Mad Max : Fury Road

réalisé par George Miller

avec Tom Hardy, Charlize Theron, Nicholas Hoult, Hugh Keays-Byrne, Zoe Kravitz, Rosie Huntington-Whiteley, Riley Keough, Nathan Jones, Josh Helman, Megan Gale, Angus Sampson, Abbey Lee, Courtney Eaton, Coco Jack Gillies, Gillian Jones…

Film de science-fiction, action australien, américain. 2h. 2015.

sortie française : 14 mai 2015

Mad Max: Fury Road

Hanté par un lourd passé, Mad Max estime que le meilleur moyen de survivre est de rester seul. Cependant, il se retrouve embarqué par une bande qui parcourt la Désolation à bord d’un véhicule militaire piloté par l’Imperator Furiosa. Ils fuient la Citadelle où sévit le terrible Immortan Joe qui s’est fait voler un objet irremplaçable. Enragé, ce Seigneur de guerre envoie ses hommes pour traquer les rebelles impitoyablement…

Mad Max: Fury Road : Photo Hugh Keays-Byrne

Voulant rester un minimum dans l’actualité, je livre déjà ma critique du dernier Mad Max mais je précise d’emblée que vous découvrirez mes impressions sur Mad Max 2 et 3 sur ce blog au cours de ces deux mois d’été. Il est difficile de classer concrètement ce Mad Max : Fury Road, présenté en hors compétition au dernier festival de Cannes. Est-ce une suite ? Un remake ? Un reboot ? Miller préfère dire qu’il revisite la saga culte qu’il a créée. En tout cas, peu importe le nom, un nouveau film des années après peut toujours effrayer. Or, ce quatrième volet est selon moi le meilleur de la saga ! Il m’a vraiment enthousiasmée et est pour l’instant le meilleur blockbuster de l’année. Je précise que je l’ai vu en 3D, ce gadget n’était pas vraiment utile – comme pratiquement souvent – mais le film n’était pas désagréable à regarder avec ces lunettes et je n’ai pas eu trop mal à la tête en sortant bizarrement avec que ça pète dans tous les sens. En tout cas, il s’agit tout d’abord d’un excellent divertissement. Personnellement, alors que j’avais déjà regardé pour être à jour tous les autres Mad Max, j’avais quand même peur que toute cette vitesse, annoncée notamment dans la bande-annonce (je n’ai pas pu y échapper), me fatigue rapidement. Or, Miller arrive à filmer des scènes d’action bluffantes et violentes d’une grande richesse visuelle et vraiment rythmées : entre vitesse, virtuosité et fureur, ces scènes d’action en question, qui ne semblent jamais s’arrêter pour notre plus grand bonheur, ont en plus le mérite de ne perdre son spectateur en route, au contraire, l’action est toujours très lisible. On ne pourra pas non plus échapper à l’esthétique du film. Franchement, c’est d’une beauté inouïe ! Entre des décors écrasants, des costumes et le maquillage soignés, la musique explosive ou encore la lumineuse photographie, on en prend plein les yeux !

Mad Max: Fury Road : Photo Charlize Theron

Au fil de la saga, les Mad Max appartiennent de plus en plus au genre post-apocalyptique et dans cet épisode, Miller ne le fait que le confirmer. En présentant un univers aussi époustouflant, le réalisateur est également parvenu à montrer à la fois la destruction, la monstruosité ou encore le désespoir. Face à ce chaos jouissif, Miller a également su ajouter à la fois de l’humour et de l’émotion, l’ensemble paraît du coup très bien dosé. Mais on ne peut résumer ce dernier volet de Mad Max à de l’action et de beaux décors. L’histoire racontée est également très riche. Le scénario semble simple, voire même trop simple quand on lit certaines critiques. Je peux comprendre cette impression étant donné qu’on en prend plein la vue non-stop pendant deux bonnes heures. Mais il serait injuste de dire qu’il n’y a pas de scénario. Au contraire, je pense que sa qualité, en tant que grand divertissement, est justement de livrer une histoire en apparence simple, accessible, mais qui comporte en réalité des enjeux plus profonds. Comme dans les précédents épisodes, Miller raconte avec une véritable efficacité les conséquences de la bêtise et de la folie humaine. Mieux, il va encore plus au bout de toutes les idées qu’il avait mises en place auparavant. Le scénario (et pas que) met également énormément en avant l’action des femmes, on peut même carrément parler d’oeuvre féministe. Quand on voit à quel point Hollywood est sexiste, je dois avouer que de voir un film féministe fait vraiment du bien et surtout Miller, qui a beau être un homme, livre ce type de discours avec beaucoup de pertinence. Je pense que le scénario est bien plus remarquable qu’il en a l’air et que le film en lui-même ne fonctionnerait pas totalement sans cette écriture plus riche qu’elle en a l’air.

