Poltergeist (1982)

réalisé par Tobe Hooper

avec Craig T. Nelson, JoBeth Williams, Heather O’Rourke, Dominique Dunne, Oliver Robins, Beatrice Straight, Zelda Rubinstein, James Karen…

Film d’épouvante-horreur, fantastique américain. 1h55. 1982.

sortie française : 20 octobre 1982

Poltergeist

L’heureuse famille Freeling mène une vie tranquille et prospère dans la petite ville de Cuesta Verde. Cependant, leur maison devient le théâtre d’étranges phénomènes quand des objets commencent à se déplacer et que le sol se met à trembler. Une nuit, la petite Carol Anne disparaît et se met à communiquer avec ses parents à travers la télévision. Les Freeling font alors appel à un parapsychologue.

d33f512144723f3ae037432fb726e2

Je suis allée voir le remake de Poltergeist, réalisé par Gil Kenan (je vous le chroniquerai probablement après la fin des vacances !) il y a pratiquement un mois sans avoir vu l’original avant. Ne pas avoir regardé le film de Tobe Hopper a été un avantage pour moi : finalement, sans crier au génie et en ayant conscience de ses défauts, j’ai à peu près apprécié ce remake (on ne me tape pas). Mieux : cela m’a donné envie de regarder enfin la première version. Cette saga (je précise que je n’ai pas encore vu les deux suites, est-ce que cela en vaut la peine ?), dont le premier épisode a été écrit et produit par Steven Spielberg, n’est pas que connu pour ses qualités. Certains parlent de malédiction, d’autres (dont moi) évoqueraient davantage une tragique coïncidence : après le tournage du premier Poltergeist, Dominique Dunne (soeur de Griffin Dunne, qui incarne la fille aînée des Freeling) a été assassinée à 22 ans par son petit ami. En 1988, Heather O’Rourke (Carol-Ann, la petite dernière de la famille) meurt à l’âge de douze ans durant le tournage de Poltergeist III des suites d’un choc septique causé par une sténose intestinale et était atteinte de la maladie de Crohn. Entre temps, en 1985, Julian Beck qui incarne Henry Kane dans Poltergeist II meurt des suites de son cancer à l’estomac. Les tournages ont également été mouvementés, l’équipe du film constate que certaines choses étranges ont lieu. Suite à ce constat, Will Sampson, qui incarne le chaman Taylor toujours dans le deuxième volet, décide de pratiquer un exorcisme durant le tournage. Mais ce dernier meurt brutalement des suites d’une défaillance rénale après une greffe du coeur et du poumon. Mais ne résumons pas Poltergeist à toutes ces tragédies. J’ai énormément aimé ce premier volet, je regrette même de ne pas l’avoir vu bien avant ! Je vais être honnête : je ne me suis pas pissée dessus en regardant ce film. Ceci dit, quelques scènes m’ont quand même fait sursauter et il y a mine de rien une ambiance assez pesante, voire même troublante. Il faut dire que la musique de Jerry Goldsmith est angoissante. Bref, on s’inquiète rapidement pour les personnages. Rien que le fait de voir cette môme un peu trop proche de la télé a quelque chose de flippant (surtout quand elle ajoute la célèbre réplique « They’re here »).

436ce672b08386de0c2c8f23ec6bc6 (1)

Certaines scènes sont même devenues cultes, notamment celles avec le clown et l’arbre qui s’animent ou encore celle dans la piscine avec les squelettes. Du coup, cela compense avec des effets spéciaux, certainement très réussis à l’époque, mais qui peuvent paraître aujourd’hui « kitsch » (mais qui ont toujours un véritable charme). Ce qui frappe, c’est de voir comment Tobe Hooper revisite les codes de la maison hantée, notamment en s’accaparant habilement des différents coins de la demeure des Freeling. De plus, on retrouve un univers spielbergien très plaisant, dont on retrouve des thèmes chers au réalisateur d’E.T., notamment tout ce qui concerne les peurs enfantines. Le film dure pratiquement deux heures mais il passe très vite et cela grâce à un très bon scénario. Le film ne perd pas de temps, il commence rapidement et ne traîne pas en longueur. L’histoire en elle-même peut sembler assez simple mais les thèmes sont traités intelligemment et avec profondeur. Il y a tout d’abord clairement une dénonciation du mode de vie américain matérialiste et consumériste des années Reagan, qui passe notamment par cet emprisonnement dans la télé. Puis, j’ai trouvé ce film très féministe (finalement, le remake s’éloigne totalement de cette idée… ce qui est très étrange). En effet, on remarque ce sont les femmes qui sont au coeur de l’action : la petite Carol Anne victime de ces esprits malfaisants, la mère qui va tout faire pour sauver sa fille (alors que le père peut sembler plus passif), la parapsychologue le Dr Lesh ainsi que la médium Tangina Barrons. J’ai beaucoup aimé comment le film a traité le thème de la famille, de la relation entre les parents et leurs enfants (parce que n’oubliez pas… « DON’T TOUCH MY BABIES ! ») ainsi que le thème de la maternité. J’ai notamment beaucoup aimé cette représentation métaphorique de l’accouchement lorsque Diane récupère sa fille. Par ailleurs, j’ai trouvé le lien palpable entre la vie et la mort très réussi. Ca peut paraître niais dit comme ça mais le film traite ce thème sans lourdeur. Enfin, les acteurs sont également tous bons et leurs personnages sont très attachants.

f5464da1c82c899bf19aba9f517cbc

Publicités

22 réflexions au sujet de « Poltergeist (1982) »

  1. Bonjour Tina,
    Que dire de Poltergeist quand j’étais jeune (12 ans) j’ai eu des frissons aujourd’hui c’est un film qui me fait sourire mais pour l’époque il était bien fichu. Le remake est assez fidèle au film, il se laisse regarder.
    En ce qui concerne les tournages des Poltergeist durant les années 80 en prenant en compte tous les événements nous pourrions penser que ces films ne devaient pas exister.
    Pour ceux qui n’ont jamais visionné le film vous pouvez aller voir le remake, de petits frissons vous attendent.
    Comme toujours critique excellente

    J'aime

  2. Quand on voit la « malédiction » qui entoure le film, cela lui donne en plus une aura toute particulière. Cela dit, malgré qu’il ai vieilli, ce film reste très fort ^^ contente que tu aies aimé !

