Battle of the Sexes

réalisé par Jonathan Dayton et Valerie Faris

avec Emma Stone, Steve Carell, Andrea Riseborough, Bill Pullman, Sarah Silverman, Alan Cumming, Elisabeth Shue, Austin Stowell, Natalie Morales, Eric Christian Olsen, Mickey Sumner, Jessica McNamee…

Biopic, comédie, comédie dramatique américaine, britannique. 2h. 2017.

sortie française : 22 novembre 2017

1972. La championne de tennis Billie Jean King remporte trois titres du Grand Chelem. Mais loin de se satisfaire de son palmarès, elle s’engage dans un combat pour que les femmes soient aussi respectées que les hommes sur les courts de tennis. C’est alors que l’ancien numéro un mondial Bobby Riggs, profondément misogyne et provocateur, met Billie Jean au défi de l’affronter en match simple…

Battle of the Sexes : Photo Emma Stone, Steve Carell

Troisième long-métrage de Valerie Faris et Jonathan Dayton (réalisateurs du fantastique Little Miss Sunshine et de l’intéressant Elle s’appelle Ruby), Battle of the Sexes revient sur un fait historique qui a surtout marqué les Etats-Unis (d’après ce que j’ai compris, les Français ne s’en souviendraient pas ou même n’ont pas eu écho de cet événement). En 1973, Billie Jean King, star montante du tennis féminin affronte l’ancien numéro 1 Bobby Rings. 90 millions de téléspectateurs ont vu ce match qui ne se limitait pas à un affrontement sportif. Les réalisateurs parviennent alors à exposer les réels enjeux de ce match. Avant d’accepter de jouer ce match, Billie Jean King, à l’époque la joueuse la mieux payée, se battait déjà contre le sexisme dans le tennis. Elle réclamait notamment une égalité de salaires entre les joueurs et joueuses. Ce match représente alors le moyen de prouver que les femmes peuvent jouer aussi bien que les hommes. Il est certain que Faris et Dayton se concentrent davantage sur le personnage de Billie Jean que sur celui de Bobby Rings (le film démarre et se termine sur elle, et dans l’ensemble, elle est plus mis en avant – il faut dire que le chemin pour arriver à ce match passe certainement plus par elle), le traitement entre ces deux personnages est peut-être un poil inégalitaire (Rings paraît presque par moments un personnage secondaire vu le temps qu’on met à s’intéresser à ses motivations). On « sent » (enfin, disons que l’information en fin de générique ne surprend guère) que Billie Jean King et sa compagne de longue date ont été consultantes sur le tournage, pas uniquement par la précision des dates mais aussi par rapport à la place qu’a son personnage dans le récit. Cela dit, le sujet reste tout de même bien traité pour plusieurs raisons. Tout d’abord, Battle of the Sexes n’oublie jamais qu’on parle d’une égalité entre les sexes et non d’une quelconque supériorité de la femme sur l’homme. Si on voit un peu moins Bobby Rings, il n’est pas non plus tant rabaissé que ça. Il n’est pas réellement le véritable « méchant » de l’histoire. Son machisme, à l’image de ce match, fait partie du show, du personnage qu’il incarne sur « scène ». Il ne veut pas tant que ça prouver une quelconque et soi-disant supériorité de l’homme. Il s’agit d’un homme d’une cinquantaine d’années qui se comporte surtout encore comme un gosse et surtout qui s’ennuie terriblement au boulot. Comment retrouver une vie normale quand on a vécu auparavant une existence qui ne l’était pas ? Rings veut avant tout se retrouver sa fierté sous les feux des projecteurs. Finalement, le véritable misogyne de l’histoire n’est pas toujours celui qui le clame le plus fort.

