TAG : des émotions en films et séries

J’ai vu ce TAG série un peu partout, notamment chez ma copinaute Fanny / Anything is possible ! Je l’ai fait en deux versions : films et séries ! Pour certaines émotions, j’envisage d’en parler certainement plus dans un billet plus détaillé : est-ce que cela vous intéresse ?

Allez, sinon c’est parti pour le TAG !

♥ FILMS ♥

♣ LA JOIE ♣

Je pourrais citer des tas de comédies et de feel-good movies qui me rendent joyeuse : les films des Monty Python, Un poisson nommé WandaLittle Miss Sunshine, Ca tourne à Manhattan, Sacré Robin des Bois…. Difficile de faire un choix mais si je devais garder vraiment un seul film dans cette catégorie, ce serait certainement The Big Lebowski des frères Coen. A l’image de certains films des Coen, il est nécessaire de revoir ce film pour bien s’imprégner de nombreuses « informations » (j’ai toujours la sensation qu’on passe à côté de quelque chose la première fois même si on trouve le film très plaisant). Plus je le revoie, plus je le trouve excellent et hilarant. Je connais pratiquement ce film par coeur. Ce qu’il me plait c’est qu’il a sa complexité et de seconde lecture mais en même temps il peut se laisser regarder sans aucun calcul, à l’image du Dude, qui représente à lui seul un appel à la liberté.

♣ LA TRISTESSE ♣

Je crois que je serais capable d’écrire tout un billet entier sur tous les films qui m’ont fait chialer (en citant même quelques moments très gênants). La liste est vraiment longue, je suis très émotive (à part sur Nos étoiles contraires parce que je suis un monstre voyons). Justement, je vais citer mon moment à la fois le plus gênant et le plus émouvant : The Place beyond the Pines de Derek Cianfrance (le réalisateur du déjà émouvant Blue Valentine) avec Ryan Gosling, Bradley Cooper et Eva Mendes (qui n’ont jamais été aussi bons). Difficile de résumer ce film, on risque toujours de le spoiler mais en quelques mots, il s’agit d’une bouleversante fresque familiale. J’ai retenu mes larmes dans la salle, voulant rester digne un minimum. Mais évidemment, en sortant du cinéma, dans la rue, je me suis mise à sangloter. Les gens me regardaient comme si j’étais complètement cinglée ou dépressive !

The Place Beyond the Pines : Photo Eva Mendes, Ryan Gosling

♣ LA SURPRISE ♣

Le cinéma coréen est certainement celui qui m’a le plus surprise durant ces dernières années et qui m’a aidée à me construire en tant que cinéphile. Même si on ne peut pas résumer le cinéma coréen à un unique genre (j’aime par exemple énormément les films délicats – et torturés – d’un Kim Ki-Duk ou encore Lee Chang-Dong), leurs polars et thrillers m’enthousiasment à un point inimaginable. On les limite souvent à des films tordus et d’une grande violence (et certains avec de bons vrais retournements de situation) mais ils vont bien au-delà de ces points : ce cinéma est extrêmement riche sur de nombreux niveaux. Oldboy de Park Chan Wook fait partie de mes films chouchous mais je pourrais en citer tant d’autres (depuis le temps que je parle d’écrire un billet sur ce sujet, il serait – vraiment – temps que je m’y mette). Pour moi, découvrir les films de Park Chan-Wook, Bong Joon-ho et Kim Jee-Woon me paraît indispensable.

♣ L’HYSTERIE ♣

Le mot « hystérie » pouvant faire fuir, j’ai décidé d’évoquer ce terme plus pour désigner le comportement des personnages (qui se justifie) qu’un sentiment désagréable face à un film (exemple : Mon Roi de Maïwenn). Qui a peur de Virginia Woolf ? de Mike Nichols (l’adaptation de la pièce éponyme d’Edward Albee) est selon moi un des films regorgeant le plus d’hystérie. Ce long-métrage remarquable a su reprendre les codes du théâtre pour mieux exprimer les sentiments des personnages qui sont au bord de l’explosion. Elizabeth Taylor – qui prit beaucoup de poids pour son rôle (et qui remporta le deuxième Oscar de sa carrière) et Richard Burton sont tout simplement exceptionnels. Il s’agissait de la quatrième collaboration de ce couple mythique (qui est passé par la case mariage deux fois) qui s’est lui-même déchiré des années après.

