American Sniper

réalisé par Clint Eastwood

avec Bradley Cooper, Sienna Miller, Luke Grimes, Jake McDorman, Jonathan Groff…

Biopic, guerre, drame américain. 2h12. 2015.

sortie française : 18 février 2015

American Sniper

Tireur d’élite des Navy SEAL, Chris Kyle est envoyé en Irak dans un seul but : protéger ses camarades. Sa précision chirurgicale sauve d’innombrables vies humaines sur le champ de bataille et, tandis que les récits de ses exploits se multiplient, il décroche le surnom de « La Légende ». Cependant, sa réputation se propage au-delà des lignes ennemies, si bien que sa tête est mise à prix et qu’il devient une cible privilégiée des insurgés. Malgré le danger, et l’angoisse dans laquelle vit sa famille, Chris participe à quatre batailles décisives parmi les plus terribles de la guerre en Irak, s’imposant ainsi comme l’incarnation vivante de la devise des SEAL : « Pas de quartier ! » Mais en rentrant au pays, Chris prend conscience qu’il ne parvient pas à retrouver une vie normale.

American Sniper : Photo Bradley Cooper

Clint Eastwood a beau vieillir, il ne prend décidément jamais sa retraite pour notre plus grand bonheur ! Quelques mois après le discret Jersey Boys, papi Clint revient en force avec American Sniper, l’adaptation de l’autobiographie de Chris Kyle intitulée American Sniper: The Autobiography of the Most Lethal Sniper in U.S. Military History (en VF American Sniper, l’autobiographie du sniper le plus redoutable de l’histoire militaire américaine). Le long-métrage, nommé à six reprises aux Oscars (il repartira avec une statuette – meilleur montage sonore), a cassé la baraque, devenant ainsi le plus grand succès cinéma de l’année 2014 aux Etats-Unis (devant Hunger Games : La Révolte la plus chiante de l’histoire du cinéma, héhéhé). Chris Kyle, sous-officier de la marine américaine, revendique avoir abattu 255 personnes durant la guerre d’Irak. Le Pentagone a officiellement confirmé 160 tirs : ces chiffres font de Kyle le tireur d’élite ayant tué le plus de personnes dans toute l’histoire militaire des Etats-Unis. Après son retour de la guerre, après avoir un centre de formation pour apprentis tireurs d’élite au Texas, il finira par être assassiné le 2 février 2013 (avec Chad Littlefield) par Eddie Ray Routh, un ex-marine souffrant de trouble de stress post-traumatique. Dernièrement, le tueur de Kyle a été condamné à une peine de prison à perpétuité, sans possibilité de libération conditionnelle. Le personnage est polémique : a-t-il réellement tué tous ces gens par devoir patriotique ? Est-il un héros ou un guerrier meurtrier ? En tout cas, dans son autobiographie, il confesse ne regrette aucun de ses actes. Pire : son seul regret est de ne pas avoir pu tuer plus de gens.

American Sniper : Photo Bradley Cooper, Sienna Miller

Malgré son succès, American Sniper a été marqué par des polémiques autour des pensées et actes autour de ce personnage qui ne serait pas aussi héroïque. Pour ceux qui n’auraient pas du tout suivi la controverse autour de ce film, les détracteurs lui reprochent de faire l’apologie du meurtre et de véhiculer des idéaux racistes. Effectivement, contrairement à Démineurs (que je n’aime pas, je le précise), les Irakiens ne sont pas réellement vus comme les gentils de l’histoire (même si certaines répliques venant de personnages secondaires tentent de faire comprendre qu’eux-mêmes sont des victimes de guerre, mais elles restent minimes. Cependant, je ne pense pas que cela montre une quelconque idéologie de la part de Clint Eastwood. Au pire, cela peut montrer le point de vue de Kyle : il s’agit alors de la position d’un personnage et non du réalisateur et cela ne va pas forcément dire qu’Eastwood l’approuve. Cela ne peut que renforcer la complexité même du personnage. De plus, il faut tout de même savoir que la famille de Kyle a pas mal rôdé autour du tournage et souhaitait que sa mémoire soit respectée. Cela peut alors expliquer pourquoi Eastwood ne dresse pas un portrait davantage plus sombre de Kyle et qu’il reste plutôt bienveillant. Cela expliquerait également pourquoi j’ai pu trouver ce film patriotique, surtout en ce qui concerne la fin (cependant, rien de scandaleux, il n’y a pas de propagande, je pense que ça transcrit un sentiment très américain, difficile à cerner pour nous qui sommes européens). Je ne comprends absolument pas cette polémique, qui me semble injustifiée. Cependant, il est tout de même regrettable de voir un Eastwood qui semble se censurer. Il n’ose même pas reprendre la phrase écrite de Kyle sur le fait qu’il aurait aimé tuer encore plus de gens, et préfère plutôt la détournée d’une autre manière, en la mettant sur le compte du devoir patriotique. 

