Marley et moi / Watchmen

Marley & Moi
réalisé par David Frankel
avec Owen Wilson, Jennifer Aniston, Eric Dane, Alan Arkin, Haley Bennett, Clarke Peters…
titre original : Marley & Me
Comédie américaine. 1h40. 2008.
sortie française : 4 mars 2009
Movie Challenge 2017 : Un film que j’aime bien secrètement
Jenny et John viennent tout juste de se marier sous la neige du Michigan et décident de partir s’installer sous le soleil de Floride. Alors que l’envie d’avoir un premier enfant se profile chez Jenny, John espère retarder l’échéance en lui offrant un adorable chiot sur les conseils avisés de son collègue Sébastien, un séducteur profitant pleinement de son célibat. C’est ainsi que Marley, un jeune labrador, prend place au sein du couple. En grandissant, l’animal se révèle aussi craquant que dévastateur et la maison devient un véritable terrain de jeu, où plus rien ne peut échapper à sa voracité. Mais l’envie de fonder une famille ressurgit, et Jenny attend désormais son premier enfant. Au rythme des années et des catastrophes qu’il provoque, Marley sera le témoin d’une famille qui se construit et s’agrandit, devant faire face à des choix de carrière, des périodes de doute et des changements de vie. Pour Jenny et John, même si Marley est le pire chien du monde, cette tornade d’énergie leur témoignera une affection et une fidélité sans limite, pour leur enseigner la plus grande leçon de leur vie.
Marley & moi : Photo David Frankel, Jennifer Aniston, Owen Wilson
Marley & Moi, réalisé par David Frankel (Le Diable s’habille en Prada), est tiré de l’ouvrage autobiographique du journaliste John Grogan, Marley & Me: Life and Love with the World’s Worst Dog (2005). Je m’attendais, comme beaucoup, à regarder une comédie toute mignonne avec un joli toutou qui ferait quelques conneries (et vous savez peut-être que j’ai du mal en général avec les films qui mettent en vedette des animaux). Certes, il s’agit a priori d’un film familial, grand public, c’est un fait (et ce n’est pas forcément une tare). Mais finalement, on n’est pas tant que ça dans le film tout choupi si attendu. Si Marley & moi est pour moi un agréable divertissement, assez bien foutu dans son genre, il surprend surtout pour son émotion que j’ai trouvée vraie (même si le film a évidemment pour but de nous faire verser quelques larmes, on ne va pas se mentir non plus). Je n’ai jamais eu de chiens (en revanche des chats j’en ai toujours eu) mais l’histoire m’a réellement émue (vous avez l’habitude, j’ai évidemment chialé) : je me suis identifiée au personnage principal avec sa relation avec Marley. Certes, je ne vais pas vous dire qu’il s’agit d’un chef-d’oeuvre, ce n’est évidemment pas le cas, on ne retient pas non plus le travail de mise en scène, je ne sais même pas si on peut s’il s’agit vraiment d’un bon film (d’un point de vue strictement cinématographique – bon après rien ne m’a choquée, j’imagine que le travail de ce côté reste correct par rapport à ce qu’on attend de ce type de production). Mais Marley & Moi m’a clairement plu même si j’ai conscience de ses limites purement cinématographiques. Le film reprend le schéma autobiographique du bouquin, l’histoire étant racontée par John. La voix-off est toujours un outil « risqué » dans le sens où elle a tendance à alourdir le récit. Je ne dis pas qu’elle est d’une grande subtilité mais elle n’est pas non plus envahissante. Surtout, je trouve qu’on peut malgré tout (je dis ça parce que Wilson et Aniston sont des stars hollywoodiens, beaux, blonds, sportifs, avec des dents Colgate – bref le contraire du commun des mortels) s’identifier aux personnages principaux, comprendre l’attachement au chien et au rôle que ce dernier joue dans la vie d’une famille face au temps qui passe. Marley et moi séduit alors dans sa représentation d’une vie de famille (et ou plutôt dans sa construction) avec ses bons et ses mauvais moments (les ellipses me semblent bien choisies et fluides). Après, j’admets aussi que ce film fait certainement partie désormais de mes plaisirs coupables (c’était le but de cette catégorie du Movie Challenge).
 
