L’Exorciste

réalisé par William Friedkin

avec Linda Blair, Ellen Burstyn, Max Von Sydow, Jason Miller…

titre original : The Exorcist

Film d’épouvante-horreur américain. 2h02. 1973.

sortie française : septembre 1974

L'Exorciste

En Irak, le Père Merrin est profondément troublé par la découverte d’une figurine du démon Pazuzu et les visions macabres qui s’ensuivent.
Parallèlement, à Washington, la maison de l’actrice Chris MacNeil est troublée par des phénomènes étranges : celle-ci est réveillée par des grattements mystérieux provenant du grenier, tandis que sa fille Regan se plaint que son lit bouge.
Quelques jours plus tard, une réception organisée par Chris est troublée par l’arrivée de Regan, qui profère des menaces de mort à l’encontre du réalisateur Burke Dennings. Les crises se font de plus en plus fréquentes. En proie à des spasmes violents, l’adolescente devient méconnaissable.
Chris fait appel à un exorciste. L’Eglise autorise le Père Damien Karras à officier en compagnie du Père Merrin. Une dramatique épreuve de force s’engage alors pour libérer Regan.

exorciste1

L’Exorciste est certainement le long-métrage le plus connu de William Friedkin (avec French Connection). Le film, qui a évidemment choqué de nombreux spectateurs à sa sortie, a rencontré un immense succès au box office et a même été nommé à dix reprises aux Oscars (et est reparti avec deux statuettes dont meilleur scénario adapté). Cela m’a presque surprise de voir toutes ces récompenses et nominations pour un film de genre, souvent renié par les académies. D’ailleurs, aujourd’hui, j’ai l’impression que cela ne serait plus possible de nommer et de récompenser un film d’épouvante-horreur aux Oscars. J’ai longtemps refusé de regarder L’Exorciste de peur… d’avoir peur. Il faut dire que le film a une sacrée réputation du genre « Le film le plus terrifiant de tous les temps ». Forcément, ça m’a foutu la pression. Puis, au fil du temps, j’ai découvert le cinéma de William Friedkin et jusqu’à présent j’ai aimé tout ce qu’il a fait. Après avoir découvert son Sorcerer sur grand écran, je me suis dit qu’il était temps de découvrir le film le plus célèbre de sa carrière, L’Exorciste, adapté du roman (également à succès) de William Peter Blatty (ce dernier a d’ailleurs écrit le scénario). L’auteur a écrit ce roman après avoir lu un article dans le Washington Post publié en 1949 relatant un cas d’exorcisme sur un garçon de 14 ans dans le Maryland. Bref, qu’on croit aux esprits démoniaques ou non, il faut avouer que ce contexte ne rassure pas forcément, surtout quand on flippe avant d’avoir vu le film ! J’ai tenu à le regarder durant un après-midi et les volets grands ouverts, histoire d’atténuer mon appréhension. Certes, j’ai eu peur durant le film, je ne vais pas vous mentir, je ne faisais pas la fière sur le lit avec mes coussins en guise de protection (ne cherchez pas à comprendre). Finalement je suis contente d’avoir réussi à voir le film en entier sans avoir l’impression de crever sur place. Mieux : j’ai réussi à dormir la nuit ! Sérieusement, pour être franche, je m’attendais à être plus choquée (je précise qu’être choquée n’est pas forcément un gage de qualité), disons que je m’attendais à des scènes plus trash, je ne sais pas trop comment l’expliquer.

