je ne vois pas l’intérêt. A part, peut-être pour certaines, flatter leur égo en ayant plus de commentaires… (ce qui n’est pas ton cas)
    Après, pour les réseaux sociaux tant sollicités de nos jours, c’est une autre paire de manche. Leurs contenus de commentaires sont malheureusement le reflet de la société actuelle : no limit…

    Aimé par 3 personnes

  23. Je ne sais trop que dire.
    Beaucoup de colère et d’amertume dans cette chronique je sens.
    Et puis des contradictions, mélanges et confusions de plusieurs choses.
    Je ne veux pas te blesser mais tu sembles très préoccupée par l’avis des autres.
    Je pense que tu dois faire ce que tu as envie de faire.
    Essayer au moins.
    Des critiques et de la malveillance il y en aura toujours.
    Et TOUS les garçons ne vont pas miraculeusement TOUS se transformer en gentlemen.
    Il suffit de s’entourer de ceux qui dégagent de la bienveillance. Comme disait ma grand mère: on répond aux imbéciles par le silence (évidemment je ne parle pas de harcèlement moral ou sexuel voire de viol… dans ce cas le silence n’est plus possible).
    Mais comme tu le dis à un moment « ce n’est pas si grave ».
    Par contre si ça te fait du mal c’est grave mais ça ne devrait peut-être pas.
    Pas autant.
    Et puis ton pseudo est tinalakiller… ce n’est pas anodin.
    Je ne veux pas dire que les filles doivent s’écraser dans leur coin. Au contraire. Ma petite fille de 9 ans a déjà initié une manif pour problèmes de sexisme à l’école (partage de la cour de récré pour que les filles n’aillent pas côté garçons pour… ne pas se faire mal…)). Je l’encourage et la félicite et lui dis déjà que les filles ont toujours à se battre.

    Peut-être que je minimise ton « combat » et ta colère parce que je ne vois pas bien de quoi tu parles concernant les blogs ciné. Je ne fréquente pas les résaux… le peu que je le fais m’amène à ces conclusions : c’est assez consternant et plus grave, j’en ressors avec une désagréable impression d’avoir perdu mon temps.
    Cela dit il m’arrive encore parfois (mais c’est fugace) de resentiir que mon blog n’est pas assez intello et trop superficiel, et franchement il n’y a pas que les garçons qui me donnent cette impression de ne pas être au niveau.
    Dans ce cas c’est assez simple, quand on me donne des leçons déplaisantes pour marquer sa supériorité ou me dire que si j’ai aimé ou pas tel film je suis stupide (on parle de cinéma !!!) j’évite la personne et le blog et tout est résolu.

    Personnellement je n’aime pas les critiques audio. Je préfère lire. Donc si ton blog devenait audio je n’y serai sans doute plus.
    Mais c’est vrai que l’audio me semble encore plus sexyste et misogyne que l’écrit. J’ai regardé des vidéos qu’on m’avait conseillées. C’étaient des filles qui parlaient. C’était plutôt drôle mais elles se donnaient le rôle d’idiotes qui ne comprennent rien aux films… je nai pas eu envie d »approfondire même si jai manqué de second degré…

    Aimé par 3 personnes

  24. En complément à tes propos Pascale, j’ajouterai qu’on a tous, à un moment donné, le sentiment d’être illégitime par rapport à un autre, de dévaloriser notre avis au profit d’un autre plus érudit ou mieux exprimé. Quand je vais chez Strum par exemple, je me sens d’un coup tout bête 🙂 . Et pourtant, chacun de ceux que l’on lit régulièrement a trouvé sa tonalité propre, un style qui nous plaît (sinon on ne reviendrait pas). En vidéo, on aura sans doute tendance à singer des modèles pas toujours très pertinents. Pas sûr en effet qu’une vidéo exprime autant ces subtilités, sinon à s’exposer à des quolibets faciles de gens qui préfèrent mater car, peut-être, ne savent-ils qu’à peine lire. Il est clair que le critique sur YouTube ne touche pas le même public. Mieux vaut donc s’y aventurer en connaissance de cause.

