Mad Max

réalisé par George Miller

avec Mel Gisbon, Joanne Samuel, Hugh Keays-Byrne, Steve Bisley…

Film d’action, science-fiction australien. 1h25. 1979. 

sortie française : 13 janvier 1982

Mad Max

Sur les autoroutes désertées d’une Australie méconnaissable, une guerre sans merci oppose motards hors-la-loi et policiers Interceptor, qui tentent de triompher de la vermine au volant de voitures aux moteurs surgonflés. Dans ce monde en pleine décadence, les bons, les méchants, le manichéisme disparaissent…

madmax

Suite à la sortie de Mad Max : Fury Road, je me suis dit qu’il était enfin temps que je découvre cette saga culte qui a permis au grand public de découvrir Mel Gibson. J’avais les dvd chez moi depuis longtemps mais je ne sais pas trop pourquoi, je n’avais pas ressenti l’envie de les regarder. Alors, commençons par le commencement, c’est-à-dire par le premier volet qui s’intitule tout bêtement Mad Max. Je dois avouer que je ne l’ai pas tout de suite adoré même si j’ai tout de même rapidement beaucoup aimé ce film. En effet, je trouve que l’action met un peu de temps à arriver. Vu depuis quelques semaines maintenant, je commence vraiment à comprendre son succès et finalement je peux affirmer que j’aime de plus en plus ce long-métrage. Le scénario est assez classique mais finalement il est très efficace, il va à l’essentiel ce qui rend encore plus le film captivant, confirmant l’univers présenté, c’est-à-dire assez brut. Mais ce sont surtout la mise en scène, l’univers et un habile mélange des genres qui est selon moi réellement intéressant et qui peut expliquer cet enthousiasme général pour ce film à faible budget. En effet, le réalisateur combine à merveille à la fois le film post apocalyptique, le road movie, le western et le film de vengeance. Après, le film a tendance à être très axé sur l’action, la vitesse et des histoires de vendetta. Pour moi, il s’agit bien d’un film post apocalyptique mais on conviendra que cet univers sera de plus en plus développé au fil des films (et le dernier volet ne fait que le confirmer) tout comme cette histoire sur la guerre du pétrole sera davantage mise en avant dans le second film. Malgré quelques lenteurs au début de ce premier film, j’ai trouvé le résultat jouissif.

madmax1

Je dois avouer que j’avais principalement peur de regarder ce film de peur que toutes ces bagnoles et routes finissent par me gaver. Mais la mise en scène nerveuse de George Miller permet de rester scotcher, sans jamais être lassé, face à ces scènes de vitesse montrant la folie, la bêtise et les déviances d’une société en perdition. La violence est évidemment au coeur de ce film et même des années après, alors que nous sommes dans une époque où on voit tout et n’importe quoi à la télé, cette violence dans Mad Max a toujours un impact de nos jours. Je dirais que Miller est parvenu à montrer la violence gratuite des hommes, ce qui parvient à secouer les spectateurs, qui comprend encore plus la situation, mais on n’a pas l’impression que cette violence soit gratuite car, au-delà de son rôle esthétique, elle a une véritable signification. Justement, parlons-en de l’esthétique du film. Il faut quand même le dire : elle est très réussie. Comme je l’ai dit, Miller a su parfaitement filmer la route, ses dangers, sa violence, son côté brut, voire presque un peu crasseux. Il faut dire qu’au-delà d’un véritable savoir-faire de la part de Miller, le film possède de magnifiques décors et une remarquable photographie, permettant encore une fois d’appuyer sur le contexte post-apocalyptique. La bande-originale de Brian May est également très réussie et correspond très bien à l’univers proposé par Miller. Enfin, les acteurs sont tous excellents à commencer par Mel Gibson, très charismatique et attachant dans le rôle de cet anti-héros. Steve Bisley, qui incarne l’ami de Max, est également très convaincant. On retiendra également l’interprétation remarquable de Hugh Keays-Byrne (qui joue d’ailleurs de nouveau le rôle du méchant dans Mad Max : Fury Road).

madmax2

 

Publicités

31 réflexions au sujet de « Mad Max »

  1. J’aime bien le film mais j’avoue quand même que j’ai des doutes sur les qualités éducatives de papa Max dans ce premier opus (« Ah merde, le bébé, mais qu’Est-ce que j’en ai fait déjà? Ah oui, je l’ai laissé seul dans le bush pour servir de tambouille aux coyotes… »)

    J'aime

  2. Je trouve que c’est une très bonne idée que tu reviennes sur le « vieux » Mad Max en ces temps de route en furie. Il ne me reste plus qu’à regarder tout ça

    J'aime

  3. Un film culte qui a plutôt bien traversé le poids des années. Un film d’une violence inouïe et d’un cynisme absolu.

    J'aime

  4. Une bombe atomique culte ce film, avec une paire de couilles énorme. J’adore ce côté petit budget bricolé un peu à la va-vite ça a un charme fou.