Qui a peur de Virginia Woolf ? : Photo Elizabeth Taylor, George Segal, Richard Burton, Sandy Dennis

♣ LA NOSTALGIE ♣

J’aurais pu évoquer un film vu durant mon enfance mais j’ai préféré mettre en avant un autre qui parle directement d’une certaine nostalgie à venir : Ghost World de Terry Zwigoff (une adaptation de la bande-dessinée éponyme de Daniel Clowes). Il s’agit d’un film assez déroutant et mélancolique (malgré son apparente légèreté) mettant en scène l’amitié entre deux ados (la délurée Enid & Rebecca) qui finit par s’écrouler, chacune prenant des chemins différents en devenant petit à petit des adultes (en faisant notamment leur entrée à la fac). Je déteste pourtant Scarlett Johansson mais il s’agit grosso modo du seul film dans lequel je l’aime bien ! Steve Buscemi trouve également l’un de ses plus beaux rôles. Et c’est tellement dommage qu’on ne voit pratiquement plus la talentueuse Thora Birch sur nos écrans.

Ghost World : Photo Scarlett Johansson, Terry Zwigoff, Thora Birch

♣ LA PEUR ♣

J’avais déjà pas mal évoqué les films qui m’effrayaient sur mon billet spécial Halloween. J’aurais pu certainement citer un de mes films d’horreur préférés ou encore un film qui m’a empêchée de dormir la nuit. Pourtant, j’aurais toujours une véritable affection pour Fantômes contre fantômes (The Frighteners) de Peter Jackson (avec Michael J. Fox dans le rôle principal). Pourtant, avec le recul, il n’est pas si effrayant, il a même maintenant (avec mon regard plus adulte) des touches d’humour, il est même assez kitsch. Mais quand je l’ai découverte gamine (bien avant le succès du Seigneur des anneaux), croyez-moi, ce film m’avait foutu les jetons !

LA COLERE ♣

Beaucoup de films, par les sujets qu’ils évoquent, me mettent en colère. Spotlight de Thomas McCarthy (et dans le même genre le documentaire Délivrez-nous du mal), le cinéma engagé de Ken Loach et même Erin Brockovich de Steven Soderbergh en font partie (pour ne citer que ces exemples). Mais de tête, je crois que c’est le long-métrage de l’acteur écossais Peter Mullan (à lui seul une figure de colère) The Magdalene Sisters (que j’avais évoqué dans un article consacré au cinéma irlandais) qui m’a vraiment le plus foutue en rogne. Je me rappellerai toujours des bonus dvd (je n’ai pourtant pas l’habitude de les regarder) avec Mullan lui-même très en colère contre tout ce qui a pu se passer en Irlande dans ces couvents de la honte.

The Magdalene Sisters : Photo Eileen Walsh, Nora-Jane Noone

♥ SERIES ♥

♣ LA JOIE ♣

Je pense forcément à une sitcom dans cette catégorie. Certaines séries auraient vraiment leur place, que ce soit des américaines (EarlParks and Recreation ou encore 30 Rock) ou encore (et surtout) des séries britanniques (Absolutely Fabulous, Bean, Spaced…). A ce moment-là, j’ai systématiquement envie de citer une des séries de Graham Linehan (vous connaissez mon amour éternel pour Black Books et Father Ted par exemple). Mais si je devais en garder une seule dans cette catégorie (parce que je ne veux pas tricher), je ne parlerais que de la cultissime série geek The IT Crowd. Je vous assure qu’en cas de coup de blues, il m’arrive de revoir certains épisodes (notamment un en particulier) parce que je sais qu’ils vont me faire un bien fou. En fait, j’ai envie de dire que tous les épisodes sont hilarants et te redonnent la patate.