American Sniper : Photo Sienna Miller

Malgré cela, Clint Eastwood arrive tout de même à dresser le portrait complexe d’un soldat. Parti par devoir patriotique, découvrant toutes les horreurs possibles (de ce côté-là, le film n’est pas du tout light), Chris Kyle prend rapidement goût à la guerre qui lui procure une adrénaline pratiquement indispensable, au point d’être un étranger au sein de sa propre famille lorsqu’il retourne chez lui au Texas : en réalité, sa véritable famille est l’armée. Le sujet n’est pas évidemment pas nouveau mais il reste bien exploité et de nouveau captivant. Au fond, peu importe si on trouvera ce film patriotique ou non (je crois qu’on touche ici à une question très personnelle, qui ne dépendra que des convictions personnelles des spectateurs), American Sniper réussit à parler de patriotisme. Au-delà des questions soulevées, à la fois justes et pertinentes, sur le patriotisme, la nécessité ou non de la guerre et du devoir (la guerre est-elle un mal nécessaire ?), le retour des soldats chez eux ou encore du problème des armes à feu aux Etats-Unis, la film séduit par sa mise en scène remarquable, réaliste, énergique et coup de poing. Eastwood s’est d’ailleurs très bien renseigné sur les scènes de batailles, en engageant notamment sur le tournage Kevin Lacz (qui interprète son propre rôle !), qui a connu Chris Kyle en Irak. Bradley Cooper (également l’un des producteurs du film) livre une interprétation remarquable (et avec un chouette accent texan) : sa nomination aux Oscars me semble parfaitement justifiée. Sa partenaire Sienna Miller, qui incarne encore une fois cette année « la femme de » (rappelez-vous dans le déjà oubliable Foxcatcher), s’en tire également bien dans ce rôle secondaire sans passer pour une potiche.

American Sniper : Photo Bradley Cooper

Publicités

37 réflexions au sujet de « American Sniper »

  1. Mortelle la critique !-) Evidemment, je suis moi-aussi du côté du sniper, en face des dégommeurs de fête foraine qui confondent le film et le bonhomme qui l’a inspiré (et Jesse James était-il aussi cool en vrai que dans les films ?). D’ailleurs, si on regarde bien, Eastwood ne condamne certes pas mais ne cherche pas non plus spécialement à enjoliver ce personnage, montrant son mal-être à vivre dans un pays en paix (d’où son besoin d’entretenir la flamme dans les stands de tir).

    J'aime

  2. Je ne peux qu’être d’accord avec l’ami Princécranoir et toi. Des fois, j’ai l’impression que ceux qui sont les plus virulents en opposition au film ne sont même pas allés le voir. Bon, cela dit, un pote à moi l’a vu et l’a trouvé nul sur le fond. Comme quoi…

    J'aime

  3. Toute cette polémique autour du film m’avait finalement découragée, puis progressivement apparaissent des billets plus nuancés, dont le tien. Bref, je crois que je vais aller le voir prochainement car il passe encore sur nos écrans.

