Archive | mars 2016

Liebster Award n°4

Je suis de nouveau taguée ! Ca fait un moment que Melissa et Lily attendent mes répondent, alors je publie ce billet ! Vu le nombre de Liebster Awards auxquels j’ai participé, je ne m’attarde pas sur les règles : Je raconte 11 choses passionnantes sur ma petite personne, je réponds à 11 questions et je suis censée poser 11 autres questions pour d’autres blogueurs. Comme la dernière fois, je ne vais pas vous poser de questions, vous pouvez reprendre les questions ici et publier vos réponses ici en commentaires ou sur vos blogs. Let’s go !

11 choses sur moi : 

 

  • Ca y est, je débarque sur Facebook ! Bon, pour l’instant, je ne me suis pas foulée, mais ça va venir ! Pour l’instant, cliquez-la car j’ai du mal à installer mon logo avec le lien sur mon blog !
  • Je viens d’apprendre que mes dents de sagesse ne sortiront jamais. Bref, je crois que vous savez ce qui m’attend…
  • Je compte me remettre à la corde à sauter.
  • En 5e, quand ma prof d’anglais m’a demandé ce que je voulais faire dans la vie, je lui ai sérieusement répondu que je voulais devenir rockstar.

  • En tant qu’animatrice pour des gosses de 8 ans, je suis obligée de les faire jouer. Parfois j’utilise le matériel qu’on me donne et parfois j’en invente. Et sans me vanter, les jeux que j’invente cartonnent. S’il y a des gars de Hasbro qui passent par là…
  • J’adore marcher pieds-nus !
  • Quand je vois mettre des pompes chez moi, j’adore marcher en tongs ou en Birkenstock !

0769610.jpg-r_x_600-f_jpg-q_x-xxyxx

  • J’ai retrouvé ma caméra numérique et je n’ai aucune idée de ce que je veux filmer. Et pourtant, je veux filmer !
  • Pour un cours de cinéma, en seconde, on m’avait demandé de réaliser un clip vidéo. J’avais choisi de tourner en noir et blanc un clip assez pathétique et ridicule intitulé Try a little tenderness (comme la chanson). Je jouais une sorte d’ado pseudo-suicidaire qui reprenait goût à la fois et hooooop retour à la couleur entourée par une avalanche de nounours (!!). Oui, c’est vraiment pathétique ! Je l’ai gravé sur dvd mais j’ai très peur de le ressortir pour le revoir…
  • Depuis que je suis môme, je me ronge les ongles. En fait, actuellement, je me les ronge car ça m’agace de les voir plus longs !
  • Je suis toujours aussi fan des colorations… Maintenant, je ne suis plus blonde mais brune !

jennifer

Le tag de Melissa

A quelle époque aurais-tu aimé vivre ? 

C’est toujours difficile de répondre à cette question car il me semble qu’on a toujours tendance à idéaliser une époque qu’on n’a pas vécue et qui avait forcément de bons et de mauvais côtés. Suite à l’image que je me fais, je crois tout de même que j’aurais bien aimé vivre dans les années 1980 ou être une ado dans les années 1990. Je n’ai pas pu les savourer comme il le fallait.

Quelle est la première chose que tu fais le matin ?

Je vais faire dans l’originalité : m’étirer un peu, mettre mes lunettes et aller aux toilettes. VOILA.

Si tu pouvais discuter avec une personnalité pendant une heure, ce serait avec qui ?

J’avais déjà répondu à cette question, que ce soit au cours d’un Liebster Award ou au cours d’un TAG autour du dîner littéraire et cinéma. Je dirais toujours que j’aimerais discuter pendant une heure, Quentin Tarantino, Martin Scorsese et Robert De Niro, on sent que ce sont des gens qui aiment communiquer. Et j’aurais des tas de questions à leur poser.

A ton avis, quelle est la plus grande découverte faite par l’homme ?