    Aimé par 2 personnes

  25. @Princecranoir.
    C’est ce que je me dis : si les gens plus érudits continuent de venir chez moi et se donnent la peine de lire c’est que ça leur plait et qu’ils y trouvent leur compte 🙂 . Mon chéri disait que ce que j’écris est simple à comprendre tout en étant agréable à lire. Il n’aimait pas les textes trop érudits où on ne comprend pas tjs tout… Il est vrai que je parle plus avec mon coeur qu’avec ma tête 🙂 et que parfois voir tous ces beaux garçons me fait perdre le sens commun…
    J’adore lire Strum. Dommage que parfois ce soit siiiii loooong. Pas toujours facile de trouver le temps car je ne lis pas en diagonale ni très rapidement.. Je n’ai pas encore eu celui de lire Quelle était verte ma vallée…
    Mais quand on m’explique à plusieurs reprises que je n’ai pas compris (ce qui est évidemment possible) parce que je suis intolérante et qu’on va m’ouvrir mon esprit étriqué ( il suffit de voir le peu d’éclectisme des films que je vois 🙂 ) de façon insistante et répétée… Je zappe.
    Tina est jeune et semble encore bien préoccupée et sensible à l’opinion des autres et à l’apparence aussi. Elle a écrit plusieurs fois qu’elle était jolie et se prenait des réflexions à la con. Je pense que les filles moches (ou considérées comme telles car tout est relatif Albert et affaire de perception) se prennent des remarques encore plus désobligeantes.
    Mais être une fille est une dure lutte mais infiniment merveilleux aussi.
    Jamais eu envie d’être un garçon.
    Ce sont les rapports humains qui sont difficiles parfois… souvent…
    Trop sensible à la brutalité du net aussi.
    J’ai régulièrement une personne qui vient m »insulter sur mon blog. C’est par crises j’imagine… elle peut rester des semaines voire des mois sans venir. Je ne réponds pas. Avant je laissais ses commentaires. Aujourd’hui je les supprime. Et comme disent élégamment les garçons: ça m’en touche une sans faire bouger l’autre.

    Désolée Tina pour cette conversation un peu hors propos.

    J'aime

  26. (Y a beaucoup de commentaires et de choses à répondre, je fais carrément un fichier word où je réponds à tous au fur et à mesure, comme ça je posterai mes réponses en même temps, j’essaie de ne pas traîner mais je vous lis 😀 ).

    Aimé par 2 personnes

  27. Ah, Tina….ton message me touche.
    J’ai lu tous les commentaires posté jusque là et je trouve que c’est….intéressant.
    Merci d’avoir partagé tes états-d’âme sur ce sujet : être une cinéphile « fille », je ressens la même chose.
    Pour moi, il ne devrait pas avoir de différences entre cinéphile fille ou garçon (et pas uniquement en ce qui concerne le fait d’être cinéphile d’ailleurs, mais ça c’est un autre sujet). Sous prétexte qu’on est une femme, on est illégitime d’être cinéphile aux yeux de certains (PAS DE TOUS entendu, mais certains oui).
    STORY TIME :
    Je me souviens de la fois où, il y a quelques années (6 ans ?), j’avais fait un billet sur un film assez connu et apprécié, en expliquant que je m’étais ennuyée devant et que j’avais eu du mal à accrocher (et que globalement j’avais trouvé ce film moyen). Voici, la réponse d’un youtubeur ayant aimé ce film qui a répondu à mon billet (je n’ai plus les mots exacts mais c’était dit clairement et sans sous-entendu) : « Mais normal que tu l’aimes pas, t’es une femme et clairement, ce film s’adresse aux hommes ». Or, le film en question est un thriller. Moi qui suis friande de thrillers, que dois-je comprendre ?
    Je ne me souviens pas avoir écrit un seul commentaire à un quelconque bloggueur/youtubeur cinéphile qui n’a pas aimé un film que moi j’ai apprécié que « C’est normal que tu ne l’aimes pas, t’es un mec ». Cela ne m’est jamais venu à l’esprit, même concernant certains films qui s’adressent plus aux femmes qu’aux hommes, je n’ai jamais pensé que « Lui il a pas aimé parce que c’est un mec ».
    Sérieusement. C’est quoi ce délire ?
    Depuis quand notre sexe sert de contre-argument à une critique ? Surtout moi qui aime les thrillers…. Si j’avais critiqué un film d’un genre que je n’aime pas en général, j’aurai pu me dire que « Oui, y’a peut-être un truc dans ce film que je n’ai pas capté », mais là….J’avoue que cette remarque m’est restée en travers.

