L’homme irrationnel

réalisé par Woody Allen

avec Joaquin Phoenix, Emma Stone, Parker Posey, Jamie Blackley, Meredith Hagner, Ben Rosenfield, Susan Pourfar…

titre original : Irrational Man

Comédie dramatique américaine. 1h36. 2015.

sortie française : 14 octobre 2015

L'Homme irrationnel

Professeur de philosophie, Abe Lucas est un homme dévasté sur le plan affectif, qui a perdu toute joie de vivre. Il a le sentiment que quoi qu’il ait entrepris – militantisme politique ou enseignement – n’a servi à rien.Peu de temps après son arrivée dans l’université d’une petite ville, Abe entame deux liaisons. D’abord, avec Rita Richards, collègue en manque de compagnie qui compte sur lui pour lui faire oublier son mariage désastreux. Ensuite, avec Jill Pollard, sa meilleure étudiante, qui devient aussi sa meilleure amie. Si Jill est amoureuse de son petit copain Roy, elle trouve irrésistibles le tempérament torturé et fantasque d’Abe, comme son passé exotique. Et tandis que les troubles psychologiques de ce dernier s’intensifient, Jill est de plus en plus fascinée par lui. Mais quand elle commence à lui témoigner ses sentiments, il la rejette. C’est alors que le hasard le plus total bouscule le destin de nos personnages dès lors qu’Abe et Jill surprennent la conversation d’un étranger et s’y intéressent tout particulièrement. Après avoir pris une décision cruciale, Abe est de nouveau à même de jouir pleinement de la vie. Mais ce choix déclenche une série d’événements qui le marqueront, lui, Jill et Rita à tout jamais.

L'Homme irrationnel : Photo Emma Stone, Joaquin Phoenix

J’ai beau aimé certains films de Woody Allen, je ne comptais pas spécialement aller voir L’homme irrationnel au cinéma. Mais le « hasard » fait bien les choses : mes cinémas proposant des horaires qui ne me convenaient pas (les seuls films avec des séances qui concordaient avec mon emploi du temps étaient des machins du style Aladin), je me suis rabattue sur le film d’Allen, le seul cette semaine qui avait des horaires sympas. C’est vrai que je ne suis pas toujours copine avec Woody Allen, il a fait de très bons films mais il est aussi capable de se planter royalement quand il s’y met, donc je ne savais pas trop si j’allais aimer ou non. Etant donné que j’avais bien aimé ses deux derniers films (Blue Jasmine et Magic in the Moonlight), j’ai croisé les doigts pour passer un bon moment devant ce dernier long-métrage (comme on dit, jamais deux sans trois !). Bonne nouvelle : j’ai aimé L’homme irrationnel. Comme pour les précédents films d’Allen que j’ai cités, je ne crierais pas au chef-d’oeuvre mais l’ensemble m’a tout même beaucoup plu malgré quelques défauts. Il faut avouer que Woody Allen a fait mieux (même si j’ai largement préféré Irrational Man à Crimes et délits dans la même veine), le film n’atteint pas le niveau d’un Match Point par exemple, certains fans ont été frustrés (ce que je peux parfaitement comprendre) car Allen recycle (comme il le fait souvent, ne soyons pas étonnés) des thèmes ou références qui lui sont chers comme par exemple celui du meurtre parfait, de la chance, l’opportunisme, la morale ou encore Dostoievski et Kant, le tout se mélangeant à une bonne dose de philosophie (Joaquin Phoenix incarnant ici un professeur de philo). Certes, il y a quelque chose de déjà vu, mais comme l’ensemble m’a plu, disons que cela ne m’a pas gênée de revoir certains thèmes déjà abordés (surtout que, sans donner d’excuses à Allen, ce n’est pas plus le seul réalisateur à se recycler). Woody Allen a beau avoir presque 80 ans, il a toujours une vision assez pertinente de notre monde et une écriture aussi toujours inspirée. Certes, on peut regretter une première partie de film qui met un peu trop de temps à se mettre en place mais dans la seconde partie, l’écriture est d’une grande fluidité, tout s’enchaîne à merveille, les dialogues sont également toujours aussi efficaces (même si on pourra regretter les dialogues entre Phoenix et Stone qui hurlent des choses assez secrètes, heureusement que leurs voisins sont sourds !).

