La Tête haute

réalisé par Emmanuelle Bercot

avec Rod Paradot, Catherine Deneuve, Benoit Magimel, Sara Forestier, Diane Rouxel, Anne Suarez, Christophe Meynet, Elizabeth Mazev, Martin Loizillon, Catherine Salée…

Drame français. 2h. 2014.

sortie française : 13 mai 2015

La Tête haute

Le parcours éducatif de Malony, de six à dix-huit ans, qu’une juge des enfants et un éducateur tentent inlassablement de sauver.

La Tête haute : Photo

La Tête haute a été présenté il y a maintenant quelques semaines en ouverture du festival de Cannes (en hors compétition). Même s’il a selon moi quelques défauts (j’y reviendrai plus tard), le film d’Emmanuelle Bercot avait largement sa place en compétition. En tant que grande amatrice de cinéma social, ce film ne m’a pas du tout déçue. Bercot signe un film coup de poing, elle ne lâche jamais ses personnages, surtout Malony, le protagoniste principal. Mais elle ne se contente pas de mettre en scène la rage et la violence d’un adolescence sans aucun repère. J’ai aimé la rencontre entre la douceur, la sensibilité et cette violence qui ressort sans cesse chez Malony. Le mélange entre tous ces états est efficace, permettant de dessiner le portrait complexe et l’évolution de Malony. Même s’il n’agit pas toujours bien, je me suis tout de même rapidement attachée à cet adolescent difficile. Mais au-delà d’avoir signé un portrait percutant sur un jeune homme, Emmanuelle Bercot parvient aussi à montrer avec beaucoup d’authenticité la difficulté des métiers autour de la justice et de l’éducation. La réalisatrice a clairement déclaré en conférence de presse ou dans des interviews ce qu’elle défend dans son film (et cela s’en ressent dans le film) : « Chaque enfant a besoin d’une éducation ». A travers son film, Bercot montre alors les conséquences du manque d’éducation, qui conduit forcément à la violence et à la délinquance. Elle croit aussi profondément aux institutions (d’ailleurs, elle ne s’en est pas cachée) et met en scène avec justesse les juges et les éducateurs qui croient en ce qu’ils font. Elle montre alors toute la complexité et le charabia des administrations, véritable frein à ceux qui veulent s’en sortir et ceux qui font leur travail avec sincérité. J’ai en tout cas aimé toute cette documentation, nécessaire pour nourrir le scénario et pour rester un maximum crédible. On sent vraiment que Bercot maîtrise son sujet, qu’elle sait de quoi elle parle. Ceci dit, le film possède tout de même quelques défauts, non négligeables. Même si j’ai beaucoup aimé la mise en scène, énergique, qui ne laisse aucun répit en étant proche des personnages et de leurs actions sans qu’on étouffe, j’ai trouvé cela regrettable les quelques scènes pseudo-grandiloquentes, en insérant notamment de la musique classique. Je suis sûre que cela avait certainement du sens pour Bercot mais pour moi, cette forme de décalage ne fonctionne pas vraiment car cela brise tout ce que la réalisatrice a su mettre en place.

La Tête haute : Photo

Surtout, c’est la fin qui m’a gênée, qui détruit vraiment tout le formidable travail de Bercot jusqu’à présent. Désolée, je vais un peu spoiler donc si vous n’avez pas envie d’en savoir plus, ne lisez pas les lignes suivantes. Normalement, si mon interprétation est juste, cette fin serait optimiste, surtout si je suis le raisonnement de Bercot durant ses interviews. Or, alors que la réalisatrice avait le mérite de rendre son film réaliste, voilà que sa fin est très éloignée de toutes les bonnes choses qui ont été mises en place auparavant. Certes, je peux comprendre la démarche, c’est-à-dire qu’il y aurait malgré tout un espoir, la possibilité de s’en sortir, mais pourquoi cette rédemption devrait-elle nécessairement par la paternité ? C’est limite un peu douteux et sans vouloir être méchante, on a quand même du mal à croire que devenir père va réellement aider Malony à devenir un adulte responsable, il lui reste encore du chemin à parcourir (je ne suis pas pessimiste, juste réaliste en ce qui concerne sa situation). Ce qui aurait pu être intéressant, c’est de mettre par exemple cette paternité avec le personnage de la mère de Malony, quelque chose de plus pertinent aurait pu en sortir. Or, en plus de cette fin franchement pas réussie, on ne nous expliquera jamais le comportement immature de la mère, on se pose sans cesse des questions sur ses réactions. Ces défauts m’ont du coup empêchée d’avoir un véritable coup de coeur pour ce film même si je l’ai tout de même beaucoup aimé. De plus, La Tête haute a un très bon casting. Dans le rôle principal, le jeune Rod Paradot est vraiment excellent, on peut parler de révélation. J’espère qu’on le verra dans d’autres rôles au cinéma. J’ai également beaucoup aimé l’interprétation de Catherine Deneuve, qui est très crédible en juge et en même temps, tout en restant professionnelle, est tendre et même maternelle envers Paradot. Benoit Magimel est également très surprenant, également très convaincant en éducateur dont on comprend rapidement son passé et donc son comportement envers Malony. En revanche, Sara Forestier est un peu dessous du reste du casting, même si elle sort tout de même pas si mal. Encore une fois, alors que le scénario reste pourtant réussi sur certains points, le manque d’épaisseur de ce personnage et surtout d’informations (contrairement justement au personnage de Magimel) s’en ressent sur son interprétation, sans excuser l’actrice, je ne pense pas que le scénario l’ait aidée à bien jouer.

La Tête haute : Photo Catherine Deneuve

Publicités

26 réflexions au sujet de « La Tête haute »

  1. Nous en avons déjà bien discuté sur mon blog , du coup il ne me reste plus grand chose à en dire de plus, si ce n’est que je partage ton point de vue 😉
    La jeune actrice Diane Rouxel retient également toute mon attention, car même si elle n’apparait pas beaucoup dans le film, elle arrive à donner une belle intensité à son personnage.

    J'aime

  2. @ Chonchon :
    Enfin on le voit minot mais très rapido, le film se concentre tout de même à 98 % sur son adolescence. 🙂
    Par contre, je n’ai toujours pas vu Boy A, tout le monde en dit du bien (je vais lire ta critique, merci pour le lien ! 😀 ).

    J'aime

  3. J’ai également beaucoup aimé ce film, j’ai mon avis qui attend depuis le jour de l’ouverture de Cannes sur mon ordi lol je vais essayer de le mettre rapidement lol

    J'aime

  4. J’ai pas trop aimé la fin non plus, je veux dire, pour le côté optimiste si, mais le fait d’avoir un gamin, pas du tout, j’ai ressenti la même chose que toi pour la mère.

    J'aime

  5. Bonsoir Tina, je suis d’accord avec ce que tu as écris, en particulier la fin qui est décevante, trop optimiste par rapport à ce qui se passe avant. Bonne soirée.

    J'aime

  6. @ Mélissa :
    Magimel est vraiment très bon dans ce film ! Je ne suis pas non plus fan du cinéma français (même si je ne suis pas anti) mais il s’agit dans l’ensemble d’une bonne surprise 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s