A la poursuite de demain

réalisé par Brad Bird

avec George Clooney, Britt Robertson, Hugh Laurie, Raffey Cassidy, Tim McGraw, Kathryn Hahn, Keegan-Michael Key, Chris Bauer, Judy Greer, Thomas Robinson, Mathieu Lardier…

titre original : Tomorrowland

Film de science-fiction, aventure américain. 2h10. 2015.

sortie française : 20 mai 2015

À la poursuite de demain

Casey, une adolescente brillante et optimiste, douée d’une grande curiosité scientifique et Frank, un homme qui fut autrefois un jeune inventeur de génie avant de perdre ses illusions, s’embarquent pour une périlleuse mission. Leur but : découvrir les secrets d’un lieu mystérieux du nom de Tomorrowland, un endroit situé quelque part dans le temps et l’espace, qui ne semble exister que dans leur mémoire commune… Ce qu’ils y feront changera à jamais la face du monde… et leur propre destin !

À la poursuite de demain : Photo Britt Robertson

A la poursuite de demain s’inspire de la section futuriste « Tomorrowland », commune aux parcs Disneyland dans le monde. Brad Bird, surtout habitué aux films d’animation (Les Indestructibles en 2004, Ratatouille en 2007), réalise ici son deuxième film de fiction (après Mission Impossible : Protocole Fantôme en 2011). Je n’attendais pas spécialement ce film mais je dois avouer que j’aimais l’idée de découvrir un film « original », c’est-à-dire qu’il ne s’agissait pas d’un remake, d’une suite ou d’un préquel. Surtout, je suis allée le voir dans le but de me divertir. Hélas, A la poursuite de demain n’est pas pour moi l’un des grands divertissements de l’année annoncé depuis des mois. Je n’ai pas forcément détesté le film, il y a des choses très louables dans ce film et on sent derrière l’implication et la sincérité de Brad Bird, qui a préféré ne pas réaliser le prochain Star Wars pour se consacrer à ce film. Mais beaucoup de choses m’ont tout de même dérangée, on va dire que j’ai trouvé le film moyen et très oubliable. Tout d’abord, je me suis tout de même beaucoup ennuyée, surtout dans la première partie du film. J’avais l’impression que le film ne démarrait jamais, le scénario aurait dû, à mon avis, recentrer certaines choses, au lieu de faire du blabla inutile (notamment le fait qu’on voit au début George Clooney et Britt Robertson présenter leur histoire, puis après il n’y a aucun retour dans cette narration mise en place). Le parallèle entre les deux personnages n’est pas très réussi, on a presque l’impression de voir deux films en un tellement que les histoires des deux personnages ont du mal à coller ensemble. Je dois avouer que j’étais à deux doigts de m’endormir au bout d’un moment (et hélas, les nombreux placements de produit ne permettent pas de nous tenir éveiller). La personne qui m’a accompagnée s’est d’ailleurs endormie tout comme d’autres personnes dans la salle, ce qui ne m’a pas du tout étonnée. J’ai d’ailleurs essayé de me mettre à la place des mômes dans la salle. On sait très bien que leur temps de concentration est assez faible, je pense que le film a dû leur paraître très long (et à mon avis pas toujours compréhensible en plus alors que les enfants font tout de même partie du public visé – malgré une lecture adulte).