exorciste2

On va dire que j’ai réussi à regarder le film les yeux ouverts alors que je m’attendais à les fermer tout le long de peur de ne pas supporter certaines scènes (je savais qu’il y avait des scènes éprouvantes, du genre la gamine qui s’enfonce un crucifix dans son vagin ou encore sa tête qui tourne sur elle-même). Pour reformuler, je m’attendais à quelque chose de plus insoutenable visuellement (peut-être que je dis ça parce que je fais partie de cette génération habituée à voir des choses inimaginables). Ceci dit, la peur est quand même bien là, je l’ai ressentie tout le long grâce à une atmosphère de plus en plus oppressante au fil des scènes. Evidemment que le côté surnaturel, la possession en elle-même est effrayante (je veux dire : ça n’a rien de sympathique en soi), il y a même (il me semble que c’est dans une nouvelle version) des images du démon incrustées furtivement, comme si ce dernier pouvait apparaître et nous posséder à n’importe quel moment. Mais ce qui est effrayant, c’est plutôt de voir comment ce démon en question peut détruire une famille a priori ordinaire et surtout s’attaquer à une banale adolescente. Mais c’est surtout la transformation progressive de la jeune fille (qu’elle soit physique ou morale), qui ressemble de moins en moins à un être humain, qui est terrifiante. On ne peut évidemment pas s’empêcher de voir la petite Regan comme une malade et là, si on oublie un instant l’aspect fantastique, c’est aussi dans un sens effrayant car le spectateur est confronté à une réalité qui existe. Je vois alors la petite Regan comme une métaphore de la malade qui perd tout simplement le contrôle de son corps et de son âme. Il me semble aussi que L’Exorciste est un film sur le féminisme qui prend une certaine ampleur dans les années 1970, comme s’il était perçu comme une sorte de maladie finalement (c’est une idée qui revient souvent dans des oeuvres sur le féminisme). Le fait d’avoir deux personnages féminins qui portent des prénoms qui pourraient être attribués à des hommes (Chris et Regan) ou encore de mettre en scène une mère célibataire (ce qui n’était pas aussi « banal » que maintenant) renforce cette idée.

exorciste3

Plus généralement, la perte de la foi face aux doutes, le début de l’adolescence et donc de la sexualité (le crucifix dans le vagin n’est pas anodin), l’effondrement de la famille et donc plus généralement du rêve américain ou encore la médecine moderne qui ne parvient pas à répondre à toutes les demandes possibles, en fait le quotidien tout simplement, sont les vraies choses qui sont réellement effrayantes dans ce film, et qui sont accentuées par une histoire bâtie autour d’un démon destructeur. La richesse du scénario et la mise en scène extrêmement puissante ont permis à L’Exorciste d’être le film qu’on connait aujourd’hui : un film à la fois populaire et d’une intelligence redoutable. Le film a beau être des années 1970, je sais qu’il y a les version restaurées qui ont aidé à cette oeuvre de mieux traverser le temps, mais honnêtement il a vraiment bien vieilli car techniquement il s’agit d’une véritable réussite. Les décors calculés, les effets spéciaux déjà bien foutu pour l’époque, le maquillage impressionnant, la photographie soignée ou encore le son et la musique qui oppresse encore plus le spectateur ont vraiment contribué à la réussite de ce long-métrage. Enfin, le casting est impeccable. La jeune Linda Blair est époustouflante dans ce rôle physique, il faut être mature pour interpréter un tel personnage qui subit tellement de choses ! Ellen Burstyn est également excellente en mère dépassée par les événements. J’ai également beaucoup aimé le très touchant Jason Miller (pour l’info people, je n’étais pas du tout au courant, mais il s’agit du père du sympathique acteur Jason Patric, qu’on voit de moins en moins et c’est dommage) principalement connu pour le grand public pour avoir joué le père Karras ici, mais qui avait aussi une belle carrière de dramaturge à côté (il a même reçu le prix Pulitzer pour sa pièce That Championship Season). Enfin, même si on ne le voit pas beaucoup finalement, Max Von Sydow marque évidemment les esprits, rien que son incroyable présence.

lindablair

Publicités

36 réflexions au sujet de « L’Exorciste »

  1. Mon dieu mon dieu, le film qui a traumatisé mon adolescence. Ton article me redonne très envie de revoir l’Exorciste, mais vais-je y arriver? hahaha
    Je pense vraiment que ce film peut être traumatisant (la preuve en est pour moi même) lorsque l’on est plus jeune ou si l’on a une sensibilité particulière vis à vis de ce genre de film. Je comprends très bien pourquoi tu as eu peur mais pas au point de fermer les yeux et te boucher les oreilles. Du coup je te félicite pour avoir été aussi patiente, comme ça tu as pu voir ce film avec toutes ses qualités. Chose dont je ne suis toujours pas capable!