Ma réponse va paraître très bateau mais pour moi, LA base reste la découverte du feu (et de tout ce qui suit plus tard, au fil des siècles).

De quel objet ne te sépares-tu jamais ?

Je regarde dans mon sac à main que j’ai toujours sur moi et je dirais : mon portable, des lunettes de soleil, des serviettes périodiques, ma trousse de maquillage et des stylos. GLAMOUR.

Si tu gagnais au loto, que ferais-tu de ton argent ?

Je le diviserais en plusieurs parties : j’en mettrais une partie de côté, juste assurer l’avenir. Après je pense que j’en profiterai pas mal pour me faire plaisir, que ce soit pour acheter des choses nécessaires (du mobilier) et surtout pour voyager. Je sais aussi que je donnerai de l’argent à des associations et aussi à certains de mes proches.

Quelle est la bande originale de ta vie ?

Il y en a troooooop ! De tête, je dirais celles de Reservoir Dogs, Pulp Fiction, Breakfast on Pluto, Billy Elliot, Velvet Goldmine et Trainspotting. Mais il y en a tant d’autres !

Velvet

Quel talent aurais-tu aimé posséder ?

Savoir chanter ! J’adore pousser la chansonnette mais ça me frustre d’entendre ma voix si dégueulasse !

Si tu ne pouvais manger qu’un seul plat jusqu’à la fin de ta vie, ce serait lequel ?

Mais c’est trop dur, la bouffe, c’est la vie ! Je répondrais les pâtes car j’en mange très souvent, donc j’imagine que ça me suffirait.

Quel est ton dvd de la honte ? (dvd de la honte = un film que tu adores tout en sachant que c’est un gros navet aux yeux du reste du monde)

Ohlala je sais qu’on va vouloir me taper mais j’avoue aimer revoir The Birdcage de Mike Nichols. ON NE ME TAPE PAS BORDEL !

18901820.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx

Le tag de Lily :

 

Quel livre conseillerais-tu à quelqu’un qui veut découvrir la littérature française contemporaine ?

J’allais dire en général les romans d’Amélie Nothomb (surtout Hygiène de l’assassin, Cosmétique de l’ennemi, Ni d’Eve, ni d’Adam et Robert des noms propres) mais je viens de me rappeler qu’elle est Belge. Sinon, euuuuuh… En fait, je vais répondre les romans d’Amélie Nothomb !

Si tu étais un personnage de fiction, comment s’appellerait le livre de ta vie ?

Euuuuh bonne question… Tina, histoire d’une killer ?

Quel film as-tu vu le plus de fois dans ta vie ?

Les Visiteurs, Le Père Noël est une ordure, Sacré Robin des Bois, Bean, Toute la série du Gendarme, Les Bronzés font du ski, Mrs Doubtfire, Reservoir Dogs, les vieux Disney en général…

robin

Quel est ton film d’animation préféré ?

Les Aristochats, Mulan, Merlin l’Enchanteur, Le Voyage de Chihiro et Princesse Mononoké.

Y a-t-il des romans dont tu préfères l’adaptation cinématographique ?

Oui : Un homme au singulier de Christopher Isherwood (A Single Man de Tom Ford au cinéma), Trainspotting d’Irvine Welsh (le film du même nom de Danny Boyle), Petit-déjeuner chez Tiffany de Truman Capote (Diamants sur canapé de Blake Edwards), Expiation de Ian McEwan (Reviens-moi de Joe Wright) ou encore La Dame en Noir de Susan Hill (le film du même nom de James Watkins).

Quel personnage de roman ou de film détestes-tu par-dessus tout ?

Pour combiner les deux, je réponds Ana Steele de Cinquante Nuances de Grey et Bella Swan dans Twilight. Deux cruches et encore je reste gentille et polie…

Quelle est ta série préférée ?

Black Books, The IT Crowd, Absolutely Fabulous et Twin Peaks.

19722215.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Celle(s) que tu suis en ce moment ?

