Bachelorette

réalisé par Leslye Headland

avec Kristen Dunst, Lizzy Caplan, Isla Fisher, Rebel Wilson, Adam Scott, James Marsden, Kyle Bornheimer, Hayes MacArthur, Andrew Rannells…

Comédie américaine. 1h26. 2012.

sortie française : 17 octobre 2012

Movie Challenge 2016 : Un film avec un mariage

20216610

Regan, Gena et Katie sont inséparables depuis le lycée. Très cyniques, elles sont stupéfaites d’apprendre que leur amie Becky, adorable mais rondouillette, est la première d’entre elles à se marier !
Alors que Gena et Katie sont toujours célibataires, Regan harcèle Frank, avec qui elle sort depuis quatre ans, pour qu’il la demande en mariage. Lorsque Becky demande à Regan, particulièrement névrosée, de l’aider à préparer la cérémonie et d’être sa demoiselle d’honneur, celle-ci est furieuse.
Six mois plus tard, la veille du mariage, Regan, très remontée, tyrannise le personnel et les invités, tandis que Katie et Gena s’apprêtent à faire la fête. Mais tout va de travers. Au moment où les trois amies tentent de noyer leur chagrin au bar, elles tombent sur Clyde, petit ami de Gena à l’époque du lycée. Or, il se trouve qu’ils s’aiment encore… Plus tard, pendant la répétition générale du dîner, Gena, très éméchée, porte un toast et suscite le malaise en racontant que Becky était boulimique quand elle était ado. Et quand Katie oublie d’annuler un strip-teaseur qu’elle avait engagé pour l’enterrement de vie de jeune fille, la mariée s’emporte ! Furieuse, elle demande aux trois amies de ne venir au mariage que si elles ne boivent pas et se comportent en adultes. Ce qui n’empêche pas Regan, Gena et Katie de faire une fête d’enfer toute la nuit jusqu’au lendemain, jour de la cérémonie…

Bachelorette : photo Isla Fisher, Kirsten Dunst, Lizzy Caplan

Bachelorette est le premier long-métrage de Leslye Headland (Jamais entre amis). Il s’agit de l’adaptation de sa propre pièce de théâtre qui était à l’origine une tragédie puis s’est transformée en comédie involontairement. La pièce faisait partie d’un cycle sur les sept péchés capitaux et celle-ci portait sur la gourmandise. La réalisatrice prétend aussi qu’elle s’est inspirée de nombreux films dont l’excellent After Hours de Martin Scorsese ou encore les films de Pedro Almovodar et ceux de Quentin Tarantino (rien que ça !). Quand je lis les propos de la réalisatrice sur la fiche sur Allocine, on se dit que la meuf a un sacré melon. Quand on regarde cette petite comédie, on pense tout sauf à ces grandes références ! On pensera plus volontiers à des comédies moins fines (mais pour ma part très plaisantes) comme Very Bad Trip de Todd Phillips et Mes Meilleures Amies de Paul Feig. Bachelorette s’est fait démonter la gueule un peu partout (il n’y a qu’à voir les notes presse et spectateurs sur Allocine ou même sur Imdb où il atteint à peine la moyenne). Vous allez peut-être être étonné mais je n’ai pas trouvé ce film si lamentable et honteux que ça. Certes, je ne dis pas qu’il s’agit nécessairement d’un bon film dans le sens où le « talent » de Leslye Headland pour la mise en scène ne m’a pas du tout sauté aux yeux (pour ne pas dire qu’elle n’en a pas vraiment), le film a clairement ses défauts mais au moins il se laisse regarder et se révèle finalement plus drôle que prévu. Et honnêtement, vu l’affiche, le sujet et tout ça, je n’en attendais pas plus. En ce qui concerne l’humour, c’est clair, ce n’est pas hyper fin : ça tourne principalement autour du sexe (on peut même dire du sperme !). Cela dit, sans vouloir faire de féminisme à deux balles, je me demande si le film ne s’est pas fait cassé parce que les personnages principaux sont des femmes qui sont grossières, vulgaires, pestes (pour rester ultra polie) et aiment coucher. J’ai l’impression que ça passe toujours mieux auprès des spectateurs quand il s’agit d’hommes (dans ce type de rôles). Bon après on me dira qu’il y a toujours Mes Meilleures Amies qui est dans cette veine mais les films avec de tels personnages féminins restent rares. Peut-être que Bachelorette (qui va pourtant plus loin que le film de Paul Feig même s’il reste en dessous) arrive un peu après la bataille.