    J'aime

  5. Ce 1er Mad Max est certes différent de sa suite, mais il est à la genèse d’un quadrilogie démente. Un chef-d’œuvre pour moi.

    J'aime

  6. On peut retenir des problèmes de rythme mais c’est un premier film rappelons le. Pour le reste un film violent annonçant une fin du monde imminente entre les gangs tuant et violant et une police qui n’a plus aucune autorité. Max agit en tant que témoin avant d’être contraint par le desespoir à devenir homme d’action. Mel Gibson en impose. Et puis les poursuites sont gèniales.

    J'aime

  7. @ Chonchon :
    Avant d’aborder le 4, je me suis dit qu’il fallait au moins aborder le 1. Après je pense que pour éviter des effets de lassitude, j’aborderais le 2 et le 3 au fil des deux prochains mois !

    J'aime

  8. @ Borat :
    C’est vrai qu’il faut être plus indulgents avec des premiers films 🙂 et puis j’ai envie de dire quel premier film, pas tout le monde est capable de réaliser son premier long-métrage avec autant de talent 🙂

    J'aime

  9. Tout à fait, je veux bien voir des premiers films indépendants aussi réussi que celui-ci et surtout qui crée un genre à part entière. Mad Max est pré-apocalyptique mais Mad Max 2 crée le post-apo à lui tout seul. Tous chercheront à imiter ce cru que ce soit les japonais, les italiens (ah 2019!), les français (oh oui et ils sont beaux les nôtres! :D) ou les américains (ah Waterworld!). De plus Mad Max est d’une virtuosité incroyable. Rien que les cascades c’est fabuleux de maîtrise (même s’il y a eu de la casse).

    J'aime

  10. Ah Waterworld… Je ne sais pas si je le considère comme un nanar ou un plaisir coupable mais je l’aime bien. Le film a de bonnes scènes d’action, son début se tient vraiment bien, le problème vient du milieu qui est assez creux (et qui a un peu vieilli comme le montre la séquence sous-marine) et du fait qu’il va beaucoup chercher chez Mad Max 2. Mais je le trouve véritablement attachant. En tous cas il est bien plus regardable que le pénible et long Postman que Kevin Costner réalisera seul après.

    J'aime

  11. @ Borat :
    Ah tiens, quelqu’un qui le défend ! Bon… je ne vais peut-être pas me battre pour le regarder mais si un de ces jours il repasse à la télé, je penserais peut-être à le regarder cette fois-ci !

    J'aime

  12. Oh il a ses défenseurs. Il est dans le Rockyrama video club et Mad Movies en a parlé positivement dans son récent HS. sur les films post apo.

    J'aime

  13. Je l’ai découvert récemment… au cinéma et j’ai beaucoup aimé. J’adore ces petits films des 70-80s, bricolés avec trois ficelles et beaucoup d’imagination. Leur impact sur notre imagination n’en est que plus fort !

    Franchement, si les réalisateurs tournaient des films avec gros budget avec d’autant plus d’imagination, on aurait de bien meilleures productions sur les écrans. George Miller a créé un univers et il se tient encore à une certaine cohérence aujourd’hui. Je dis: respect !

    J'aime

  14. Un classique. Un peu lent et perturbant la première fois car je ne m’attendais pas à ce type de film, je prend maintenant du plaisir à le revoir même si de la première trilogie, le deuxième me semble plus abouti 🙂

    J'aime

  15. @ Mad Max :
    Oui voilà au début on se dit « tiens ça ne démarre pas tout de suite », mais une fois qu’on a digéré tout ça, je trouve qu’on apprécie vraiment ce film à sa juste valeur 🙂

    J'aime

  16. Ping : George Miller (II) | fabricefm

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s