Divines

réalisé par Houda Benyamina

avec Oulaya Amamra, Déborah Lukumuena, Jisca Kalvanda, Kevin Mischel, Farid Larbi…

Drame français. 1h45. 2016.

sortie française : 31 août 2016 (sortie dvd : 3 janvier 2017)

interdit aux moins de 12 ans

Film vu dans le cadre de Dvdtrafic : un grand merci à Cinetrafic ainsi qu’à Diaphana.

Cinetrafic propose plusieurs listes qui pourraient vous intéresser : le meilleur des films dramatiques français, les meilleurs films dramatiques de 2016 et les meilleurs films dramatiques français de 2016.

divines

Dans un ghetto où se côtoient trafics et religion, Dounia a soif de pouvoir et de réussite. Soutenue par Maimouna, sa meilleure amie, elle décide de suivre les traces de Rebecca, une dealeuse respectée. Sa rencontre avec Djigui, un jeune danseur troublant de sensualité, va bouleverser son quotidien.

Divines : Photo Oulaya Amamra

Divines n’était pas un film qui m’attirait pour plusieurs raisons. La première raison concerne la réaction plus que survoltée de la réalisatrice Houda Benyamina au festival de Cannes lorsqu’elle a reçu la Caméra d’or. J’aime bien la spontanéité (parfois ça fait du bien dans des univers guindés) mais son hystérie m’avait réellement agacée (le discours en question avait été particulièrement long et ponctué de phrases pas d’une grande finesse). De plus, je redoutais de voir une sorte de retour de Bande de filles de Céline Sciamma (oui le point commun un peu bateau de départ : une réalisatrice signe un film avec des jeunes filles dans une cité), un de mes cauchemars de 2014 et je ne suis pas non plus spécialement fan de La Haine de Mathieu Kassovitz (ni plus généralement des films sur la cité). Divines n’est pas un film parfait mais il s’agit d’une très bonne surprise (venant d’être nommée aux Golden Globes dans la catégorie « meilleur film étranger »). Il faut aussi se remettre dans le contexte qu’il s’agit d’un premier long-métrage. Certes, parfois Houda Benyamina se laisse déborder par son énergie. On pourra aussi dire que certaines intentions sont peut-être parfois un peu trop appuyées. Mais dans l’ensemble, au-delà d’une fraîcheur qui décoiffe, ce qui m’a sauté aux yeux est la cohérence même entre les différents axes narratifs, les thèmes abordés et les genres qui s’entrechoquent alors qu’on aurait pu reprocher à la réalisatrice de s’éparpiller. En effet, le film démarre comme une énième chronique sociale, puis il tend davantage vers le thriller coup de poing (oui, certaines scènes sont violentes) en passant par la romance. Mais surtout, pour moi, Divines est une tragédie moderne dans un univers pas nécessairement associé à ce genre « noble ». Le film devait s’intituler Bâtardes (en référence à l’insulte régulière que reçoit Dounia) mais le titre Divines montre bien justement cette envie de rendre les personnages plus élevés même si leur statut social les empêche d’accéder à ce rêve. La rencontre entre Dounia et le jeune danseur Djigui est intéressante : Djigui est celui qui représente la possibilité de sortir d’un certain schéma social via l’art et un travail acharné. Dounia rêve de féminité (même si elle ne l’avoue pas publiquement en préférant porter de larges joggings et garder les cheveux attachés par exemple), d’amour (même chose), de gagner bien sa vie (il faut bien voir une des premières scènes où on a pourtant envie de la gifler face au manque de respect flagrant face à une de ses profs), d’avoir un vrai beau logement (il faut dire qu’elle vit clairement dans un bidonville).