    J'aime

  4. @ Princécranoir :
    Héhé merkiii 😀 Heureuse de voir qu’on partage le même avis !
    Cette polémique m’a bien énervée, c’est juste pour casser inutilement et puis je pense qu’on peut s’attaquer à des choses bien plus importantes…

    J'aime

  5. toujours pas vu… Mais le film a récolté bcp d’avis positifs… Il m’intéresse en tout cas

    J'aime

  6. @ Martin :
    Comme je le dis dans ma critique, j’ai l’impression que les critiques ne viennent pas réellement contre le film mais à cause des convictions personnelles de chaque spectateur, du coup je pense que les personnes qui ont crée la polémique, qui ont certes le droit de ne pas aimer ce film, ont perdu une part d’objectivité.

    J'aime

  7. @ Sentinelle :
    Dans mon ciné aussi il est encore diffusé… Ca fait de voir Clint renouer avec le succès (car son Jersey Boys est resté chez moi une semaine, les boules quoi). Franchement, oublie les polémiques, va voir le film, au moins tu te feras une idée ! 😀

    J'aime

  8. je ne l’ai pas vu au ciné et il ne m’intéresse pas du tout celui la, pourtant, j’aime bien Clint Eastwood, mais, le sujet ne m’attire absolument pas.

    J'aime

  9. Un propos ambigu qui ne plaira pas à tout le monde. Un film qui met en scène un mec convaincu qu’il peut sauver les usa. Il est sûr de sa mission au même titre que Ron Kovics dans Né un 4 juillet. Le but n’est donc pas de faire l’éloge de la guerre en Irak. Cooper est extra seul bémol la séquence générique n’ayant aucun rapport avec le reste du film.

    J'aime

  10. @ Titi70 :
    Faut dire que le sujet n’est pas hyppper joyeux et pas hyper original non plus, je comprends que ça n’attire pas. Pourtant, à mon avis, ce film mérite le coup d’oeil.

    J'aime

  11. Je suis tout à fait d’accord avec ta critique. Comme le dit un commentaire précédent notre ami Clint a fait attention à ne pas condamner mais à ne pas défendre chris Kyle. Il le montre dans son patriotisme comme dans sa folie.

    J'aime

  12. @ Borat :
    Disons que la séquence générique accentue encore plus le propos ambigu, c’est dommage, même si j’arrive à comprendre l’envie de l’avoir mis dans le film.

    J'aime

  13. @ Bookyboop :
    C’est exactement ça et je suis heureuse de voir pour l’instant (que ce soit de ta part, les autres commentaires ici ou sur d’autres blogs) des avis qui ont compris la démarche de Clint, contrairement à ses détracteurs qui ont déclenché une polémique injustifiée et incompréhensible.

    J'aime

  14. La polémique ne m’étonne pas. Les gens confondent tout, le réalisateur et ce qu’il raconte ; ça m’énerve. Et Clint, dans ses interviews, est bien plus mesuré que ce qu’on se croit quand on le traite de « conservateur » et de « républicain » en en faisant des termes péjoratifs. En tous cas, de toutes façons, comme tous les Clint, je le verrai !

    J'aime

  15. @ Chonchon :
    Oui c’est exactement ça, beaucoup le traitent de facho alors que Clint ne l’est pas, et puis merde il a quand même encore le droit d’être républicain, ça ne fait pas de lui un mauvais gars !

    J'aime

  16. J’avoue que je suis un peu réticente concernant les derniers films de Clint Eastwood… Celui-ci n’échappe pas à la règle. J’attendrai plutôt le DVD.

