Amies malgré lui / Imperium

Amies malgré lui

réalisé par Susanna Fogel

avec Leighton Meester, Gillian Jacobs, Adam Brody, Gabourey Sidibe, Abby Elliott, Greer Grammer, Julie White, Kate McKinnon…

titre original : Life Partners

Comédie américaine. 1h37. 2014.

004621-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

L’amitié entre Sasha et Paige est remise en question lorsque Paige se met en couple avec Tim…

Amies malgré lui : Photo

Amies malgré lui n’a pas connu de sortie cinéma (vu que c’est désormais la nouvelle tendance). Un sujet bateau sur le papier, des acteurs finalement peu connus en dehors de quelques jeunes amateurs de séries télé (Newport Beach et Community ici) et un titre (que ce soit en version originale ou française) qui n’attire pas des masses non plus : voilà ce qui peut vaguement expliquer cette sortie en e-cinema. Etait-ce réellement justifié, au-delà du problème financier ? Si on part du principe qu’une sortie en e-cinema est moins noble qu’une sortie au cinéma (je ne partage pas cet avis, je reprends plus une certaine idée générale que les spectateurs lambda pourraient avoir), non ce n’était pas justifié de ne pas le diffuser dans le cinéma. Certes, Amies malgré lui n’a rien de révolutionnaire (et ne prétend pas l’être) mais n’est pas en-dessous de nombreux films sortant chaque année au cinéma dans ce même genre. La « particularité » de ce film concerne son traitement concernant l’homosexualité. En effet, cela fait du bien de voir un film (même s’il n’est pas le seul – heureusement, les mentalités changent petit à petit au fil du temps) qui met en scène des lesbiennes sans être militant (contrairement à ce qui était indiqué dans certains synopsis) ou inclure cette homosexualité comme moteur du récit (même si je n’ai évidemment rien contre ce type de films non plus) : Sasha, qui est lesbienne, est mis au même niveau que sa meilleure amie Paige, hétérosexuelle. Amies malgré lui parle donc avant tout d’une amitié mise à l’épreuve. On pourrait croire (et c’est d’ailleurs ce que croit Sasha) c’est la nouvelle situation amoureuse de Paige, qui s’engage sérieusement avec quelqu’un, qui bousille petit à petit l’amitié entre les deux jeunes femmes. Mais le film montre finalement autre chose, avec une certaine efficacité : c’est notre propre construction identitaire, elle-même remise en question, qui peut fragiliser nos relations même avec les êtres les plus chers. Le scénario n’est pas fou en terme de rebondissements, la mise en scène manque certainement de consistance (même si je n’ai pas trouvé le résultat lamentable de ce côté-là) mais l’histoire m’a plutôt plu et les sujets sont assez bien traités. Il s’agit donc d’un petit film sympathique, certes facilement oubliable, mais pas mal fait dans son genre, que ce soit dans la défense de son sujet ou plus généralement en terme de « divertissement ». Enfin, le film est servi par un bon casting, on ressent notamment bien la complicité entre Leighton Meester et Gillian Jacobs. Pour la petite anecdote (ou le petit rappel, tout dépend le point de vue), Leighton Meester est l’épouse d’Adam Brody.

Amies malgré lui : Photo Gillian Jacobs, Leighton Meester


Imperium 

réalisé par Daniel Ragussis

avec Daniel Radcliffe, Toni Collette, Tracy Letts, Sam Trammell…

Drame, thriller américain. 1h50. 2016.

sortie (e-cinema) : 1 novembre 2016

515957-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Un agent du FBI infiltre un groupe de suprématistes pour empêcher un attentat.

Imperium : Photo Daniel Radcliffe, Devin Druid, Pawel Szajda

Comme vous savez, je suis de près (quand je le peux) la carrière de Daniel Radcliffe. Je l’assume totalement : j’ai vu Imperium, directement sorti en e-cinema, uniquement pour l’acteur britannique. Là encore, on voit les désastres de l’évolution du cinéma : ce film mériterait-il de sortir en e-cinema, sans passer par la case salle de cinéma ? S’il n’a rien d’extraordinaire – comme beaucoup de films en e-cinema ou sortis directement en dvd – là encore, il ne méritait pas un tel sort. Certes, le schéma de Imperium est assez classique : un agent du FBI se fait passer pour un suprématiste pour empêcher un attentat de la part de ce groupe extrémiste. Il n’y a pas d’évolution du personnage principal : il se contente de devoir réussir sa mission. On a du mal à le connaître si ce n’est – et c’est certainement le point fort de ce petit film – qu’il arrive à comprendre la démarche de ces suprématistes (sans pour autant les excuser). Le scénario manque certainement de profondeur, la mise en scène n’est pas folle (même si le travail reste honnête) mais le tout a le mérite de bien traiter son sujet. Il ne s’agit pas simplement de parler de dire bêtement « regardez comme il y a de méchants néonazis / racistes dans notre monde » Le but de ce film est plutôt de dénoncer le réel danger de ce type de mouvement (le discours pouvant certainement être élargi en fonction du groupe extrémiste). On s’aperçoit alors que ceux qui ont l’air le plus dangereux ne sont pas nécessairement ceux qui le sont le plus. Il faut davantage se méfier des gens qui ont l’air de se fondre dans ce qu’on attend habituellement dans la société et qui se servent justement de leur statut social et de leur intelligence pour manipuler des esprits plus faibles et faire passer des messages plus que douteux. C’est pour cela que l’agent du FBI parvient à cerner ce type de personnalité : pourquoi ces extrémistes ne se servent-ils pas de leur intelligence pour une cause bien meilleure ? Le film prend alors en compte que pour le point de vue de ces extrémistes, il s’agit d’une cause pouvant permettre de rendre le monde « meilleur ». Encore une fois, je trouve que ça fait forcément réfléchir à certains événements qui se déroulent depuis un certain temps. Dans le rôle principal, Daniel Radcliffe s’en sort très bien. S’il n’y a pas de réelle évolution dans son personnage, il parvient tout de même à montrer plusieurs traits de sa personnalité (par une sorte de mise en abyme, le personnage devant jouer la comédie pour atteindre son objectif). Les seconds rôles, comme Toni Collette en agent du FBI pugnace ou encore Sam Trammell assez angoissant, sont également très bons.