    J'aime

  3. Un classique horrifique des 80’s dont la paternitè fait souvent défaut. Un peu de Spielby un peu d’Hooper et de grands moments d’angoisse comme le bain de cadavres. Pas sûr que son remake atteigne ce niveau avec un foutu pg13 et en plus Insidious est déjà un remake non officiel.

    J'aime

  4. Mince alors, je ne connaissais pas du tout la «malédiction» autour du film. C’est le hasard mais ça a quelque chose de flippant quand même…
    J’ai vu le film il y a une vingtaine d’années et je ne me souviens pas de tout. Je sais simplement que j’avais eu peur 🙂 Tu me donnes envie de le revoir !

    J'aime

  5. Un grand classique du genre « maison hantée ». Je rejoins ton enthousiasme. Par contre, les suites sont à fuir de toute urgence !

    J'aime

  6. un grand classique du genre que son remake n’arrive d’ailleurs jamais à égaler. Pour les suites, je le confesse, je les aiment bien, mais, je comprends parfaitement qu’on puisse les détester.

    J'aime

  7. Ah ben j’ai vu le remake au ciné, et j’ai commencé à regarder celui-ci quelques jours plus tard à la télé mais j’avoue je ne l’ai pas regardé en entier, il était trop tard mais je compte bien regarder la suite dès que je peux.

    J'aime

  8. Coucou Tina 🙂
    J’adore ce film. Je n’ai pas encore vu le remake et comme il ne repassera plus dans mon cinéma, ce sera seulement pour sa sortie en dvd que je pourrai y jeter un oeil.
    Personnellement ce film de 1982 me fait encore peur. oui je suis une trouillarde, probablement, en plus je l’ai découvert assez tard (il y a 4 ans je crois, par là). J’en ai toujours des frissons. Et purée, que j’aime cette ambiance kitsch ! 😀
    Pour moi c’est une vraie réussite.

    J'aime

  9. @ Mignardises :
    Je chroniquerai le remake mais je l’ai trouvé pas si mal que ça (même si ça n’atteint pas le niveau de l’original, évidemment), il est un peu dans la veine d’un Insidious (qui lui-même s’inspirait de Poltergeist, quelle chaîne !).
    Merci beaucoup pour ton passage 🙂

    J'aime

  10. @ Borat :
    Je savais (en lisant à droite et à gauche) que Insidious était très inspiré de Poltergeist mais en découvrant l’original, ça m’a frappée (même si j’ai une certaine affection pour Insidious). Même après avoir vu l’original, je trouve le remake pas trop mal. Pas effrayant, avec ses défauts mais ça passe.

    J'aime

  11. @ Potzina :
    C’est vraiment tragique de voir deux jeunes filles, voire même parmi elles une enfant, mourir comme ça 😦
    Tu devrais le revoir, juste pour voir s’il te fait autant d’effet !

    J'aime

  12. @ Titi :
    C’est clair que le remake est trèèèès en-dessous du film de Hooper. Ceci dit, je trouve qu’il se laisse regarder 🙂
    Bon pour les suites, tu as l’air plus enthousiaste que Oliver, je ne sais pas si je dois me « presser » pour les regarder ou pas 🙂

    J'aime

  13. @ Vince :
    Ouuiiii j’ai beaucoup pensé à The Ring en voyant le film ! D’ailleurs, au What the movie (le jeu où tu dois trouver les films à partir d’images de films), sur certaines photos à deviner, je pensais que c’était parfois The Ring !

    J'aime

  14. @ Minie :
    Je vais aller lire ton article sur le remake dans la journée (je reviens de vacances 🙂 ). En tout cas, la version originale est bien au-dessus du (sympathique) remake, j’espère que tu auras l’occasion de le regarder en entier et en forme cette fois-ci 🙂

    J'aime

  15. @ Avel :
    Le remake n’est pas indispensable mais sympathique. Si tu aimes les films dans le style d’Insidious, franchement ça passe.
    Ahhhh mais j’adore le kitsch (j’aurais tellement aimé vivre dans les années 80, snif snif), ça donne du charme. OOOOh mais c’est pas un mal d’être trouillarde, au moins le film est encore plus efficace 😀

    J'aime

  16. J’ai raté le remake en salle, pensant me gausser devant un trop tout cheapos et pas effrayant. Dommage.
    Enfin, le premier film est une pure réussite du genre, et je le considère plus comme un film de Spielberg que de Hooper (qui d’ailleurs, à un peu perdu sa patte sur le film pendant le tournage et ça se sent parfois). Et puis diantre, quelle émotion, c’est probablement l’un des seuls films d’horreur qui ait réussi à me tirer une larme. 😀

    J'aime

  17. @ Kapalsky :
    Effectivement, le remake n’est pas hypeeer effrayant mais j’ai trouvé qu’il y avait pire (tiens, il serait que je le chronique).
    Je n’ai pas pleuré mais je comprends ce que tu veux dire, c’est vrai que le film est très émouvant, on s’attache tellement à cette famille.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s