Miss Peregrine et les enfants particuliers

réalisé par Tim Burton

avec Eva Green, Asa Butterfield, Ella Purnell, Samuel L. Jackson, Terence Stamp, Rupert Everett, Judi Dench, Allison Janney, Chris O’Dowd, Kim Dickens, Finlay MacMillan…

titre original : Miss Peregrine’s Home For Peculiar Children

Film fantastique américain, britannique, belge. 2h07. 2016.

sortie française : 5 octobre 2016

miss

À la mort de son grand-père, Jacob découvre les indices et l’existence d’un monde mystérieux qui le mène dans un lieu magique : la Maison de Miss Peregrine pour Enfants Particuliers. Mais le mystère et le danger s’amplifient quand il apprend à connaître les résidents, leurs étranges pouvoirs …  et leurs puissants ennemis. Finalement, Jacob découvre que seule sa propre « particularité » peut sauver ses nouveaux amis.

Miss Peregrine et les enfants particuliers : Photo Asa Butterfield, Ella Purnell, Eva Green, Lauren McCrostie, Pixie Davies

En dehors de quelques exceptions (qui ne sont cependant pas des chefs-d’oeuvre, je pense notamment, en ce qui me concerne, à Sweeney Todd), ça fait depuis pratiquement une quinzaine d’années que Tim Burton n’a plus d’inspiration, qu’il se recycle (et pourtant il a été longtemps un de mes réalisateurs préférés). Mais chez moi, malgré les déceptions que j’ai pu avoir ces dernières années, un Tim Burton suscite encore un intérêt chez moi, c’est toujours un événement. J’attends (faussement) naïvement son prochain vrai bijou. Cette fois-ci il adapte best-seller de l’auteur américain Ransom Riggs. Je me suis procurée le bouquin il y a déjà deux mois mais je vois l’adaptation de Burton, je n’ai pour l’instant pas envie de le lire même si j’ai peut-être tort ! Quand on n’a pas lu le bouquin qui sert de matériau, il est toujours difficile de savoir si le problème d’un film vient du texte d’origine ou du travail d’adaptation même si à ce stade-là je me dis que ça doit probablement venir des deux, d’où maintenant ma méfiance envers le roman (en réalité une trilogie). Cela me fait de la peine au fond de ne pas avoir accroché car je dois reconnaître qu’on reconnait par moments la patte de Tim Burton même si encore une fois je trouve qu’il recycle beaucoup d’idées. On sait par exemple son intérêt pour la photographie, en particulier pour les clichés étranges et même effrayants. Ca se ressent à l’écran et ça crée – heureusement – un joli moment cinématographique. Par ailleurs, on retrouve ces photographies dans l’ouvrage de Riggs. Je pense aussi à cette scène folle (une des meilleures du film même si les figurants ont l’air de faire leur jogging !) au parc d’attraction avec les squelettes qui débarquent et un caméo sympathique de Tim Burton himself ! Enfin, dans les thèmes abordés, on retrouve de nouveau des thèmes qui lui sont chers : la différence, le monde de l’enfance (et le passage vers l’âge adulte), le monstre ou encore la mort. Oui, les thèmes sont effectivement riches mais hélas on ne fait que les survoler. C’est forcément frustrant de passer à côté d’une éventuelle profondeur.