Divines : Photo Déborah Lukumuena, Jisca Kalvanda, Oulaya Amamra

Dounia préfère choisir une voie illégale, certainement plus « facile » (« Money, money, money » comme elle aime le dire avec sa meilleure amie). Le scénario, au-delà de mêler avec une certaine habilité plusieurs genres et points narratifs, comporte un discours politique puissant (clairement autour du déterminisme social) qui appuie encore plus la dimension tragique de cette oeuvre. La mise en scène de Houda Benyamina n’est certes pas parfaite mais son énergie constante est à prendre en compte et on peut même remarquer des tentatives plus qu’intéressantes. Si je ne suis pas très convaincue par le générique avec le téléphone portable (même si l’idée reste louable), en revanche j’ai énormément aimé cette fameuse séquence « avec » la Ferrari, très créative et porteuse de sens par rapport aux ambitions des héroïnes. Houda Benyamina a également su cerner et dessiner ses personnages féminins qui sont finalement assez complexes. Même si elle se revendique humaniste, elle représente désormais pour moi une figure féministe et son film va logiquement dans ce sens. Ce film fait d’ailleurs du bien dans le paysage cinématographique actuel de ce point de vue en question (même si nous sommes d’accord que les bonnes intentions ne font pas les bons films comme j’aime bien le répéter). Les personnages féminins présentés ne sont pas des anges (elles sont dans l’illégalité et peuvent être très agressives gratuitement), on pourrait même les détester vu le comportement qu’elles peuvent adopter. Mais elles sont toutes attachantes, même avec leurs actes totalement condamnables. Par ailleurs, l’amitié entre Dounia et Maimouna est très touchante et forte. Les actrices (parce que je parle des personnages féminins mais les acteurs, dont Kevin Mischel et Farid Larbi, sont également concernés) sont d’ailleurs toute formidables, surtout en tête Oulaya Amamra (frangine de la réalisatrice) qui est bluffante. J’espère qu’elle remportera le César du meilleur espoir féminin (et elle a ses chances). Pour conclure, Divines reste une belle surprise cinématographique de l’année (on peut même parler de coup de poing) prouvant de nouveau qu’il y a encore des talents en France. L’ensemble, bien rythmé et captivant, est attachant, engagé et puissant, nous faisant voguer dans différentes émotions (je dois même avouer avoir été assez émue par la fin – quelques larmounettes en ce qui me concerne). On pourra alors se féliciter de voir une jeune réalisatrice avoir « du clito » !

Divines : Photo Kevin Mischel, Oulaya Amamra

Publicités

22 réflexions au sujet de « Divines »

  1. Je suis vraiment contente que tu aies aimé ce film qui a effectivement été une très bonne surprise. Tu l’as dit, le film n’est pas parfait mais c’est un premier long métrage très prometteur et certaines scènes (la voiture imaginaire) sont extraordinaires ! Je recommande vraiment ce film ^^

    J'aime

  2. A voir par curiosité, car je ne raffole pas du thème. Mais c’est toujours intéressant de voir le travail d’un(e) jeune réalisateur(trice), surtout venant des « minorités ».

    J'aime

  3. « concerne la réaction plus que survoltée de la réalisatrice Houda Benyamina au festival de Cannes lorsqu’elle a reçu la Caméra d’or.  » elle ne s’est pas fait du bien avec ça, car j’avais blacklisté le film pour ce comportement de la réalisatrice, qui me donnait une mauvaise image de son film. Finalement j’ai été bluffée par la finesse de certains plans, et l’incroyable énergie des actrices !

    J'aime

  4. Aaaah mais ouiii ! Je suis trop contente que tu l’aies vu malgré tes réticences ! Je ne voyais pas comment tu ne l’aimerais pas. 😉 Je ne savais pas pour la nomination aux Golden Globes, je trouve ça génial !!!

    J'aime

  5. Je n’avais pas envie d’aller le voir. Puis j’ai commencé à lire ta critique, et suis allé voir le passage à Cannes : là, j’ai trouvé la réal vulgaire et ça ne m’a pas plus donné envie d’y aller… puis j’ai terminé ta critique. Mais ne soyons pas stupide, et qu’une fille qui mène un combat féministe de la sorte (surtout quand on est d’origine maghrébine) est plutôt louable. Après avoir terminé de lire ton texte… je me dis que j’irais bien le voir 😉

    J'aime

  6. @ lilylit :
    Héhé moi aussi je suis contente de l’avoir vu !
    Après aux Golden Globes, je pense qu’il n’a aucune chance mais c’est quand même cool qu’il y soit ! (même si je trouve qu’il y a étrangement beaucoup de films français nommés).

    J'aime

  7. Evidemment… la fille a bien bossé, j’en suis sûr. Et après t’avoir lu, je pense que ça vaut la peine 😉 Même si les films sur les banlieues.. ;-( On Verra, car il y a plusieurs films que je voudrais voir, alors, celui-ci est le 4ème au moins… 😉

    J'aime

  8. Je suis ravie d’avoir ton avis sur ce film qui ne me donne (et ne m’a jamais donné) envie. Bien que je prenne notes des qualités que tu décris, je crois que la vile faiblesse qui m’habite gagne la bataille contre mon courage et m’empêche de voir ce film… Mais, grâce à toi je sais que ça ne sera que partie remise!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s