Tale of Tales

réalisé par Matteo Garrone

avec Salma Hayek, Toby Jones, Vincent Cassel, John C. Reilly, Shirley Henderson, Hayley Carmichael, Bebe Cave, Jessie Cave, Stacy Martin, Christian Lees, Jonah Lees, Alba Rohrwacher, Guillaume Delaunay…

titre original : Il racconto dei racconti

Film fantastique italien, français, britannique. 2h14. 2014.

sortie française : 1 juillet 2015

Movie Challenge 2016 : Un film adapté d’un livre

tale

Il était une fois trois royaumes voisins où dans de merveilleux châteaux régnaient rois et reines, princes et princesses : un roi fornicateur et libertin, un autre captivé par un étrange animal, une reine obsédée par son désir d’enfant… Sorciers et fées, monstres redoutables, ogre et vieilles lavandières, saltimbanques et courtisans sont les héros de cette libre interprétation des célèbres contes de Giambattista Basile.

Tale of Tales : Photo Salma Hayek-Pinault

Cela fait un moment que j’aime beaucoup le travail de Matteo Garrone, le réalisateur de Gomorra et Reality, tous les deux couronnés par le Grand Prix au festival de Cannes, respectivement en 2008 (sous la présidence de Sean Penn) et 2012 (sous celle de Nanni Moretti). J’étais donc enthousiaste de voir de nouveau Garrone en compétition cannoise avec ce Tale of Tales, même si le fait d’avoir tourné en langue anglaise avec un casting international ne me rassurait pas bizarrement. Garrone adapte ici Le Pentamerone (ou Le Conte des Contes) de Giambattista Basile, qui regroupe une cinquantaine de contes. Le titre ne vous dira peut-être rien, pourtant cette oeuvre a inspiré un grand nombre d’auteurs : Charles Perrault, les frères Grimm, J. R. R. Tolkien ou encore J. K. Rowling. Hélas, ce dernier long-métrage de Garrone ne m’a pas vraiment emballée. Le réalisateur a clamé dans toutes ses interviews qu’il présente comme des tableaux, lui-même étant peintre à côté de ses activités de cinéaste. Certes, je dois reconnaître que le film est très réussi d’un point de vue esthétique. L’équipe a vraiment mis les moyens dans d’impressionnants décors et costumes, la photographie et la lumière rendent également ce film encore plus sublime. On sent effectivement le rapprochement avec la peinture. En dehors de ça, Tale of Tales ne m’a pas vraiment convaincue et j’ai même l’horrible sentiment qu’il s’agit d’un horrible gâchis. Pour moi, c’est la preuve vivante qu’un beau film d’un point de vue esthétique n’est pas nécessairement un gage de réussite. J’aurais voulu littéralement m’émerveiller devant toutes ces belles images qui présentent des rois et monstres en tout genre, hélas je me suis vraiment ennuyée et je trouve que ça manque d’émotion, de force, de puissance et de magie même, ce qui est un comble face à des contes ! J’ai l’impression que Garrone a eu du mal à trier parmi les nombreux contes et surtout son travail est hyper bordélique. Le long-métrage présente trois histoires de manière entrecroisée : la première présente une reine (Salma Hayek) obsédée par son désir d’enfant, la seconde met en scène un roi (Toby Jones) qui découvre une puce qui va grandir considérablement et enfin la troisième histoire est celle d’un roi libertin qui est séduit par le chant d’une femme sans savoir que cette dernière est âgée et pas franchement très bien conservée.