    J'aime

  28. @ Lily :

    Tu m’envoies ton article / réflexions / autre quand tu veux !
    Tu as bien résumé la situation, on en avait déjà pas mal discuté ensemble et je t’avais déjà parlé des gros cas préoccupants (et encore, je ne t’ai même pas montré les captures d’écran, que ce soit les miennes ou celles qu’on m’a envoyées). En théorie, non, on ne nous empêche de nous exprimer et tout ça, mais quand tu regardes bien, le système est bien plus vicieux et discret. Et tu as raison pour les partenariats aussi. Pour les relous, c’est exactement ça. Des gens bien propres, qui ont même une influence dans le milieu cinéphile, mais qui attaquent comme des porcs – disons-les choses – des filles, pour eux, des proies. Moi non plus, je n’aurais jamais cru ça. Mais le tout accumulé au fil des semaines et des mois et des mois, je n’arrive plus à nier ce qui me paraît évident. C’est plus possible.

    J'aime

  29. @ Mr Vladdy :

    Je te rassure : je n’y avais pas non plus pensé. Mais il faut bien attirer l’œil du lecteur et juste mettre « une cinéphile » n’aurait pas suffisamment attiré l’attention, j’en suis persuadée. Mais je te rassure : je suis contente (tout comme les autres témoignages / remarques en-dessous) que vous – et je dis bien « vous » car hélas pas tout le monde est aussi bienveillant que vous – ne voyez pas mon genre quand vous discutez avec moi.
    Finalement, ce que tu dis (puisque je vois que cette remarque revient) montre aussi pour moi une mauvaise mentalité dans la blogosphère cinéphile – je ne vois pas forcément ça dans les autres communautés (même si j’imagine qu’il y a d’autres soucis). Le sexisme est un point que je dénonce mais on est d’accord qu’il y a d’autres choses pas normales et méprisantes dans ce milieu qui commence vraiment à me fatiguer malgré ma passion intacte pour le cinéma.
    J’aime pas non plus le terme « critique », je ne me sens pas légitime pour utiliser un tel terme, surtout en ayant un blog assez personnel qui ne prétend pas autre chose que d’exprimer des avis et également j’ai aussi cette envie de partager avec d’autres passionnés.

    J'aime

  30. @ tomabooks :

    Je te remercie beaucoup pour tous tes compliments ainsi que pour ton témoignage si pertinent et hélas attristant (j’ai une copine musicienne, je ne peux que te confirmer tout ce que tu me dis).

    Perle ou Navet m’a répondu sur Twitter en disant qu’elle le vivait pas si mal et tout ça. Je reste tout de même sceptique par sa réponse même si je la respecte (je veux dire, nier le problème, je l’ai fait, et finalement une fois qu’on s’en rend compte, bah ca fait mal, pour moi c’est repousser le truc).
    Oh je vois de qui tu parles concernant le Youtubeur (il m’a saoulé, j’ai arrêté de regarder ses vidéos). Et oui, des accusations ultra graves… et tout le monde s’en fout. Tu as raison, cet exemple est pertinent.