À la poursuite de demain : Photo Britt Robertson

C’est dommage car la seconde partie du film est plus active et plus réussie, heureusement elle relève pour moi un peu le niveau. En effet, je dois avouer que les scènes d’action en jettent vraiment, elles sont bien calibrées, les effets spéciaux sont bluffants, les décors sont époustouflants, il y a également une dose d’humour juste comme il en faut. Ceci dit, si je peux me permettre, malgré les moyens déployer qui permettent aux spectateurs de retourner en enfance, d’être émerveillés par les images projetées (et je fais partie de ces spectateurs en question), j’ai tout de même trouvé le film un peu désuet (je parle ici dans le mauvais sens du terme). Attention, j’aime les films qui sont « vintage » ou qui rendent hommage à certaines périodes etc… Mais là, pour caricaturer mon idée, il y a un moment où j’ai l’impression que le film était arrivé un peu après la bataille, c’est assez étrange comme sensation, ça tue presque l’originalité du film. Heureusement, pour dissimuler ce sentiment, j’ai pu me rattraper sur le « message » qui est finalement à contre-courant de ce que les films « futuristes » nous proposent actuellement. Brad Bird nous présente avec honnêteté ce que nous faisons à la planète mais le pessimisme ne sauvera pas la Terre. En revanche, sans prétendre apporter de solutions concrètes, l’optimisme, l’imagination et la solidarité nous aideront à reprendre notre planète en main. Cela dit, Brad Bird confond parfois optimisme et niaiserie. La fin en est un parfait exemple : et vas-y la musique très lourdingue de Michael Giacchino (déjà que sa musique m’avait saoulée dans Jupiter Ascending) à fond les ballons en nous présentant des gens des quatre coins de la planète avec des phrases vraiment au ras des pâquerettes ! Malgré un spectacle qui ne m’a pas totalement satisfaite, le casting m’a tout de même plutôt emballé. Le duo entre George Clooney et Britt Robertson (sosie officiel de Jennifer Lawrence ?) fonctionne très bien et même si on ne le voit pas beaucoup, j’ai beaucoup apprécié voir Hugh Laurie dans le rôle du méchant. Cependant, à mon avis, la vraie bonne surprise de ce film est la jeune Raffey Cassidy, qui joue son rôle avec plus de nuances et apporte un peu d’émotion.

À la poursuite de demain : Photo George Clooney, Raffey Cassidy

Publicités

76 réflexions au sujet de « A la poursuite de demain »

  1. Je serai un poil plus généreux que toi, mais je partage grosso modo ton idée d’un film inabouti ou disons imparfait. Moi, je crois que c’est Britt Robertson qui m’a le moins convaincu. Elle ne ressemble pas tellement à Jennifer Lawrence, je trouve, mais elle a son âge, et c’est là que le bât blesse, puisqu’elle est ici censée jouer une ado. Moi, j’ai toujours vu une jeune femme…

    Après ça, le film a de très bons côtés, notamment dans la relation entre le personnage de Clooney et celui de la p’tite gamine. C’aurait pu être scabreux, c’est juste tendre et émouvant pour qui s’y laissera prendre.

    Bon, je salue l’effort d’un film original. Ce n’est pas si courant, chez les blockbusters !

    J'aime

  2. J’ai du mal à voir ce qu’il y a de très « original » dans cette gigantesque plan de promotion de parc à thème. La maison Disney nous avait déjà fait le coup avec ses « pirates des caraïbes » (au demeurant fort sympathiques quand ils s’en tenaient à un seul épisode), elle tente de remettre le couvert (sans obtenir le même succès visiblement) avec « Tomorrowland ». Autant dire que ce n’est pas cet argument qui me fera franchir le seuil de la salle obscure. Le nom de Brad Bird en revanche en est un nettement plus convaincant, mais si j’en crois ton ressenti, le réalisateur peine à trouver ses marques dans ce produit de commande. il est temps que le cinéaste du « Géant de Fer » (un des tout meilleurs dessins animés qu’on ait vu depuis les vingt dernières années) revienne à des projets moins formatés.

    J'aime

  3. Pas un grand divertissement, c’est vrai, et imparfait dans sa manière d’amorcer sa narration (en effet, la forme « raconté » saupoudré d’humour ne fonctionne pas du tout). Mais ce voyage un peu désuet m’a tenu en haleine et m’a donné du baume au cœur.

    Par contre, on ne critique par Michael Giacchino. Ok ? 😉

    J'aime

  4. Un blockbuster magnifique et rare. Rare car son espèce est en voie d’extinction preuve en est son flop et ses critiques assassines. Les mêmes qui ont dézingué le brillant John Carter. C’est surtout l’oeuvre d’un cinéaste qui continue dans un côté rétro savoureux changeant radicalement des conneries mal torchées par Hollywood et notamment Disney. Une bouffé d’air frais.

    J'aime

  5. pas vu mais le film ne m’intéresse pas. Ca m’a l’air assez niais et surtout très consensuel

    J'aime

  6. Franchement tu rate quelque chose Olivier surtout que ce n’est pas le premier tocard aux commandes. On parle quand même de Brad Bird…

    J'aime

  7. @ Martin :
    Pourtant je trouve que c’est son sosie 😮 (ceci dit, j’ai tendance à voir des sosies de partout, ma grande manie ça !). C’est vrai qu’on sent qu’elle n’est plus une ado, ceci dit, quand j’ai découvert son vrai âge, j’ai été étonnée, je trouve qu’elle fait jeune quand même !
    Oui, c’est vrai que la « romance » aurait pu être un peu flippante, je le craignais un peu, puis finalement ça passe pas si mal.
    En tout cas hâte de lire ta critique si tu l’écris un de ces jours 🙂

    J'aime

  8. @ Prince :
    Disons que c’est « original » car c’est pour une fois pas un remake/séquel/reboot etc… c’est rare de nos jours ! Mais je comprends ce que tu veux dire 😉
    Je sais que tu lis ces derniers temps sur divers blogs des avis très différents, perso je ne sais pas du tout ce que tu vas en penser, peut-être que tu peux te laisser tenter – même si je ne te garantis rien.

    J'aime

  9. @ 2flicsamiami :
    Bah franchement Michael Giacchino me déçoit ces derniers temps, sa musique devient autant insupportable que celle de Hans Zimmer – même si elle est différente !

    J'aime

  10. @ Borat :
    Honnêtement, sans vouloir être méchante (parce qu’on ne se réjouit jamais du flop de quelqu’un), je comprends les critiques assassines et son flop ne m’étonne pas. Perso j’aime bien le rétro et c’est pas tant son utilisation qui m’a gênée, mais il y a quelque chose, je ne pourrais pas dire quoi exactement, qui m’a mise mal à l’aise, comme si le film n’était pas si moderne.

    J'aime

  11. @ Eelsoliver :
    C’est exactement ça (en tout cas, pour moi). Et en te connaissant un peu au fil de tes blogs, je pense que tu rejoindras davantage mon avis que celui que de Borat (même si je peux me tromper bien sûr).

    J'aime

  12. J’ai hésité. Vu les kilomètres que je dois « avaler » pour voir des films, je vise ce qui me semble plus conforme à mes goûts. À Paris je voyais entre 15 et 20 films par mois. (les bonheurs de la carte UGC) Une vrais drogue. La province offre d’autres avantages mais question films, le sevrage est sévère ! Surtout par ici. Bonne soirée et merci pour ta crtique. À bientôt.

    J'aime

  13. Le film n’a pas été vendu par Disney d’où son flop plus que les critiques assassines. Ce fut exactement la même chose sur John Carter. Ils n’ont pas fait de pub sur ce film, je dirais même qu’il n’en ont eu rien à foutre alors que c’est lié à leur histoire. Comprends pas. Et je renvoie à ce que je disais: Le géant de fer était exactement dans la même optique. Le film avait fait un flop mais les critiques étaient exemplaires. Peut être qu’en animation ce serait mieux passé. Mais le film n’est pas moderne! Preuve en est le fait de planter l’action directement dans les années 50 et de montrer un personnage qui vieilli. C’était une volonté de Damon Lindelof et Brad Bird de revenir à une anticipation plus optimiste. Quant à ce que tu dis sur Giacchino j’avoue que je ne comprends pas. Un compositeur qui fait de belles mélodies, qui plus est en donnant des émotions et tu le dézingue et le compare au vieux Zimmer qui arrive une fois par an à se renouveller entre une dizaine de compos minables.. Et qui plus est un compositeur qui sait utiliser brillamment un orquestre tel John Williams à un mec paralysé sur les mêmes automatismes et devenant un cliché à lui tout seul… Bah merde alors.

    J'aime

  14. Je te trouve un peu dur ^^ le film est loin d’être parfait mais j’ai malgré tout passé un très bon moment 🙂 C’est vrai que la première partie est un peu longue. Ce qui m’a le plus chagriné, c’est la fin. Oh non Brit ne ressemble pas du tout à Jennifer L. j’ai découvert cette actrice il y a quelques années dans une série que j’ai adoré 🙂

    J'aime

  15. @Tina:

    Tu sais, je chronique l’ensemble des films que je vois… tu peux donc compter sur une parution prochaine au sujet de « À la poursuite de demain ». Elle est même déjà écrite, ma chronique. Mais tu m’attends déjà au tournant pour « Laurence anyways », alors patience !!! 😉

    Ouais, franchement, Britt Robertson ne m’a pas convaincu. C’est peut-être aussi que j’ai dû me faire le film en VF, j’avais déjà un peu décroché dès le départ… mais bon, c’est resté très potable et je n’ai pas passé un mauvais moment, bien au contraire.

    J'aime

  16. Je ne l’ai pas vu mais j’avais vu la BA au ciné. En fait j’ai l’impression qu’on tourne un peu en rond avec ces nouveau blockbusters. Ils ont des sujets qui sont loin d’être inintéressants mais pour ce qui est de les mettre en oeuvre, parfois c’est une autre question…

    J'aime

  17. à Vince: Je te rassure ce blockbuster change littéralement de ce que tu as l’habitude de voir. Et pour cause il y a un vrai réalisateur aux commandes.

    J'aime

  18. @ Alain :
    Hélas, c’est vrai qu’en province, il y a moins de choix, je comprends après les gens qui téléchargent parfois ! Tu as raison de sélectionner par rapport à tes goûts et tes véritables envies, même si on a parfois envie de tout voir !
    De rien et à bientôt 🙂

    J'aime

  19. @ Borat :
    Justement, tu ne comprends pas ce que je veux dire. C’est pas une question d’époque ou de placement d’action, il y a des millions de films qui se passent à des époques différentes ou qui font référence à des époques passées. C’est ce qu’il dégage qui me paraît à la limite de la ringardise. C’est un film qui ne correspond pas forcément à ce qu’on attend en 2015, ça ne joue justement pas assez sur le vieux pour en faire du neuf. C’est pour ça qu’il fait un flop. Après ne pas correspondre aux standards n’est pas en soi un défaut à la base mais pour moi, là quelque chose ne fonctionne pas, à part le message optimiste, je trouve la vision de Bird étrangement datée.
    Attention je ne déteste pas tout ce que fait Giacchino (il a quand même fait de bonnes BO) mais pour ma part, ces derniers temps, je trouve qu’il n’y a aucune émotion ni inspiration dans sa musique, c’est vraiment la musique clichée des films hollywoodiens, qu’on a entendu un millier de fois, qui a déjà été faite et quand on ressort de la salle on ne s’en souvient même pas. Oui je trouve sa musique autant lourdingue que celle de Zimmer, perso ça m’a gâché l’émotion qui aurait avoir.

    J'aime

  20. @ Martin :
    Mais oui, c’est vrai, j’attends toujours celle de Laurence Anyways héhéhé !
    Effectivement, la voix française de Robertson est quand même assez pénible, heureusement je me suis quand même accrochée au personnage !

    J'aime

  21. @ Vince :
    Le truc, c’est que le film aurait pu être original, en tout cas surfer sur les idées originales, et réellement divertir. Perso, je me suis quand même trop ennuyée et pour un film de ce genre, ça ne passe pas vraiment. J’ai pas détesté non plus mais je ne peux pas dire que je te conseille ce film.
    J’en profite également pour répondre à Borat : certes Brad Bird est peut-être un très bon réalisateur, cela ne signifie pas que son film l’est, ce n’est pas incompatible…

    J'aime

  22. « C’est un film qui ne correspond pas forcément à ce qu’on attend en 2015 » Tu as tout a fait raison. Aujourd’hui, faire référence au passé en employant une forme que d’aucun juge passéiste ne séduit qu’une petite minorité. Preuve en est avec notre performance à l’Eurovision. Très beau texte, très belle interprétation de Lisa Angell, une belle projection en arrière plan. Mais la forme austère ne passe pas, même si les émotions sont là. On préfère aujourd’hui être aveuglé par de la lumière et du son. Dommage.

    J'aime

  23. Bah au moins Brad Bird réalise un film qui concorde avec les thèmes de sa filmo et Tomorrowland est un film de cinéaste.
    Donc rétrofuturiste car revient à revenir aux 50’s. Je trouve ça fascinant et cela fait du bien à l’heure des Avengers où l’on voit plus les cgi qu’une histoire.

    J'aime

  24. J’ai zappé ce film car il m’avait l’air très enfantin. Si en plus il est  » très oubliable », je pense avoir bien fait d’en privilégier d’autres !

    J'aime

  25. @ 2flicsamiami :
    Effectivement, ce qui est arrivé à Lisa Angell est regrettable. Ceci dit, n’est-ce pas normal voire même logique de s’adapter tout simplement à son époque ?

    J'aime

  26. @ Borat :
    Oui, mais bon, tu peux réaliser un film cohérent avec ta filmo sans qu’il soit forcément bon (je parle là en général), c’est pas incompatible.
    J’ai toujours pas vu Avengers 2, j’avoue qu’il ne m’attirait pas et je crois que je suis fatiguée par ces films de super-héros et tout ça. Au moins, Tomorrowland était différent de ce qu’on nous propose, je te l’accorde et je ne m’en cache pas au début de ma critique.

    J'aime

  27. @ Auroreinparis :
    Honnêtement, ce film ne m’a pas réellement emballée même s’il a quelques qualités. Si ça se trouve, t’aimeras ce film !

    J'aime

  28. Bah tu vois je vais te donner un parfait contre-exemple. Chappie est un vrai film de Neill Blomkamp. Le problème c’est que le film se répète et aborde les mêmes thèmes que ses précédents films sans avoir un quelconque changement. Donc l’ensemble s’avère rapidement sans intérêt. Ce qui n’est pas le cas de Tomorrowland qui a beau être du pur Brad Bird (look rétro 50’s, héritage d’Amblin) offre un point de vue différent et ambitieuse. Malheureusement cela ne plaît pas à tout le monde.

    J'aime

  29. « n’est-ce pas normal voire même logique de s’adapter tout simplement à son époque ? » J’ai envie de te répondre que c’est tout aussi normal de ne pas s’adapter à son époque.
    Cependant, la doxa dominante aujourd’hui, en Europe (à fortiori celle de l’Ouest), demande à ce que l’on s’adapte sur tout. Je ne vais pas faire de la philosophie politique de bazaar, mais a mon avis, c’est parce qu’on est plus une locomotive, on est un wagon. On ne travaille pas assez, on est trop payé, on n’est pas compétitif, on est endetté. De l’autre côté, la Russie finance, la Chine et l’Inde produit en masse, les écarts de salaires jouent en faveur des pays de l’Est (Pologne, Roumanie). On nous demande alors sans cesse de nous adapter à ce nouvel ordre mondial, en vain puisque l’entreprenariat en France périclite. Sans parler de ces technologies, qui nous imposent de modifier nos rythmes de vie (le portable, désormais omniprésent et multi-fonction, dont on ne peu plus se passer).
    De ce fait, je pense que cette philosophie est si présente dans notre quotidien qu’elle s’incarne également dans d’autres domaines, dont la musique.
    Tout ça pour dire que oui, on se met, quelque part, à l’écart du mouvement en choisissant des formes qui ne sont pas actuelles ou revenues à la mode, et oui, il est socialement admis que de s’adapter à notre époque est une démarche normale. Mais, selon moi, faire intervenir ou valoriser des formes passées ne doit pas forcément être vu comme une posture anormal ou comme une mauvaise chose artistiquement parlant, du moment que les émotions présentes sont sincères.

    Voilà, j’espère ne pas t’avoir trop assommé avec ma théorie 🙂

    J'aime

  30. J’ai l’impression que c’est un film qui divise vraiment. Soit on aime, soit on déteste. Je viens de lire un avis différent chez le policier de Miami qui a plutôt apprécié le film. Difficile de trancher mais intéressant de confronter les avis.

    J'aime

  31. @ Borat :
    Bah justement, tu viens de me dire que c’était possible, héhé ! (d’ailleurs, il faudrait que je regarder Chappie, c’est si naze qui ça ?).

    J'aime

  32. @ 2flicsamiami :
    Attention, je n’ai jamais dit que ce n’était pas normal ou mal de faire référence au passé. Tout le monde le fait. Personnellement, j’adore par exemple m’habiller avec des accessoires faisant références aux années 60/70/80. J’aime le vintage. Mais après je fais en sorte de moderniser ce vintage. Tu vois l’idée ? On peut faire des hommages, un film basé sur l’époque, mais là, en ce qui concerne le film de Bird, c’est sa vision, sa manière de faire qui me dérange, pas l’idée même qui me dérange. Ce n’est pas la même chose.

    J'aime

  33. @ Roggy :
    Attention, j’ai pas détesté, j’ai juste bloqué sur certains points et en clair je me suis emmerdée durant toute la première partie du film, ce qui est très gênant pour un film qui se veut divertissant !
    Le mieux est alors d’aller le voir, comme ça tu pourras juger ! (je me demande vraiment ce que tu en penserais !).