L'Homme irrationnel : Photo Joaquin Phoenix

Woody Allen signe un film assez plaisant, plutôt divertissant, avec un ton qui peut sembler léger et en même temps j’ai trouvé le propos très profond. Je vais rester vague histoire de ne pas trop en dire (cela serait fortement dommage) mais encore une fois, il a réussi à traiter les sujets dont je parlais juste avant, avec beaucoup d’intelligence et de cynisme à la fois. Ce n’est pas seulement le déroulement de l’histoire qui est intéressant et qui permet de mettre en avant toute la réflexion autour de l’homme face à la mort qui le fait vivre (ou revivre dans un sens), de sa ligne de conduite, de la morale et de la raison tout comme le fait qu’il n’est pas toujours bon de se mêler des affaires des autres, que cela peut avoir des conséquences : la confrontation même entre Abe Lucas et la jeune Jill est finalement assez pertinente et permet de faire surgir certaines interrogations : qu’a-t-on le droit de faire ? Est-ce que souhaiter une chose qui pourrait éventuellement être utile nous permet d’agir de la sorte ? La théorie peut-elle être pratiquée dans tous les cas, surtout lorsqu’il s’agit de morale ? La voix off est certes un peu lourde, elle n’était peut-être pas forcément utile (en tout cas elle est un peu trop démonstrative) mais elle souligne à sa façon l’opposition entre les deux personnages et donc entre deux types de pensée. Bien qu’elle ne soit pas extraordinaire, la mise en scène reste réussie. Joaquin Phoenix est impeccable dans le rôle de ce professeur de philosophie désabusé qui va retrouver un sens à sa vie d’une manière radicale ! Je suis un peu plus partagée en ce qui concerne Emma Stone. Pour être franche, je trouvais qu’elle jouait mieux dans Magic in the Moonlight. Là, je l’ai trouvée certes convaincante, elle correspond bien au rôle, mais (et je l’avais déjà remarquée dans certains films dans lesquels elle joue), elle a vraiment trop de mimiques, parfois on ne voit pas le personnage mais l’actrice en train de jouer et c’est assez agaçant. Après mon plaisir n’a pas été gâché car le film est suffisamment fort mais je tenais tout de même à le souligner. En revanche, Parker Posey (qui joue surtout dans des films indépendants) est une très bonne surprise et je trouve que les critiques n’ont pas suffisamment parlé d’elle alors que son interprétation est très bonne. Pour conclure, L’homme irrationnel n’est peut-être pas LE meilleur film d’Allen, effectivement sur le papier, il ne se renouvelle pas et pourtant on pourra être surpris par la manière de se réinventer, de raconter une histoire pourtant complexe et de mélanger les genres.

L'Homme irrationnel : Photo Joaquin Phoenix, Parker Posey

Publicités

32 réflexions au sujet de « L’homme irrationnel »

  1. Personnellement je suis un immense fan du cinéma d’Allen, sans doute un des univers qui me correspond le mieux… donc évidemment j’y vais les yeux fermés dès qu’un nouveau cru annuel film sort en salles sans attendre même quelques jours, et surtout j’avoue avoir du mal à reconnaitre quand il se plante-sauf peut etre pour to rome with love qui la m’avait vraiment paru très très moyen- mais la prestation catastrophique de Benigni y était pour beaucoup… bref sur cet homme irrationnel j’ai lu ici et là les critiques vraiment pas très gentilles qui fleurissent un peu partout mais je n’y adhère pas du tout… dire qu’Allen ne fait que recycle et ressasser les memes idées depuis 30 ans est un faux procès qu’on lui fait, tous les grands metteurs en scène, de Scorsese à Hitchock en passant par Almodovar ou Loach- pour citer mes réalisateurs de chevet- ont toujours fait de même et puis quand ces thèmes et ces idées sont d’une telle intelligence et d’une telle profondeur franchement…bref, je suis sorti très enthousiaste de cette séance, peut etre encore plus qu’après Match Point qui sur le coup m’avait laissé un poil frustré mais que j’ai appris à adorer avec le recul… après l’autre question est : est ce que Woody pourra atteindre la perfection de Manhattan et Annie Hall qui restent à mon sens ces deux sommets indépassables? Sans doute pas mais quand meme quel bonheur que cet homme irrationnel surtout si on le compare avec la production courante… bref un bel enthousiasme chez moi et ma chronique à venir ne fera qu’en remettre une couche :o) très bonne journée à toi chère tina..

