American Horror Story : Hotel

Créée par Ryan Murphy et Brad Falchuk

Avec Lady Gaga, Kathy Bates, Evan Peters, Sarah Paulson, Denis O’Hare, Wes Bentley, Matt Bomer, Cheyenne Jackson, Chloë Sevigny, Angela Bassett, Mare Winningham, Finn Wittrock, Max Greenfield, John Carroll Lynch, Lili Rabe, Gabourey Sidibe, Anthony Ruivivar, Richard T. Jones, Naomi Campbell, Darren Criss, Mädchen Amick, Alexandra Daddario, Christine Estabrook…

Anthologie horrifique américaine. 5e saison. 2015-2016.

020614.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

A Los Angeles, la Comtesse Elizabeth dirige l’hôtel Cortez, un lieu dans lequel se déroulent des événements étranges. Rob Lowe, qui enquête sur une série de meurtres, atterrit à l’hôtel, rempli de personnages ambigus et de secrets terrifiants…

Photo Lady Gaga

La cinquième saison de la série d’anthologie American Horror Story s’intitule Hotel. Elle a été marquée par le départ (espérons provisoire !) de Jessica Lange et remplacée par la chanteuse Lady Gaga (qu’on voit décidément partout : aux Golden Globes en touchant Leonardo DiCaprio, au Superbowl avec sa reprise de l’hymne national américain, en David Bowie aux Grammy et bientôt aux Oscars : depuis le bide de son dernier album très étrange, pour ne pas dire inécoutable, on ne la jamais autant vue !). Certes, cette dernière est déjà apparue dans quelques films mais n’avait jamais tenu un tel rôle ! Nous reviendrons sur sa performance plus tard. En tout cas, comme pour les précédentes saisons, nous pouvons suivre sans souci les épisodes de Hotel même s’il y a plusieurs connexions avec les précédentes saisons (la première Murder House et la troisième Coven) à travers des flashbacks ou en faisant intervenir (ou plutôt revenir) certains personnages comme par exemple le docteur Charles Montgomery (Matt Ross), l’agent immobilier Marcy (Christine Estabrook) et la médium Billie Dean Howard (Sarah Paulson) de la première saison ou encore Queenie (Gabourey Sidibe) de la troisième saison. Si j’ai depuis rattrapé mon retard et ai enfin vu la première saison, au moment où j’ai vu Hotel, je n’avais pas encore regardé Murder House. Pourtant, je vous confirme qu’on peut suivre Hotel sans connaître ce qui s’est passé dans les précédentes saisons (même si ça doit être un petit plus quand on connait déjà certains personnages). Parlons alors de Hotel : je dois avouer que j’étais au début un peu sceptique. Pourtant, les épisodes dès le début sont plaisants et rythmés, en terme de divertissement je n’ai pas été déçue de ce côté-là. Cette saison est bourrée de références que ce soit à la première saison (l’hôtel semble avoir les mêmes fonctions que la maison de l’horreur) ou plus généralement à de grandes oeuvres littéraires et/ou cinématographiques. La référence la plus évidente est celle de Shining (notamment dans l’esthétique même de l’hôtel ou le parallèle entre Jack Torrance et John Lowe) ou encore à Gatsby le Magnifique. Cela dit, on n’a pas non plus l’impression de voir un copier-coller de ce qu’on a déjà vu. Cette saison trouve vite ses marques et plus généralement sa personnalité.

Photo Evan Peters

Pourtant je me suis demandée au début où ça voulait en venir. Je ne comprenais pas la direction prise par le scénario (il faut dire qu’il y a pas mal d’intrigues et de personnages en parallèle) ni le propos derrière. Je n’ai pas non plus tout de suite compris l’intérêt de certains personnages pour être honnête, notamment celui de Sally (Sarah Paulson). Après, de tête, vers la mi-saison, le scénario prend en quelque sorte une tournure qui relance le récit et qui a balayé tous les doutes que j’avais. Certes, je reste persuadée que certains rôles secondaires, notamment Will Drake (Cheyenne Jackson), Donovan (Matt Domer) ou encore Alex (Chloë Sevigny), ne sont pas totalement exploités. Cela dit, les scénaristes ont pour moi le don de rendre cette série toujours aussi addictive et inventive (déjà rien que l’épisode avec tous les tueurs à Halloween est juste… wow !). Pourtant, sur le papier, on a vu des tonnes de fois des histoires avec des vampires, des fantômes et des tueurs mais j’ai pourtant pris un réel plaisir à redécouvrir ici ces variations sur ces thèmes et personnages. Ce que j’avais peur au début de cette saison, c’est le lot conséquent d’intrigues et de personnages en peu d’épisodes (on en compte douze). Or, finalement, toutes les histoires se rejoignent de manière cohérente au bout d’un moment. De plus, la mise en scène est toujours aussi soignée, les décors très réussis, mêlant à la fois le glamour et le glauque, à l’image des personnages. En ayant conscience que cette saison a ses quelques défauts, et paradoxalement, même si certains personnages auraient mérité un meilleur traitement, pourtant l’écriture des personnages est un atout selon moi. Les scénaristes n’ont pas eu peur d’exploiter leur folie, leurs côtés les plus sombres mais aussi paradoxalement leur humanité. Je trouve que leur complexité ressort véritablement dans la deuxième partie de la saison, en particulier dans l’épisode final, pour moi une grande réussite émotionnelle permettant de boucler tout ce qui a été mis en place. Les personnages un peu trop délaissés finissent même par trouver leur place. De ce que j’ai vu (j’ai donc vu trois saisons sur cinq de la série, en sachant que j’ai aussi vu sans le vouloir le final de Coven), je trouve qu’il s’agit du final le plus réussi d’une saison de American Horror Story.