Bachelorette : photo Andrew Rannells, Isla Fisher

Je reconnais que c’est parfois un peu trop vulgaire, on sent qu’il y a des répliques de trop juste pour tenter de marquer le coup (même si elles passent grâce à ses interprètes). Je suis sûre que la comédie aurait gagner en consistance et en crédibilité en ayant moins grossière. Cela dit, malgré cette vulgarité qui m’a parfois dérangée, j’ai tout de même trouvé le film plutôt drôle grâce à de bonnes répliques bien envoyées et surtout grâce à son rythme effréné qui donne un peu plus de poids comique à certaines scènes. Après, dans un sens, ce rythme empêche certainement aux personnages d’avoir davantage de consistance. Cela dit, sans dire que c’est le film le plus cinématographique que j’ai pu voir (c’est un euphémisme), il parvient tout de même à ne pas être une sorte de pièce de théâtre filmée comme on aurait pu le craindre. Le portrait de ces trois femmes pathétiques n’est certes pas non plus ce qu’il y a de plus fin (à l’image du film tout simplement) mais étrangement j’ai tout de même accroché aux personnages comme si ça me parlait ou quelque chose dans ce genre (pourtant je ne suis pas du tout trentenaire ni trop désespérée). Même si les traits sont (très) grossis et qu’on ne fera pas toutes ces généralités sur les femmes (heureusement, sinon ça serait terrible d’être une femme !), sans dire que c’est profond non plus, Leslye Headland tente de peindre les relations complexes entre les femmes entre solidarité et rivalité. On regrettera tout de même la fin qui reste un peu trop clean par rapport à tout le reste mis en place. Le trio d’actrices reste plutôt bon. Kristen Dunst est géniale dans le rôle de cette femme jalouse, hypocrite, psychorigide, ancienne anorexique, qui mène clairement sa petite bande. Lizzy Caplan s’en tire également bien dans le rôle de cette sorte de junkie cynique et c’est toujours aussi plaisant de voir Isla Fisher interpréter les cruches de service. Rebel Wilson s’en sort pas si mal mais son personnage n’est pas suffisamment mis en avant. Pour conclure, Bachelorette n’est pas le film si déplorable dont j’ai pu lire d’ultra mauvaises critiques, ça reste pour moi suffisamment divertissant. Sans dire que c’est forcément génial, il n’est pas aussi dégueulasse que prévu et n’est pas pire que d’autres comédies américaines moyennes de cette même lignée.

Bachelorette : photo Kirsten Dunst, Rebel Wilson

Publicités

28 réflexions au sujet de « Bachelorette »

  1. De toute façon, quand on s’attend au pire… On est généralement moins dur avec le film (bon, là ça me fait un peu mal pour Kristen Dunst, une actrice qui se cherche un peu on dirait en ce moment ou alors qui n’a pas les propositions qu’elle mérite cf Fargo saison 2…)

    J'aime

  2. C’est vrai que les références à ces grands réalisateurs sont totalement décalées. Je pense que c’est plus dans le genre comédies produites/réalisées par Judd Apatow. J’ai bien aimé le fait qu’elle aille très loin dans la vulgarité et la névrose parce que le personnage de Kirsten Dunst est un sacré numéro si je me souviens bien…
    Les spectateurs et critiques s’attendaient peut être à un film très girly sur le mariage…

    J'aime

  3. Bien vu pour le Challenge ! Je n’ai pas aimé du tout cette Bachelorette. Je ne supporte plus toutes ces vulgarités… Le monde est en train de devenir tellement laid de partout, ça me fout la déprime…

    J'aime

  4. @ Yuko :
    Elle a tout de même bien repris sa carrière en main la Kristen (après ses quelques déboires/moments d’égarement). Bon après personne n’a une carrière parfaite 😮 (ah oui, Fargo est toujours sur ma liste de séries à découvrir cette année, tu l’as regardée ?).

    J'aime

  5. @ kheiraupperassemblyroom :
    On peut même dire que le personnage de Dunst est une sacrée connasse, n’ayons pas peur des mots ! 😀
    J’avoue que je ne sais pas trop ce qu’attendaient les spectateurs. Disons que je ne comprends pas trop comment on peut descendre à ce point ce film tout en prétendant aimer d’autres films qui ne sont pas si différents de celui-ci en terme de vulgarité ou ce genre de trucs.

    J'aime

  6. @ Chonchon :
    Héhé t’as vu comme je suis maligne pour le challenge ! 😀
    Après je comprends que tu n’aies pas aimé (après c’est logique vu que tu n’aimes vraiment pas ce genre de film).