    J'aime

  17. @ Yuko :
    C’est vrai qu’il a un coup de mou ces derniers temps (quoique, je n’ai pas vu J. Edgar ni Jersey Boys) mais là, sans adorer, j’ai bien aimé ce film. 😀

    J'aime

  18. Très curieusement, je n’ai pas trop aimé ce film. Je me suis un peu ennuyé. Pas en ce qui concerne le contenu, patriotisme ou pas, facho ou pas ; le sujet tient la route et je n’ai rien à y redire, ça aurait pu être génial. Je parle de l’aspect cinématographique. Ce film m’a déçu (je ne m’attendais pas à une merveille, mais j’attendais plus). Aussi bien sur le plan du scénario que des dialogues, ou de l’enchainement des scènes, j’ai trouvé ça limite chiant… Oui, je sais, on peut dire que la réal est parfaite, les effets et tout… le suspens également, mais ya un peu trop de coups de feu… Oui, je sais, ça peut faire rigoler, vu le sujet 😉 Mais je suis certain que si Stanley Kubrick s’en était chargé, il aurait été génial. C’est plus l’approche cinématographique d’Eastwood qui m’ennuie. Et pourtant, je suis assez bon public… enfin… peut-être pas tant que ça ;-). Mais on parlait l’autre jour de Dear Hunter ou Full Metal (autres films de guerre)… quelle classe quand même.

    J'aime

  19. @ PierreLevy :
    Je ne me suis pas ennuyée mais j’ai tout de même trouvé qu’il y avait quelques longueurs et j’ai pas totalement adoré, dans un sens, je comprends ton avis. Je crois aussi qu’on a vu tellement de films sur ce sujet que cela a pu créer chez toi une forme de lassitude, du coup t’as pas été très surpris.

    J'aime

  20. @ Vince :
    Personnellement, je te le conseille, surtout si t’aimes bien Clint à la base et en général, pour caricaturer, les films de guerre (même s’il n’appartient pas à ce genre).

    J'aime

  21. Parfaitement d’accord avec toi ! Et finalement, faire polémique n’est pas une mauvaise chose parfois, surtout ce genre de film. Question réalisation il est impeccable.

    J'aime

  22. @ Auroreinparis :
    Oui, je crois qu’au final les gens ont été curieux et ont voulu constater par eux-mêmes si ces polémiques étaient justifiées ou non !

    J'aime

  23. à tina: pas encore vu mais comme tous les Clint, le dvd à sa sortie, ne m’échappera pas. A priori, le meilleur Eastwood depuis Gran Torino d’après ta chro. Et gros carton en salles avec presque 3 millions de spectateurs. Sinon, Cooper m’a l’air de prendre de l’épaisseur à l’instar de son collègue canadien Ryan Beaugosse.

    J'aime

  24. à tina: Gosling. L’autre, je ne le connais pas trop même si The voices m’intéresse assez.

    J'aime

  25. @ Inthemoodforgore :
    Je ne suis pas une grande fan de Reynolds mais il m’a bluffée dans The Voices ! Par contre, j’aime bien à l’origine Gosling (et hâte de découvrir son Lost River).

    J'aime

  26. American Sniper mêle respect du devoir accompli et critique de la guerre. Un propos nuancé, beaucoup trop semble t-il pour ceux qui aiment ranger des idées, des philosophies dans des cases.
    Tu résume en tout cas parfaitement la manière dont il faut aborder ce film : sans arrière pensée et objectivement, comme le fait Clint Eastwood avec son sujet.

    J'aime

  27. Oui, la réalisation est vraiment bien, parfaite ! Mais, Tina, je ne pense pas que le problème que j’ai eu avec ce film soit de la lassitude. Plutôt un problème de sénar, et d’écriture en général. Le même sujet par un autre scénariste aurait pu m’emballer. Je crois qu’il manque d’un petit quelque chose, d’une certaine finesse… Là c’est un peu tout le temps la « même image » qui revient. Mais justement, Inthemoodforgore cite Gran Torino… ce film, lui, m’a plu.

    J'aime

  28. @ PierreLevy :
    Je suis d’accord sur le fait qu’il manque le truc pour que ce soit un grand film (d’ailleurs, je ne lui ai pas mis la note max, pourtant je ne lui trouve pas de défauts en particulier), peut-être un peu d’émotion justement.

    J'aime

  29. Oui, tu as raison, c’est, de l’émotion.C’est ce qui me manquait. De petites choses qui touchent, des détails. C’est ce que je voulais dire en parlant de scénar. Mais évidemment, il est très réussi globalement et techniquement.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s