    J'aime

  2. Ils nous a totalement traumatisés ! C’était LE sujet de conversation. Tout le monde était terrifié à l’idée de sortir seul dans le noir. C’est vrai que maintenant, ça peut prêter à sourire, mais je trouve qu’il n’a rien perdu de sa force. D’ailleurs, mon frangin a acheté pour le fun, une jolie petite statuette de Pazuzu qui trône dans son salon… ça me fiche les poils, tu peux pas savoir !

    J'aime

  3. Ce film est une grande réussite dans le genre, que j’ai vu et revu au fil des années et même au cinema dans sa version longue et restaurée. Je me souviens d’avoir même lu le roman pendant mon adolescence !

    J'aime

  4. Tout comme toi, je pense que le film est bcp plus profond qu’il ne le laisse paraître. Evidemment, il y a cet éternel combat entre le bien et le mal, mais pas seulement. L’exorciste, c’est aussi le démon qui s’empare de notre société. Tu cites le féminisme, mais il y a aussi la solitude (tous les personnages du film sont finalement confinés dans leur propre solitude et finalement face à leurs propres démons). Par conséquent, le véritable démon, ce n’est pas Pazuzu, mais nous mêmes et les frustrations engendrées par notre société consumériste. Enfin c’est ma façon de voir le film, mais tu la rejoins en grande partie

    J'aime

  5. Une très belle chronique pour un film absolument fantastique (dans tous les sens du terme).
    En ce qui me concerne, je ne peux pas non plus dire que le film m’ait réellement effrayée (j’ai devais avoir 17-18 ans quand je l’ai vu, et j’avais déjà vu pas mal de films d’horreur, qui n’auraient probablement jamais existé sans lui). Mais j’ai été véritablement touchée, révoltée par le calvaire que subi la jeune fille tout au long du film.
    S’il y a une sensation que convoie ce film, bien au-delà de la peur, c’est la douleur, que Linda Blair sait parfaitement transmettre (en même temps, vu la manière dont elle a été malmenée durant le tournage d’après les récits, c’est tout à fait normal). S’il y a une peur, c’est celle que cette douleur ne s’arrête jamais, c’est, comme tu le dis, cette injustice à voir la maladie et la souffrance s’abattre, sans raison, sur une innocente. En cela, le film est véritablement traumatisant, et pas dans la présence du diable ou d’éléments surnaturels. Je crois que la scène du scanner est une des plus horribles que j’ai vu au cinéma: il n’y a pourtant rien de bien étrange, mais les gémissements de douleur de Regan, l’impossibilité de s’y soustraire ou pour l’entourage de l’aider en quoi que ce soit, sont une expérience qui révulse

    J'aime

  6. Rarement au cinéma le bien et le mal ont été aussi bien représenté. Alors certes on est dans le catholique mais cela marcherait même avec d’autres religions. D’autant que le film n’est jamais ridicule et joue parfaitement sur le premier degré pour faire dans l’angoisse pure. Excellente réalisation de William Friedkin.

