The Danish Girl

réalisé par Tom Hooper

avec Eddie Redmayne, Alicia Vikander, Matthias Schoenaerts, Amber Heard, Ben Whishaw, Sebastian Koch…

Drame, biopic britannique, américain, allemand. 2h. 2015.

sortie française : 20 janvier 2016

359378

The Danish Girl retrace la remarquable histoire d’amour de Gerda Wegener et Lili Elbe, née Einar Wegener, l’artiste danoise connue comme la première personne à avoir subi une chirurgie de réattribution sexuelle en 1930. Le mariage et le travail de Lili et Gerda évoluent alors qu’ils s’embarquent sur les territoires encore inconnus du transgenre.

The Danish Girl : Photo Alicia Vikander, Eddie Redmayne

The Danish Girl est tiré du roman éponyme de David Ebershoff, publié en 2000, lui-même étant inspiré de la véritable histoire de Einar Weneger, un artiste peintre danoise qui deviendra plus tard Lili Elbe. En effet, elle rentra dans l’histoire pour être devenue la première personne à avoir subi une chirurgie de réattribution sexuelle en 1930. Depuis, certains spécialistes pensent que Lili Elbe était plutôt une personne intersexuée. Je viens de lire sur quelques sites la biographie de Lili Elbe qui a eu une vie très riche et son changement de sexe a apporté quelque chose d’important à la fois pour la science et la communauté transgenre. Il faut d’ailleurs savoir qu’à l’époque (et ça, cette information qui semble pourtant importante, en tout cas intéressante par rapport à la réflexion qui aurait dû se mettre en place), le roi du Danemark Charles X avait annulé le mariage de Einar Weneger et Gerda Gottllieb, ce qui a permis à Weneger de devenir Lili Elbe officiellement, au point de recevoir un passeport à son nouveau nom. Bref, une vie passionnante mais hélas pas elle n’a pas droit à un film passionnant. Déjà quand on romance à ce point certains passages qui auraient pu pourtant avoir leur place (parce que je n’ai rien contre la modification des faits si ça peut apporter quelque chose de mieux d’un point de vue artistique ou dans le propos par exemple), on ne peut que s’inquiéter. Je n’ai rien contre Tom Hooper dont j’aime parfois son travail (Le Discours d’un Roi, The Damned United) même s’il a fait aussi des films parfois pas terribles (Les Misérables, Red Dust). Beaucoup lui reprochent son académisme. Personnellement, son académisme n’est pas ce qui me dérange en réalité même si je préfère évidemment les réalisateurs audacieux. Disons que son académisme peut avoir sa place dans certains types de film. En tout cas, même pour The Danish Girl, ce n’est pas forcément ça qui m’a gênée, même si je dois avouer que la mise en scène en question n’arrange rien. Mais bon, le travail reste pas trop mal fait, je ne m’attendais pas de toute façon à autre chose, surtout face à un biopic très hollywoodien.

The Danish Girl : Photo Eddie Redmayne

Après, il serait temps que Tom Hooper comprenne que sa mise en scène académique (qui n’a vraiment pas changé d’un poil depuis Le Discours d’un Roi) ne peut pas s’adapter à tous les films. Bref, c’est académique mais encore ce n’est pas ce qu’il y a de plus dérangeant, même si ça manque clairement d’ambition de ce côté et que le résultat en prend sérieusement un coup. Peut-être que le film a été très mal vendu. Personnellement, je voulais voir un film sur la transsexualité, ce que ça fait de changer biologiquement pour pouvoir retrouver sa véritable identité, ce que ça fait même de ne pas être né dans le bon corps et également ce que ça fait de rentrer dans l’Histoire suite à une demande intime. Evidemment qu’un tel changement implique forcément des choses auprès de son entourage, évoqué ici avec l’épouse Gerda. Cela dit, on peut évoquer les relations autour tout en se concentrant sur son sujet principal. Or, The Danish Girl est en réalité une sorte de sous-Laurence Anyways. On aime ou on n’aime pas ce film mais Dolan avait au moins le mérite de traiter la question de l’impossibilité amoureuse (et de mettre en avant Fred, la compagne du Laurence du titre) tout en prenant réellement en compte la métamorphose de son personnage principal : je n’ai pas eu l’impression que Fred « bouffait » Laurence. Or, en reprenant ce type de schéma, la scénariste Lucinda Coxon a fini par oublier le personnage principal ce qui plombe totalement le film. En effet, ça devient pratiquement une sorte de Gerda show et c’est pour moi hyper gênant. Le scénario est complètement obsédé par cette femme au point qu’on se demande si ce n’est pas Gerda la Danish Girl du titre ! On a l’impression que la scénariste ainsi que le réalisateur, peu à l’aise pour s’attaquer à un tel sujet, se foutent totalement de Lili, de son sort, de ses sentiments. Le scénario tourne un peu trop autour des tourments égoïstes de Gerda (oui, parce que, contrairement à ce que j’ai pu lire, je n’ai pas trouvé qu’elle soutenait réellement Lili ni qu’il y avait un amour fort entre les deux). En tout cas, il ne faut pas s’étonner de lire certaines critiques qui vantent plus l’interprétation d’Alicia Vikander que celle d’Eddie Redmayne.

