Diamants sur canapé

réalisé par Blake Edwards

avec Audrey Hepburn, George Peppard, Patricia Neal, Buddy Ebsen, Martin Balsam, Mickey Rooney…

titre original : Breakfast at Tiffany’s

Comédie américaine. 1h55. 1961.

sortie française : 10 janvier 1962

Movie Challenge 2016 : Un film avec une actrice que j’adore

Affichette A2 Diamants sur canapé.indd

Une croqueuse de diamants cherche à épouser un homme riche alors que son voisin écrivain s’intéresse à elle. La jolie Holly fait également en toute innocence le messager pour un truand notoire. Lorsque la police l’interroge, elle n’a aucun mal à prouver son innocence mais son futur époux, riche planteur brésilien, s’éloigne par peur du scandale. L’écrivain en profite pour consoler la belle.

Diamants sur canapé : Photo

J’ai d’abord lu la longue nouvelle de Truman Capote, Petit-déjeuner chez Tiffany, qui ne m’avait pas spécialement plu (alors que j’aime d’habitude cet auteur), ce qui m’a refroidi pour regarder le film réalisé pourtant pas le grand Blake Edwards (ce qui aurait dû être pour moi un argument de poids). C’est finalement la présence de l’adorable Audrey Hepburn qui m’a poussée à le découvrir pour de bon. Après tout, j’ai vu maintenant un paquet de ses films mais je n’avais jamais trouvé l’envie de le regarder. En dehors de la fin, c’est tout de même assez fidèle au texte de Capote (même si on peut aussi parler d’inspiration). Cela aurait pu être inquiétant venant de la part de quelqu’un qui n’a justement pas aimé la version écrite. Or, étrangement, j’ai tout de même apprécié ce film. Certes, je l’ai tout de même trouvé « surestimé » (cet avis n’engage que moi) et je ne pense pas être une amatrice de comédie sentimentale à la base. Je l’ai trouvé également un peu trop long même si heureusement l’ensemble est plutôt rythmé (en tout cas je ne me suis pas non plus ennuyée paradoxalement). Cela dit, il s’agit d’un film très plaisant, possédant un charme fou. J’ai trouvé le portrait des personnages plus approfondis que dans le livre, c’est peut-être pour ça que j’ai cette préférence pour son adaptation cinématographique. Holly Golightly, désormais un personnage emblématique du cinéma, incarnée par la délicieuse et lumineuse Audrey Hepburn (certainement le film qui l’a transformée en icône), est une jeune femme a priori superficielle, cupide et un peu emmerdeuse, qui finit par se mentir à elle-même, à ne plus connaître sa véritable identité et à renier ses sentiments. Pourtant on s’attache rapidement à elle et surtout on apprend à connaître ses blessures et douleurs profondes et intimes. Le personnage de Paul (interprété par George Peppard, plus connu pour être Hannibal dans L’Agence tous risques) est alors intéressant : lui aussi a évidemment ses failles, sa complexité mais c’est surtout un personnage qui va permettre à Holly de se dévoiler, il gratte la surface pour mieux voir son intériorité.

diamants

C’est à ce moment-là qu’on peut établir un rapprochement entre le métier d’écrivain de Paul et le personnage de Holly : cette dernière devient de plus en plus fictive à force de se forger cette nouvelle identité (dans la nouvelle de Capote, on a d’ailleurs même l’impression qu’elle l’est). Paul est littéralement celui qui parvient à lire entre les lignes de la jeune femme. J’adore aussi le chat (en même temps, j’aime les chats en général, ça aide… osef Tina !) ! L’ensemble est également très plaisant, notamment grâce à des répliques piquantes ou des situations absurdes (la scène de la soirée avec tous les invités par exemple). En revanche, je n’ai pas aimé le personnage de Monsieur Yunioshi qui alourdit ce film qui utilise plutôt des ressorts subtils. De plus, je trouve la romance entre Holly et Paul assez inégale. Je précise encore une fois que j’ai aimé le film, les interprétations de Hepburn et Peppard et leurs personnages mais je crois que la présence de Hepburn est si forte (et son personnage aussi) que ça finit par créer malgré tout un certain déséquilibre. Pour reprendre les points positifs, le chic reste en tout cas omniprésent dans la manière de filmer New York, les décors, les costumes. Ces éléments auraient être mis en avant superficiellement mais je trouve qu’ils parviennent à créer une atmosphère charmante ainsi qu’une esthétique plaisante et ils aident aussi quelque part à souder l’émotion. J’ai l’impression que Woody Allen s’est pas mal inspiré de ce film pour créer son propre univers (et j’ai beaucoup pensé à Blue Jasmine en regardant ce film, je ne sais pas si vous avez fait vous aussi le rapprochement). On retient également la musique de Henri Mancini, ainsi que la célèbre chanson « Moon River », tous deux récompensés par un Oscar. Ils confirment la mélancolie présente tout le long du film. La mise en scène, précise et élégante à la fois, permet à l’ensemble de trouver un véritable équilibre et surtout de ne pas tomber dans le piège de la superficialité (vu le thème et personnages traités). Enfin, le scénario est également assez réussi, qui utilise les codes de la comédie romantique et même de la comédie tout court tout en mettant en lumière la psychologie des personnages.

diamaaants

Publicités

40 réflexions au sujet de « Diamants sur canapé »

  1. J’ai découvert Audrey Hepburn dans ce film et je l’ai adorée, forcément. J’avais trouvé que ce film était une sorte de petit bonbon à la fois sucré et piquant, et, moi qui n’aime pas les films plus vieux que moi en général, j’avais été emballée !

