The Visit

réalisé par M. Night Shyamalan

avec Olivia DeJonge, Ed Oxenbould, Deanna Dunagan, Peter McRobbie, Kathryn Hahn…

Film d’épouvante-horreur américain. 1h34. 2015.

sortie française : 7 octobre 2015

interdit aux moins de 12 ans

The Visit

Deux enfants sont envoyés passer une semaine en Pennsylvanie, dans la ferme de leurs grands-parents. Mais lorsque l’un d’eux découvre qu’ils sont impliqués dans quelque chose de profondément dérangeant, leurs chances de retour s’amenuisent de jour en jour.

The Visit : Photo Kathryn Hahn, Olivia DeJonge

Je sais que certains voudront me taper mais j’ai toujours bien aimé M. Night Shyamalan et j’adore même certains de ses films (on ne me tape pas – again). Il avait bien commencé sa carrière et depuis un certain temps, le bonhomme s’en prend plein la gueule (visiblement, pour After Earth et Le dernier maître de l’air, il l’aurait bien cherché). J’étais donc un peu partagée avant d’aller The Visit : est-ce que j’allais retrouver le Shyamalan que j’aimais tant auparavant ou est-ce que je serai face à une nouvelle daube ? Sur le papier, j’étais contente de voir Shyamalan revenir à un petit film à faible budget mais je dois avouer que je n’étais pas rassurée de voir Jason Blum à la production (je garde encore de mauvais souvenirs de American Nightmare, The Bay et Paranormal Activity !). Finalement, je vais au cinéma en me disant que je vais essayer de me détendre (remember : je n’ai pas aimé les trois derniers films vus en salle) et de mettre de côté mes a priori, tout en en vénérant pas d’avance Shy’ (vous avez vu cette contraction de malade ? Ca fait un peu Shy’m !). C’est typiquement le genre de critique qui m’emmerde : comment écrire une critique d’un film sans gaffer sur la révélation finale (alors qu’on crève d’envie d’en parler) tout en disant mon ressenti ? Je vais tenter de relever le défi ! Bref, honnêtement, il s’agit pour moi d’une bonne surprise. Certes, il ne s’agit pas du film de l’année, ni du meilleur film de Shyamalan mais ça fait plaisir de voir qu’il n’a pas quand même pas perdu la main et on sent qu’il a effectivement garder le contrôle de ce film contrairement à ses deux derniers longs-métrages. Pour ma part, je trouve qu’il s’agit déjà d’un bon divertissement. Je reconnais que l’histoire prend son temps à se mettre en place mais cela ne m’a pas dérangée dans le sens où les éléments qui peuvent sembler bavards ou de trop servent en réalité, notamment pour nourrir le twist final. En parlant de twist, oui je l’avoue : je suis vraiment tombée dans le panneau, je n’ai rien vu venir (dans ma tête, j’étais partie sur une autre piste, du genre, rien à voir !) et pourtant il y avait bien des indices dès les premières minutes du film. De plus, je ne me suis pas ennuyée car je me suis attachée aux personnages principaux, qui sont frère et soeur. La gamine Becca peut paraître un peu énervante en se prenant pour une bonne réalisatrice de documentaires mais finalement elle ne m’a pas gavée comme je pouvais le craindre, elle a quelque chose de touchant. Quant à frère Tyler, il est drôle et très expressif aussi, du coup, il y a un certain second degré qui fait du bien et que ne possèdent pas toujours les films de ce genre qui émergent depuis quelques années maintenant.