Tale of Tales : Photo Stacy Martin

Entrecroiser ces trois histoires aurait pu donner du rythme à ce film qui dépasse les deux heures. Or, je me suis beaucoup ennuyée car le montage n’est pas très bon. Je n’ai rien contre les films qui présentent ce type de schéma à condition qu’il n’y ait pas de déséquilibre dans la présentation des histoires. Or, non seulement, il y a ce problème d’équilibre mais en plus, en dehors de la toute fin, on a tout de même du mal à voir la réelle connexion entre chaque récit, il n’y a pas de réelle connexion narrative, on ne comprend pas toujours les passages d’une histoire à l’autre. Pire, on a même parfois la désagréable impression que ce long-métrage ne parle de rien. En fait, on sent que Garrone a voulu lier les trois histoires mais il n’a pas réussi à nous donner cette impression d’emboîtement, c’est-à-dire qu’on est face à trois contes mais pas à ce que nous promet le titre, un conte des contes. Cela est réellement dommage de voir un scénario qui manque de structure et du coup qui part dans tous les sens car du coup on ne perçoit pas toujours les efforts de mise en scène. De plus, à force de tout miser sur l’aspect merveilleux et par conséquent par l’esthétique, Matteo Garrone ne pense pas à creuser les différents thèmes abordés (ou plutôt, pour reprendre le langage littéraire, les morales), comme par exemple les conséquences de l’égoïsme au sein de sa famille (le père délaisse sa fille pour sa créature puis la laisse concrètement à une autre créature, la reine qui veut tellement tomber enceinte qu’elle envoie à la mort son mari, la lavandière devenue jeune qui met de côté sa soeur et son propre milieu social), par conséquent la remise en question des liens du sang ou encore les névroses de femmes à chaque étape de sa vie (l’envie de s’émanciper, le désir d’être mère, la peur de vieillir). C’est d’autant plus dommage lorsqu’on connait la dimension psychologique voire même psychanalytiques que nous pouvons rencontrer dans les contes. Les stars du film (Salma Hayek, Toby Jones, Vincent Cassel) font plutôt bien le boulot même si leurs interprétations n’ont rien de transcendantes (il faut dire que les personnages manque d’épaisseur, ça n’aide pas). J’ai été plus convaincue par des acteurs davantage méconnus comme Christian et Jonah Lee ou encore Bebe Cave. Pour conclure, Le Conte des Contes est certes une réussite esthétique, qui avait un réel potentiel mais qui selon moi n’est pas à la hauteur de ses ambitions.

Tale of Tales : Photo Vincent Cassel

 

Publicités

21 réflexions au sujet de « Tale of Tales »

  1. Pas vu mais le scénario est effectivement ambitieux. Visiblement, une cruelle déception surtout de la part du réalisateur de Gomorra

    J'aime

  2. je ne suis pas trop fan du style fantastique au cinéma, pour ce film le scénario a l’air de tenir la route

    J'aime

  3. Tellement mieux réalisé et passionnant que toutes les bouses hollywoodiennes qui dégueulent sur les contes sans en avoir un respect. On voit ça avec le machin d’après Blanche Neige et le chasseur qui va sortir en avril. Là ça a au moins de la classe et même le rythme est parfois lancinant, c’est un film de qualité.

    J'aime

  4. Je l’ai vu et j’en ai aussi fait la critique. L’esthétisme est sublime. Je partage ton avis il manque des liens entres les contes et pour le conte des contes cela est « inexcusable ». En revanche moi j’ai vraiment été bouleversé par ces contes et j’ai apprécié le fait que le réalisateur nous laisse le choix d’adhérer ou non à la morale (les morales).
    Bon wek-end

    J'aime

  5. @ Borat :
    Certes, Garrone est vraiment un bon réalisateur, bien meilleur que beaucoup de gars à Hollywood mais je ne suis vraiment pas convaincue par son travail malgré tout le respect que j’ai pour lui.

    J'aime

  6. Belle facture mais scénario à la ramasse. Finalement, ce Tale Of Tales semble être symétriquement opposée à Spotlight 😉

    J'aime

  7. @ Rp1989 :
    Je vois qu’on partage le même avis !! 😀
    De rien, je suis ton blog sur Hellocoton mais je me suis dis que l’abonnement était plus simple pour ne plus rien rater comme ça m’arrive parfois ! 😉

    J'aime

  8. Je trouve que le traitement des contes a au moins le mérite de rendre hommage à ce qu’il adapte. Au contraire d’Hollywood qui les bousille en faisant n’importe quoi avec. Je pense à Blanche Neige et le chasseur qui se fout copieusement du conte qu’il adapte, pompe même Le seigneur des anneaux ou Legend tant il n’a rien à dire.

    J'aime

  9. Alors déjà, merci pour ton avis sur ce film.
    Je ne l’ai pas encore vu et j’étais curieuse de savoir ce que certains bloggueurs en avaient pensé. En fait, à lire comme ça, le résumé me donnait envie MAIS j’avais peur de m’ennuyer, c’est pour cela que je n’ai pas sauté le pas. Finalement j’ai bien fait ! Quel dommage, un conte fantastique…. :c ça aurait pu être génial.

    J'aime

  10. @ Avel :
    Si ça se trouve, tu serais plus convaincue que moi ! Si vraiment ça t’intéresse et que tu as envie de te faire ta petite idée, peut-être que tu devrais y jeter un coup d’oeil !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s