    J'aime

  7. J’ai vu L’Exorciste a 15 ans et j’ai été terrorisée, j’en ai fait des cauchemars pendant des mois. Je n’avais quasiment pas vu de films d’horreur, ça n’est pas mon genre de prédilection (hormis les classiques de la Hammer) et je ne savais rien de l’histoire. J’ai eu une frousse, je m’en souviens comme si c’était hier. Je ne l’ai vu qu’une fois et je m’en rappelle parfaitement 20 ans plus tard. Je ne sais pas quelle scène m’a le plus effrayée, j’ai passé toute la séance à me mordre les doigts 😉
    Aujourd’hui, vu tout ce qu’on voit à la TV, il ne doit pas être bien terrifiant. Je crois que certains épisodes de Criminal Minds doivent être bien plus dégueux mais le fond de l’histoire lui n’a rien perdu de sa force.
    Je n’avais pas pensé à un message sur le féminisme mais c’est intéressant ce que tu dis, ça se tient très bien.
    Ton billet, bien qu’excellent, ne me donne pas envie de le revoir, j’ai déjà le sommeil perturbé avec le changement d’heure, je ne vais pas en remettre une couche 😉

    J'aime

  8. Film totalement mythique que je n’ai jamais osé revoir. Le film qui a vraiment traumatisé toute une génération. Quand tu en parle à ceux qui ont vécu l’époque de la sortie du film, tu sens toujours un certain malaise chez eux.

    J'aime

  9. C’est « drôle », j’ai parlé de ce film avec mon père toute à l’heure.
    Pour moi, c’est totalement un film culte. Je l’ai vu au début de mon adolescence, et j’avais été traumatisée par certaines scènes.
    Quand en plus on pense à sa date de sortie…
    Voilà, j’ai envie de le revoir maintenant 🙂
    Merci pour cette critique !

    J'aime

  10. Il faut remettre le film dans son contexte de l’époque pour ton ressenti par rapport à la peur que tu as pu ressortir. En revanche, L’exorciste reste un chef-d’œuvre à bien des égards à mon sens.

    J'aime

  11. @ Bizard Bizard :
    Oui j’ai conscience que le fait de l’avoir vu « âgée » (et pas du genre à 13 ans), avec ma petite expérience de cinéphile d’horreur m’a aussi aidée à ne pas avoir totalement peur, même si je l’ai ressenti.
    Merci beaucoup pour avoir saluer ma patience (rare dans ma vie de tous les jours !).

    J'aime

  12. @ Chonchon :
    Je te crois, vu tout ce que m’a raconté mon père qui disait qu’il flippait à mort ! Oui, même si je m’attendais à quelque chose de plus atroce, je trouve que ce film possède (sans vilain jeu de mots) une force incroyable et qu’il a bien vieilli ! Ca vaut bien plus que les films moyens voire même médiocres pseudo horreur qui sortent aujourd’hui…
    Ahahah mais c’est trèèèès sympathique comme statuette 😮 😮

    Aimé par 1 personne

  13. @ Eelsoliver :
    Tu as raison, je n’ai pas du tout parlé de la solitude et de la « métaphore » de nos propres démons intérieurs, mais effectivement c’est aussi un thème bien traité dans le film !
    Oui sinon je rejoins totalement ton commentaire et ça me rassure de voir que j’ai compris (même si chacun a son propre ressenti évidemment) la démarche du film.

    J'aime

  14. @ Girlie Cinéphilie :
    Merci beaucoup 😀
    Je trouve que tu as su compléter mon billet, c’est vraiment le terme qui convient : la souffrance. Je veux dire, on n’a pas forcément « peur » mais c’est vrai que tout le long on a limite mal physiquement pour Regan ! On se demande vraiment comment elle va ressortir à la fin (si elle s’en sort, puisque honnêtement je n’avais aucune idée de la fin, je m’attendais à tout et n’importe quoi !).
    Pétard, oui je n’ai pas évoqué la scène du scanner mais elle est horrible et pourtant il n’y a rien de choquant en particulier a priori.

    J'aime

  15. @ Borat :
    Tu as raison de souligner que le film marcherait finalement avec n’importe quelle religion (par contre, par pitié, que ta phrase n’inspire pas des producteurs pour un remake avec des rabbins, des bouddhistes et co, déjà que j’ai vu la rumeur d’un possible remake à venir…).