Miss Peregrine et les enfants particuliers : Photo Asa Butterfield, Eva Green

Au-delà de la non-exploitation des thèmes, ce qui m’a à la fois frustrée et foutue en boule, l’histoire ne m’a pas plus emballée que ça (d’où aussi mon appréhension pour découvrir le bouquin). Il faut dire qu’on met une plombe pour entrer dans l’histoire. La première partie ? On se dit tout le long « ah ce gosse, il aimait son grand-père ! Il est braaaave ». Puis une fois qu’on a vraiment découvert Miss Peregrine, les gosses, la maison, le voyage dans le temps et tout le reste qui va avec, sans aucune raison, il y a absolument tout qui s’enchaîne… Mais limite trop ! Je n’ai rien contre le fantastique, loin de là, mais on a vraiment l’impression de passer d’un monde à l’autre (du réel actuel sans magie et sombre à un autre très coloré dans un autre temps avec les bizarreries et autres choses merveilleuses) sans réelle transition. Limite on passe du coq à l’âne ! Surtout dans la deuxième partie, tout s’accélère au point qu’on ne comprend pas toujours tout ce qui se passe (ou alors je passe pour une demeurée… ce que je peux accepter !) ! On voit plein de monstres débouler à droite et à gauche, ça m’a fatiguée ! J’ai trouvé ça faussement compliqué cette histoire de boucle dans le temps, pas forcément très bien expliquée non plus. Surtout, je n’ai pas spécialement compris l’intérêt des particularités des enfants. Oui, on a compris le message autour de la différence voire même autour des victimes de la guerre, du nazisme notamment. Mais je ne trouve pas les pouvoirs de chacun très bien exploités. On a un peu l’impression que certains ont des pouvoirs parce que c’est cool mais au fond, en dehors d’une seule scène, on ne comprend pas trop leur utilité ni l’intérêt, même en ce qui concerne le héros. Pour certains (je pense notamment à Enoch ce chieur ou encore les jumeaux), on met une plombe à connaître leurs pouvoirs. La particularité des enfants m’a semblé du coup assez superficielle. On notera aussi au passage quelques incohérences notamment une liée aux chaussures de plomb d’Emma (un objet assez unique qu’on ne trouve pas comme ça dans un supermarché), celle qui peut s’envoler comme un ballon. Du genre, Burton prend le temps de nous montrer qu’elle ne les a plus, qu’elle les abandonne, que Jake la transporte juste après avec une corde vu qu’elle n’a plus de chaussures. Là on se dit « chouette, il a fait attention ». Et deux scènes plus tard, BIM ! Tu ne sais pas d’où elle les sort mais la meuf a soudainement retrouvé ses pompes !

Miss Peregrine et les enfants particuliers : Photo

J’ai envie de dire du bien d’Eva Green (que j’aime de plus en plus alors qu’il y a quelques années j’avais du mal avec elle). Oui, elle joue bien, elle correspond bien à l’univers de Burton (sa deuxième incursion après le pas très bon Dark Shadows). Son interprétation est bonne, l’actrice est très charismatique, j’aime son côté sombre et sorti d’un autre temps, je n’ai pas de reproche à lui faire, le job est plus que bien fait. Je ne sais pas du tout comment apparaît son personnage dans le roman, je comprends aussi l’envie de mettre en avant les enfants particuliers. Mais on la voit tellement trop peu ! On a presque envie d’inscrire en premier dans le générique « Un oiseau » ! Le reste du casting ne m’a pas tellement impressionnée pour ne pas dire déçue. Pourtant, j’aime beaucoup certains acteurs. Par exemple, en méchant avec des yeux blancs et des dents de monstre sorti d’un dessin pour gosse, Samuel L. Jackson cabotine énormément ! J’ai également beaucoup de sympathie depuis un moment pour le jeune Asa Butterfield, on sait depuis un moment qu’il a du potentiel et pourrait avoir une carrière intéressante s’il ne fait pas trop de conneries. Mais là sans dire qu’il joue comme un pied, il ne m’a pas totalement convaincue, mais je pense que le personnage en lui-même n’est finalement pas très intéressant (en dehors de « c’est choupi, il aime son papi ! »). Le reste du casting n’est pas forcément mauvais mais je dirais que c’est sans plus, les acteurs passent, ils sont à peu près contents d’être dans le nouveau Tim Burton parce que, quand même, c’est Tim Burton, ils font donc le job. Seul Terence Stamp sort finalement un peu du lot. Pour sauver tout ça, en dehors de quelques thèmes intéressants mais qui auraient pu être mieux traités, de quelques scènes tout de même amusantes et pas trop mal foutues, je dois tout de même reconnaître un travail esthétique. Rien que visuellement on parvient à faire une distinction entre les deux mondes. Encore une fois on va aussi revenir au lien avec la photographie : il y a des scènes où on voit effectivement bien ce rapport et en général ces aspects sont plutôt bien mis en valeur (même s’il n’y en a pas des masses non plus).

Miss Peregrine et les enfants particuliers : Photo Eva Green

Publicités

42 réflexions au sujet de « Miss Peregrine et les enfants particuliers »

  1. Je l’ai vu à sa sortie. J’ai bien aimé, cependant il est incohérent sur beaucoup de points. Nous avons pas ou peu de réponses, et certaines choses sont illogiques (c’est une espèce de joyeux bordel). De ce que j’ai entendu, le livre est bien plus clair et expliqué.

