States of Grace

réalisé par Daniel Destin Cretton

avec Brie Larson, John Gallagher Jr., Stephanie Beatriz, Rami Malek, Kaitlyn Dever, Keith Stanfield, Kevin Hernandez…

titre original : Short Term 12

Drame américain. 1h40. 2013.

sortie française : 23 avril 2014

Movie Challenge 2016 : Un film qui m’a fait pleurer

124941-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Sensible et déterminée, Grace est à la tête d’un foyer pour adolescents en difficulté. Parmi les jeunes membres de son équipe, diversement expérimentés, la solidarité et le bon esprit sont de mise. Jusqu’à l’arrivée soudaine d’une fille tourmentée qui ignore les règles du centre et renvoie Grace à sa propre adolescence… pas si lointaine.

States of Grace : Photo Brie Larson, Kaitlyn Dever

Le titre « français », States of Grace, ne donne pas forcément envie de découvrir ce film. Son titre original, Short Term 12, est plus intéressant même s’il s’éloigne du personnage principal. « Short Term 12 », c’est donc le nom du foyer pour adolescents dans lequel bosse (et dirige) la fameuse Grace de notre titre « français ». Il faut savoir qu’avant d’être un long-métrage, il est passé par la case court-métrage en 2008 (portant le même nom). Ce sujet tient à coeur au réalisateur hawaïen Daniel Destin Cretton lui-même ayant été éducateur en centre spécialisé. Il voulait même à l’origine en tirer un documentaire (avant de signer ce premier long de fiction, il réalisait des docs pour HBO et Discovery Channel). Finalement, le réalisateur a préféré signé une fiction pour des raisons pratiques (les autorisations étant difficiles à obtenir) et morales (Cretton ne voulant pas non plus avoir l’impression d’exploiter les jeunes). Le risque quand on signe une fiction, en voulant partir de base sur le documentaire ou en étant influencé par ce genre, est de perdre justement cette part de fiction. Certes, on sent derrière le vécu du réalisateur, on le sent également bien documenté mais on est bien face à une histoire qui fonctionne de A à Z. Une histoire certes « simple » en apparence mais qui reste pourtant bien construite, logique mais sans être non plus attendue ou sirupeuse et surtout il n’y a pas de surenchère dans l’émotion, la dureté du milieu ou même dans les quelques moments de joie. Evidemment, la sincérité ne sauve pas toujours tous les films mais ici c’est véritablement un atout. On croit à l’histoire proposée, aux personnages, à leurs réactions, à leurs souffrances. Ce centre pour ados semble si vivant à l’écran, on a l’impression d’être en immersion dans cette enrichissante expérience humaine même si derrière il y a des difficultés émotionnelles pour les êtres qui y sont impliqués. On se sent proche des personnages tout simplement même si on ne connait pas ce milieu. Grace, qui illumine ce film, malgré toutes ses souffrances et ses interrogations, est bien le personnage principal mais les seconds rôles parviennent aussi à exister, même les plus petits. Le film évoque des situations sociales difficiles mais n’est pas un drame social. Ce n’est pas la volonté du réalisateur même s’il dépeint derrière une réalité. C’est un beau film d’espoir sur l’humain, plus particulièrement l’enfant ou de l’adolescent qui peut malgré ce qu’il peut traverser de pire (même si ça va forcément le marquer à vie et que ça sera parfois un obstacle pour sa construction) devenir un adulte plein d’avenir et d’espoir.

States of Grace : Photo Brie Larson, John Gallagher Jr.

States of Grace est donc un film émouvant (oui, j’ai pleuré, vous commencez à avoir l’habitude) sachant très bien mêler avec une grande cohérence histoire personnelle et histoire collective. Ce long-métrage est donc très bien écrit, toujours crédible, et bien structuré, notamment par cette idée de boucle (la première et la dernière scène sont similaires que ce soit au niveau du dialogue ou de l’action à venir après ce dialogue) mais également bien mis en scène. Ce n’était pourtant pas évident mais pour un premier long-métrage de fiction, Daniel Destin Cretton s’en sort plus que bien. Il a su éviter les tics très pénibles d’un certain cinéma indépendant américain (et pourtant j’aime et je défends énormément ce cinéma en question mais il faut parfois savoir être honnête. On retrouve dans son travail de nouveau ce mélange de force et de sensibilité. Le montage est également selon moi de qualité, permettant de donner du rythme à ce film déjà énergique rien que par son sujet. States of Grace est évidemment porté par l’excellente Brie Larson, récemment oscarisée pour Room de Lenny Abrahamson cette année mais qui aurait dû selon moi être, au moins, en compétition dans la célèbre cérémonie américaine (d’ailleurs, le film tout court aurait dû concourir). Son interprétation est d’une grande justesse. Il y a chez elle une combinaison incroyable entre la force et la fragilité. Elle est également naturelle mais sans entrer dans les clichés extrêmes d’un certain cinéma indépendant américain actuel (encore une fois). John Gallagher Jr. (une découverte en ce qui me concerne) est également très bon dans ce rôle plus décontracté en apparence cachant évidemment bien son douloureux passé. Les ados sont également tous convaincants, que ce soit Kaitlyn Dever (vous l’avez sûrement vue dans la très bonne série Justified ou dans le naze Girls Only) ou Keith Stanfield (qu’on a pu voir dans Dope produit par Forest Whitaker ou encore dans Straight Outta Compton), tous les ados des ados sombres aux idées suicidaires et ayant des relations toxiques avec des parents monstrueux. On sera également ravi de retrouver Rami Malek, en ce moment connu pour son rôle sombre dans l’excellente série Mr Robot, dans un rôle secondaire sympathique (il incarne un jeune sortant de la fac voulant se faire une expérience) et finalement plus intéressant qu’il en a l’air dans le sens où il représente le regard du spectateur qui ne connait pas encore ce milieu et qui apprend et observe petit à petit. Finalement, à l’image des protagonistes, le spectateur ressort de ce grand petit film grandi.