♣ LA TRISTESSE ♣

Le tout dernier épisode de Six Feet Under est d’une tristesse infinie ! Il s’agit pour moi de l’épisode le plus émouvant et le meilleur final toutes séries confondues. J’essaierai un de ces quatre de vous parler de cette mythique série que je suis en train de revoir. J’ai beau lui trouver des imperfections (surtout durant mon deuxième visionnage), cette fin me fait toujours autant chialer. Chaque épisode débutait par la mort d’un quelconque personnage puis s’affichait sur un fond blanc le nom de l’individu en question accompagné des années de naissance et de mort. Cette fois-ci, alors que la jeune Claire Fisher s’en va mener sa vie ailleurs, on voit ce que les personnages vont devenir dans le futur… et surtout comment et quand ils vont mourir. Nous nous sommes attachés aux Fisher et à leurs amis pendant cinq saisons et on a déjà supporté quelques épisodes le décès déchirant d’un personnage clé. Pour ma part, lorsque je regarde cette fin, je pleure de tout mon corps systématiquement !

♣ LA SURPRISE ♣

J’avais envie de parler de ma très récente découverte : The Escape Artist ou en « VF » Perfect Crime avec les talentueux David Tennant et Toby Kebbell. Ca ne vous dit rien ? Pourtant, cette mini-série britannique a connu récemment son remake français (que je n’ai pas encore vu), La Main du Diable avec Grégory Fitoussi, Joey Starr et Mélanie Doutey. Construit en deux épisodes, Perfect Crime a su me clouer jusqu’à la dernière minute avec un véritable retournement de situation assez surprenant. L’histoire ? Celle d’un avocat brillant (Tennant) qui réussit à innocenter un gros psychopathe (Kebbell). A la fin de ce procès, l’avocat en question refuse de serrer la main à son client. Il va alors vivre un véritable cauchemar, son client décidant de se venger de la pire des façons. Comment se sortir (et se venger également) d’une situation désespérée notamment en manipulant la justice ? Cette série mérite vraiment le retour !

Photo David Tennant, Sophie Okonedo

♣ L’HYSTERIE ♣

J’ai beaucoup d’affection pour la série de Tina Fey Unbreakable Kimmy Schmidt même si pour moi cette série a ses défauts ou (selon le point de vue) il faut savoir suivre son point de vue qui est sans concession. Les couleurs sont volontairement criardes et kitsch, les gags sont cartoonesques, les répliques bourrées de références s’enchaînent, les personnages caricaturaux et sourient beaucoup (tu as mal pour la mâchoire de Kimmy par moments) etc… Je la classe dans « hystérie » mais je n’ai pas voulu prendre ce mot négativement. Au contraire, cette série déborde de positivité malgré son sujet grave (le retour à la société d’une femme kidnappée durant son enfance). Et je ne me lasse pas du tube (et à l’ode aux… bref, vous avez compris) Peeno Noir bien sûr (je pense que je vais changer ma sonnerie de portable, ça va le faire dans la rue) !

♣ LA NOSTALGIE ♣

Beaucoup de séries pourraient largement entrer dans cette catégorie : La Petite Maison dans la Prairie, Docteur Quinn : Femme médecin, Une nounou d’enfer, Charmed, Buffy contre les vampires, Les Razmokets, Les Totally Spies, les séries de K2DA… Mais selon moi, LA série de mon enfance est Malcolm, une sitcom assez différente de ce qu’on peut voir habituellement. On s’attache à cette famille de la middle class aussi ordinaire que barrée. Son générique avec la chanson de They Might Be Giants « Boss of Me » est également culte et donne le ton d’entée ! La carrière de Bryan Cranston après Malcolm me réjouit, son succès est entièrement mérité.