Mad Max: Fury Road : Photo Tom Hardy

Mad Max : Fury Road fonctionne également grâce à des personnages forts, tous très bien interprétés. Tom Hardy s’en sort vraiment bien dans le rôle de Max. On ne pourra évidemment pas oublier Mel Gibson, qui était franchement formidable dans ce rôle mais Hardy ne se fait pas écraser par les performances de son prédécesseur, il parvient à redonner vie à ce personnage mythique, notamment par son charisme. On retiendra surtout sa partenaire féminine, Charlize Theron, qui trouve ici l’un de ses meilleurs rôles. Je crois qu’on est déjà tous fan de Furiosa, un personnage qui restera dans les annales ! Tellement qu’elle écrase parfois un peu trop Hardy. Il faut dire que Max a toujours été un héros, ou plutôt un anti-héros, en retrait, là c’est peut-être un petit plus visible. Mais ce n’est pas non plus dramatique et réjouissons-nous de voir un personnage féminin avec autant de couilles dans un tel blockbuster. Les seconds rôles sont également très bons. Comme beaucoup, j’étais contente de revoir l’impressionnant Hugh Keays-Byrne, alias Toecutter dans le premier volet. Il incarne cette fois-ci un autre méchant (ce qui est possible vu qu’il est méconnaissable avec son maquillage sacrément bien foutu, disons les choses), le (également) déjà culte Immortal Joe. Parmi les seconds rôles, j’ai également bien aimé l’interprétation de Nicholas Hoult, dont le personnage est attachant et rempli de nuances. Enfin, je trouve que la bande de filles qui accompagne Furiosa (Rosie Huntington-Whiteley, Zoe Kravitz, Riley Keough…) assez convaincante. J’avais au début peur que ce soit vite un défilé de mode mais finalement on les sent toutes investies et défendent toutes bien leurs personnages. Encore une fois, c’est bien de voir de jolis rôles féminins. Comme quoi, les belles actrices ne sont pas juste des potiches. George Miller a dit qu’il avait voulu réinventer le mythe qu’il a crée et il a totalement réussi son pari, dans un sens, on pourrait même aller plus loin en parlant d’invention. Je trouve cela formidable un papi de plus de 70 ans réaliser un film aussi audacieux et contemporain. Cela fait du bien de voir un grand blockbuster, réellement divertissant, accessible et profond à la fois, écrasant vraiment les gros films d’action bien fades à côté de cette magnifique proposition de cinéma.

Mad Max: Fury Road : Photo Nicholas Hoult, Riley Keough

Publicités

54 réflexions au sujet de « Mad Max : Fury Road »

  1. J’aime ton enthousiasme Tina, et je dois bien avouer que je l’ai été tout autant que toi à la vision de ce film. Féministe dans le bon sens du terme (c’est bon de le préciser, tant le terme est parfois péjoratif) et il se permet même de dénoncer un certain fanatisme, sujet ô combien contemporain. Un très bon film qui a de la gueule, qui en jette plein les yeux mais qui dit pas mal de choses, mine de rien en passant.