Photo Sarah Paulson

On attendait forcément au tournant Lady Gaga et même si Jessica Lange nous manque, la chanteuse, qui a remporté un Golden Globe pour son interprétation, s’en sort remarquablement bien (même si, pour être honnête, son prix me semble un peu exagéré, mais après il n’a pour moi rien de honteux). Certes, on pourra toujours dire que le rôle était vraiment fait pour elle ou même qu’elle fait du Lady Gaga dans un sens. Mais elle n’interprète pourtant pas un rôle un si facile que ça et ne se contente pas de jouer la femme glamour qui défile avec de somptueux et extravagants costumes. Après, peut-être que son interprétation est aidée par l’écriture même de son personnage. Ce que je peux dire, c’est qu’elle n’est pas la plus épatante du casting. Comme beaucoup d’internautes, j’ai été bluffée par la performance de Denis O’Hare alias l’attachante Liz Taylor. On aurait pu vite tomber dans la caricature mais au fil des épisodes, ce personnage prend de plus en plus d’épaisseur et au final on est content de le revoir à chaque épisode. C’est finalement un personnage positif (ce qui fait du bien vu la noirceur des personnages, que ce soit dans cette saison ou même les autres) qui va apporter une véritable émotion à cette série très sombre. Dans l’ensemble, le reste du casting est à la hauteur. Sarah Paulson incarne certes un personnage difficile à cerner au début de cette saison pourtant son interprétation est de nouveau très juste et elle aussi évite une caricature qui était pourtant possible. Là encore, même si son personnage aurait pu être plus développé, j’ai bien aimé l’interprétation de Chloë Sevigny. Je connais finalement mal cette actrice mais je ne l’aurais pas imaginée dans un rôle plus posé. On ne peut évidemment pas passer à côté de Evan Peters, loin de ses rôles d’ado (certes perturbé mais un ado ou jeune homme). Il incarne ici l’inquiétant serial killer James Patrick March. Il y a quelque chose de plus adulte dans ce rôle. Je sais que certains spectateurs ont eu du mal à voir l’acteur avec le costume d’époque, cette voix assez forcée, mais je trouve que son interprétation reste crédible. Angela Bassett joue encore les femmes fatales mais encore une fois, elle fait des merveilles. J’ai également pris beaucoup de plaisir à revoir Finn Wittrock (alias Dandy de Freak Show) dans un double-rôle (un mannequin écervelé et un acteur de l’époque) ainsi que Mare Winningham fantastique en maniaque du ménage : officiellement, ils font partie des rôles récurrents et non principaux. Pourtant, je pense qu’ils méritaient bien d’apparaître dans le générique d’ouverture avec tous leurs autres camarades ! Enfin, même s’il ne s’agit que d’un petit rôle, Lili Rabe en Aileen Wuornos est fantastique !

Photo Denis O'Hare

Publicités

18 réflexions au sujet de « American Horror Story : Hotel »

  1. Je dois la terminer mais j’avais bien aimé le début de saison. Je n’ai pas encore vu les autres saisons excepté quelques épisodes de la saison 1 (qui me faisait vraiment flipper mdr) et je compte bien rattraper ça aussi 🙂

    J'aime

  2. Cette saison m’a beaucoup plu, j’ai été enchantée (oui, le terme n’est pas très approprié pour une série d’horreur….). Tous les acteurs présents ici ont fait un sacré travail, je les ai tous trouvé très bons, y compris Lady Gaga que j’attendais au tournant et qui m’a convaincu.
    De nombreuses intrigues prennent place et au départ j’étais un peu perdue, comme John Lowe qui se perd dans les couloirs de cet Hotel (mais je suis contente parce que j’avais compris son intrigue [son problème] au bout de quelques épisodes…).
    Jessica Lange, je suis contente qu’elle soit partie, car dans les 4 saisons où elle se trouvait son rôle était toujours le même, personnage identique d’une saison sur l’autre, cela me chagrinait (surtout que c’est une bonne actrice alors j’en avais marre, tu vois, qu’elle joue un personnage avec le même caractère dans toutes les saisons).
    Bref, AHS Hotel est l’une de mes saison préférée…peut-être à égalité avec la saison 2 : Asylum.