Malcolm : Photo Bryan Cranston, Christopher Masterson, Erik Per Sullivan, Frankie Muniz, Jane Kaczmarek

♣ LA PEUR ♣

J’aurais eu tendance à répondre un peu naïvement American Horror Story (qui m’a souvent jetée les jetons) mais Twin Peaks reste la série qui m’a le plus effrayée (même si son genre reste… indescriptible). Bob est certainement un des « personnages » les plus flippants de l’histoire de la télévision. Et dire que son interprète, Frank Silva, était juste un technicien qui a obtenu le rôle par hasard, en restant coincé par accident sur le plateau durant le tournage du premier épisode. Il n’y a pas que Bob qui est effrayant : toute l’ambiance est très pesante et d’une grande étrangeté. L’histoire semble réelle avec cette relecture du soap, pourtant l’onirisme n’est jamais bien loin. Le dernier épisode de la deuxième saison m’a littéralement crispée. Bref je vous raconte pas à quel point j’attends la saison 3 (avec une pointe d’appréhension).

♣ LA COLERE ♣

Certains épisodes de New York Unité Spéciale m’ont vraiment foutu en rogne (on parle forcément de viol et autres choses aussi sombres et dégueulasses), y a plus funky dans la vie). Il y a une époque où je dévorais tous les épisodes. Je crois que j’en ai tellement vu que ça a fini par me dégoûter. Mais je pense surtout aux révélations sur l’identité de l’assassin du petit Danny Latimer à la fin de la première saison de Broadchurch mettent forcément en colère n’importe quel individu. J’ai ressenti la colère des personnages, que ce soit les proches de la victime ou ceux du tueur. La saison 3 (et visiblement dernière) devrait arriver bientôt en France, j’ai hâte de la découvrir !

Photo David Tennant, Olivia Colman

Publicités

33 réflexions au sujet de « TAG : des émotions en films et séries »

  1. Alors:
    J’adore The Big Lebowski, j’ai hâte de regarder la saison 2 de Twin Peaks et je comprends ta nostalgie pour Malcolm.
    Bisous à toi et à plus sur nos blogs respectifs!

    J'aime

  2. J’ai jamais vraiment aimé Malcolm, ça allait trop vite et les personnages parlaient vraiment vraiment (vraiment) trop fort (coucou Loïs). Et puis, ça m’a jamais fait rire… Par contre, les séries KD2A, que de souvenirs : le S Club 7, franchement, une vraie PEPITE (totale nostalgie).
    J’ai vu en entier « Six Feet Under » et j’ai un ressenti très ambivalent envers cette série… C’est ni nul ni bien (même si y’a Michael C. Hall période pré-Dexter dedans). Et le dernier épisode ne m’a pas ému spécialement, probablement pour cette raison. J’étais pas attachée à qui que ce soit dans cette série, alors bon que Claire se barre avec moults flashforwards, ça m’en touche une sans faire bouger l’autre, finalement.

    Sinon, « Blue Valentine », je dis non. Un NON massif même 😀

    J'aime

  3. @ Sweet Judas :
    Perso je me reconnais un peu (et d’autres gens très proches) dans la famille de Malcolm, disons que ça ne me choque pas ! :p
    Raaah putain KD2A, c’est mon enfance !!! 😀 😀 (ahahaha S Club 7 j’étais faaaaaaan !).
    Je suis en train de revoir les deux dernières saisons de Six Feet Under. Je tenterai d’en reparler ici mais c’est moins bon que dans mes souvenirs (même si ça ne m’empêche pas d’aimer le dernier épisode, comme quoi). Disons que la série part en couilles au fil des saisons. Son principal problème ? Clairement trop de baise.
    Donc tu ne comptes pas regarder The place beyond the pines ?? 😮

    Aimé par 1 personne

  4. C’est moi la copinaute ! 😉
    Bien d’accord pour Little Miss Sunshine et The Big Lebowski… Je te rejoins sur Nos étoiles contraires.
    J’ai très envie de voir The Place beyond the pines (j’avais beaucoup aimé Blue Valentine).
    Oui pour Old Boy… C’est le film qu’on a regardé avec mon amoureux au début de notre rencontre. On n’était même pas ensemble (romantique, einh !). Le lendemain, nous avions regardé Requiem for a dream ! 😀
    J’avais adoré Six Feet Under… Une des meilleures séries ! J’ai d’ailleurs très envie de la revoir.
    Malcom, j’étais fan… Mais la série de mon enfance, c’était La Petite maison dans la prairie (ah Charles Ingalls !).