The Visit : Photo Deanna Dunagan, Ed Oxenbould, Peter McRobbie

En fait, je pense qu’il y a quelque part une forme de second degré même chez Becca. J’ai senti une prise de recul ou une forme de lucidité chez Shyamalan sur ce type de productions de films d’horreur qu’on nous offre depuis quelques années maintenant. Quant à l’utilisation de la found footage, je l’ai trouvée assez réussie (et pourtant je ne suis pas forcément fan de ce procédé). J’ai trouvé son utilisation crédible (je trouve que le found footage peut vite paraître faux dans certains films), pas écoeurante et je trouve que Shyamalan réussit à tirer vraiment quelque chose d’intéressant à partir des différents supports médiatiques. Il y a aussi une sorte de mise en abyme (même si je ne sais pas si c’est vraiment le terme qui conviendrait ici) que j’ai trouvée assez judicieuse dans le sens où on n’est pas uniquement spectateur de ce que vivent Becca et Tyler durant ces quelques jours chez leurs grands-parents, on voit vraiment la forme que prend le propre documentaire de Becca, c’est-à-dire que j’ai fini par imaginer, par voir comment Becca, en tant que jeune réalisatrice adolescente rêveuse, monte son propre film (je ne sais pas si je suis super claire). Parlons maintenant de quelque chose d’essentiel dans ce type de film : la peur. Pendant la séance, le film m’a mis mal à l’aise. Je n’ai pas forcément eu peur (du genre j’ai pas hurlé comme les ados dans la salle ou je n’ai pas mis mes petites mains de baby devant ma gueule comme je le fais un peu trop souvent) mais je redoutais tout et n’importe quoi. Je ne suis pas forcément pas des jump scare car actuellement beaucoup sont foireux dans beaucoup de films, là dans l’ensemble ils ont fonctionné sur moi, on sent en tout cas des efforts pour créer vraiment quelque chose d’effrayant et de ne pas balancer juste un effet qui dure hop deux minutes tout craché et basta. Ce qui est assez réussi, c’est qu’on puisse avoir peur sur des choses finalement banales, de notre quotidien. Et parfois, on a peur alors qu’on ne devrait pas s’inquiéter à ce moment-là. Je vais maintenant vous faire une confession intime (oui, je sais, référence pourrie made in TF1) : après avoir vu ce film, le soir, j’avoue ne pas avoir spécialement bien dormi, je n’étais même pas bien du tout. Ca faisait très longtemps que cela ne m’était pas arrivé. Alors, ne cherchez pas pourquoi, mais alors que j’essayais de trouver le sommeil, je me suis mise à repenser au film et j’ai commencé à flipper seule (du genre mon coeur s’est mis à battre hyper fort et vite d’un coup et je n’osais pas aller pisser de peur qu’un vieillard me fracasse la gueule en sortant de ma chambre ! Ca va loin !).

The Visit : Photo Deanna Dunagan

Ce que je veux dire, au-delà de cette confession franchement pitoyable (allez, frappez-moi !), c’est que le film dégage une atmosphère malsaine. Je ne pourrais forcément dire que telle scène ou telle scène m’a perturbée (même si encore une fois j’ai vraiment sursauté à plusieurs reprises) mais c’est l’histoire en elle-même et l’ambiance qui m’ont bouleversifiée. Puis, même s’il ne s’agit pas non plus du film le plus profond au monde (la fin peut aussi paraître un peu niaise même s’il n’y a rien de honteux non plus), j’ai encore une fois senti Shy’ ayant envie de donne de la consistance aux personnages, on sent qu’il aime cette thématique de l’enfance qui revient souvent dans sa filmographie, notamment avec cette référence évidente (mais véritablement intéressante) à Hansel et Gretel (avec le recul, je parlerais même d’une sorte de relecture du conte), et même plus généralement sur les liens familiaux plus généralement. Le travail de fond reste en tout cas convenable par rapport à ce qu’on attend de ce type de production (et puis on a tellement l’habitude de voir des films dans cette lignée vraiment vides que bon, on ne va pas non plus troooop gueuler sur ce point). Enfin, le casting est plutôt bon. J’ai trouvé les gamins, incarnés par Olivia DeJonge et Ed Oxenbould, bons, encore une fois attachants et communicatifs. J’ai également bien aimé les interprétations de Deanna Dunagan (même s’il y a certaines scènes où son interprétation peut paraître excessive mais bon elle fait quand même flipper) et Peter McRobbie en grands-parents ultra flippants ! Enfin, je suis toujours ravie de voir Kathryn Hahn (même si on la voit peu mais bon c’est quand même la mamounette des personnages principaux), surtout dans ce registre assez différent (j’ai d’ailleurs l’impression qu’on voit de plus en plus cette actrice et ça fait plaisir !). Pour conclure, ce film a certainement ses défauts, ne plaira peut-être pas à tout le monde (certains se feront chier, d’autres trouveront trop vite le twist, d’autres sont de toute façon allergiques au found footage, certaines personnes pourront trouver les explications grotesques) mais j’ai vraiment passé un bon moment devant, j’ai eu peuuuur (ce qui me parait essentiel quand on regarde ce genre de films), j’ai trouvé l’histoire crédible, j’ai aimé les personnages, beaucoup de choses m’ont paru intéressantes et ça me va très bien !