    J'aime

  16. @ Potzina :
    Tout d’abord, merci beaucoup pour le compliment 🙂
    Visiblement, je vois qu’il y a beaucoup de gens vraiment traumatisés par ce film, ça dépasse le mythe !
    Oui c’est exactement ça : on voit vraiment des choses atroces tout le temps à la télé, sur Internet et tout ça, et c’est pour ça que je dis que le film ne m’a pas choquée visuellement mais comme tu le dis si justement, le film reste puissant et touche toutes les générations !

    J'aime

  17. @ Roggy :
    J’ai parfaitement conscience qu’il y a un contexte et effectivement ça a dû être un choc dans les années 1970. Après encore une fois je ne parle que de visuel, le fond reste quand même choquant, on est quand même oppressée et mal à l’aise et le film secoue toujours en 2015 ! Mais tu as raison de le dire : un chef-d’oeuvre ! (je ne l’ai pas dit dans ma chronique et c’est dommage !).

    J'aime

  18. oui comme quoi le film est bien plus complexe et profond qu’il n’y paraît. Souvent imité mais jamais égalé. Ce n’est pas un hasard

    J'aime

  19. Je dis cela car John Landis a souvent évoqué qu’en étant athé il avait été effrayé. Alors que c’est un film où la catholisisme est très présent. Le remake est une rumeur démentie par Morgan creek.

    J'aime

  20. Je pense surtout que, si il ne t’a fait le même effet que d’autres, c’est peut être parce que tu as vu la nouvelle version, non ? Il faut savoir, en effet, que le film est ressortit en 2001 dans un montage diffèrent, tu as des scènes comme celle ou Regan descend l’escalier à l’envers qui n’était pas dans la version initiale. Friedkin à agit ainsi pour faire plaisir au scénariste William Peter Blatty, mécontent du montage de l’époque. Malheureusement, le montage d’origine est aujourd’hui difficilement trouvable et c’est bien dommage, car, c’est vraiment celui que je préfère; J’en ferais d’ailleurs un article bientôt puisque je possède les deux versions.

    J'aime

  21. Tu soulignes un gros vide de ma culture ciné. Mais comme toi, j’ai souvent peur d’avoir peur (même si au final, je ne bronche pas). Ce que tu en dis me donne envie de le voir, je vais essayer de le dénicher!

    J'aime

  22. @ Titi :
    Ouais je crois que c’est la nouvelle version (je me rappelle plus bien car je l’ai vu sur le canal replay en squattant chez ma frangine). Effectivement peut-être que je devrais tester avec l’ancienne version, juste pour voir la différence (ou pas). 😀

    J'aime

  23. Faudrait que je le vois tranquillement. Je l’ai en dvd et j’avais commencé à le regarder sans être vraiment « dedans », du coup j’ai eu un profond ennui et je l’ai arrêté après 30 minutes.
    Ma seule « crainte » est de trouver ce film chiant. Je sais qu’il a beaucoup fait parler de lui et pour être honnête je n’ai pas envie de le trouver nul. Mais si jamais je le regarde en entier et que je le trouve « bof »….>_<
    En fait j'ai peur de mon propre avis. t_t (d'un autre côté si je m'ennuie j'y peux rien…).
    Et quand je lis tous les commentaires positifs sous ton article je me sens seule.

    J'aime

  24. @ Avel :
    C’est vrai que le début met un peu de temps à se mettre en place mais ce qui est justement bien selon moi avec ce film, c’est que la peur monte petit à petit, du coup je pense que tu devrais essayer de lui donner une chance, en allant au bout ! Bon après si tu t’emmerdes tout le long, là on ne pourra rien y faire 😉
    Ne te sens pas seule, j’ai découvert ce film que très récemment ! 😀

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s