    J'aime

  31. @ princecranoir :

    (mais tu sais bien que je suis toujours bavarde… et encore j’ai tenté de faire court ahahah).
    Tu verras, en haut du blog (et oui je lis les commentaires depuis des jours + comme je l’ai dit, je n’ai aucun souci avec les blogueurs respectueux, je ne mets – heureusement – pas tout le monde dans le même sac, même si je suis alarmée sur certains faits), j’invite aussi tout le monde à réfléchir sur cette question du sexisme, de la place des femmes dans le cinéma… si jamais tu as une idée de discuter sur un sujet, un angle en particulier sur ces sujets autour, tu seras le bienvenu ! (car je pense que ce sont effectivement des questions qui méritent d’être discutées ensemble). Je disais juste que pour les questions de témoignage, de vécus etc…, il est certain que les filles auront forcément une certaine visibilité, en tout cas, c’est ce que je souhaite, après nous verrons bien ce que le futur nous réserve (je ne crois pas voir des hommes globalement victimes de sexisme dans le milieu de la cinéphilie – même si hélas, de mépris, ca arrive – je le dis, le milieu de la cinéphilie est globalement pourri, pas étonnant finalement pour le sexisme qui est hélas un point parmi d’autres).
    Je précise que sur les réseaux, je ne suis pas du genre à publier trois mille photos. Et encore moins sous mon pseudo. Mais j’ai eu le malheur d’en poster deux ou trois, pas plus. On sait évidemment à quoi on s’expose. Mais au bout d’un moment, ça n’excuse pas non plus pas tout. Je trouve désolant que les mecs arrivent à mettre leurs bouilles en photo de profil sans avoir de remarques que les filles, pratiquement systématiquement embêtées dans les messages privés. Après oui, c’est certainement aussi une question de générations aussi. Et les réseaux restent intéressants pour communiquer sur l’activité du blog. On écrit pour être lus, même si on ne demande pas forcément des millions de vues.
    Mais on est d’accord après que le sexisme et les problèmes d’égalité des sexes concernent tous les domaines. Je ne parle de ce que je connais et de ce qui me concerne (sinon ça ne serait plus vraiment un blog cinéma) mais hélas oui c’est déplorable. J’aime la beauté / la mode et je trouve ça triste de ne pas voir plus de garçons par exemple !
    Pour le débat Polanski, Allen, autre, franchement j’ai décidé de ne pas juger les gens qui continuaient à en regarder, j’imagine que moi-même j’ai dû cautionner des pervers sans le savoir. Surtout, je crois que c’est à la justice d’agir pour leurs cas et aux producteurs de décider ou non de leurs sorts. (après pour tes commentaires sur les actrices, il me semble que je t’ai toujours trouvé très respectueux, mais y en a, ca me saute aux yeux, on sent qu’elles sont tout de suite sexualisées dans les critiques, parfois ça m’irrite mais d’une force / tout comme je ne supporte pas les femmes qui mettent dans leurs critiques que Ryan Gosling est « trop sexy avec son joli petit cul », ça me donne envie de casser des trucs).

    Aimé par 1 personne

  32. @ titi70 :

    Je parle évidemment des réseaux sociaux mais le sexisme dans la cinéphilie – d’après toutes les choses que je connais (je ne vais pas forcément les étaler ici, surtout que ce ne sont pas des histoires qui m’appartiennent) existe hélas aussi sans ces réseaux. Sinon, mon article serait plus un coup de gueule contre les RS. Les RS, c’est malheureusement un reflet de ce sexisme parmi d’autres.
    Je ne dis pas le contraire, d’ailleurs relis bien certains passages de l’article : je ne dis en aucun cas que tous les hommes sont des harceleurs ou des tarés.

    J'aime

  33. @ Lisa Giraud Taylor :

    J’attends ton texte miss !
    (PS : oui, je suis lamentable, je devais aussi t’envoyer le mien de mon côté, mais comme je ne suis pas auteure comme toi et Melissa, je me sens un peu comme une crotte, niak niak niak)

    J'aime

  34. @ poppyseedchannel :

    Je ne sais plus si je t’ai envoyé un mail mais en tout cas, n’hésite pas à m’envoyer par mail / DM ton papier (ton commentaire sur tes ressentis quand tu blogues m’a parlé !!).
    Oui, j’ai un peu vu ce qu’elle faisait. J’ai vu aussi ses réponses-tweets suite à mon article. Huuuummmm. .