    J'aime

  2. Waouh, que d’éloges et d’enthousiasme ! Je suis ravie ! Pour une fois qu’un blockbuster et en plus reboot d’une saga culte casse la baraque… quel bonheur ! Hâte de le voir !

    J'aime

  3. J’ai été emballé par ce film, qui réussit à être irréprochable (ou presque) autant sur la forme que sur le fond. Il aura donc fallu qu’un septuagénaire démontre à Hollywood comment on doit mettre en scène un blockbuster digne de ce nom, avec un vrai sens (j’abonde : c’est un film féministe), une esthétique à vous retourner les rétines et des scènes d’action qui redéfinissent le genre et restent toujours lisibles malgré leur complexité.
    Merci, m’sieur Miller. La grande classe.

    Chouette billet, Tina, comme toujours 😉

    J'aime

  4. Complètement d’accord avec toi sur le film, Tina. Comme je l’avais dit sur la chronique que je lui avais consacré, je trouve aussi que ce scénario en apparence simple est divinement bien écrit: les dialogues sont peu nombreux sont tous significatifs et chacun des personnages, même les moins visibles à l’écran sont fouillés, écrits et sont porteurs d’un passé douloureux. Le film, s’il paraît avant tout comme un divertissement, est particulièrement désespéré, en particulier grâce au personnage de Max qui n’a jamais été aussi fou, ni aussi triste. Pour moi, une immense réussite!

    J'aime

  5. Miller confirme tous les espoirs placés dans ce 4e opus. Si ce 4e volet est le dernier épisode, il clôt la saga en beauté

    J'aime

  6. Quelle critique enthousiaste !
    Je ne sais pas vraiment pourquoi, je n’ai pas été le voir, peut être par crainte du trop plein d’action. Il n’est toujours pas dans ma liste, et va finir par passer à la trappe !

    J'aime

  7. Etonnant que tu n’as pas abordé les deux autres avant mais passons. 😉 Un véritable plaisir que de voir un tel spectacle au cinéma. Je compte aller le revoir une troisième fois (encore une fois en VO) la semaine prochaine pour la fête du cinéma, histoire de reprendre un peu de valhalla et du gel chrome! George Miller signe le retour inattendu d’une franchise qu’on n’attendait plus avec une furiosité rare, revenant à un look, une mythologie et un héros enragés dans un monde complètement à la dérive, en pleine mutation et frappadingue. ça joue bien, c’est réalisé de manière magistrale, le scénario tient la route, les cascades sont faites en durs ce qui est d’une rareté aujourd’hui (je renvoie à ce que je dis à propos de Jurassic World et Avengers 2) et la musique est géniale.

    J'aime

  8. @ Deuxième séance :
    On peut le dire, pratiquement irréprochable, et même les petits trucs qui n’iraient pas, on les pardonne facilement !
    Merci beaucoup pour le compliment 🙂

    J'aime

  9. @ Girlie Cinéphilie :
    Je suis contente que tu partages mon avis sur le scénario, un peu trop décrié, même dans des critiques qui le compliment à mort !

    J'aime

  10. @ Borat :
    Mes critiques des deux autres sont pratiquement prêtes (je n’en suis pas totalement satisfaite, des choses me chiffonnent) depuis que je les ai vus mais c’est vrai que le 4 m’a tellement enthousiasmée que ça a été plus simple pour moi d’écrire cette critique que pour les deux autres. De plus, j’avais peur de créer une lassitude en publiant les quatre critiques d’affilée (comme je l’avais fait pour les Hunger Games), surtout que je suis pas mal à la bourre (de tête je dois écrire 6 critiques de films que j’ai vus au ciné + 3 critiques de Dvdtrafic que je dois écrire très rapidement). Donc au moins, vu qu’on est en période de vacances et que je pars souvent, je programme ces deux critiques durant mon absence, cela me semble être un bon compromis 🙂 (voilà pour l’explication complète vu que cela semblait insuffisant au début de ma critique 😉 ).
    Je serais bien allée le revoir mais beaucoup de films m’attirent durant cette fête du cinéma !