    J'aime

  7. On a regardé le même film pour la même catégorie du challenge! Mais je suis moins emballée que toi. Lire les délires de la réalisatrice sur ton blog m’a plus déridée que ses 1h30 de film….
    Que ce soit grossier passe encore mais je n’ai pas du tout accroché aux personnages. Ces trois pétasses ne méritent même pas la « happy end ». Quitte à jouer sur l’aspect pathétique de ces nanas, autant y aller franco et les laminer jusqu’au bout. Parce que les ficelles sont tellement grosses, même pour une comédie américaine basique, qu’il n’y a même pas d’enjeu et le spectateur le moins dégourdi sait déjà comment ça va se terminer au bout de 15 minutes. Si elles avaient échoué, ça aurait créé une surprise et elles auraient eu ce qu’elles méritaient vraiment.
    Le seul qui m’a un peu fait sourire, c’est James Marsden. Il incarnait un gros con, mais il était cool XD

    J'aime

  8. @ Melissa :
    NOOOON C’est dingue ! 😀 😀
    Ahaha au début j’ai hésité à mettre ce genre d’infos mais c’était pour moi si drôle (après avoir vu le résultat) que je me suis sentie obligée de faire partager ça !
    Après effectivement, on comprend pas trop le happy end, notamment la réconciliation finale avec la mariée qui connait tous les coups de pute que lui ont fait ses « amies ». C’est pas logique en connaissant les personnages, pour moi la réalisatrice aurait dû pousser le délire odieux jusqu’au bout.

    J'aime

  9. Verdict: l’influence d’After hours sur cette comédie qui se passe en une nuit où rien ne fonctionne comme les personnages le veulent est manifeste. Non, je déconne! En fait, je dirais juste « pas si pire ». C’est vrai qu’on aurait aimé que les personnages imbuvables s’en sortent beaucoup plus mal que ça, que tout le monde découvre Kirsten Dunst en train de se faire vomir pendant que Lizzie Caplan fait un test de grossesse positif qui fait refuir son mec aurait été beaucoup plus rigolo. Mais bon, j’imagine que la mariée qui se marie en robe souillée, c’est plus drôle, parce qu’elle est grosse.
    En dehors de ça, et du fait que je ne comprends pas pourquoi les comédies avec des meufs se passent toujours pendant des mariages, en fait, c’était pas si pire. C’était pas franchement hilarant, mais pas non plus complètement honteux, y’avait Adam Scott et une chouette apparition de June Diane Raphael, mais les héroïnes qui restent sexy et ne sont, malgré toutes les bonnes raisons qu’elle donnent, jamais vraiment humiliées. Du coup, je vais plutôt me revoir un Will Ferrel et des sketchs d’Amy Schumer parce que quand eux jouent avec du pipi caca prout, au moins, ils n’ont pas peur de se rouler dedans! Amis de la poésie…

    J'aime

  10. @ Girlie Cinéphilie :
    Je vois finalement qu’on est d’accord : beaucoup de défauts, un vrai potentiel gâché mais pas si nul quand on se met en tête de regarder un divertissement. Allez, on va écrire le remake, qui sera plus drôle ! 😮 😀

    J'aime

  11. J’ai vu ce film il y a trois jours. Depuis deux semaines je travaille sur une sélection de films pour la Saint-Valentin et dans mes recherches, je suis tombée sur celui-là. Je suis bonne spectatrice : dès que je ris un peu, ça me va. Sans m’être spécialement ennuyée, j’ai bien aimé le film mais sans plus. C’est dommage, sur le papier (je me souviens avoir lu un résumé dans Cosmo il y a quelques années) il avait l’air génial et puis… Bah… je suis un peu déçue par la fin en fait. Parce que rien n’est vraiment résolu, il n’y a pas vraiment de clash et tout s’est trop bien terminé pour tout le monde. Franchement, même après avoir lu ton avis, je n’arrive pas à vraiment savoir ce que j’ai pensé du film ahaha.

    J'aime

  12. @ Windy :
    Décidément, tout le monde bosse sur son article spécial St Valentin ! 😀
    Bah disons que le film se laisse quand même regarder mais comme tu le dis, c’est inabouti, ça aurait pu être vraiment génial quand on y pense !

    J'aime

  13. Me souviens avoir gagné des places, j’y étais allée avec un pote. Et il me semble que j’avais trouvé le film plutôt sympa pour une comédie de filles de ce style !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s