    J'aime

  35. @ 2flicsamiami :

    (noooon tu n’es pas du tout ce genre d’homme, tout va biiiiien !! 😀 )
    Quitte à me répéter – mais c’est pas grave, j’ai promis de répondre à tout le monde – hélas, pas tout le monde le voit comme ça.
    Nous allons mettre les choses au clair (et que j’avais déjà expliqué dans l’article personnel) : je sais faire la différence entre un simple compliment (jusqu’à présent, personne n’a de souci avec ça) et des propos déplacés voire du harcèlement. Certains ont clairement franchi la limite et de manière incessamment répétée. Et dans cet article, je ne parle pas que de moi, ou même de quelques tarés qui se permettent de dire des choses qu’ils ne feraient pas dans la vraie vie. Je ne peux évidemment pas exposer cas par cas tout ce que je sais pour la simple raison que je n’ai pas à me réapproprier de ces histoires-là – surtout que j’en ai su certaines dans un cadre jugé privé. Mais je peux t’assurer que certains cas sont vraiment « creepy ». Et je suis certaine que les gens qui me traitent actuellement de misandre – c’est votre droit – n’auraient certainement pas le même discours en connaissant certains faits.
    Après, je l’ai déjà dit dans un commentaire (celui que j’ai posté avant de partir en vacances) : je ne veux pas faire une sélect de filles, c’est pas mon but (et d’ailleurs, dans un tweet, qui me soutenait, on voulait que je fasse des vidéos avec que des filles – personnellement, c’est pas forcément ce que je veux faire). Et comme je l’ai dit plus haut à Princecranoir + en haut de mon blog, si des sujets autour de ces questions vous chantent, franchement je ne vous dirais pas non ! Je n’ai jamais écrit que j’interdisais l’accès aux garçons. Je veux mettre en avant le travail des filles dans ce milieu (blogosphère / étudiantes en cinéma etc… bref des tas d’options), leurs interrogations, leurs souffrances aussi. J’ai envie de montrer mon soutien, de mettre en avant les filles qui le méritent car finalement sur la blogosphère, après avoir fait des recherches, on ne trouve pas forcément ce type de soutien ou de réflexions (le seul truc qui ressort un peu est vaguement le débat autour des cinéastes femmes et encore c’est pas toujours bien creusé). Mais ça n’exclut pas forcément les mecs si des réflexions / billet / débats / autres forment sont intéressants. Evidemment que ce sont des choses qui méritent d’être réfléchies ensemble. Et relis bien mon article, il n’y a aucune haine contre les hommes en général (j’ai toujours des amis hommes, je parle même encore à beaucoup de mecs sur les blogs / RS) : je veux juste que certains (bref les coupables) changent leurs comportements et qu’on ose pour de bon les blâmer (car oui, c’est pas si simple contrairement à ce qu’on pourrait croire).
    PS : Franchement, Jennifer Lawrence est bête heiiin… (oui ses propos m’ont choquée !)
    PS 2 : Le « ciné-fille » / « Etre une cinephile fille » étaient des noms provisoires, peut-être est-ce ça aussi qui te pousse à croire que je suis misandre ? (*cherche toujours activement un chouette nom pour ma rubrique*).

    Aimé par 1 personne

  36. @ gossipcoco :

    Je vois que je ne suis pas la seule à avoir dégoûtée par Youtube où le sexisme semble encore plus visible et banalisé.
    Oui je m’en rappelle très bien de tout ce que tu m’avais dit !! (tellement attristant en y repensant).
    Merci 😀 😀

    J'aime

  37. @ mithrowen :

    Malheureusement, c’est exactement ça. J’ai l’impression que les filles se sentent plus obligées d’être anonymes que les mecs.
    Ton anecdote, c’est tellement ça ! C’est aussi finalement un peu ce que raconte Suzy dans son article !

