Viva

réalisé par Paddy Breathnach

avec Hector Medina Valdés, Jorge Perugorria, Luis Alberto Garcia, Mark O’Halloran…

Drame irlandais, cubain. 1h40. 2015.

sortie française : 6 juillet 2016

593696.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

A Cuba, un jeune homme qui coiffe les perruques d’artistes travestis, rêve de chanter dans leur cabaret. Mais son père, qui sort de prison, a d’autres rêves pour lui…

Viva : Photo

Ca fait depuis quelques mois que j’attendais la sortie de Viva (co-produit par l’acteur Benicio Del Toro et scénarisé par Mark O’Halloran, qui apparaît également dans un rôle secondaire), qui avait été sélectionné pour concourir à l’Oscar du meilleur film en langue étrangère pour représenter cette année (il avait terminé dans la shortlist des 15 mais n’est pas parvenu à être dans les cinq derniers – mais ça faisait depuis un long moment que l’Irlande n’était pas allé aussi loin dans la compétition en ce qui concerne cette catégorie). Je ne me suis jamais cachée (notamment dans mon article sur les films à regarder à l’occasion de Saint-Patrick) : j’aime suivre les talents irlandais. Je ne connaissais pas du tout le travail du dublinois Paddy Breathnach jusqu’à présent (le réalisateur de Shrooms ou encore de Blow Dry) mais je n’ai pas été déçue. L’histoire ne se passe pas du tout dans le pays d’origine du réalisateur mais à Cuba, dans la misère. Le personnage principal Jesùs n’a jamais de thunes. Son travail de coiffeur (en gros il coiffe des petites vieilles ainsi que des perruques dans le club dans lequel il deviendra plus tard Viva) ne lui rapporte pas beaucoup d’argent et est parfois contraint de se prostituer tout comme un de ses amis, qui espère aller en Espagne. Sa meilleure amie Cecilia couche avec un boxeur dans l’espoir de pouvoir aller vivre aux Etats-Unis (dans un sens, c’est une autre forme de prostitution). Quant à son père, Angel, ancien boxeur au passé très violent, il sort de prison. Paddy Breathnach parvient à mettre en scène deux choses pourtant différentes : d’un côté, filmer la banalité de beaucoup de jeunes cubains (qui mangent simplement une glace dans la rue… avant de repartir avec un client), de l’autre, magnifier les travestis du spectacle qui se donnent à fond et avec sincérité. Le réalisateur n’émet également aucun jugement face aux choix et comportements des personnages, notamment en ce qui concerne le père de Jesùs. Il n’y a également pas de pathos ou de misérabilisme. Pourtant, c’est un film réellement émouvant. Certes, rien de nouveau à l’horizon en ce qui concerne les thèmes abordés mais pourtant on se laisse prendre par ce film qui n’ennuie pas. On pourra être frustré de voir peu de scènes de spectacle, cela dit, chaque scène musicale est réussie et a du sens dans le scénario et surtout en ce qui concerne l’évolution de Jesùs. On le voit d’abord hésitant puis il apprend à s’affirmer et enfin à être ce qu’il a toujours voulu être. La scène où Jesùs revient bourré dans le club après s’être encore prostitué et chante tout son désespoir avec Mama est très forte. La dernière scène est également très forte et clôt parfaitement le long-métrage.

Viva : Photo

Les fameuses scènes musicales sont donc tournées en playback et pour le public étranger, il n’y a pas de sous-titres. C’est un choix volontaire de la part du réalisateur qui voulait faire passer de l’émotion sans avoir besoin qu’on comprenne nécessairement les paroles. Effectivement ce choix fonctionne complètement. Il y a aussi quelque chose qui semble a priori simple dans la mise en scène (par le fait de filmer le quotidien de cubains) mais pourtant on sent que Paddy Breathnach sait ce qu’il fait et où il mène son film. Le scénario tient également debout, chaque étape semble logique et la fin est très belle même si dans la réalité je doute que les personnages évoluent aussi rapidement. Mais ça passe tout de même, ne faisons pas non plus de trop de chichis. Le film séduit alors pour son ode à la différence, à l’acceptation de soi et des autres, l’encouragement à trouver sa véritable identité Viva bénéficie d’un casting formidable. On sent surtout beaucoup de sincérité. Certes, ça ne fait pas tout (sinon beaucoup de films seraient bons) mais là ça donne une réelle dynamique et surtout une véritable émotion sans surenchère (au passage, le film n’est pas vulgaire). Dans le rôle de Viva / Jesùs, le jeune Hector Medina Valdés est bluffant. Il parvient à incarner avec beaucoup de justesse et de naturel ce jeune garçon doux, même innocent, confronté à la dureté de la vie et qui va affirmer son identité et tout simplement choisir sa vie telle qu’il l’entend. Dans le rôle du père alcoolique et macho qui tente de se rapprocher maladroitement de son fils, Jorge Perugorria (une star cubaine que vous avez pu voir dans Fraises et Chocolat de Tomás Gutiérrez Alea et Juan Carlos Tabío et Che de Steven Soderbergh) est également impeccable. Son rôle n’est pas non plus facile mais, certainement aidé par une écriture fine, son interprétation a une certaine subtilité, malgré le côté brutal affiché d’emblée. Il parvient à exprimer une véritable gamme d’émotions. Enfin, j’ai énormément Luis Alberto Garcia, vraiment attachant dans le rôle de Mama, qui dirige le Club et qui fait aussi en quelque sorte partie de la famille de Jesùs. Je ne peux alors que vous conseiller ce film qui passe malheureusement inaperçu dans les salles françaises, comme beaucoup d’autres films tous les étés.

Viva : Photo

Publicités

22 réflexions au sujet de « Viva »

  1. Ravi de lire, enfin, un article sur ce film qui, comme toi, m’a beaucoup plu. Comme tu le dis rien de révolutionnaire dans le thème mais le charisme et le regard du principal protagoniste m’a poursuivi pendant longtemps. Une belle photographie aussi et la triste réalité de ces quartiers défavorisés de La Havane. Merci Tina pour ce beau billet !

    J'aime

  2. J’ai tellement envie de voir ce film!! Et ton article me donne encore plus envie de le voir (bon après je suis très très bon public de ce genre d’histoire, particulièrement quand elle se déroule dans cette partie de l’hémisphère)

    J'aime

  3. Les acteurs sont prodigieux et je suis d’accord la scène où Jésus et mama chantent est bouleversante. Qu’ils sont bons.

    J'aime

  4. J’espère pouvoir le voir à temps en salle, les bons échos de la presse (et celui de ta critique) me font penser qu’il s’agit d’un des rares films qui valent le coup d’être vus cet été, d’autant plus qu’il y’en a pas des masses se déroulant à Cuba 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s