    J'aime

  2. C’est une plongée au coeur des 60’s comme on les fantasme avec l’image un peu pastel, le gentleman et évidemment la magnifique Audrey. Bande-son sublime en prime. J’adore ce film qui se regarde les yeux, même si je le trouve assez « creux ». C’est ce qu’on appelle la magie du cinéma, non ?

    J'aime

  3. Un film que je n’ai jamais vu mais qui m’a toujours fait un peu de l’œil. A l’occasion, il faudrait quand même que je le tente car ça demeure quand même un classique du septième art 🙂

    J'aime

  4. J’aime beaucoup ce film et Audrey dans bien d’autres rôles encore ! Il est possible que je le revoie bientôt, d’ailleurs. Il est possible qu’elle soit devenue une icône avec ce film, mais je note qu’avant, elle avait eu l’Oscar pour « Vacances romaines ».

    J’ai plein d’autres longs-métrages à découvrir, mais avant « Diamants sur canapé », j’ai un faible aussi pour « Ariane ».

    J'aime

  5. Pas mon préféré de Blake Edwards (je préfère les films avec Bruce Willis par exemple), mais un film qui a un charme fou. Puis Audrey Hepburn, certainement une des plus belles actrices ever. Par contre, on passera sur Mickey Rooney en chinois, ni fait ni à faire. 😉

    J'aime

  6. @ Holly :
    Ahahah je savais que tu passerais ici !! 😀 Ca me rassure quand même que tu n’aies pas accroché au bouquin 😀
    (au fait, je ne sais pas si tu as vu, mais j’ai aimé L’homme qui murmurait… il n’y a pas longtemps, encore une fois, un grand merci ! :D)

    Aimé par 1 personne

  7. @ Amandine :
    Je ne sais pas s’il est creux dans le sens où je trouve que les portraits des personnages restent profonds mais effectivement je ne peux pas m’empêcher de me dire qu’il manque ce petit truc, je pense en tout cas comprendre ce que tu veux dire !

    J'aime

  8. @ Martin :
    Je pense que c’est vraiment Diamants… qui l’a amenée à ce statut. Je veux dire, dans l’image des gens, ils voient (même sans avoir vu le film) Hepburn avec ce look, sa posture, sa clope etc… Ca dépasse le cinéma (contrairement à Vacances Romaines), en tout cas c’est mon analyse 🙂
    AH ouais Ariane est vraiment un chouette film (et pas aussi connu qu’il devrait l’être !).

    J'aime

  9. Je l’ai vu il y a au moins quinze ans donc j’en ai un souvenir flou. Je me souviens l’avoir aimé surtout pour Audrey mais comme je n’ai rien fait pour le revoir, c’est que je n’ai pas été transcendée non plus 🙂

    J'aime

  10. J’adore Audrey Hepburn et j’aime beaucoup son rôle dans ce film – même si ce n’est pas mon préféré. Son personnage qui parait si superficielle au départ, se révèle intéressant ; elle est la force de ce film ! Je comprends que l’on ne puisse pas aimer « Breakfast at Tiffany » mais pour moi il est magnifique. Par contre, je ne connais pas la nouvelle !

    J'aime

  11. Prendre Audrey Hepburn pour incarner le rôle d’une femme qui vit de ses charmes n’a pas dû être une tâche facile (Kim Novak ayant refusé) mais le Maître Blake Edwards savait ce qu’il faisait car il a toujours eu l’art et la manière de contourner la censure et je pense qu’il s’est servi de l’aura qu’Audrey avait dégagé dans « vacances romaine » pour arriver à ses fins.
    Pour ce qui est des rôles des asiatiques au cinéma, on peut en parler pendant des heures tellement l’Hollywood de cette époque ne voyait en eux que des rôles subalternes et très caricaturaux…

    J'aime

  12. Je dois bien avouer que je n’ai pas grand souvenir de ce film. Je l’ai vu étant enfant, et je n’avais pas plus accroché que ça à l’époque (en même temps, j’ai pas dû tout comprendre), je me souviens juste que ma mère me faisait remarquer les fringues d’Hepburn. Et aujourd’hui je comprends pourquoi. Il faudrait quand même que je le revois

    J'aime

  13. @ Marie des Neiges :
    Vu ce que j’ai pensé et les commentaires précédents, bien que j’adore Capote, je ne te conseille pas forcément la nouvelle. Par contre je vois qu’on est d’accord sur le reste 🙂

    J'aime

  14. @ Ideyvonne :
    Oui effectivement tu as raison en ce qui concerne le rôle de l’asiatique. Après je ne suis du genre à casser un film de l’époque pour ça car je sais qu’il y a un contexte (même si je suis heureuse que certaines choses aient changé !) mais là j’ai juste trouvé ça grossier!

    J'aime

  15. @ Girlie Cinéphilie :
    C’est vrai qu’elle a une garde-robe de folie la Audrey dans ce film…
    Je pense que tu devrais effectivement le revoir avec un regard neuf !

    J'aime

  16. Comme Borat, je lui trouve un charme fou, et comme beaucoup, le titre m’évoque invariablement cette ballade en rivière au clair de lune avec le clapotis de la machine à écrire en écho. En plus d’Audrey, tu as raison de mettre un peu en lumière ce pauvre Peppard aujourd’hui trop souvent réduit à un fumeur de cigare dans une série marrante mais pas très futée.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s