    J'aime

  5. @ Anything is possible :
    YEAAAAH YOU’RE HEREEEEE !! 😀
    J’espère que The place beyond the pines te plaira ! (perso, je l’ai préféré à Blue Valentine).
    Ahahah je te comprends pour La petite maison ! (et je ne ratais pas les épisodes après avoir mangé avec mes grands-parents !! 😀 ).

    J'aime

  6. Pour la joie je dirais pour les films Mad Max Fury Road et Pacific rim car je suis en totale extase devant, comme un gosse qui joue avec ses voitures et ses jouets. Pour les séries je dirais Parks and rec.
    Pour la tristesse The land before time et encore il me suffit juste d’entendre la musique de James Horner et je fonds littéralement. Alors imagine avec le contexte. 🙂 Sinon je citerais volontiers Buffy, Interstellar, Toy Story 3, Up, Sons of anarchy, Cowboy bebop ou Million dollar baby.
    Pour la surprise, ce fut récemment Sympathy for mr vengeance. Incroyable de voir à quel point un père peut tomber autant dans le pire que quand il perd un être cher.
    Pas un fan de l’hystérie et si c’est le cas c’est rarement positif. De toutes manières quand cela commence à brailler dans tous les sens, j’ai beaucoup de mal.
    Pour la nostalgie, j’aurais plutôt tendance à dire des films de mon enfance, car en général je me dis que j’ai pris un sacré coup de vieux. Pas le « c’était mieux avant », mais qu’il y a des films que j’aimerais probablement moins ou pas du tout si je les découvrais aujourd’hui. Space jam par exemple c’est de la pure nostalgie. Je ne sais pas comment je réagirais sans l’avoir vu dès mon plus jeune âge. De la nostalgie j’en ai beaucoup ressenti quand j’ai vu cette photo sur le net d’un cinéma projetant Ghost in the shell, Power rangers et La belle et la bête. Ces films sont plus jeunes que moi ou à peine plus vieux et c’est le genre de films que j’ai vu enfant. ça te donne automatiquement un sacré coup de vieux dans la tronche.
    Pour la peur je citerais Scream car c’est honnêtement qui m’a cauchemarder (mon premier film d’horreur). En général l’effroi vient chez moi d’images chocs comme dans The thing ou La mouche. Quand j’avais vu l’épisode Hush dans Buffy j’étais sur le cul. Conditions idéales (il était genre minuit et quelques) et je vois ces putains de gentlemen qui ne disent rien, n’ont qu’une expression faciale. J’étais sur le cul.
    La colère comme tu dis vient souvent de films ou séries qui ont une résonnance particulière et notamment ceux abordant les faits divers, car souvent ils tapent là où ça fait mal. Toutefois la colère peut être aussi celle du spectateur quand il a vu un très mauvais film. Quand je regardais Terminator Genisys j’ai dit tout de suite à mon ami au bout de quelques minutes « c’est foutu ça va être ça tout le film ». En effet ça a été comme ça sur tout le film.J’étais fou de rage en sortant de la salle, c’était tellement nul à chier que je n’ai même pas eu envie d’en rire.