The Visit : Photo Olivia DeJonge

Publicités

32 réflexions au sujet de « The Visit »

  1. En ce qui concerne ce cher Shy’, je n’ai pas vu ses derniers films, donc je n’ai pas tant de choses de mal à en dire. Mais en ce qui concerne les Found footage, je commence sérieusement à en avoir ras-le-pompom. Parce que le truc de j’ai une caméra pourrave mais étrangement, je tombe toujours sur une lumière de dingue et oui, je suis super fort en cadrage, ma caméra filme toujours là où un truc important va arriver et surtout, surtout, ma caméra nazebroc a un son de malade! On entend tout bien, tout clair, ça sature jamais. Bon dieu, j’aimerai bien savoir où ils les trouvent ces caméscopes/téléphones portables au son dolby surround, parce que ça m’intéresse sérieusement! Found footage! Gueule foutage, oui!
    (Désolée, fallait que ça sorte…)

    J'aime

  2. Super bonne nouvelle ! Moi aussi j’adore le Shy’, mais je me suis arrêtée après La jeune fille de l’eau, et je ne savais même pas qu’il en sortait un nouveau. Après les échecs de After Earth et du Maître, je pensais qu’il se consacrait à la télé. Bon, je vais m’y remettre.

    J'aime

  3. En voilà une excellente nouvelle ! J’ai beaucoup aimé Night Shyamalan à ses débuts mais j’ai décroché après La Jeune Fille de l’eau (2006) et je n’ai pas vu ses films suivants, qui ne me semblaient pas bons. Je suis donc très contente de le retrouver dans quelque chose de meilleur, même si pas parfait mais qu’importe, je me réjouis déjà de nos retrouvailles 🙂

    J'aime

  4. le retour de Shyamalan… Soudainement, j’ai quelques réticences… J’ai lu des critiques bcp plus mitigées

    J'aime

  5. Le retour du « Phénomène » ! qui nous a visiblement mitonné un petit twist façon sixième sens (si j’ai bien compris l’entame de ta chronique. Je ne suis pas pressé d’aller faire berner. Le film aura au moins l’avantage de produire ce genre d’écrit que j’adore :
     » Pendant la séance, le film m’a mis mal à l’aise. Je n’ai pas forcément eu peur (du genre j’ai pas hurlé comme les ados dans la salle ou je n’ai pas mis mes petites mains de baby devant ma gueule comme je le fais un peu trop souvent) mais je redoutais tout et n’importe quoi. »
    et un peu plus loin :
     » j’ai vraiment passé un bon moment devant, j’ai eu peuuuur (ce qui me parait essentiel quand on regarde ce genre de films) ».
    J’adore et j’en réclame encore ! 😉

    J'aime

  6. J’ai commencé à lire ton article, savourant le fait que j’allais moi-même bientôt voir ce film… Mais dès que j’ai vu le mot « twist » je me suis arrêtée (par peur d’une révélation scénaristique trop importante) !
    Après avoir lu une mauvaise critique, la tienne, même si elle reste un peu mitigée apparemment, me rassure !

    J'aime

  7. Ca fait aussi bien longtemps que j’ai pas eu vraiment peur chez moi après avoir vu un film… Et ça me manque ! Tout comme ça fait bien longtemps également que je n’ai pas vu un bon film de Shyamalan ! 🙂 Mais celui-là me disait bien… Peut-être pas au point d’aller le voir au cinéma ! Les sorties au cinéma sont « rares » avec un enfant, et d’autres films me tentent. Mais tu m’as quand même donné envie de le voir !

    J'aime

  8. @ Girlie Cinéphilie :
    Là disons que le found footage n’est pas dégueu (à part certaines scènes, ça bouge, c’est normal) mais limite ça passe car encore une fois, on sent que la nana qui filme cherche une certaine visée esthétique, finalement ça se justifie (enfin, je trouve).
    Après, oui, je suis d’accord avec toi, le found footage reste de la mise en scène, c’est pas toujours aussi réaliste que ça le voudrait 😮

    J'aime

  9. @ Sentinelle :
    A l’époque j’avais apprécié La jeune fille de l’eau, c’est avec les années que je me dis « booooon okaaaay ». Après, peut-être que tu vas trouver celui-ci moyen, les critiques sont mitigées (la presse est un peu plus emballée que les spectateurs) mais il faut toujours relativiser ! 😀

    J'aime

  10. @ Yuko :
    Attention, je voue maintenant un respect à L’Exorciste mais le soir j’ai super bien dormi 😮 Comme quoi, on peut avoir peur sur tout et n’importe quoi ! (il faut dire que j’ai peur pour pas grand chose parfois ^^ je ne préfère pas raconter certaines anecdotes).

    J'aime

  11. @ Eelsoliver :
    Disons qu’il y a des critiques plus mitigées (plus les spectateurs que la presse j’ai l’impression), après je n’ai pas non plus lu des critiques dégueulasses (ce qui est déjà pas si mal !).

    J'aime

  12. @ Prince :
    (ok je viens d’éclater de rire à la lecture de ton commentaire face à mes propres âneries !).
    OOOOhhhh disons que j’avais la flemme de tout reformuler 😮 j’ai eu pas peur mais j’ai peur, ni oui ni non quoi ^^ (quoi, c’est toujours pas clair ?).