    J'aime

  38. @ ideyvonne :

    (je radote dans les commentaires mais j’ai promis de répondre à tout le monde – donc sorry si répétition) :
    – Si je n’avais pas mis « filles », soyons honnêtes deux minutes : l’article n’aurait pas été très –très, très, très, lu. Je voulais alerter sur le sexisme, il fallait appuyer sur le terme. Je ne pense justement pas qu’il y ait des cinéphiles filles et mecs. En revanche, d’où mon projet de nouvelle rubrique (même si ça n’interdit pas l’intervention de mecs), j’aimerais effectivement mettre en avant les problèmes liés au sexisme au cinéma (métiers, blogosphère, simple cinéphilie etc…) car ce problème y ait (tout comme il y a d’autres problèmes dans ce milieu). Je parle bien d’une rubrique, et non d’un nouveau blog, le blog continuera sinon à tourner comme avant. Je ne vois pas où ça flatte de l’ego, c’est surtout l’envie de porter un projet commun qui m’anime.
    – Il semble y avoir ce bug sur les réseaux sociaux. Oui, le sexisme profilère via ces réseaux. Mais pour connaître certains témoignages, les RS sont – hélas – qu’un moyen et exemple parmi d’autres. Hélas, le problème ne réside pas que dans la mauvaise utilisation des RS de la part de certains, j’ai malheureusement envie de dire que c’est un problème parmi d’autres.

    Aimé par 1 personne

  39. @ Pascale :

    « Je ne veux pas te blesser mais tu sembles très préoccupée par l’avis des autres. » : hélas, oui. J’aimerais vraiment m’en foutre et j’admire les gens qui y arrivent totalement. Bon, avec les années, je m’améliore. En revanche, de mon point de vue, je crois qu’au bout d’un moment, on veut aussi se protéger tout simplement. Le pire, c’est qu’au début, on ne s’en préoccupe pas plus que ça, on se raccroche à des trucs du genre « c’est que du virtuel », « ça doit pas t’atteindre ». Le pire (puisque j’ai parcouru ton échange avec Prince dessous), je me disais justement : « mais te plains, au moins on te traite pas de moche ou quoi que ce soit de méchant ». Mais en fait, au bout d’un moment, quand tu ressens vraiment un malaise, que tu n’oses plus faire comme ça, juste changer d’attitude, bah là je me suis dit qu’il y avait un blem. Mais en fait, au bout d’un moment, évidemment que ça t’atteint, dans le sens où derrière le virtuel, y a des humains. Et crois-moi, j’ai voulu répondre aux imbéciles par le silence, je croyais sincèrement que ça allait fonctionner pour certains, que ça allait se tasser avec le temps. Bah en fait, ça a été pire.
    Petite anecdote : mon pseudo est un hommage au groupe The Killers. (mais peut-être qu’il n’est pas anodin, en fait, je me suis jamais posée la question).
    Effectivement, et je peux vraiment comprendre certaines réactions ici (en tout cas bien plus que les gens qui m’ont répondu sur Twitter par exemple et qui voient tous les jours ce qui se passe et qui sont même potes avec les tarés en question) : évidemment, sans connaître les dossiers, on peut croire que je sors des trucs de nulle part. Et en même temps, cela me semble logique de ne pas détailler ni mon cas ni ceux des autres.
    Mais hélas, je trouve qu’il y a un mépris général dans la blogosphère cinéma (où on se permet de juger le travail et surtout le goût des autres – mais j’ai envie de dire qu’on le voit ça dans un certain niveau, par exemple, la grande presse cinéma). Et le sexisme est pour moi un point parmi d’autres.
    J’ai pris ma décision, mon blog ne deviendra pas audio – heureusement, mon goût pour l’écriture est suffisamment fort.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s