    Aimé par 2 people

  7. Très sympa ce TAG 😉 Ahhh Old boy et Twin Peaks, mes 2 chouchous ^^ Ravie de les retrouver dans ta liste ! Je note absolument The escape artist qu’il faut que je voie. Sinon, tout à fait d’accord avec toi pour Les Magdalene sisters ! (Ah oui et Malcolm <3)

    J'aime

  8. Ah ne t’en fais pas, je suis devenue adepte de pleurer dans la rue aha. Mais j’avais presque oublié à quel point The Place Beyond the pines est beau ! En tous cas merci pour ce tag qui je dois le dire, m’a plutôt inspirée ! Hâte d’en lire plus alors ! 😀

    J'aime

  9. Aloreuh, ca dépend : y’a une histoire dans « The Place Beyond the Pines » ou c’est fait à l’arrache, comme « Blue Valentine » ? Parce que je survivrais pas deux fois à ce genre de choses… 😀
    Sinon, pour Six Feet Under, clairement trop de baise, oké. Mais clairement trop de Claire (et de Billy/Brenda) aussi.

    J'aime

  10. Tiens j’en ai une bien aussi, d’anecdote de pleureuse. Un film où j’ai fait bonne figure jusqu’au générique, et là, les grandes eaux, et ma pote qui me disait « mais qu’est-ce qu’il y a ? ça va pas ? » XD
    Et ton article me fait me sentir inculte parce que je n’ai vu aucune des séries que tu mentionnes et, wait… ah oui aucun des films non plus. *je vais me cacher*

    J'aime

  11. @ borat8 :
    J’avais avoir pensé à répondre pour la joie à Parks & Rec ! 😀
    Ah je connais ton amour pour The Land before time, je ne suis même pas étonnée par ta réponse ! 😉
    RAAAH Sympathy for Mr Vengeance, ce film est juste… WWOOOW !!! 😀
    Disons que l’hystérie, si on veut être fan, tout dépend dans quel sens on le prend ! Une comédie par exemple qui peut être dans cette directement peut être intéressante selon moi. Et j’imagine qu’il y a d’autres cas qui peuvent être cool.
    J’aimerais bien revoir Space Jam, ça remoooooonte !!
    J’ai revu les Scream et mine de rien ça fait toujours son petit effet même si aujourd’hui j’ai le recul pour voir les références et un certain second degré.
    J’ai aussi pensé à celle du spectateur pour la colère mais allez, je me suis dit soyons positif (parce que sinon la liste serait loooooooongue).

    J'aime

  12. @ Suzy Bishop :
    Ah ne t’en fais pas, je suis devenue adepte de pleurer dans la rue aha. Mais j’avais presque oublié à quel point The Place Beyond the pines est beau ! En tous cas merci pour ce tag qui je dois le dire, m’a plutôt inspirée ! Hâte d’en lire plus alors ! 😀

    J'aime

  13. Plus le film de Park Chan Wook plus cela ampire. Plus on est surpris. On pense que le pardon va arriver et finalement non. Lady vengeance est un peu pareil même si il y a de l’espoir.
    Je ne sais pas si tu apprécierais autant. C’est pas du même niveau que Roger Rabbit et Les looney tunes passent à l’action. Mais c’est un film qui s’assume pour ce qu’il est.

    J'aime

  14. @ Borat :
    Lady Vengeance, je ne me rappelle que de sa seconde partie assez joussive mais dans mes souvenirs, la première partie est assez brouillon (c’était mon ressenti).

    J'aime

  15. Le truc avec la première partie (et c’est aussi ce que j’avais trouvé confus la première fois) c’est que tu as plusieurs points de vue parlant de l’héroïne. Certains se chevauchent même sans réelle transition. Mais la seconde fois ça passe mieux car tu connais déjà l’intrigue. En plus son revisionnage fut bénéfique pour mon écrit sur Mademoiselle.

    J'aime

  16. @ Borat :
    Décidément, il faut que je le revoie !
    Pour l’article coréen, je regarde normalement CE SOIR Mademoiselle !!! YEAAAHHH !! Bref, je le lirai et commenterai dans la semaine, promis juré craché ! 😀

    J'aime

  17. Ping : Tag : Des émotions en séries.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s