Sicario

réalisé par Denis Villeneuve

avec Emily Blunt, Benicio Del Toro, Josh Brolin, Jon Bernthal, Victor Garber, Jeffrey Donovan, Daniel Kaluuya, Raoul Trujillo, Maximiliano Hernandez, Julio Cedillo…

Thriller américain. 2h02. 2015.

sortie française : 7 octobre 2015

interdit aux moins de 12 ans

Sicario

La zone frontalière entre les Etats-Unis et le Mexique est devenue un territoire de non-droit. Kate, une jeune recrue idéaliste du FBI, y est enrôlée pour aider un groupe d’intervention d’élite dirigé par un agent du gouvernement dans la lutte contre le trafic de drogues. Menée par un consultant énigmatique, l’équipe se lance dans un périple clandestin, obligeant Kate à remettre en question ses convictions pour pouvoir survivre.

 Sicario : Photo Emily Blunt

 

Sicario, dont le titre signifie en espagnol « tueur à gages », a été présenté en compétition dans la sélection officielle de la dernière édition du festival de Cannes. On a dit qu’il a pu repartir les mains vides de peur d’accuser le jury de copinage avec l’équipe du film : Jake Gyllenhaal, membre du jury, a travaillé à deux reprises avec Denis Villeneuve; le chef opérateur Roger Deakins a travaillé avec les frères Coen, Présidents du jury, sur No Country for old men; ou encore, pour aller plus loin dans le délire, Xavier Dolan est québécois… Bien avant la sortie de Sicario, je me demandais si on n’était pas en train de raconter n’importe quoi. Je veux dire (et je ne remettais pas en cause la qualité du long-métrage), je ne voyais pas du tout ce film séduire un jury (même si on peut s’attendre à tout effectivement). De plus, pour être franche, je n’étais pas spécialement attirée par ce film : certes, le seul film de Denis Villeneuve que j’ai pu voir (Prisoners) m’a vraiment plu, le casting me plaisait également beaucoup sur le papier mais j’ai généralement du mal avec les films qui parlent de trafics de drogue et tout ça. Ceci dit, les très bonnes critiques à son égard m’ont réellement encouragée à faire le déplacement pour aller le voir. Sicario est un très bon film même si je ne crierais pas non plus au chef-d’oeuvre (je pense à certaines critiques qui me semblent démesurées) et qu’il ne fait pas du tout partie de mon top 10 de l’année. Etant donné que je n’apprécie pas particulièrement ce genre de films, je dois avouer que j’ai tout d’abord passé un très bon moment face à ce thriller intense. Le long-métrage dure deux bonnes heures mais je ne me suis jamais ennuyée : on entre tout de suite dans l’histoire, l’ensemble est très rythmé et captivant, on ne décroche pas les yeux de l’écran une seule seconde et certaines scènes en jettent vraiment. J’ai juste envie de dire : c’est très bien foutu ! Le film est également une pure réussite esthétique, notamment par un splendide travail de lumière et une magnifique photographie. La frontière américano-mexicaine est clairement représenté comme un enfer sale, violent et obscur, à l’image des douteuses affaires qui se trament derrière par certaines personnalités. Le lieu devient ici un personnage à part entière, notamment à travers les plans de paysages vus d’en haut, dans la lignée de True Detective ou du plus récent La Isla Minima. Villeneuve sait vraiment quoi faire de cet espace qui joue un rôle essentiel. J’ai également apprécié la bande-originale, qui contribue à cette atmosphère oppressante. Si la mise en scène est maîtrisée et est clairement le point fort du film, je ne trouve pas l’écriture des personnages toujours réussie : heureusement, leurs interprètes sont bons.

Sicario : Photo Benicio Del Toro, Emily Blunt, Josh Brolin

Je crois que nous sommes tous à peu près d’accord pour saluer l’excellente performance du toujours charismatique Benicio Del Toro qui est clairement au-dessus du lot et qui incarne le personnage le plus intéressant. En revanche, les autres rôles m’ont déçue. Josh Brolin est certes bon, comme très souvent, mais son personnage m’a laissée indifférente. J’ai surtout été déçue par le personnage féminin, incarné par la pourtant très talentueuse Emily Blunt. Cela va paraître fort mais j’ai trouvé ce personnage plutôt raté même si je vois où Villeneuve veut en venir. Kate serait une sorte de représentation du respect de la loi et de la morale et elle respectera jusqu’au bout ses convictions. Sur le papier, il y a quelque chose de très fort et j’aime d’habitude ce genre de personnage, mais là je trouve que les traits de ce personnage font parfois un peu de tort à ce film pourtant très riche. En effet, j’ai trouvé les réactions de Kate assez énervantes, limite peu réalistes. Pour caricaturer, on a parfois l’impression de voir Candy qui découvre le monde des méchants (la meuf est agent du FBI, rappelons-le). De plus, elle est assez passive et n’évolue jamais. Certes, je vois ce que Villeneuve a voulu dire à travers ce personnage : Kate représente parfois les yeux des spectateurs qui découvrent en même temps qu’elle une situation qui la dépasse totalement, c’est-à-dire que la loi officielle n’empêche pas d’autres lois peu morales à s’imposer et que finalement la frontière entre les différents types de lois ne semblent plus avoir de frontière (et là on peut finalement faire un parallèle intéressant avec la frontière physique entre le Mexique et les Etats-Unis). Le propos est fort et fonctionne mais pas le personnage, ce qui est parfois problématique et qui m’a empêchée d’aimer encore plus ce film : Kate passe ainsi pour une fille larguée, on finit par ne plus trop croire qu’elle bosse au FBI, on ne comprend pas non plus qu’elle ne comprenne pas alors que certaines choses sautent aux yeux. De plus, certains traits sont vraiment trop appuyés, du genre elle est maigre, c’est la fiesta avec ses sourcils, ne se lave pas et se remet à fumer : Kate est à bout, c’est bon, message reçu. Cela est vraiment dommage car pour moi, Sicario aurait pu être meilleur mais heureusement que pour contrebalancer, le film possède d’indéniables qualités.

