Wild

réalisé par Jean-Marc Vallée

avec Reese Witherspoon, Laura Dern, Gaby Hoffmann, Thomas Sadoski, Michiel Huisman

Drame, biopic américain. 1h56. 2014.

sortie française : 14 janvier 2015

Wild

Après plusieurs années d’errance, d’addiction et l’échec de son couple, Cheryl Strayed prend une décision radicale : elle tourne le dos à son passé et, sans aucune expérience, se lance dans un périple en solitaire de 1700 kilomètres, à pied, avec pour seule compagnie le souvenir de sa mère disparue… Cheryl va affronter ses plus grandes peurs, approcher ses limites, frôler la folie et découvrir sa force. Une femme qui essaie de se reconstruire décide de faire une longue randonnée sur la côte ouest des Etats-Unis.

Wild : Photo Reese Witherspoon

Wild raconte l’histoire vraie de Cheryl Strayed (une romancière visiblement peu connue en France), qui avait raconté son expérience dans le livre du même nom. Je ne suis pas allée voir Wild en salles car je sentais le truc foireux arriver à des kilomètres : le film pompeux tiré d’une histoire vraie réalisé pour décrocher des Oscars et avec une actrice qui tente de se montrer pas glamour, même nous montrer ses cheveux gras. Le film est en plus réalisé par Jean-Marc Vallée dont le précédent film, le pour moi surestimé Dallas Buyers Club, a permis à Matthew McConaughey et Jared Leto de décrocher ces fameux Oscars en question. Wild a effectivement permis à Reese Witherspoon et Laura Dern d’être dans la fameuse course. Le film n’a pas obtenu d’autres nominations. En général (je dis bien en général, car il y a toujours des exceptions et tout ça), c’est pas bon signe quand les Oscars nomment uniquement les acteurs. Mais bon, le temps a passé et allez savoir pourquoi, j’ai fini par rattraper ce film qui me semblait dispensable. Hélas, j’avais bien senti le truc foireux. Sur le papier (et le titre n’arrange rien), on pourrait penser qu’il s’agit d’une sorte de Into the Wild. C’est vrai qu’il y a de vagues similitudes. Mais Wild est à des kilomètres du film de Sean Penn. Pourtant, lorsqu’on sait que c’est l’excellent auteur Nick Hornby qui s’est chargé de l’écriture du scénario, on a envie d’aimer un minimum ce film. L’ensemble n’est pourtant pas désagréable à regarder, je ne me suis pas spécialement emmerdée mais ça ne m’a pas du tout emballée, en dehors de regarder les très beaux paysages américains. Cela ne me dérange pas que le sujet en lui-même ne soit pas si neuf que ça (la redécouverte de soi dans la nature et en solitaire, le combat contre nos propres démons, la rédemption après la descente en Enfer etc…) mais c’est juste que c’est mal fait et le film n’apporte rien de plus à ces thèmes-là en question. L’écriture n’est pas du tout subtile, en tombant rapidement dans des sentiments totalement lourdingues et la mise en scène est vraiment plate (je faisais déjà ce reproche dans Dallas Buyers Club).

Wild : Photo Laura Dern

Je ne remets pas du tout la véracité des faits mais les éléments dramatiques s’accumulent tellement qu’on finit par se demander si l’histoire n’a pas été fabriquée de toutes pièces pour nous faire chialer à tout prix. Personnellement, même si mon jugement peut paraître sévère (après tout, on n’a pas forcément tous les mêmes réactions), je n’ai pas compris pourquoi Cheryl tombait dans l’addictions aux drogues et au sexe suite au décès de sa mère (forcément dramatique puisqu’elle meurt brutalement d’un cancer et a eu une vie de merde d’après ce que j’ai compris). Je veux dire, il faut avouer que vu comme c’est présenté dans le film, sa réaction paraît totalement disproportionnée. Evidemment, son passé dramatique nous ait présenté à travers de mauvais flashbacks sirupeux, très mal insérés dans le récit. Surtout, il y a un vrai problème dans ce film : le périple dans la nature. Comme je le disais, les paysages sont magnifiques, il y a même un moment où je me suis dit « tiens Tina, tu devrais faire ce genre de rando un de ces quatre ». Sauf que justement, je ne devrais pas avoir ce genre de pensées ! Je veux dire, sa randonnée ne devrait juste pas sembler facile, surtout quand on voit le tout petit gabarit de Witherspoon ! Alors, oui, on voit parfois Reese qui a mal au pied ou qui a du mal à supporter ce monstrueux sac à dos mais ça doit durer grand max cinq minutes. On ne sent pas du tout la fatigue, la sueur, la confrontation avec le physique. Cheryl a l’air de traverser les différents obstacles plutôt facilement. Contrairement à ce que je pensais avant de voir le film, Cheryl a même les cheveux propres alors qu’elle n’a pas vraiment l’occasion de se les laver (au fond, je dois être jalouse : au bout de trois jours quand tout va bien, mes cheveux sont déjà dégueu). Bref, ce que je veux dire, c’est que le film met en scène une femme qui est censée se retrouver parce qu’elle se retrouve volontairement seule dans la nature, or on n’a pas réellement l’impression que c’est cette confrontation avec la nature qui va permettre à Cheryl à se retrouver. Honnêtement, elle aurait pu rester chez elle en faisant appel à son passé, ça serait la même chose.