Imperium : Photo

Publicités

22 réflexions au sujet de « Amies malgré lui / Imperium »

  1. Je suis très curieux pour ce « Impérium ». Je l’ai vu sur Netflix, je ne sais pas si j’aurais le temps mais je lui laisserais bien sa chance. Affaire à suivre ^^

    J'aime

  2. Rhôooo quel vilain ce Ronnie quand même, il fait dans la provoc hein lol
    Et bien je note ces deux films, qui me tentent bien. Concernant Amies malgré lui, on peut donc encore trouver un film avec comme personnage une lesbienne, sans passer par la sempiternelle séquence ‘sport en chambre’, totalement inutile (enfin, pour moi) et qui me les gonfle prodigieusement (enfin, façon de parler) ? Et je verrai Imperium pour les mêmes raisons que toi : j’essaye aussi de suivre l’acteur Daniel Radcliffe et j’apprécie en général ses choix. Dis donc, il a travaillé sa musculature en plus.

    J'aime

  3. Je suis bien intéressée par le film Imperium car j’adore Daniel Radcliffe en tant qu’acteur. Le premier serait plus pour baver devant Adam Brody.
    Bisous à toi et à plus sur nos blogs respectifs!

    J'aime

  4. C’est fou l’évolution du cinéma en ce moment ; multiplication des DTV, du e-cinema… Ils en font trop, des films, tout simplement ! Au détriment de la qualité… Je suis pessimiste quant à l’avenir du cinéma, qui va être bouffé par les séries télé, lesquelles, déjà trop abondantes et qui se ressemblent les unes aux autres, vont être bouffées par le piratage… A force de nous diffuser de la merde qui coûte cher, on est évidemment tous de plus en plus tentés par le piratage, pour pouvoir choisir de la qualité. C’est le monde à l’envers, et un cercle vicieux… Que faire ??? Les ministères de la culture du monde entier ont intérêt à se poser sérieusement la question, car bientôt on n’aura plus que les Ch’tis à Las Vegas à se mettre sous la dent… 😦

    J'aime

  5. Je n’ai pas encore vu « Imperium » mais comme tu l’écris, il y a de véritables perles dans le e-cinéma qui mériteraient une sortie en salles.

    J'aime

  6. @ ChonchonAelezig :
    Je suis d’accord, c’est la question qu’on peut se poser : y a-t-il trop de films ? Si on se pose cette question, cela signifie qu’on doit aussi condamner l’art (en tout cas on prend le risque d’en condamner). Et ça ne fait pas non plus partie de mes valeurs. C’est pour ça que c’est aussi compliqué !

    J'aime

  7. J’étais persuadée qu’Imperium sortirait un jour en salles, j’aurais pu attendre bien longtemps. Rien d’exceptionnel à priori, mais je suis également de près les évolutions de notre petit Daniel 🙂

    J'aime

  8. @ Tina :
    Ohoh tu regardes les muuuuscles !! :p

    Bien sûr que je regarde les muscles ! Il suffit d’ailleurs de regarder son visage sur l’affiche, les muscles maxillaires sont plus développés que d’habitude.
    Signé : Sentinelle, experte en développement musculaire :p

    Bon, je suis un peu moins enthousiaste que toi pour ce film (à propos, tu as vu American History X ? Je l’avais trouvé très fort mais je n’aurai sans doute plus jamais le courage de le revoir). Par contre, je te rejoins dans ta cotation (l’inverse qu’avec Miss Peregrine et les enfants particuliers, où je me retrouvais tout à fait dans ton argumentation mais pas dans ta cotation). Comme quoi, la cotation, cela ne veut pas dire grand chose mais à défaut d’autres choses… Ceci dit, Daniel s’en sort très bien, les muscles bien travaillés y compris. Et hop, une corde de plus à son arc !

    J'aime

  9. @ Sentinelle :
    EXPEEEERRRRRTEEE !!!! 😀 😀 😀 😀
    Après on est d’accord, c’est pas un chef-d’oeuvre, ni un très bon film tout court mais quelque chose fonctionne un minimum et puis Dan (et ses muscles donc !) 😀
    Je garde un bon souvenir de American History X mais j’étais ado et j’ai conscience qu’il a certainement ses défauts – même si je le trouve également fort et émouvant.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s