    J'aime

  2. Bon en plus j’ai du mal avec Eva Green… Ce qui n’est pas fait pour arranger l’histoire… Je passe mon tour sur ce coup (sauf à le voir en DVD à l’occasion)

    J'aime

  3. Pour ma part, je ne me lasse pas de Tim Burton. Même s’il a fait quelques films un peu plus décevants, j’adore Sweeney Todd et Dark shadows… pour ne citer que ceux-là puisque tu en parles. Donc c’est sans aucune appréhension que je verrai ce Miss Peregrine au plus vite ! J’espère que je ne serai pas déçue car ton billet et les commentaires qui suivent sont peu enthousiasmants ! Fingers crossed.

    J'aime

  4. Moi c’est l’inverse avec Eva Green, je commence à avoir du mal. Quant à l’oeuvre de Burton, j’aime surtout le côté animation (« Nightmare before Christmas » et « Les Noces funèbres »). J’avais été emballée par « Dark Shadows » mais je ne l’ai pas revu depuis et je l’ai pas mal oublié, et j’ai été déçue par « Big Eyes ». Du coup, comme le livre de « Miss Peregrine » ne me faisait déjà pas vraiment envie, je zappe ce film. Surtout que plein de choses intéressantes sortent en cette période ! (« Captain Fantastic », « I, Daniel Blake », « Réparer les vivants »…)

    J'aime

  5. Cela devait arriver un jour: je suis arrivé au point de plus rien en avoir à foutre de Tim Burton. Ses films réalisés depuis 16 ans me dégoutent tellement dans leur globalité que j’arrive au point où j’en ai marre de lui. Donc à partir de maintenant je ne veux plus voir un seul de ses nouveaux films jusqu’à nouvel ordre. Si c’est pour être déçu ou être exaspéré, je ne vois pas l’intérêt. Big eyes m’avait assez insupporté durant ses presques deux heures. Je préfère encore analyser ses films entre 88 et 99 encore et encore. Là il y a au moins de la matière.

    J'aime

  6. Tout comme Borat, je dois avouer que je n’ai plus rien à cirer de Burton tant je n’attends plus rien de ce réal. Et même dans ce contexte, il arrive encore à me décevoir. Pas vu ce dernier cru mais pas envie non plus

    J'aime

  7. Hello Tina. J’ai moi aussi donné sa chance à ce Burton… et ma foi, je trouve que c’est un film correct. Pas forcément digne du grand Burton désormais disparu sous la répétitivité de son cinéma, mais un divertissement assez agréable qui m’a fait passer un bon moment. Même si la salle, pleine à craquer, m’a fait passer un drôle de moment au départ. J’y reviendrai… 😉

    Je comprends cela dit tous tes bémols et ta déception. Je dois dire également qu’à la lecture de ta chronique, je m’attendais à une note de 2 plutôt que de 1. Tu es bien bien déçue, en fait.

    Bon week-end !

    J'aime

  8. @ Yuko :
    Le truc d’Eva Green, c’est qu’elle est en train de s’enfermer dans des types de rôle alors qu’elle a beaucoup de capacité. Je l’aime bien dans des rôles plus naturels, ça lui va bien !

    J'aime

  9. @ lilylit :
    Comme quoi tout est possible ! Comme je le disais à Yuko, le truc c’est qu’elle a du talent mais elle s’enferme dans des rôles. C’est vrai que Burton devrait revenir à l’animation (Frankenweenie, version longue, était d’ailleurs pas mal, même si le court était mieux).
    Raaaah octobre / novembre, c’est toujours l’enfer ! J’ai toujours une liste impressionnante de films à aller voir, tellement impressionnante que je n’arrive pas à tout voir ! Et après y a des périodes chiantes où y a rien ! En tout cas, fonce voir Captain Fantastic ! 😀

    J'aime

  10. @ borat8 :
    Je comprends ton dégoût, surtout que tu as vraiment été un de ses grands fans! Après, y a quand même pas mal de critiques positives – plus ce que je l’imaginais. Si ça se trouve, ton avis sera plus positif que le mien !

    J'aime

  11. @ Martin :
    Hâte de lire ta chronique sur ton blog !
    Ahaha très intéressante ta remarque ! Comme quoi, le regard entre le lecteur et le rédacteur a des perceptions différentes ! 😀 Je dirais qu’au-delà de la déception, j’ai ressenti de la frustration, ça aurait pu être tellement mieux !