    J'aime

  2. J’attendais ta critique sur ce film… J’avoue hésiter encore à aller le voir en salle. Les derniers WA m’ont laissé plutôt de marbre O-O

    J'aime

  3. Vu que nous sommes d’accord sur ce film (sauf le passage sur « Crime et délits » qui est un chef d’œuvre absolu), je ne peux que constater que, comme dans le film, le « hasard » fait bien les choses… à moins que ce ne soit un coup du génie de la lampe 😉

    J'aime

  4. J’hésite encore un peu à aller le voir, j’aime beaucoup Allen mais ses derniers films ne m’ont pas emballée plus que ça (je n’ai pas encore vu Blue Jasmine, c’est dire !). D’un autre côté, même un Allen passable, ça reste du bon ciné et il y a Joaquin Phoenix alors je me laisserai peut-être tenter.
    Quoiqu’il en soit je suis d’accord avec toi, Allen n’est pas le seul à se «recycler». Beaucoup de réalisateurs exploitent toujours les mêmes thématiques et on ne leur en fait pas le reproche. Et puis le style Allen c’est des bavardages intempestifs et des questionnements sur la vie, s’il n’y en avait pas, ça ne serait pas un film d’Allen 😉

    J'aime

  5. J’aime bien Woody Allen mais je suis loin d’être une fan absolue (surtout ces dix dernières années), du coup j’hésite vraiment beaucoup à aller voir ce film… Ta critique m’a bien rassuré mais je pense sincèrement que sauf si « le hasard fait bien les choses » (comme ça a été le cas pour toi avec les séances de ciné) je ne vais pas forcément chercher à aller le voir avant sa sortie DVD.

    J'aime

  6. Un réalisateur inégal dans l’ensemble, mais il revient en forme depuis deux ou trois films. Je me laisserais bien tenter par celui ci

    J'aime

  7. @ Filou :
    On peut même le dire : « To Rome with Love » est une sacrée merde 😮

    « bref sur cet homme irrationnel j’ai lu ici et là les critiques vraiment pas très gentilles qui fleurissent un peu partout mais je n’y adhère pas du tout… dire qu’Allen ne fait que recycle et ressasser les memes idées depuis 30 ans est un faux procès qu’on lui fait, tous les grands metteurs en scène, de Scorsese à Hitchock en passant par Almodovar ou Loach- pour citer mes réalisateurs de chevet- ont toujours fait de même et puis quand ces thèmes et ces idées sont d’une telle intelligence et d’une telle profondeur franchement… » => c’est exactement ça (je pensais d’ailleurs à ces réalisateurs) ! Je veux dire, le film serait merdique ou sans inspiration, j’aurais compris les critiques mais là je trouve qu’il y a quand même une certaine fraîcheur !

    En tout cas je suis ravie de voir que… nous sommes d’accord !
    Bonne soirée Filou 😉

    J'aime

  8. @ Yuko :
    Huuuum… difficile alors de te conseiller (étant donné que j’ai bien aimé les deux précédents films de WA). Roooooh allez, je crois que ça pourrait peut-être te plaire ! 😮 😀

    J'aime

  9. @ Princecranoir :
    Je déteste Crimes et délits ahahah ! En fait, disons que j’apprécie à peu près la partie avec Allen (en tant qu’acteur) mais tout le reste beeeeerk (je ne parle pas du fond mais de la forme, ça m’a tellement ennuyée, j’ai cru crever !).
    Je ne pense pas que ce soit un hasard si nous sommes pour une fois d’accord : le film est pour moi tout simplement bon 😀 (oooh je fais des généralités, petite dédicace à ceux qui n’ont pas aimé le film 😮 ).

    J'aime

  10. @ Potzina :
    Tu me rassures également sur la petite hypocrisie (même si je ne mets pas les critiques dans le même sac) autour d’Allen.
    A mon avis, sans dire que tu vas adorer, je pense que tu passeras quand même un bon moment (et je te conseille Blue Jasmine, rien que pour l’excellente performance de Blanchett, qui n’a pas volé son Oscar).

    J'aime

  11. @ Bizard Bizard :
    Si ça peut te rassurer, sur le papier, je ne suis pas non plus une fan inconditionnelle d’Allen… 😀
    Mais le voir en dvd, c’est trèèèès bien aussi 😀 (surtout qu’il y a beaucoup de sorties au cinéma, quel bordel en ce moment !).