Sicario : Photo Emily Blunt

Publicités

32 réflexions au sujet de « Sicario »

  1. Ta critique est encourageante et même, si comme toi, l’intrigue ne me tente gère, le casting reste assez alléchant. Après avoir lu ta critique, je suis donc assez tenté de découvrir ce film.

    J'aime

  2. « C’est la fiesta avec ses sourcils »… j’adore ! Tu es comme moi, à remarquer des détails de fiiiille, c’est hilarant ! Bon, ce film me tente moyen, car j’en ai marre de voir Del Toro en baron de la drogue ou inversement. Et je ne suis pas hyper fan de Villeneuve.

    J'aime

  3. Un très bon film, qui parvient à installer une tension permanente. J’ai adoré les idées véhiculés par les personnages, les images et le contexte du récit. Après, oui, le personnage principal interprété par Blunt a un côté « candide » assez peu cohérent par moment, mais honnêtement, cela ne m’a pas dérangé.

    J'aime

  4. Excellent thriller, j’ai été happé dans le film dès le départ. J’apprécie particulièrement cette tension permanente qu’instaure Villeneuve par sa mise en scène (aidé par la bande-originale), qualité que j’avais déjà remarquée sur Enemy. Le côté un peu « largué » du personnage de Blunt est assez cohérent. C’est une femme forte au départ, mais ses convictions vont se retourner contre elle car elle va servir de caution à l’opération et même d’appât !

    J'aime

  5. ‘No country for Emily’
    Tex-Mex sous tension perpétuelle qui ne nous conduit pas ( & c’est pas plus mal ) nécessairement ou on pouvait l’envisager à priori.
    Un bon 8/10.

    J'aime

  6. @ Anything is possible :
    Je te conseille plus Prisoners que Sicario, bien que j’ai également aimé ce dernier. Mais je trouve Prisoners plus accessible, plus captivant (alors qu’il dure 2h30), plus attachant dans un sens. 😀

    J'aime

  7. @ 2flics :
    Oui c’est surtout le manque de cohérence avec ce personnage qui m’a dérangée, par rapport au contexte du film, c’est dommage car sans ça je pense que j’aurais encore plus aimé ce film. Mais ça reste quand même bon 🙂

    J'aime

  8. @ Moskau :
    Mouais, je vois ce que tu veux dire sur le papier (je me suis moi-même posée ces questions) mais par rapport à la situation, j’ai un peu du mal à imaginer ce type de réaction. Mais bon, je suis d’accord avec tout le reste de ton commentaire 😀

    J'aime

  9. Le personnage principal n’est pas celui que l’on croit dans Sicario. Emily Blunt est le spectateur tout comme nous le sommes en regardant ces événements tous plus macabres les uns les autres. Excellent casting, réalisation typique de Denis Villeneuve (bien aidé par la photo de Roger Deakins mais aussi par son habituel froideur) et une histoire simple mais efficace.

    J'aime

  10. Bonjour Tina, voilà un film que j’ai apprécié malgré des séquences assez violentes. Très bien interprété avec Emly Blunt qui apporte une note féminine bienvenue. Bonne journée.

    J'aime

  11. J’aurais bien aimé le voir mais le multiplex de ma ville l’a retiré au bout d’une semaine ! 😦 Je suis déçue parce que j’avais aimé Incendie, Prisoners et Enemy. Même si tu es mitigée, j’aimerais vraiment le voir sur grand écran. Avec un peu de chance mon ciné de quartier en aura une copie (l’espoir fait vivre 🙂 )

    J'aime

  12. @ Potzina :
    Je ne dirais pas que je suis mitigée, j’ai quand même aimé Sicario, c’est un bon film, j’ai passé un bon moment, il a ses qualités. Je nuance juste sur un personnage et je tenais à le faire car je suis très étonnée que ce lien n’ait pas été très souligné par les critiques en général.

    J'aime

  13. Entièrement d’accord avec toi. Il y a un gros raté dans le scénario : c’est le personnage principal. Quelqu’un le dit en commentaire ce personnage n’est que spectateur et ça pose problème parce que c’est une femme au milieu de tas de muscles qui font la loi. Pire on nous la présente comme un personnage fort. On ne sait plus très bien pourquoi on la choisit ni ce qu’elle fait là, mais on lui fait comprendre qu’elle n’a plus à traîner ici car c’est devenu « le territoire des loups » ; d’ailleurs elle est reléguée chez elle en dernière scène. Le scénariste a inventé un personnage féminin fort… mais faible. Et Villeneuve valide. Très décevant.

    J'aime

  14. Totalement d’accord avec la critique. Quel dommage que le personnage féminin soit si passif alors que le reste du film est brillant ! De plus, j’ai cru halluciner quand elle demande ce qu’est le cartel de Medelin, un comble pour un agent du FBI… Je trouve que ce film est l’un des plus beaux foirages de l’histoire du Cinéma : très efficace, mais en-dessous de Traffic qui, lui, m’avait vraiment touché.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s