Justified, American Horror Story, Girls et Parks and Recreation (bref, toujours aucune surprise !).

Si tu devais ajouter une nouveauté à ton blog, quelle serait-elle ?

Oh j’aimerais tellement parler d’autres choses (en lien avec le cinéma ou non), comme le maquillage (j’avais même pensé créer une rubrique du genre : « s’habiller et se maquiller comme tel personnage »), les voyages (je pense toujours à créer une sous-rubrique,pour être honnête) et plus généralement des billets humeur. Mais j’ai tellement envie de parler de films que je n’ai pas trop le temps de m’éparpiller à droite et à gauche et j’ai justement peur qu’on en perde le fil !

Pratiques-tu un sport ?

Je vais toutes les semaines à Keep Cool (noooon, je ne fais pas de pub gratooos). En gros, je cours sur un tapis, je fais du vélo et vélo elliptique, je fais des abdos, l’éclate quoi !

Pratiques-tu un loisir artistique ?

« Artistique » me paraît un peu disproportionné. Actuellement, je me contente d’écrire (je collectionne les carnets et feuilles de brouillon !), de faire des pseudo-peintures même pas abouties (ce n’est que de l’art-thérapie !). Avant, j’étais davantage investie dans des loisirs artistiques, dans des clubs (théâtre, guitare et tout ça, je vous en avais déjà parlé).

19815085.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Publicités

Quelques films pour fêter la Saint-Patrick

J’aurais pu faire un billet pour célébrer ma première année de permis, mais comme on s’en cogne pour l’instant (quoi que je suis sûre qu’un billet sur les films avec de mauvais conducteurs pourrait être cool), je signe cette fois-ci un petit billet pour fêter la Saint-Patrick (et là, vous allez me dire, la Saint-Patrick m’a peut-être porté chance, tout comme j’ai obtenu mon code de la route… le jour d’Halloween !). J’adore l’Irlande dans tous ses états au point d’y être allée six fois (en comptant l’Irlande du Nord) et le cinéma m’a parfois inspirée dans mes fameux voyages. Evidemment, je n’ai mis que 10 films parce que sinon on ne s’en sortirait plus mais j’essaie parfois au sein d’un même film d’en évoquer d’autres qui sont également chouettes et qui pourraient éventuellement vous intéresser. Je sais très bien qu’il y a des tas de films Irlandais (ou sur l’Irlande) qui sont très bien et qui méritaient d’être cités, il ne s’agit que d’une sélection personnelle !

The Commitments – Alan Parker (1991)

The Commitments est l’adaptation du roman du même titre de Roddy Doyle, également auteur de The Snapper et The Van (tous les deux adaptés par Stephen Frears – je vous conseille ces deux films au passage, très drôles avec l’énergique Colm Meaney). Ces trois romans forment (et dans un sens, les trois films) alors la trilogie de Barrytown. J’aime énormément ce film qui présente une bande de jeunes chômeurs de Dublin qui montent un groupe de soul. C’est très frais, souvent drôle, dynamique aussi avec un vraie réflexion sociale derrière et la bande-originale est vraiment exceptionnelle (la voix d’Andrew Strong l’est aussi). On se souvient tous de leur version de Mustang Sally ou encore de Try a Little Tenderness !

Commitments-Film-Stills-2

Au nom du père – Jim Sheridan (1993)

Au nom du père, qui a remporté l’Ours d’argent à la Berlinale, mais aucun Oscar malgré ses sept nominations (!), est pour moi le film le plus marquant de Daniel Day-Lewis qui a pourtant d’autres rôles très puissants (notamment celui de Christy Brown dans My Left Foot de Sheridan, qui lui a permis de remporter son premier Oscar). Son duo avec le regretté Pete Postlethwaite est très émouvant. Ce film est tiré de l’histoire vraie de Gerry Conlon, auteur de Proved innocent (le scénario est donc tiré de cet ouvrage). Cet homme a été au centre de l’affaire des « Quatre de Guilford » qui s’est déroulée dans les années 1980. Dans cette affaire, quatre jeunes hommes ont été accusés d’être des membres de l’IRA alors qu’ils n’avaient rien à voir avec cette organisation. Or, la police avait caché des preuves qui prouvait leur innocence. Le film est également porté par une bande-originale très sympa (U2, Gavin Friday, Sinead O’Connor…).