    J'aime

  12. allez, un p’tit mot : je suis un grand amateur de WA (je n’aime pas le mot fan), je le trouve très fort, mais suis conscient que depuis quelque temps, tous ses films ne sont pas toujours géniaux ;-), en général bons, et souvent excellent. Mais pour son dernier, autant au début, je n’étais pas emballé, plus ça allait je le trouvais bien. Et pour ne pas en dire trop, en sortant, je me suis dit ! quand même, ce gars, il sait écrire un scénar !

    J'aime

  13. Pas trop d’Accord, et donc plutôt des Désaccords en ce qui concerne ma réception de ce dernier cru. Je suis en effet loin de partager ton avis sur l’écriture de cet Homme Irrationnel, trouvant qu’Allen se contente du minimum syndicale. Pas de joyeuses embardées ou de bons mots comme j’aime en entendre dans son cinéma. Pas de dynamique un peu loufoque, comme dans son magnifique Minuit À Paris. Le cinéaste est ici en pilote automatique, et c’est bien dommage.

    J'aime

  14. Je suis d’accord, pour le manque du « plus » de WA, c’est à dire « les embardées » dont tu parles, et l’humour fin, léger, piquant, et montrant une énorme connaissance de la psychologie humaine (ouah ! je ne me savais pas si intello ;-)… je plaisante). Oui, l’humour indispensable à ce qu’on appelle l’intelligence. Mais pour le pilote automatique, tu exagères (à mon avis), le scénario est tout de même très fort, piquant, plein de surprises et retournements. Si tu veux, c’est vrai que dans certains films, WA oublie son humour, ou plutôt, le met de côté, mais c’est certainement pour changer, justement ne pas faire tout le temps la même chose, sinon, tu dirais « ah, il utilise son système qui marche » ! 😉

    J'aime

  15. Oui, il module son registre, et c’est tout à son honneur. Néanmoins, outre l’intelligence du propos, je trouve que la mécanique du film et des personnages est un peu pantouflarde. Il a bâclé la progression de son récit en ne laissant pas les joutes verbales s’installer davantage à l’image (excepté le dîner avec les parents de Jill, qui vient épicer joyeusement l’affaire).
    Et puis, question surprise et humour, j’ai vu des films plus éloquents dans ce domaine chez Woody Allen.
    Ceci étant, même si je me montre très critique à son égard, j’admets avoir passé un agréable moment.

    J'aime

  16. @ 2flics :
    Je te trouve sévère 😦 😦 Pour moi, il était plus en mode pilote automatique sur des machins comme To Rome with Love… Bon après, ceci dit, je pense comprendre dans le sens où Allen a déjà exploité certains sujets et que forcément on compare avec ses autres films, en disant « mais j’ai préféré ce film à celui-ci » etc… J’espère que tu feras ta critique sur ton blog 😮 😀

    J'aime

  17. @ Pascale :
    Je suis quand même contente de trouver quelqu’un pas hyper fan d’Emma Stone… (je ne me remets pas du bidou de Phoenix, pourtant j’ai rien contre à la base ^^).

    J'aime

  18. Allen l’a certainement choisi pour son bide, ça fait partie du rôle (sinon, il lui aurait fait faire du sport, ou aurait pris un beau quadra-quinca, ce qui ne manque pas les acteurs us)

    J'aime

  19. @ Pierre Levy :
    Oui je sais mais là ça m’a fait un « choc », il a vraiment changé physiquement au fil des années ! (ceci dit, je trouve cela n’enlève rien à son charme et encore moins à son talent !).

    J'aime

  20. Je suis loin d’être une fane de Woody Allen, mais j’ai été attirée par le cast pour tout dire, j’étais curieuse de revoir Joaquim Phoenix et j’aime beaucoup Emma Stone. Alors bon, j’ai bien aimé mais sans plus, un Woody Allen de plus, je me suis ennuyée par moment. Heureusement Joaquim était excellent et Emma Stone aussi.

    J'aime

  21. @ Minie :
    Oui il manque peut-être un petit truc pour adhérer totalement et effectivement une première partie un peu moins dynamique, moins intéressante mais voilà un bon petit Woody ne fait jamais de mal 😀

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s