Wild : Photo Reese Witherspoon

De plus, Wild ne parle que de passé mais finalement quand on y pense, il ne parvient pas à évoquer le futur alors que Cheryl fait cette démarche sportive/spirituelle pour pouvoir aussi mieux aborder les années à venir. Le film se termine avec la voix off (déjà bien envahissante, du genre elle prend les spectateurs pour des demeurés pas capables de regarder correctement les images) qui nous balance vite fait deux infos sur ce qu’est devenue Cheryl… Déjà que le film n’est hyper passionnant (honnêtement, on se demande presque comment cette histoire a pu intéresser autant de gens, elle est déjà en soi pas intéressante et au fond ne méritait même pas d’être le sujet d’un film), là on reste totalement sur sa faim, on se dit pour de bon « tout ça pour ça ». De plus, difficile d’aimer ce film avec un personnage principal aussi tête-à-claques. Malgré tout ce qu’elle a vécu, je ne me suis pas du tout attachée à Cheryl. J’ai eu l’impression d’assister pendant deux bonnes heures au caprice d’une petite conne qui a déconné (ça fait beaucoup le mot « conne » dans une même phrase, désolée). Reese Witherspoon tente pourtant de faire exister ce personnage. Ce n’est pas qu’elle est mauvaise (j’apprécie cette actrice d’habitude) mais c’est juste qu’elle n’est pas crédible. Certes, sa démarche a l’air sincère (elle est tombée amoureuse du bouquin de Strayed et est même la productrice du film) mais elle n’aurait jamais dû se donner le rôle. Parfois, ça se transforme un peu au Reese Witherspoon show au point d’avoir des personnages secondaires inintéressants (on se demande vraiment pourquoi Dern a été nommée aux Oscars, j’ai rien contre elle pourtant). Je ne sais pas si on peut parler de déception vu que je sentais la nullité à des kilomètres, je dirais que mon visionnage n’a fait que confirmer mes mauvaises impressions (pourtant j’évite de juger un film que je n’ai pas vu, uniquement à cause de sa promo). L’ensemble est inintéressant, vide, même pas émouvant. Les beaux paysages ne font pas tout au bout d’un moment…

Wild : Photo Reese Witherspoon

Publicités

23 réflexions au sujet de « Wild »

  1. My my… Je n’avais déjà absolument pas envie de voir ce film, mais alors là! Tu viens juste de confirmer toutes mes peurs, qui étaient les tiennes aussi visiblement. J’adore Reese, mais j’ai horreur des histoires comme ça… Le point positif c’est que grâce à ton article je ne ressens aucune culpabilité à avoir jugé le film sans l’avoir vu hahahaha!