The Danish Girl : Photo Alicia Vikander

Pour ma part, je ne pense pas que l’interprétation de Vikander soit si géniale que ça. L’actrice n’est pourtant pas mauvaise même si son interprétation ne m’a pas bouleversée plus que ça. Quant à Eddie Redmayne, beaucoup ont dit qu’ils minaudaient (attention, je ne juge pas, chacun a le droit d’avoir son avis !). Certes, son interprétation n’est pas aussi forte que celle qu’il nous a livrée l’année dernière dans Une merveilleuse histoire du temps (et qui lui avait permis de remporter son Oscar), mais je trouve que Redmayne essaie tout de même de donner une humanité à son personnage qui en manque hélas encore une fois faute à un scénario qui n’a pas l’air de se préoccuper plus que ça de cette personne. Dans l’histoire, le spectateur devra attendre un trop long moment pour voir le film aborder le sujet de l’opération (et on y passe trèèès rapidement). Alors, certes, je ne voulais pas voir un film sur la chirurgie, on est bien d’accord, mais survoler ce fait m’a tout de même gênée dans le sens où je pense que ça aurait pu réellement apporter un plus par rapport au sujet et à toute la réflexion qui aurait pu se mettre en place. La mise en scène, bien qu’elle ne soit pas très inspirée, reste à peu près correcte, l’esthétique est également soignée et Alexandre Desplat fait également du bon boulot même si on ne retiendra pas nécessairement la musique en sortant de la salle. Hélas, malgré ces quelques qualités, l’ensemble parait tout de même vraiment froid, voire même carrément figé (est-ce lié à la peinture ?). Ce n’est même plus de la pudeur à ce stade-là. Ca manque cruellement d’émotion alors que les personnages subissent un réel bouleversement. On les voit pleurer toute la sainte journée mais on ne ressent rien pour eux. Pire, malgré quelques répliques calées à droite et à gauche, on ne comprend pas les réactions des personnages. On a l’impression que tout est souffrance, même quand Lili va enfin pouvoir devenir celle qu’elle a toujours voulu être. Bref, l’émotion a quelque chose de superficiel et il m’est même arrivé de m’ennuyer (le début est d’ailleurs trop long à démarrer). Bref, en dehors de ses qualités techniques et d’un bon sujet à l’origine mais hélas gâché par un scénario maladroit qui ne prend pas un bon angle selon moi, The Danish Girl passe à côté de ses objectifs et est hélas trop insipide pour convaincre.

The Danish Girl : Photo Eddie Redmayne

Publicités

68 réflexions au sujet de « The Danish Girl »

  1. Visiblement, la prestation de Vikander n’est pas assez discutable pour t’empêcher de recaser deux fois la même photo 🙂
    Concernant le film à proprement parlé, j’entends tout et son contraire. Perso, ce genre d’opération académique ne me tente guère.