    J'aime

  11. ah ça, c’est possible. Etant donné que le film cartonne au cinéma, une suite est envisageable, mais il faut savoir s’arrêter…

    J'aime

  12. La Fury Road n’a pas fini d’enflammer l’enthousiasme de la blogosphère. Je constate avec bonheur que tu te joins au cortège laudateur dans lequel je revendique également une place. Je me tâte même pour tenter un deuxième passage à la fête du ciné 🙂

    J'aime

  13. Au moins cela aurait été logique. 😉 Moi j’en ai quelques uns en tête: Le voyage de Chihiro, Inside out en vo, Max et après pour 4 euros je verrais pour Spy, San Andreas, Un français ou La loi du marché. Sans compter les sorties de mercredi avec le truc avec Schwarzy, Tale of tales ou Victoria. Mais je ne le saurais que lundi.

    J'aime

  14. Paris Dakar ou quand le mirage de la terre promise te dis de faire demi-tour …..
    Une copie d’un truc vu il y longtemps mais sans Mad Max ( pauvre Hardy là-dedans ), un peu léger quand même pour hurler au chef d’oeuvre.
    Féministe, tu parles Charles, pardon Max, ah ben non il était pas là. 🙂

    J'aime

  15. @ Borat :
    Mais enfin, Borat, c’est bien connu, je suis tout sauf logique 😮 😀
    Ohhh hâte de lire tes critiques ! Perso, il faut que j’écrive les critiques de La loi du marché, Valley of love, Jurassic World, Kingsman, Loin de la foule déchaînée et contes italiens. Je comptais aussi voir Tales of tales, Spy et Victoria pour la fête du cinéma (si je peux, ça va être chaud), ou encore Mustang et Vice Versa !

    J'aime

  16. Attends faut que je les vois avant! 🙂 Là je suis à la journée du bis. Déjà vu Orca et après Jeu d’enfant, Phenomena et Vendredi 13 (déjà vu mais sur grand écran c’est autre chose).

    J'aime

  17. Très belle critique ! Entièrement d’accord avec toi, un très bon film, et un peu plus profond qu’il n’y paraît 🙂

    J'aime

  18. @ Borat :
    Je le sais, t’en fais pas !
    Ahhhh les fameuses journées du bis (faudrait que j’en essaie une un de ces jours mais faudrait encore qu’il y ait ce type de séance 😮 ).

    J'aime

  19. Nous ce n’est pas pareil puisque c’est un cinéma qui propose la programmation. En plus je suis bon copain avec le mec qui organise. Mais oui j’ai passé une bonne journée. 😉

    J'aime

  20. Bah au moins j’ai un bon contact. Depuis janvier il me donnait régulièrement les dates vu qu’une fois j’en ai parlé sur twitter. Les premières de janvier et février je ne pouvais pas mais depuis que j’ai le permis, j’y vais. Une ambiance du tonnerre faites sur la fidèlité et le plaisir. Et puis les vrais vont voir tous les films projetés. 😉 Les cinés de Metz proposent aussi ce genre de soirées même si ce n’est pas forcément la même ambiance. Pas à Kinépolis que je verrais cela.

    J'aime

  21. Parce que les nuits du bis jouent énormèment sur la fidélité. Ce qui n’empêche pas de bien me marrer avec mes amis à Metz.

    J'aime

  22. Un vrai bon film de cinéma qui nous en mets plein la vue. Furiosa est plus mis en avant que Max mais tant pis, le spectacle est au rendez-vous et c’est ce que je voulais 🙂

    J'aime

  23. Pour avoir aimé, tu as aimé 🙂 Comme je l’ai dit, ça manquait d’émotion à mon goût mais dans l’ensemble c’est un bon film. Il a au moins le mérite de ne pas être entièrement en numérique avec des super-héros en goguette !

    J'aime

  24. @ Potzina :
    Sans dire que j’étais bouleversée (cela serait hypocrite), j’ai trouvé les quelques moments d’émotion plutôt forts mais je comprends tout à fait ton ressenti !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s