    J'aime

  12. J’avoue que je suis plus dans le même état d’esprit que toi concernant Tim Burton. Je suis souvent déçu par ses films ces dernières années (notamment Frankenweenie ou Charlie et la chocolaterie), pourtant, impossible de faire l’impasse quand un film du réalisateur sort en salle. Et Miss Peregrine ne fait pas exception. Je n’ai pas les bouquins (qui, d’après certains, sont beaucoup plus effrayant et réussi que le film). Mais, je trouve surtout que le long métrage, même si on navigue dans des thèmes connus, propose un spectacle relativement novateur et ça fait du bien. Ce qui m’a surtout embêter, outre une première partie que je trouve trop longue, c’est surtout au niveau de la mise en scène. On ne reconnait jamais la patte de Burton et, au final, j’ai eu l’impression que les responsables aurait pu mettre n’importe qui à la barre qu’on aurait finalement pas vu la différence. Et, de la part d’un réalisateur comme Tim Burton, ça me gène beaucoup.

    J'aime

  13. @ Titi :
    Charlie, au début, m’a assez déçue. Après en relisant le bouquin et finalement en réfléchissant sur la carrière de Burton ces dernières années, on va dire que je relativise mon avis !
    En fait c’est exactement ça et je dirais même ça pour nuancer : la patte de Burton se reconnait plus dans des thèmes abordés que réellement au niveau de la mise en scène (en dehors, pour moi, de la scène de la fête foraine). Après j’ai pas trouvé le travail de mise en scène dégueulasse non plus mais c’est certain que d’autres réalisateurs auraient pu en faire autant !

    J'aime

  14. En général si j’en crois twitter, c’est quand même assez désastreux voire triste. Et ce sont aussi généralement des fans du cinéaste. Perso je suis vraiment arrivé au point de non-retour, je n’y arrive plus, je n’arrive même pas à être intéressé. Je pense tout de même revenir sur certaines de mes critiques comme je l’avais fait sur les Batman, certains ont sacrément pris dans la gueule et avec le temps je pense pouvoir rajouter des trucs. Mais ses films récents en dehors de Big fish, Dark shadows et Sweeney Todd je ne veux plus les voir.

    J'aime

  15. @ Borat :
    Après, n’oublie pas, Twitter, c’est pas non plus la vérité vraie :p
    Sérieusement, que ce soit par twitter ou autres, j’ai vu des critiques au contraire assez enthousiastes (ce qui m’a d’ailleurs assez étonnée mais même en continuant à fouiner, j’en trouve généralement des positives !). Après effectivement ceux qui ont aimé ne sont pas nécessairement des fans de Burton.

    J'aime

  16. Et bien j’ai bien aimé de mon côté. C’est du Burton comme je l’aime et ça m’a fait plaisir de le retrouver ainsi. J’avais un peu peur pour sa carrière mais depuis quelques films, je redeviens confiant 🙂

    J'aime

  17. Parfois oui. C’est majoritairement là où j’ai entendu des commentaires positifs sur le dernier Cianfrance pas dans la presse. Bah voilà et c’est bien le problème: Burton ne parle plus à ses fans et justement se conforme à une imagerie à succès qui peut lui permettre de trouver un public plus mainstream.

    J'aime

  18. @ Borat :
    Oui c’est vrai, les critiques pour Une vie entre deux océans sont plus gentilles de la part des réseaux sociaux, blogueurs amateurs que dans la presse ! Mais la presse n’est pas tendre avec tout ce qui est mélo et co !
    De toute façon, j’ai décroché avec Burton quand j’ai vu de plus en plus de gens connaissant que dalle à rien (oui c’est méchant comme avis) s’autoproclamer fans de Burton, j’ai compris que c’était foutu…

    J'aime

  19. D’ailleurs les ricains l’ont dégommé comme des salauds. Comme s’ils ne pouvaient pas être ému devant un melo drame de nos jours alors que c’étaient les premiers à mettre en valeur un film du même genre comme Brooklyn. La tristesse…
    Ce qui me fait toujours rire sur Burton c’est de toujours lire au bout de vingt deux ans le fameux « Burton réalisateur de L’étrange noël de Mr Jack » . ça me fait toujours rire ce manque de renseignements avant de dire une énorme connerie. 😉