short

Publicités

20 réflexions au sujet de « States of Grace »

  1. J’adoooore ce film, je suis si contente qu’il t’ait plu ! Je préfère le titre français personnellement, car on ne sait pas forcément ce que signifie « Short Term » ici. Je suis d’accord que Brie Larson aurait pu être nommée aux Oscars pour ce rôle, je la trouve encore plus touchante que dans « Room » où le rôle principal est tenu par Jacob Tremblay. Concernant Kaitlyn Dever, on la retrouve surtout dans un très joli rôle dans « Men, Women & Children » de Jason Reitman. Et j’avais complètement zappé que « l’observateur » était Rami Malek !! Comme quoi, j’étais destinée à regarder Mr.Robot. ^^

    J'aime

  2. J’ai adorée ce film! C’est le genre de film que j’aime dans le cinéma indépendant ; à la fois émouvant, sensible, loin des clichés,. Brie Larson est fantastique, j’ai eu un coup de coeur pour cette actrice dès que je l’ai vue, je n’avais pas de doute qu’elle aurait une grande carrière!
    Certaines scènes sont dures et ne nous laissent pas indifférent , c’est un petit film qui devrait être plus connu!

    J'aime

  3. Pas très convaincu par ce film assez banal, trop poseur à l’image du cinéma indé us actuel qui consiste souvent à laisser tourner la caméra pour faire souvent improviser ses acteurs. Sans eux (et notamment l’excellente Brie Larson) pas sûr que le film soit aussi intéressant.

    J'aime

  4. @ Lilylit :
    Je comprends ton argument pour le titre français (même si bon traduire un titre anglais par un titre anglais c’est pas mon délire !).
    Oui c’est vrai, je crois aussi que je la préfère ici que dans Room (où elle était déjà formidable).
    Ahahaha mais comme toi je suis accro à Mr Robot ! 😀 J’étais obligée de signaler ça dans ma chronique ! :p

    J'aime

  5. @ Borat :
    Je ne trouve pas qu’il corresponde tant que ça à ce que fait le cinéma américain indé actuel. Brie Larson est excellente mais pour moi le film tient sans elle, il y a une vraie force dans la mise en scène et une réelle documentation qui fait qu’on s’intéresse de base à ce qui se passe à l’écran.

    J'aime

  6. Perso j’ai l’impression de voir un énième film social plein souvent de bons sentiments. Tu vois tu es touchée par ce film, moi par Le monde de Charlie dans une autre mesure. 😉

    J'aime

  7. Tu connais mon avis sur ce film, un véritable coup de coeur ! Il a d’ailleurs eu une belle ovation au festival de Deauville (à mon sens plus que méritée). Brie Larson est resplendissante, et tous les comédiens sont magnifiques ! Un film à voir et revoir ^^

    J'aime

  8. @ Borat :
    Honnêtement en dehors de l’histoire de Charlie / Grace ces deux films sont vraiment différents et au fond n’ont rien à voir…
    Pour moi justement, comme je le dis dans ma critique, c’est pas un énième film social (ça reste en arrière-fond, pour moi un film social, c’est du Ken Loach), je ne vois pas non plus où sont les bons sentiments, c’est juste des gens qui avancent avec des blessures.

    J'aime

  9. Je parlais surtout en terme d’émotion, d’où le « dans une autre mesure ». 😉 C’est quand même très pathos par moments et prendre le cas de la jeune fille à part est un gros comme un paté de maison, car renvoie à l’héroïne. Le choix d’en faire un personnage similaire n’a rien d’étonnant, c’est un simple automatisme.

    J'aime

  10. @ Borat :
    Justement, je trouve un film comme Un monde de Charlie (sans vouloir m’acharner, parce que je le trouve pas mal) un peu lisse. Justement, je trouve que Short Term 12 n’a pas ce côté là. Après l’émotion, c’est toujours un ressenti vraiment personnel.
    Cela dit, je ne suis pas très convaincue par l’idée d’automatisme, c’est juste je dirais un schéma qui recommence et qui peut s’arrêter.

    J'aime

  11. Il est dans ma liste de films à voir depuis sa sortie je crois x)
    Il serait temps que je le regarde, en tout cas ta critique me donne très envie de le sortir de cette liste !

    J'aime

  12. Je garde un excellent souvenir de ce film que je n’ai pas revu depuis sa sortie en salles et que je reverrais bien. Il m’avait ému et avait même fini de mémoire sur mon podium personnel de l’année à sa sortie si je ne me trompe pas 😉

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s