Marley & moi : Photo David Frankel, Eric Dane, Owen Wilson

Watchmen – Les Gardiens 
réalisé par Zach Snyder
avec Jackie Earle Haley, Patrick Wilson, Malin Akerman, Billy Crudup, Matthew Goode, Jeffrey Dean Morgan, Carla Cugino, Stephen McHattie…
titre original : Watchmen
Action, science-fiction, drame américain. 2h42. 2009.
sortie française : 4 mars 2009
interdit aux moins de 12 ans
Movie Challenge 2017 : Un film recommandé par quelqu’un (Borat)
Aventure à la fois complexe et mystérieuse sur plusieurs niveaux, « Watchmen – Les Gardiens » – se passe dans une Amérique alternative de 1985 où les super-héros font partie du quotidien et où l’Horloge de l’Apocalypse -symbole de la tension entre les Etats-Unis et l’Union Soviétique- indique en permanence minuit moins cinq. Lorsque l’un de ses anciens collègues est assassiné, Rorschach, un justicier masqué un peu à plat mais non moins déterminé, va découvrir un complot qui menace de tuer et de discréditer tous les super-héros du passé et du présent. Alors qu’il reprend contact avec son ancienne légion de justiciers -un groupe hétéroclite de super-héros retraités, seul l’un d’entre-eux possède de véritables pouvoirs- Rorschach entrevoit un complot inquiétant et de grande envergure lié à leur passé commun et qui aura des conséquences catastrophiques pour le futur. Leur mission est de protéger l’humanité… Mais qui veille sur ces gardiens ?
Watchmen - Les Gardiens : Photo Carla Gugino, Jeffrey Dean Morgan
Watchmen est l’adaptation du comic éponyme d’Alan Moore (qui rejette le film comme toutes les adaptations de ses oeuvres) et Dave Gibbons (en revanche, il s’est associé au projet). J’ai une drôle d’histoire avec Zack Snyder (et encore, je dis ça sans avoir vu son Batman vs Superman) : 300 fait partie de mes plaisirs coupables, j’aime également énormément L’Armée des Morts (et j’adore au passage la version originale de Romero), en revanche je rejette en bloc Sucker Punch. Et comme vous le savez certainement (ou pas), j’ai généralement du mal avec les films de super-héros. J’ai longtemps redouté ce fameux Watchmen, visiblement autant adoré que détesté. Sans dire que j’ai adoré, j’ai été agréablement surprise par ce long-métrage, certes assez long mais selon moi réellement divertissant et pertinent. Le long-métrage nous présente alors une Amérique alternative des années 1980 (à peine le miroir de ce qu’on connaît déjà) sous l’égérie des super-héros. Mon seul véritablement hic vient du traitement des femmes (problème que j’avais déjà relevé dans d’autres films de Snyder) : j’ai clairement trouvé le film misogyne (on pourra toujours me répondre qu’il y a les mêmes problèmes dans le comic : et bah j’ai envie de dire que je ne trouve pas ça cool non plus). Les personnages féminins ont toutes un mauvais rôle : soit elles sont hyper sexualisées et inutiles dans l’intrigue soit elles ont un mauvais rôle par rapport aux autres personnages. Pour ne rien arranger, Malin Akerman et Carla Cugino jouent très mal (comme souvent). C’est dommage car le reste du casting est pour moi très bon, surtout Jackie Earle Haley, épatant et charismatique dans le rôle de Rorschach. Les personnages sont justement pour moi un des points forts de ce film, ils sont étonnamment complexes par rapport à ce qu’on pourrait attendre habituellement de ce genre de production (le cas le plus flagrant concerne Le Comédien incarné par l’étonnant Jeffrey Dean Morgan). La narration a pu déstabiliser certains spectateurs, certains diront même que le film est trop lent et qu’il ne se passe rien. Pour ma part, si au début j’étais sceptique par cette narration a priori décousue, j’ai rapidement adhéré à ce choix qui permet d’appréhender la psychologie et les histoires personnelles de tous les personnages. Je suis également tombée sous le charme de la proposition graphique et esthétique même si j’admets que certains effets (ex : les ralentis) sont parfois superficiels. Les dialogues sont également soignés, l’histoire en elle-même trouve un ton juste entre violence, tragédie et humour. Enfin, la BO, très agréable, s’adapte bien aux différentes scènes.
Watchmen - Les Gardiens : Photo Jackie Earle Haley
Publicités

19 réflexions au sujet de « Marley et moi / Watchmen »

  1. « Who watches the Watchmen ? »

    Comme tu le sais, j’ai beaucoup aimé ce film. Alan Moore peut chipoter (il en a bien le droit), mais j’ai trouvé cette adaptation excellente. Certes, le film est un concentré (impossible d’adapter une BD de plus de 450 pages dans un film – même de 2H42 – un récit parallèle est par exemple totalement sacrifié) mais l’essentiel y est, l’esprit et la psychologie des personnages y compris. Tu dis que tu n’aimes pas en général les films avec des super-héros mais Wachtmen est un film d’anti-héros par excellence, les uns étant devenus soit complètement ringards, les autres complètement tarés et/ou dégénérés. J’avais lu le comic bien avant qu’on ne parlait d’une adaptation, et c’est avec beaucoup d’émotion que j’ai vécu ce moment où j’ai vu le personnage de Rorschach prendre les traits de l’acteur Jackie Earle Haley. Il est vraiment épatent, à le voir, on se dit que personne d’autre n’aurait pu mieux l’interpréter que lui (j’avais lu à l’époque de la sortie du film que c’était les fans du comic qui avaient voté pour l’acteur, à vérifier, mais si c’est vrai, ils ont tapé juste). Et Le Comédien est tout aussi fidèlement interprété par Jeffrey Dean Morgan. Je crois que je n’ai jamais ressenti un sentiment aussi ambiguë à l’égard d’un personnage tel que ce comédien, tellement détestable mais qui arrive à nous émouvoir, c’est incroyable. Bref, je suis ravie que le film t’ait plu 🙂 Mais bizarrement, je n’ai pas relevé la misogynie que tu y retrouves.