    J'aime

  20. @ Borat :
    Je ne le savais pas, j’ai pas trop suivi la presse US pour ce film ! Après Brooklyn n’est pas pour moi concrètement un mélodrame. Je pense que là, pour le film de Cianfrance (même si c’est toujours difficile de se prononcer quand on n’a pas vu le film en question), ça a l’air davantage assumé ou plutôt affiché.
    Ahahah hélas les gens sont incultes pour tous et pas que pour Burton, ça c’est limite juste un détail de leur bêtise ! :p

    J'aime

  21. Je n’ai pas vu Brooklyn mais on citait souvent à sa sortie Douglas Sirk, soit l’essence même du mélodrame us. En gros Une vie entre deux océans s’est fait dégommé dès sa présentation à Toronto.
    Récemment un de mes followers avait fait l’erreur pour Coraline. En fait je l’ai remarqué que plus tard mais Laika avait participé aux Noces funèbres. Sauf que Burton a été totalement éloigné du projet Coraline. 😉

    J'aime

  22. Bonjour Tina, tu es sévère avec ce film qui se voit avec plaisir. Je t’accorde que l’histoire n’est pas passionnante et je n’ai pas forcément tout compris mais certaines scènes sont très réussies et Eva Green est en effet très bien. Bonne après-midi.

    J'aime

  23. @ Borat :
    Je ne sais pas si c’est parce que je lis moins de magazine mais j’avoue que je n’avais pas eu vent de cette comparaison. Pour moi l’hommage à la Douglas Sirk, c’est du genre Loin du paradis. Or, j’ai un peu de mal à voir dans Brooklyn ce type de comparaison dans le sens où les sentiments ne m’ont pas paru exacerbés. Je ne savais pas du tout pour Laika / Les noces funèbres (mais finalement je ne suis pas étonnée !).

    J'aime

  24. Il y a des incohérences, le film va trop vite par moment , mais condenser une saga de 3 livres en un seul film était un pari risqué! Burton a pris l’essentiel de la saga, fait des choix, et j’ai eu l’impression de retrouver ce que j’aimais chez lui.
    Je sais que dans les livres, l’intrigue est plus développé, avec la Seconde Guerre Mondiale,le nazisme, il y a plus de rebondissements pour les enfants particuliers…
    J’ai aimée ce film pour cet univers créé par Ransom Riggs, l’auteur de la saga, le visuel du film, le côté féérique et effrayant et je me suis attachée aux enfants particuliers!

    J'aime

  25. @ CupcakesMusicTea :
    Effectivement mettre 3 bouquins dans un film n’était pas la meilleure des idées. Même quand on ne les a pas lus, on sent qu’il y a quelque chose qui cloche !

    J'aime

  26. Je l’ai enfin vu ! Je ne serai pas aussi sévère que toi concernant la notation (j’ai regardé le film sans déplaisir aucun) mais quelle déception quand même. Enfin disons que j’attendais autre chose de Tim Burton ! Où est passée la magie, la poésie ? Aucune profondeur, on reste tout le temps à la surface, la psychologie des personnages est tout bonnement sacrifiée à la suprématie de l’action à tous prix. On dirait du x-men pour enfants. Et les méchants ? Presque des rigolos (enfin on se comprend). A part deux, trois trucs reconnaissables (dont les squelettes qui se battent à la foire), ce film aurait pu être tourné par n’importe qui d’autre que Burton. J’ai finalement préféré son film précédent. Bref, je me retrouve vraiment bien dans ton ressenti du film. Sauf concernant Eva Green, je veux dire par là que je l’apprécie depuis le début de sa carrière et que je la retrouve toujours avec beaucoup de plaisir. Maintenant, je tenterai peut-être un jour ou l’autre la lecture de la saga…

    J'aime

  27. @ Sentinelle :
    Finalement tout est une question de « note » parce qu’au fond on se rejoint ! Et comme toi, j’ai préféré Big Eyes et je l’assume totalement. Je trouve qu’il y a un bashing contre ce film pas bien compréhensible…

    J'aime

  28. Vu avant hier. Hyper déçue. La photo, les images, sont top, mais l’histoire est finalement assez creuse et ennuyeuse… J’ai bien aimé la prestation d’Eva Green… et son costume qui est bleu marine et non noir, amusant !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s