    J'aime

  2. ‘Insipide’ !!
    My female partner in a continuing marital relationship 😉 ( à beaucoup insisté pour m’embarquer là-dedans ) est allée voir ça sans moi & ne s’est pas extasiée non plus.
    Ravi que ça ne lui ait pas plu. 🙂

    J'aime

  3. Oh quel dommage ! J’attendais beaucoup de ce film ! Sûr que je le verrai quand même, je ne peux pas ne pas voir un film avec Eddie. Dis donc, en fille, on dirait Jessica Chastain !

    J'aime

  4. Oh c’est vraiment dommage! Eddie Reydmane est un super acteur, et l’histoire est vraiment intéressante… mais je lis partout des chroniques qui disent que le film est bof… dommage d’avoir gaché un si joli casting et une histoire intéressante.

    J'aime

  5. Finalement j’ai l’impression que c’est comme pour « Carol » : à force d’avoir crié au chef d’oeuvre à l’avance, tout le monde finit par les trouver un peu froids, ces grands films en costumes. Pourtant, les films d’époque, ça fait partie de ce que les Américains savent très bien faire d’habitude. Mais comme je n’ai aimé ni « Le Discours d’un Roi » ni « Les Misérables », ça ne m’étonne pas trop en fait.
    Cela dit, si la prestation d’Eddie Redmayne est moyenne, ça ouvre un boulevard à DiCaprio pour l’Oscar, non ?

    J'aime

  6. J’avais déjà trouvé que « Le Discours d’un Roi » était un peu surfait et formaté pour les Oscars. C’est visiblement un peu la même chose ici avec la nomination de l’acteur principal.

    J'aime

  7. @ Ronnie :
    Ah oui n’ayons pas peur des mots !
    Je plains ta chérie qui est allée voir ce machin et en plus toute seule ! (à deux, ça reste plus fun même face à une daube 😮 ).

    J'aime

  8. @ Popcorn and Gibberish :
    Je ne voulais pas forcément refroidir les gens, si tu te sens d’aller le voir, de te faire ton avis, franchement vas y, je dis juste mon avis 😉

    J'aime

  9. @ Lilylit :
    Encore, pour Carol, derrière il y a quand même une mise en scène, un auteur même, il y a de la personnalité. Là, vraiment, t’as l’impression qu’il n’y a personne derrière la caméra, ou plutôt que n’importe quel crétin aurait pu le faire (c’est provocateur mais c’est pour illustrer mon propos).
    A mon avis, même sans les défauts du film, je pense que DiCaprio reste LE favori !

    J'aime

  10. @ Roggy :
    C’est sûr que Le Discours d’un Roi est académique, c’est un fait, mais disons que je trouvais que ça fonctionnait, qu’il y avait de l’émotion, de la force et tout ça. Là, vraiment, ça tombe à plat !

    J'aime

  11. @ Ynabel :
    Je ne suis pas allée faire un tour dans les librairies ou Fnac mais je pense que le roman doit être dispo… Je serais curieuse de voir ce que cette lecture donne effectivement !

    J'aime

  12. Ira ? Ira pas ? J’hésite encore, mais il est clair que si le film s’intéresse d’abord à Gerda, ça ne me fait plus très envie… bon… je ne vais pas mettre ça au rang des priorités et on verra bien si j’ai le temps (et la motivation) d’en faire un deuxième choix.

    Merci d’en avoir parlé, en tout cas.

    J'aime

  13. On en parle beaucoup en ce moment, mais la chronique ne donne pas spécialement envie de le découvrir. Souvent, c’est le genre de film à oscar qui tient uniquement sur la performance de sa star principale

    J'aime

  14. Je comprends totalement ta critique. Je la trouve même très objective, et ce, même si mon avis diverge. Après l’avoir lue, je dois reconnaître m’être laissé influencer par le courage nécessaire pour aller au bout du bout, et faire tomber le masque, pour devenir ce que l’on est au fond de soi. C’est plus cette perception là que je retiens du film en plus de la magnifique interprétation d’Eddie Redmayne. Bon week-end Tina

    J'aime

  15. Fournir une jolie carte postale sur une époque fantasmée, tu m’étonnes que ça plaise. M’enfin on m’y reprendra plus, je m’attendais à un film génial pour le Discours d’un roi et j’ai trouvé ça d’un fade (désolé !). D’ailleurs Redmayne me laisse de glace. Si le réalisateur reprend cette histoire c’est pour évoquer une transexuelle dans une époque à la morale inflexible. Changement de sexe et années 30 il doit y avoir quelque chose à dire tout de même. Le Monde a pointé cet oubli manifeste, t’as fini par me convaincre. A te lire il aurait pu tourner un film sur n’importe quelle artiste….