    Aimé par 1 personne

  2. Correction : un sentiment aussi ambigu

    Pour en revenir au Comédien, je pense que ce qui me touche en lui est le fait qu’il soit devenu une sorte de monstre, une éponge de son époque avec tout ce qui a de plus violent et détestable, mais c’est aussi son désespoir et ses conduites suicidaires qui arrivent à remuer quelque chose en nous, et qui en font une victime, à sa façon.

    Aimé par 1 personne

  3. Contente que tu aimes Marley et moi ! Je l’avais vu aussi « secrètement » un soir que mon mari n’était pas là, histoire de voir les deux acteurs, que j’adore… mais je m’attendais à une soupe. Et j’ai été très heureusement surprise. L’histoire de cette famille qui se construit m’a beaucoup touchée.

    Aimé par 1 personne

  4. Je n’y avais pas pensé mais c’est vrai que ces deux films sont sortis le même jour en France! 😀 Marley et moi est un beau film, bien moins guimauve que d’autres films avec des animaux. Tu vois que le film part avant tout du vécu de l’auteur du livre, que ce n’est pas gratuit ou pathos pour le plaisir.
    Quant à Watchmen, j’ai depuis un peu plus de mal à le voir car il est quand même très/trop fidèle. Mais il montre que ce n’est pas un récit inadaptable et au final le rajout de Snyder pour la fin est curieusement plus intéressant que ce qu’avait écrit Alan Moore. Par contre je ne peux que te conseiller le roman graphique, un de mes livres de chevet.

    J'aime

  5. J’ai beaucoup aimé « Watchmen » qui est peut-être le film de superhéros ultime (malgré une morale qui doit interroger) et notamment le générique d’ouverture tout simplement somptueux.

    Aimé par 1 personne

  6. @ Sentinelle :
    Je savais que tu réagirais ! (je sais que tu aimes énormément Watchmen !).
    Et tu as raison, c’est exactement le terme : anti-héros !
    Je ne connaissais pas du tout l’anecdote / rumeur sur Jackie Earle Haley mais si c’est le cas, quel choix pertinent ! Et tu as raison pour Le Comédien (d’où la complexité des personnages : il n’y a pas tout le temps du manichéisme – je dis ça car pour certains personnages, je ne serais pas aussi catégorique).
    Pour la misogynie, je peux admettre qu’il s’agit d’une vision tout à fait personnelle

    J'aime

  7. @ Borat :
    OOMMMMG je n’avais même pas fait gaffe aux sorties !!!!! Putain alors là je suis un génie d’avoir combiné les deux chroniques ensemble !!!!! 😀 😀 😀
    Pour Watchmen, est-ce vraiment un problème qu’il soit trop fidèle ? (pas lu donc à toi d’argumenter et je sais que tu adores ça ! 🙂 ).

    J'aime

  8. C’est ce que je disais encore hier à propos de Death note. J’ai critiqué la promo de Ghost in the shell car ça faisait du copier coller des films, mais là je trouve qu’il y a trop de libertés. 😀 A mon sens, le mieux pour une adaptation est de réussir à être le plus fidèle possible sans que cela laisse le néophyte sur le carreau et sans faire n’importe quoi non plus. Gone girl est en soi une excellente adaptation car le propos du roman est toujours dans le roman, mais cela n’empêche pas le film d’être plus qu’appréciable seul. Watchmen j’ai plus l’impression de voir le livre avec des acteurs parfois. Mais au moins cela prouve qu’il n’était pas inadaptable et Snyder a parfois de bonnes idées de mise en scène pour bien montrer que c’est lui aux commandes.

    J'aime

  9. @ Borat :
    Je ne suis pas forcément d’accord pour le plus fidèle possible. Honnêtement il y a des films excellents, certains des chefs-d’oeuvre, qui sont loin d’être fidèles aux oeuvres. Je pense qu’il faut tirer l’essentiel du texte mais laisser la liberté du réalisateur de créer une oeuvre pertinente et personnelle.
    Gone Girl, je trouve l’exemple un peu à part dans le sens où le texte a quelque chose de cinématographique dans un sens. Mais effectivement au moins Fincher a réussi à être fidèle tout en gardant sa propre patte. Ce n’est pas un exercice évident. C’est plus facile à dire qu’à faire.

    J'aime

  10. Par là je veux surtout dire qu’il doit garder au moins l’essence de ce qu’il adapte. Shining est un parfait contre exemple puisque Kubrick en a fait un peu ce qu’il voulait.

    Aimé par 1 personne

  11. A l’heure où on semble découvrir le potentiel des films R-rated (Deadpool, Logan…), c’est oublier un peu vite Watchmen, sans doute le meilleur film de « super-héros », bien loin des Marvel ou même de certains DC.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s