Battle of the Sexes : Photo Agnes Olech, Emma Stone, Natalie Morales, Sarah Silverman

Autre bon point (qui pourtant aurait pu en être un mauvais) : le rapport entre le match à portée féministe et la découverte de l’homosexualité de Billy Jean. La romance entre la sportive et sa coiffeuse aurait pu être hors sujet. Pourtant, elle trouve naturellement sa place. Le féminisme et le combat pour la cause LGBT sont en réalité si on se réfère de nouveau à l’histoire. Surtout, il y a une volonté de mettre en parallèle le mouvement politique et collectif et le combat intime de l’héroïne. Le parallèle en question ne paraît pas lourd. Il humanise même encore plus Billie Jean. Le sujet est donc bien traité sous un ton finalement assez léger, en y insérant beaucoup d’humour tout en n’oubliant jamais des enjeux derrière plus dramatiques. La mise en scène n’est peut-être pas hyper originale mais pourtant elle est plutôt bonne, entre son dynamisme et son approche parfois « documentaire » voire même télévisuelle (choix logique vu la médiatisation du match). Ce choix fonctionne d’autant plus face au fameux match tant attendu. On sait comment il s’est terminé (et on a envie de dire : heureusement qu’il s’est terminé de cette manière et pas que pour une question de féminisme, mais par rapport aussi aux âges des adversaires) mais pourtant les réalisateurs ont tout de même su créer ce suspense comme certainement à l’époque. De plus, la reconstitution des années 1970 est plutôt plaisante et l’ensemble est bien rythmé alors que le film dure deux bonnes heures. Le duel Emma Stone-Steve Carrel (les deux avaient déjà joué ensemble dans le remarquable Crazy, Stupid, Love de John Requa et Glenn Ficarra) fonctionne du tonnerre, entre la confrontation et une sorte d’affection et d’admiration non avouée. La presse a beaucoup parlé de Stone et Carrel (et en fait surtout de Stone) mais pourtant, le casting secondaire m’a également emballée. Je pense surtout à Bill Pullman, parfait en misogyne qui a l’air tout « propre » en apparence, à la formidable Sarah Silverman, soutien du groupe des joueuses au langage  et à la voix si identifiables, au délicat Alan Cumming ou encore à la toujours remarquable Andrea Riseborough. Battle of the Sexes ne marquera pas non plus tant que ça les esprits mais il a le mérite de remplir un grand nombre de ses objectifs, en étant un biopic au discours plus que jamais d’actualité, et s’intéressant à la fois à la portée collectif qu’aux parcours des individus.

Battle of the Sexes : Photo Eric Christian Olsen, Steve Carell

Publicités

23 réflexions au sujet de « Battle of the Sexes »

  1. ‘Je veux battre Billie Jean pour tous les mecs qui vont se marier, dont les épouses ne les laisseront pas jouer au poker le vendredi soir ou aller à la pêche le week-end’ ( Ca partait d’une bonne intention, non ? ) 🙂 🙂
    6-4, 6-3, 6-3 dtc Bobby.

    J'aime

  2. Copieuse ! Je n’ai plus qu’à ajouter un lien de ta chronique sur la mienne !
    Nous sommes sensiblement du même avis. C’est un petit film, mais un petit film sympa.

    Tu t’es réconciliée avec Emma Stone, on dirait.

    J'aime

  3. A noter que c’est la seule fois qu’une femme a battu un homme, les autres fois ayant abouti à une déroute du « beau sexe » (cf le buffle Venus Williams incapable de contenir un alcoolo 220ème mondial). Bref, film bêtement féministe, qui se retourne contre sa « cause », puisqu’il fait l’apologie d’une exception…

    J'aime

  4. @ auroreinparis :
    Je ne suis pas plus fan d’Emma Stone que ça (même si je me réconcilie avec elle petit à petit) mais je l’ai trouvée vraiment bien dans le film ! 😀

    J'aime

  5. Vu par le net (puisque pas visible chez moi) et finalement pas plus mal. On te vend le film sur un duo, finalement un d’entre eux n’est qu’un second-rôle. Le tennis est assez peu présent même la fameuse rencontre et filmé de manière inintéressant. Borg McEnroe m’a plus intéressé.

    J'aime

  6. @ Borat :
    C’est un peu ce que je suggère dans ma critique, qu’il y a quelque chose qui est un peu déséquilibré dans le traitement des personnages mais cela dit, cela a un sens par rapport au discours du film.

    J'aime

  7. Toute la partie avec la tenniswoman est intéressante, mais un peu de mal avec tout le reste. Surtout la partie tennis qui est vraiment affreuse.

    J'aime

  8. Franchement j’ai eu l’impression de voir les matchs à la télé en moins bien. Autant dire que rien de foufou à l’horizon. Surtout quand tu vois les efforts de Janus Metz sur Borg McEnroe sur le montage ou les plans.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s