    J'aime

  16. @ Martin :
    Si tu parviens à le voir, je serais vraiment curieuse d’avoir ton avis !
    Mais effectivement, il y a d’autres films à voir au cinoche (récemment, je te conseille Spotlight 😀 ).

    J'aime

  17. @ Alain :
    Je ne sais pas si c’est objectif, je mets vraiment mon ressenti, tout ce qui m’a profondément dérangé ! Après, franchement, tant mieux si le film t’a plu et ému, je ne souhaite que ça aux spectateurs 😉 Bonne semaine à toi ! 🙂

    J'aime

  18. @ Amandine :
    Mais ne t’excuse pas pour Le Discours d’un roi, je comprends totalement ton avis !! 😀
    Tu l’as vu dans Une merveilleuse histoire du temps ? Avant ce film, je n’aimais pas cet acteur qui me laissait indifférente et depuis ce film, j’ai changé d’avis !
    Ouiii, effectivement, il y a un problème de contextualisation historique (dans le sens où on a l’impression que ce choix n’a aucun impact sur l’histoire). Ca manque d’histoire, de question par rapport à ce qui n’a jamais été fait, le regard des autres etc… Il y en a trop peu alors ça me parait hyper important !

    J'aime

  19. Je n’aime pas déposer des coms sur des films que je n’ai pas vu, mais bon… Un film qui ne m’intéresse pas, la bande-annonce puant le mélodrame à deux balles made in Hollywood avec biopic prenant des moufles. Eddie Redmayne semble comme souvent à côté de ses pompes, je déteste le réalisateur, le sujet ne m’intéresse pas du tout. D’après ce que j’ai compris, ce qui porte le film serait Alicia Vikander. Pas plus mal.

    J'aime

  20. @ Borat :
    Perso j’ai rien contre Redmayne parce qu’il est capable de bien jouer. C’est juste que le scénario ne le valorise pas du tout et qu’il met trop en avant Vikander (qui ne m’a pas emballée même si j’ai peur qu’elle ait l’Oscar).

    J'aime

  21. Oui j’ai déjà vu Redmayne bien jouer dans Les piliers de la terre mais c’est probablement la seule fois. Je ne pense pas qu’elle aura l’Oscar surtout avec Cate Blanchett en face.

    J'aime

  22. Kate Winslet dégomme tout ( tu parles Charles ) dans ‘Steve Jobs’ !!!!
    & puisqu’il est question de pomme, je vais plutôt reprendre de l’Apple pie, nettement plus digeste que ce biopic creux & sans intérêt…

    J'aime

  23. Je l’ai vu dans ce film et je m’étonne toujours d’être insensible à son talent, y’a ce je ne sais quoi qui me retient. Avoir transformée la confrontation d’un homme au pire à une romance m’a refroidi.
    C’est d’autant plus incroyable que l’époque laisse supposée à une réaction violente où les personnages se confrontent autant à eux-mêmes qu’à la société. C’est de la fainéantise ou l’envie de plaire à l’académie ? Car un sujet pareil traité dans sa dimension la plus dure peut aussi fasciner le public. M’enfin…

    J'aime

  24. @ Amandine :
    Ah merde ! Effectivement, si tu ne l’as pas aimé dans ce film, c’est foutu ! 😮 Après dans ce film, j’ai justement trouvé la romance assez intéressante par rapport au sujet dans sa globalité, plus que dans The Danish Girl justement !
    Peut-être est-ce de l’incompétence !? Là dans le film, c’est du genre il se fait taper une fois parce qu’il fait très femme c’est tout. Mais sa femme ne se pose pas ce genre de questions, ni le médecin, ni les amis. C’est terrible car c’est pas réaliste !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s