Les Cendres d’Angela – Alan Parker (1999)

Ce n’est peut-être pas un grand film, il a même ses défauts et est pour moi en dessous du livre de Frank McCourt mais je suis tout de même attachée à ce film qui a su me faire aimer son auteur. En effet, Les Cendres d’Angela est l’adaptation du premier tome de la trilogie autobiographique de McCourt (les deux autres, C’est comment l’Amérique ? et Teacher Man, n’ont jamais été adaptés alors qu’ils sont également excellents). J’ai tellement aimé cet auteur au point d’avoir choisi d’étudier ses textes pour mon mémoire de l’année dernière. Le film reste malgré tout attachant, triste et drôle à la fois, avec une formidable Emily Watson et le génial Robert Carlyle. Il retranscrit bien une réalité historique difficile.

 

047091_ph2.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx

The Magdalene Sisters – Peter Mullan (2001) 

L’acteur écossais Peter Mullan, primé à Cannes à peine quelques années auparavant pour son (époustouflante) interprétation dans My Name is Joe de Ken Loach, réalise son deuxième long-métrage (après Orphans), The Madgalene Sisters, lauréat du Lion d’or à la Mostra de Venise. Ce film n’a évidemment pas plu au Vatican qui a crié au scandale. Pourtant, il s’agit bien d’une horrible page de l’histoire de l’Irlande : des milliers de femmes, rejetées par leur famille pour diverses raisons (dans le film, les jeunes femmes sont soit trop belles, soit ont eu un avant hors mariage, ou encore victimes de viol). Elles étaient alors envoyées dans des couvents-prisons. Ces Magdalene homes sont maintenues jusque dans les années 1970 mais il faudra attendre 1996 (!) pour voir le dernier de ces couvent fermer. On sent en tout cas derrière un Peter Mullan révolté et je ne peux que vous conseiller de regarder les bonus dvd dans lequel on voit le bonhomme s’exprimer avec une rare sincérité sur son film.

The-Magdalene-Sisters_3

Bloody Sunday – Paul Greengrass (2002)

Ours d’or (ex-aequo avec Le Voyage de Chihiro de Hayao Miyazaki, quelle belle année !) à la Berlinale, Bloody Sunday retrace cet affreuse page historique de l’Irlande du Nord : à Derry, le 30 janvier 1972, durant une manifestation pacifique pour l’égalité des droits entre catholiques et protestants est organisée par Ivan Cooper (incarné par le formidable James Nesbitt). Hélas, la marche prend une terrible tournure, au total 14 personnes ont été abattues par l’armée britannique. Le film est déjà très poignant, proche du documentaire. Pour ajouter encore plus d’authenticité au récit, Greengrass choisit des acteurs non professionnels qui ont vécu les événements. Il a également voulu adressé son film à la fois au public irlandais et anglais, en montrant les deux points de vue. C’est aussi pour cette raison qu’il y a coproduction entre l’Irlande et la Grande-Bretagne. Je vous mets évidemment LA chanson de U2 qu’on entend évidemment dans le film.

bloody-sunday

Breakfast on Pluto – Neil Jordan (2005) 

Breakfast on Pluto est l’adaptation du très bon roman de l’auteur culte Patrick McCabe (qui a également écrit The Butcher Boy, merveilleusement adapté par Neil Jordan, je vous le conseille). Il s’agit du film qui m’a permis de découvrir le talentueux Cillian Murphy, nommé aux Golden Globes pour cette performance. Le reste du casting est également excellent : Liam Neeson, Brendan Gleeson, Stephen Rea (l’acteur chouchou de Jordan), Gavin Friday ou encore Bryan Ferry. Breakfast on Pluto est un film qui me donne toujours la patate avec sa BO très sixties. Pourtant les thèmes présents sont graves, entre la question de l’identité, la recherche de la mère (cette dernière a dû abandonner notre Patrick/Kitty Braden) ou encore les ravages de l’IRA. L’ensemble est vraiment drôle et émouvant.