    J'aime

  2. J’en ai pensé e-x-a-c-t-e-m-e-n-t la même chose ! J’avais déjà trouvé le bouquin plutôt ennuyeux quoique faisant l’affaire pour se distraire à la plage, mais alors ce film… c’est quand même le summum de la mise en scène commerciale (parce qu’il s’agit là, à mon avis humble avis, de l’unique raison pour laquelle on a rajouté des thèmes de drogue et de sexe qui, comme tu le dis, n’ont à mon avis strictement rien à faire là-dedans). Gentillet quoi, alors qu’on parle quand même d’une femme a priori détruite mentalement qui fait sa catharsis par la souffrance physique… m’enfin. Contente de voir que tout le monde n’a pas adoré ce film (je commençais à me dire que j’étais vraiment difficile) 8)

    J'aime

  3. Contrairement à toi, j’ai adoré Dallas Buyer club et je suis JM Vallée depuis 2006, mais là il est allé vers du tire larmes, comme tu le signales. C’est un truc fabriqué pour les Oscars. Je n’ai pas accroché … Et c’est bien la première fois que je pense comme ça de l’un de ses films, mais il va vers du polissé a fil des années, et je ne suis pas fan de cette dernière production.

    J'aime

  4. @ Yuko :
    Pétard, dire que je n’ai toujours pas vu Walk the Line ! 😮
    Mais j’ai de la sympathie pour La revanche d’une blonde, je l’assume ! (je l’ai même revu volontairement pendant la rédaction des dernières pages de mon mémoire !).

    J'aime

  5. @ Bizard Bizard :
    J’ai conscience que ma chronique a pu achever beaucoup de gens 😮 Au moins, tu ne perdras ni ton temps et encore moins ton argent ! 😮 (*fière de moi*).

    J'aime

  6. @ Clara :
    Alors là ton commentaire me fait énormément plaisir, je me sens tellement moins seule ! 😀 Pour être honnête, je n’ose pas lire le bouquin, cette chose pseudo cinématographique m’a suffi… 😮

    J'aime

  7. @ Auroreinparis :
    Même toi, en tant que fan de Vallée, n’as pas été convaincue, je crois que c’est assez significatif ! (et je pense que d’autres fans du réa sont tombés de haut).

    J'aime

  8. Je trouve cette critique vraiment dure avec ce film qui m’a beaucoup plu. Déjà parce que je n’ai eu à aucun moment l’impression qu’il cherchait à faire pleurer (ce que je reproche à pas mal de films américains, comme « Cake » ou « Les Misérables » par exemple). Et aussi parce que les personnages féminins m’ont semblé assez attachants. Voici plus en détail ce que j’en avais pensé : https://lilylit.wordpress.com/2015/01/27/wild-mais-la-nature-est-la-qui-tinvite-et-qui-taime/
    Mais bon, tous les goûts sont dans la nature ! 😉

    J'aime

  9. Je t’avoue que je n’aime pas vraiment Reese Witherspoon d’habitude. Mais là, j’ai trouvé que c’était son meilleur film et sa prestation est assez bluffante. C’est mon avis 🙂

    J'aime

  10. @ Lilylit :
    Je suis allée voir ta critique 🙂 Effectivement, nous ne sommes pas du tout d’accord, surtout par rapport à notre perception de la nature et son impact sur le personnage 😉

    J'aime

  11. J’ai le livre, je crois que je vais d’abord le lire et je pense que je regarderai le film que par curiosité si le livre m’a plu

    J'aime

  12. @ Didynimes :
    J’espère que le livre est mieux que le film (même si je ne souhaite vraiment pas le lire pour l’instant, j’ai besoin de digérer ça). Après si ça se trouve, t’aimeras le film 😮 😀

    J'aime

  13. J’ai bien aimé ce film. Il lui manque certaines choses pour avoir un impact vraiment fort sur nous mais je ne regrette pas de l’avoir vu. Je me le rematterais bien d’ailleurs 😉

    J'aime

  14. Bon, j’étais pas franchement très très pressée de le voir, mais je lui avais laissé une petite place, « au cas où », sur la liste des films à voir. A te lire et me connaissant (moi et mon amour incommensurable pour les personnages imbus d’eux-mêmes, capricieux et plaintifs), je crois qu’il risque d’attendre encore un peu.
    En ce qui concerne la jalousie capillaire de Reese Witherspoon, je comprends (moi, sans lavage et démélage au bout de 3 jours, c’est les dreads), mais il faut bien avouer que certains satanistes (ils ont dû signer un pacte avec le diable, c’est pas possible autrement) parviennent à garder des cheveux magnifiques sans shampoings fréquents. J’en ai dans mon entourage et si je ne les aimais pas profondément, je crois que je les détesterais…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s