    J'aime

  13. @ Koppa :
    Ah non ma critique est clairement enthousiaste (même si j’ai conscience que le film n’est pas parfait).
    Normalement j’ai rien révélé mais tu as raison d’être prudente (même si je ne pense pas avoir fait de boulette). 🙂

    J'aime

  14. @ Anything is possible :
    C’est sûr qu’avoir un enfant demande d’autres priorités cinématographiques notamment ! (mais bon, quand tu peux y aller, tu peux voir des films pour enfants avec ton enfant en te justifiant « ouuais j’ai un enfant », alors que moi, on me prend une débile comme je vais voir volontairement un film pour enfant, ahahaha).
    De rien si j’ai pu te pousser à regarder ce film, même dans quelques mois 🙂

    J'aime

  15. j’ai bien aimé, les personnages, l’humour, par contre j’ai deviné la fin dès le début, donc scénario un peu facile je trouve. mais j’ai passé un bon moment.

    J'aime

  16. Tu n’es pas seul, moi aussi, j’aime bien Shyamalan, même si ces derniers films, notamment After Earth, m’ont profondément déçu tant je pense que le bonhomme mérite mieux que de signer une simple commande impersonnel pour Will Smith et son gosse. Pour The Visit, je vais aller le voir la semaine prochaine, une double séance puisque j’essayerais de me faire également Crimson Peak de saint Del Toro.

    J'aime

  17. @ Papillote :
    Je comprends étant donné qu’il y avait finalement de gros indices (et la personne qui était avec moi m’a dit qu’elle avait compris dès le début mais que cela ne lui avait pas gâché son plaisir).

    J'aime

  18. @ Titi :
    Héhé Crimson Peak ça a l’air de déchirer aussi (j’espère avoir le temps de le voir).
    J’attends alors ton avis (que ce soit ici ou sur ton blog) 🙂

    J'aime

  19. Hello Tina ! Pas sûr d’avoir le temps compte tenu de mes priorités, mais j’ai un certain intérêt pour ce nouveau Shyamalan. Son léger retour en grâce m’intrigue, donc je dis: pourquoi pas ?

    J'aime

  20. La résurrection de Shyamalan, si je comprends bien.
    En tout cas, la visite chez papi, ce sera pour plus tard.

    J'aime

  21. Je l’ai vu vendredi soir et tout comme toi j’ai eu beaucoup de mal à trouver le sommeil. J’ai eu peur pendant la séance et j’y ai beaucoup repensé depuis. Déjà que j’ai mal dormi après avoir vu Crimson Peak, ça a été une semaine difficile niveau sommeil 😉
    J’ai bien aimé, je n’ai pas du tout deviné ce qui se passait et, mise à part la fin que j’ai trouvé un peu longue, je n’ai pas vu le temps passer.
    Ce film est une bonne surprise parce que depuis La Jeune Fille de l’Eau, je trouve Shyamalan en perte de vitesse.
    J’ai bien aimé ta critique, tu m’as fait rire avec tes « j’ai pas eu peur mais en fait si » 🙂

    J'aime

  22. @ Martin :
    C’est sûr qu’avec toutes ces sorties au cinéma, je comprends que tu n’en fasses pas une priorité. (les cinémas sont surchargés, c’est horrible, faut faire des choix et tout ça en ce moment !).

    J'aime

  23. C’est vrai que c’est dur de faire une critique subjective quand le twist du film est aussi.. comment dirais-je…spécial. Je dirais même qu’il laisse des traces (clin d’oeil)
    En tout cas pour ma part je me suis bien marré une fois le suspense éventé. Fallait le faire!

    J'aime

  24. Enfin vu et beaucoup aimé. Et si je me suis vite doutée du twist (mais sans certitude non plus tant le doute subsistait tout le long), et bien je me suis tout de même laissée prendre par l’ambiance de plus en plus angoissante et malsaine du film. Tout en se payant le luxe d’être marrant à d’autres moments. Ah je suis contente de retrouver le réalisateur que j’aimais et qui s’était tellement fourvoyé ces dernières années. Contente contente !!!

    J'aime

  25. Perso je viens de le voir et je suis très mitigé. J’ai surtout eut l’impression que le réalisateur nous faisait son petit Paranormal Activity dans son coin (et vas y que je te pose la caméra dans un coin pour filmer rien du tout). J’avoue que la révélation finale est bien trouvé et que les personnages ne sont pas mal (à part le morveux qui se prend pour un rappeur). Mais, ça reste très moyen et Shy nous a habitue à bien mieux.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s