    J'aime

  3. Pas vu mais je sais que l’histoire est notamment inspiré du Cecil Hotel de Los Angeles aux précédents glauques et meurtriers qui le rendent pire que l’hôtel de Shining. C’ets devenu une légende urbaine qui a refleuri sur le net notamment depuis l’affaire morbide très étrange de la jeune Elisa Lam dans cet hôtel (dont l’histoire rappelle très étrangement celle de Dark water)

    J'aime

  4. C’est bizarre car je n’ai jamais adhéré à cette série notamment la première saison. Pourtant, j’imagine que chaque saison est différente l’un de l’autre. Pourquoi pas à l’occasion.

    J'aime

  5. @ Popcorn & Gibberish :
    Alors si contrairement à moi le début de la saison t’a plu, je ne m’inquiète pas trop sur ce que tu vas penser de la suite !
    Ouais la saison 1 est assez flippante et mise davantage sur l’ambiance !

    J'aime

  6. @ Avel :
    Pour l’histoire de John Lowe, j’ai compris trèèès tard. En gros, en mettant l’épisode en question, juste au tout début avant qu’on nous révèle tout (limite au générique), j’ai eu une sorte de déclic !
    Oui c’est sûr que Lange manque mais comme tu dis, elle avait fait certainement le tour de son type de rôle et c’est bien aussi pour le public de découvrir autre chose. Pour moi, si elle doit revenir, ça doit être un rôle peut-être plus secondaire et différent de ce qu’elle a fait.
    J’attaque bientôt Asylum… J’ai vu le générique, déjà ça me fait super mal à l’aise, j’ai peuuuur ! 😀

    J'aime

  7. @ Roggy :
    Je pense que tu devrais tenter une autre saison, juste pour voir si c’est vraiment la série que tu n’aimes pas ou juste la première saison, qui est plus « simple » je trouve.

    J'aime

  8. Bon du coup, on en a déjà parlé plusieurs fois, ici et là, donc j’vais tenter de faire court (même si j’y arrive quasiment jamais). Cinquième saison qui me laisse à moitié perplexe, j’ai bien aimé sans forcément trouver ça transcendant… Je crois que le final m’a déçu, mais c’est peut-être parce que c’est le seul qui se rapproche d’un genre de happy end chez l’ami Ryan Murphy (et que dans AHS, je n’aime pas ça, les happy end).
    Ceci étant posé comme un cheveu sur la soupe, Denis O’Hare, JE DIS OUI. Lady Gaga, JE DIS NON. Et Sally, JE DIS NON MERCI.

    J'aime

  9. J’ai vu toutes les saisons et je suis d’accord sur le fait que la fin est assez réussi mais contrairement aux autres saisons les évènements sont longs à se mettre en place. Pour moi mme Gaga n’aurait pas du être dans la saison. Je n’aime pas son jeu contrairement à toi. Oui le personnage de Liz Taylor est extraordinaire et apporte beaucoup à cette saison pleine de noirceur.
    J’aimerais connaître ton interprétation de la fin concernant les dernières paroles de John Lowe.
    Excellente semaine

    J'aime

  10. J’ai adoré cette saison et au final, je me demande même si ce n’est pas ma préférée de toute la série! Je reste surtout épatée par les performances de Denis O’Hare et Evan Peters.
    Il y a un autre petit clin d’œil à une précédente saison que je trouve assez cool : A la réunion d’Halloween, le personnage de John Wayne Gacy fait partie des tueurs présents. Ce serial killer, qui a vraiment existé, était surnommé « Le clown tueur ». Tu vois où je veux en venir?? 😉
    Dans Hotel, il est interprété par John Carroll Lynch..qui joue également le rôle de Twisty le Clown dans Freak Show! Twisty est d’ailleurs directement inspiré de Gacy.
    C’est pas ultra important mais j’ai trouvé ça plutôt cool 🙂

    J'aime

  11. @ Sweet Judas :
    Justement, j’ai bien aimé ce côté happy end (la saison 4 ne se finit pas si mal, enfin tout dépend pour qui) que j’ai trouvé assez émouvant. En fait, quand j’y pense, même la saison 1 se finit bien dans un sens. Tout est une question de point de vue ! 😮
    Ahahahahahah ! Ca fait slogan !!! 😀

    J'aime

  12. @ Mignardises :
    Oui voilà tu as bien exprimé mon avis finalement, c’est peut-être un peu laborieux !
    Hum me rappelle pas comme ça des dernières répliques de John Lowe ?

    J'aime

  13. @ Celine :
    Ouiiii très juste (et en plus le choix de l’acteur TRES judicieux sur ce coup !), j’aurais pu le mentionner !! 😀 Ouais, c’est bizarre, quelque part, avec mes petits reproches, j’ai vraiment adoré cette saison. Je ne peux pas encore dire si c’est ma préférée (j’attaque bientôt Asylum et Coven) mais le résultat m’a plu !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s