18446525.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx

Le vent se lève – Ken Loach (2006)

Je sais qu’il y a beaucoup de gens qui contestent cette Palme d’or décrochée selon le jury à l’unanimité (« ouais mais en face y avait ça et ça et ça) et c’est vrai qu’il y a vraiment en face de bons films, mais je défends vraiment ce beau et puissant film historique signé par le toujours formidable Ken Loach et avec… ohhh encore Cillian Murphy ! (non mais je ne suis pas du tout une groupie). Le sujet n’est pas toujours évident à suivre à cause de son contexte historique chargé (c’est-à-dire la guerre d’indépendance irlandaise puis la guerre civile) mais il me semble tout de même que le film de Loach reste assez accessible en nous présentant l’histoire de deux frères face à l’histoire, au début qui sont unis en défendant les mêmes idées politiques puis se déchirent.

18612397.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx

Once – John Carney (2006)

Si vous avez aimé New York Melody, que vous souhaitez voir un film dans la même veine (en plus mélancolique) et par le même réalisateur, je ne peux que vous conseiller l’excellent Once. Encore une fois, il s’agit d’une histoire d’amour très touchante entre deux musiciens dans les rues de Dublin. Enfin, ça, c’est au premier abord. La vraie histoire d’amour serait celle entre les personnages et la musique. Et si on parle de musique, on parle forcément de bande-originale. La chanson Falling Slowly avait remporté l’Oscar de la meilleure chanson. Je suis également très fan de When your minds made up. Rappelons aussi que le réalisateur John Carney était auparavant bassiste dans le groupe The Frames et son acteur principal Glen Hansard (qui jouait aussi dans… The Commitments) en fait toujours partie.

18793289.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx

Hunger – Steve McQueen (2008)

Hunger est le premier long-métrage de Steve McQueen (number 2, hein), lauréat de la Caméra d’or au festival de Cannes. Quand j’ai vu ce film à sa sortie (j’étais jeuuune), je savais, comme beaucoup d’entre personnes, que McQueen ainsi que son acteur principal, Michael Fassbender (ne l’oublions pas, à l’époque, encore très méconnu), qui avait perdu 14 kilos, auraient une belle carrière et on a eu du nez ! Ce film, qui relate la grève de la faim irlandaise de 1981 et les derniers jours de Bobby Sands dans la prison de Maze, ne plaira pas à tout le monde, mais en ce qui me concerne, je l’ai trouvé intense malgré ses très longs silences. J’ai notamment été marqué par le face à face entre Fassbender et Liam Cunningham qui dure 22 minutes !

18937738.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx

Brendan et le secret de Kells – Tomm Moore (2009)

Brendan et le secret de Kells est le premier long-métrage de Tomm Moore qui a été nommé aux Oscars dans la catégorie « meilleur film d’animation ». Le film renvoie au livre de Kells, écrit autour de 800 après JC par des moines. Il contient les quatre évangiles du Nouveau Testament ornés par de magnifiques enluminures celtiques. Il a été mis en sûreté au XVIIe siècle à l’Université dublinoise Trinity College. J’ai donc énormément aimé ce mélange entre fiction et histoire en nous présentant une animation à tomber par terre ! Visuellement, c’est un des plus beaux films d’animation que j’ai pu voir ! Ce film a en plus vraiment quelque chose de magique et la musique de Bruno Coulais est magnifique. Tomm Moore a aussi signé Le chant de la mer que je vous conseille également !

19028257.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx