La Chambre du fils

réalisé par Nanni Moretti

avec Nanni Moretti, Laura Morante, Jasmine Trinca, Giuseppe Sanfelice, Silvio Orlando, Stefano Accorsi…

Titre original : La stanza del figlio

Drame italien. 1h40. 2001.

sortie française : 18 mai 2001

La Chambre du fils

Dans une petite ville du Nord de l’Italie, Giovanni mène une vie paisible, entouré de sa femme, Paola, et de ses deux enfants déjà adolescents : Irene, l’aînée, et Andrea, le cadet.
Giovanni est psychanalyste. Dans son cabinet qui jouxte son appartement, ses patients lui confient leurs névroses, tandis que sa vie privée est réglée par un tissu d’habitudes : lire, écouter de la musique et s’épuiser dans de longues courses à travers la ville.
Un dimanche matin, Giovanni est appelé en urgence par un patient. Il ne peut aller courir avec son fils, comme il le lui avait proposé. Andrea part plonger avec ses amis. Il ne reviendra pas…

La Chambre du fils : Photo

Comme vous le savez probablement, le Festival de Cannes commence aujourd’hui. C’est l’occasion pour moi de consacrer quelques lignes à quelques films, sélectionnés voire même récompensés par le jury. Certains se réjouissent de voir de nombreuses dindes stars hollywoodiennes fouler le tapis rouge (comme si le cinéma se résumait à l’Amérique). Quant à moi, j’ai hâte de découvrir la sélection italienne. Certes, certains râlent car mes amis Nanni Moretti, Paolo Sorrentino et Matteo Garrone sont souvent / tout le temps sélectionnés dès qu’ils sortent un nouveau film. Cependant, même si je suis totalement pour la découverte de nouveaux talents, ces trois messieurs font pour moi partie des meilleurs réalisateurs européens actuellement. Et non, le cinéma italien n’est pas mort ! Je fais donc une première critique « cannoise » sur la Palme d’or attribuée par le jury de Liv Ullmann en 2001, c’est-à-dire La Chambre du fils. C’est une Palme d’or qui a tendance à emmerder les cinéphiles. Et il y a de quoi : la concurrence était rude, pas mal de films avaient largement le niveau pour remporter cette fameuse Palme qui fait tant rêver (et dans le lot, je considère certains comme des chefs-d’oeuvre). Pourtant, je défends fermement cette Palme d’or. Il s’agit d’un des meilleurs films de Nanni Moretti (je dis « un » car j’avoue que j’ai du mal à en avoir un préféré). Au passage, La Chambre du fils avait également remporté le prix FIPRESCI du festival de Cannes ainsi que 3 récompenses sur 12 nominations aux Donatello (les César italiens) : meilleur film, meilleure actrice pour Laura Morante et meilleure musique (composée par Nicola Piovani). Nanni Moretti était jusqu’à présent connu pour être une sorte de Woody Allen grognon, très engagé politiquement et qui n’hésite pas à dire ce qu’il pense (son passage à Cannes en 2012 en tant que Président du jury nous l’a récemment prouvé lors des conférences de presse  qu’on aime ou non son verdict). Même s’il n’y a pas nécessairement un changement radical, selon moi La Chambre du fils représenterait une sorte de renouveau dans la carrière de Nanni Moretti, dans le sens où son cinéma s’ouvre au fil des années à un public un peu plus large.

La Chambre du fils : Photo

Malgré une émotion qui peut paraître d’emblée dans son sujet (la perte d’un enfant), ce film avait tout pour se casser la gueule : comment filmer le deuil sans en faire des tonnes ? Comment rendre cette chronique familiale captivante ? Pourtant, Moretti s’en sort avec brio. Le film se veut simple notamment en prenant le temps de présenter chaque membre de la famille, leurs habitudes etc… La réalisation joue également sur la sobriété. Cependant, malgré cette simplicité en apparence, La Chambre du fils est vraiment émouvant. En réalité, c’est même cette sobriété qui permet au film de toucher le public. On aurait pu s’attendre à un film tire-larmes mais heureusement Moretti évite ce piège. Puis, surtout, cette sobriété, ce côté banal n’est qu’une apparence. En réalité, la mise en scène est exigeante et l’écriture remarquable, permettant de mettre en avant toute la complexité des sentiments humains. Le film est alors construit en trois parties. Dans la première partie, on nous présente la vie quotidienne d’une famille banale comme on en voit souvent, chacun ayant ses habitudes. Ce quotidien sera alors bouleversé par le décès du fils Andrea dans un accident de plongée. Dans la seconde partie, la cellule familiale est en crise, chacun réagit différemment suite à ce décès soudain : le père culpabilise, la mère s’effondre très rapidement et la soeur se défoule en jouant au basket. En ce qui concerne le père, il est intéressant de voir la confrontation entre la vie professionnelle et la vie privée. Le père (Giovanni) a l’habitude dans le cadre de son travail de voir la douleur des autres. Il pense qu’il pourra continuer à travailler après le décès de son fils. Mais sa douleur ne lui permet plus d’être compétent. La situation devient alors ironique, lui qui écoute les autres ne parvient pas à partager sa douleur en parlant avec quelqu’un d’autre. Cette deuxième partie présenterait alors une étude sur le comportement humain face au deuil, il y aurait alors une mise en abyme avec le travail de psychanalyste du père de famille.

ChambreFils1

Enfin, dans la dernière partie, la famille aide Arianna, l’ancienne petite amie d’Andrea, à rejoindre la frontière française avec son Paul. Le voyage symbolise clairement la nouvelle vie de cette famille sans Andrea. Arianna est clairement une référence au fil d’Ariane, comme si l’âme d’Andrea s’était rattachée à elle : quand elle part, c’est comme si l’âme du fils pouvait partir à son tour définitivement, comme si la famille acceptait enfin sa mort. Même si chacun marche séparément dans le même cadre, la mer calme au dernier plan peut indiquer cet apaisement et surtout la possibilité d’un rapprochement entre chaque membre et par conséquent de la reconstruction de la cellule familiale : cela prendra encore du temps mais cette famille a désormais la possibilité de surmonter son drame et continuer sa vie. Il n’y a pas que la construction du scénario ou encore toutes les métaphores possibles qui sont intéressantes. Chaque détail, chaque dialogue, chaque plan compte et a une réelle signification. Par exemple, il est intéressant de voir comment la mort est omniprésente avant le décès d’Andrea : Giovanni roule en voiture pour se rendre chez un patient, un camion roule dangereusement sur la route, un voleur pousse violemment la mère au marché aux puces, la soeur a une conduite dangereuse sur sa motocyclette. Pourtant Andrea meurt dans un paysage qui n’a pas l’air dangereux, d’un calme effroyable. Pour conclure, La Chambre du fils est un magnifique film, accessible mais pas simpliste, profond, généreux, précis et rigoureux, mais jamais prétentieux ni méprisant avec ses spectateurs, au contraire. L’ensemble est juste, puissant, intelligent et émouvant, sans foutre un couteau sous la gorge aux spectateurs. Enfin, le casting est impeccable, la musique de Nicola Piovani est magnifique sans être envahissante et certains choix musicaux (Insieme a te non ci sto più de Caterina Caselli, By this river de Brian Eno etc…) sont pertinents.

la_stanza_del_figlio2

Publicités

24 réflexions au sujet de « La Chambre du fils »

  1. pas encore vu mais je connais l’excellente réputation du film. Donc j’espère pouvoir me le procurer prochainement

    J'aime

  2. Vu, il y’a très longtemps mais j’en garde un excellent souvenir. Le concept est original et ce drame est vraiment poignant. Moretti est quelqu’un de très intéressant (même sur les points de désaccords total, il m’amène des nouveaux trucs). C’est probablement l’un de ses meilleurs films

    J'aime

  3. @ Amandine :
    Merci beaucoup très chère ! 😀 En tout cas il s’agit l’un des films les plus accessibles du cinéaste avec Habemus Papam (et même Le Caïman).

    J'aime

  4. @ Vince :
    Tiens, je ne savais pas du tout que tu aimais Moretti ! Oui, au-delà de ses films, j’aime énormément sa personnalité. Et quelque part, je crois que ça se ressent sur ton travail. Après c’est vrai que certaines oeuvres sont plus difficiles d’accès (par exemple, Aprile, vraiment pas facile si on ne connait pas bien le contexte historique et politique).

    J'aime

  5. à Tina: Disons que je le trouve intéressant. Puis c’est vrai qu’il a beaucoup de personnalité. Après comme je le disais je tire toujours quelque chose de ses films Même le dernier (enfin avant dernier maintenant) Habemus Papam que je n’ai pas trouvé très bon s’est révélé au final intéressant sur pas mal d’aspects. Mais je me souviendrai surtout toujours. de Journal Intime. Le moment où il va voir Henry Portrait d’un Serial Killer et révolté par la violence du film, il se met à éprouver de la haine envers l’auteur d’une critique élogieuse. Je me rappelle que je n’avais pas Vu Henry et quand j’ai vu la réaction si virevoltante de Moretti, j’ai stoppé la lecture du film, pour aller au Leclerc culturel en bas de chez moi où j’ai acheté Henry Portrait d’un Serial Killer. Et comme convenu j’ai adoré. Mais le pire c’est qu’avec tout ça je n’ai jamais fini de regarder Journal Intime.

    J'aime

  6. Hello Tina. J’ai vu ce film il y a déjà quelques années et je l’avais trouvé très bon, très dur certes, mais très bon. Je viens de voir « Habemus papam » et c’est tout ce que je connais de Moretti pour l’instant. J’ai bien l’intention d’en voir d’autres quand l’occasion se présentera.

    Curieux de voir ce qu’on dira de son film cannois !

    J'aime

  7. @ Vince :
    Ahahah oui je me rappelle de ce passage dans Journal Intime ! Après c’est vrai que le bonhomme a parfois des réactions excessives en ce qui concerne certains films. Mais bon vu que j’ai parfois ce type de réactions (est-ce mon côté italien ?), je comprends sa haine ahaha (même s’il faudrait effectivement que je regarde enfin Henry…). Après parfois il est aussi très positif ça lui arrive (quand il raconte certaines anecdotes ou dans son court-métrage dans Chacun son cinéma).
    Ahahahaha il faut terminer Journal Intime maintenant (j’aime énormément ce film, mais après je crois qu’il m’a touché pour des raisons personnelles).

    J'aime

  8. @ Martin :
    T’avais aimé Habemus Papam ?
    En tout cas, si je ne dis pas de bêtises, Mia Madre sera présenté ce week-end à Cannes (j’avoue que je ne sais pas du tout comment il va être reçu).

    J'aime

  9. Oui, j’ai vraiment bien aimé « Habemus papam ». Piccoli est très bon !
    J’en parle sur mon blog dans pile-poil une semaine 🙂

    J'aime

  10. Ca fait très longtemps que je veux le voir celui-ci. J’ai vu qu’il passait à la télé, tu crois qu’il va repasser ?

    J'aime

  11. Bonjour Tina, j’avoue que ce film m’avait passablement ennuyée (malgré la gravité du sujet) quand je l’avais vu à l’époque de sa sortie Désolé. Bonne après-midi.

    J'aime

  12. @ Yuko :
    Je viens de me renseigner auprès de mon programme télé, il passe le mardi 19 mai à 20h50 sur Chérie 25 ! 😀 (je passerai une petite annonce sur Hellocoton mouahahahaha).

    J'aime

  13. Pour des raisons personnelles, la justesse du scénario et l’interprétation, je me souviens être sorti de la séance complètement sonné. Pour moi ce film restera longtemps dans ma mémoire.

    J'aime

  14. @ Alain :
    Le film est déjà bouleversant en soi quand on n’a pas forcément vécu ce type d’événement alors j’imagine que si cela a fait écho à ta propre vie, cela a dû être un sacré choc.
    Merci pour ton passage 😉

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s