    J'aime

  34. Non je t’ai donné un parfait contre-exemple d’un film de cinéaste qui se gauffre à force de se répéter. Ce qui n’est pas le cas de Tomorrowland où Brad Bird se renouvelle une nouvelle fois. Et oui Chappie c’est vraiment pas bon. Une de mes grandes déceptions de cette année.

    J'aime

  35. @ Borat :
    Mais as-tu tout simplement envisagé que des spectateurs ne connaissaient pas forcément le travail de Bird ou en général n’est pas obligé de savoir ce qu’est un réalisateur a fait avant pour juger son film ?

    J'aime

  36. « Brad Bird confond parfois optimisme et niaiserie »
    Observation intéressante. N’oublions pas qu’il s’agit avant tout d’un film Disney :p

    Dites donc c’est moi ou ca clashe sur Giacchino par ici? Donnez-lui une chance, sa partition pour Jurassic Park va peut-être nous étonner!!

    J'aime

  37. @ Kapalsky :
    Mouaiiis… Disney n’a pas toujours fait que des films niais…
    Je dis juste que la musique de Giacchino dans Torrowland et Jupiter’s Ascending me gave et qu’elle contribue à gâcher les films en question !

    J'aime

  38. Le travail de Bird est populaire arrête! Tout le monde a déjà vu une fois Les Indestructibles ou Ratatouille ou le dernier Mission Impossible! On ne parle pas d’un petit inconnu qui n’a eu aucun succès à son actif ni qu’il était sur des listes de réalisateurs à engager. Il était sur la liste de Star Wars VII et il a décliné pour faire ce film car il trouvait que c’était une occasion à ne pas manquer. Le mec est non seulement connu mais aussi intègre contrairement à ce que tu dis. Et énormément de gens et pas que les cinéphiles savent souvent le parcours d’un réalisateur et ils savent aussi quand ça pue le tacheron à plein nez. Et même inconsciemment ils ont souvent vu des films du même bonhomme, ce qui revient à ce que je disais en début de commentaire.

    J'aime

  39. @ Borat :
    Euuuh honnêtement à part Ratatouille, avant de voir Tomorrowland, je n’avais vu aucun film de Bird et désolé de te décevoir en tant que fan de Bird, mais je suis sûre que tu fais un sondage dans la rue ou même parmi les spectateurs de Tomorrowmand, je ne pense que les gens connaissent des masses Brad Bird (déjà que certains parviennent à confondre de grands réalisateurs et bien plus connus que Bird). Le gars, c’est pas un Spielberg niveau popularité, ce sont surtout les cinéphiles qui le connaissent, le public lambda ne le connait pas forcément, du moins de nom (je veux dire, quand ils sont allés voir Tomorrowland, je suis certaine que la plupart n’est pas allé le voir parce que c’était Bird qui était derrière la caméra).
    Depuis quand j’ai dit qu’il n’était pas intègre ? Relis ma critique, notamment le début et arrête de m’accuser de choses que je n’ai pas dites, merci. 😮 (et on peut être sincère et décevoir, c’est pas incompatible, hein).

    J'aime

  40. Merci pour cet avis. Je n’ai pas été très emballé par la bande-annonce mais ayant eu des places gratuites je vais aller me faire mon avis Perso, je trouve aussi que l’actrice a un petit côté Jennyfer Lawrence, d’ailleurs à chaque fois que je vois l’affiche je crois que c’est elle!

    J'aime

  41. @ Larubriquedecalli :
    Ahahaha je ne suis pas folle, elle a quand même des airs !
    Hâte de découvrir ton avis en tout cas (que ce soit ici ou sur ton charmant blog que je suis en train de découvrir). A bientôt 🙂

    J'aime

  42. Sauf que comme je l’ai dit et c’est ce qui est écrit sur l’affiche « par le réalisateur de Mission Impossible 4 et Les Indestructibles ». Le nom n’est peut être pas donné mais au vue du succès de ces deux films et leurs réputations les gens les connaissent et savent donc qu’est-ce que le bonhomme a fait même inconsciemment.
    Est-ce que j’ai dit que tu as dit cela? Je fais juste un constat en me basant sur ce que tu dis depuis le début à savoir un mec hors du temps. Or, il est peut être hors du temps, il n’en reste pas moins quelqu’un de fiable à Hollywood. Contrairement à un très grand nombre de réalisateurs officiant à Hollywood.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s