The IT Crowd

Créée par Graham Linehan

avec Chris O’Dowd, Richard Ayoade, Katherine Parkinson, Matt Berry, Christopher Morris, Noel Fielding…

Série comique britannique. 4 saisons. 2006-2013.

080910_IT_Crowd

Chez Reynolds Industries, les hautes tours de l’entreprise sont remplies de beaux et heureux employés qui ne tarissent pas d’histoires de succès. Sauf ceux qui travaillent dans le sous-sol : le département du support informatique. Alors que leurs collègues évoluent dans un cadre magnifique, Jen, Roy et Moss doivent se contenter d’une cave sombre et horrible, et se battre pour en faire un environnement vivable…

The IT Crowd : Photo Chris O'Dowd, Katherine Parkinson, Richard Ayoade

Après avoir dévoré les trois saisons de Black Books (créée par Dylan Moran et Graham Lineham), je recherchais assidûment une nouvelle sitcom britannique aussi drôle et aussi inventive. Des années se sont écoulées et finalement j’ai fini par me réveiller : Graham Linehan a forcément crée d’autres séries. En parcourant la fiche wiki de ce cher bonhomme, je m’aperçois qu’il est à l’origine de la série The IT Crowd. Je connaissais cette série, réputée pour être drôle et culte, surtout de nom, je savais surtout qu’elle avait révélé Chris O’Dowd (vu après dans les films à succès Good Morning England et Mes Meilleures Amies) et Richard Ayoade (le réalisateur de Submarine). Je n’avais jamais eu l’occasion de la regarder mais la blogueuse Sentinelle, réagissant sur mon billet sur Black Books, m’a encouragée à la découvrir. Depuis je la remercie car The IT Crowd fait partie des meilleures séries comiques que j’ai pu voir jusqu’à présent. Quand on observe bien, The IT Crowd présente un schéma similaire à celui de Black Books : deux garçons asociaux et marginaux (dont un est originaire d’Irlande) et une fille un peu plus sociale mais barrée tout de même, coincés dans un lieu de travail fermé. Cependant, malgré ce même schéma similaire à Black Books, The It Crowd n’a rien d’un Black Books bis, elle parvient à exister avec ses propres personnages et ses propres situations. Cela prouve bien que Graham Lineham est un créateur et scénariste inspiré et qu’il a su se renouveler. Cette série, qui présente des geeks, peut faire penser sur le papier à The Big Bang Theory. Cette dernière a d’ailleurs pu être inspirée par la série britannique histoire de combler l’échec du remake américain (annulé après le pilote) car il faut avouer qu’il y a quelques similitudes (même s’il ne s’agit pas non plus d’une copie). J’aime bien The Big Bang Theory mais dans le même genre (geek + humour pour caricaturer), je préfère laaaargement The IT Crowd !

the-it-crowd-s2e1-20081218145040-0_625x352

Graham Linehan assume totalement l’univers geek de sa série : ici, les braves geeks ne vont pas se taper des mannequins sous prétexte qu’être geek est soi-disant à la mode. Non, ici, les deux personnages, Roy et Maurice Moss sont clairement bizarres, asociaux et ne comprennent pas les gens « normaux ». Pire, leur bizarrerie geek va finir par déteindre sur Jen, leur chef incompétente qui était jusqu’à présent dans la norme. Cependant, il ne s’agit pas d’une moquerie contre ces deux geeks. Au contraire, grâce à un grand nombre de références et toute une multitude de détails (notamment dans les décors), Linehan rend hommage à cette communauté. De plus, cet univers, situé dans un monde bien réel, permet de créer des gags ou situations absurdes (souvent liés à des quiproquos) sans tomber dans la vulgarité ni dans la débilité (un peu comme dans Black Books finalement). Au-delà de ces gags, parfois très surprenants, qui fonctionnent plus que bien, on a également droit à des répliques percutantes comme : « Have you tried turning it off and on again? ou « If you type google in Google, you can break the Internet”. On aurait pu avoir une banale sitcom, mais chaque épisode est très inspiré, inventif et rythmé. Du coup, chaque épisode est vraiment réussi et drôle. Evidemment que chaque spectateur aura ses épisodes préférés mais il n’y a pas d’épisodes ratés, ce qui est rare pour une série. Il faut dire que, comme dans ses précédentes séries, Graham Linehan a limité The IT Crowd à quatre saisons qui comportent six épisodes de 24 minutes et c’est bien mieux ainsi, au moins, la qualité ne fléchit jamais. Beaucoup parlent d’une cinquième saison, en réalité, le tout dernier épisode, « The Internet is coming » (ou pour certains « The Last Byte ») est à part. Il dure 45 minutes et donne une véritable conclusion à cette série afin de combler vraiment tous les fans. Nous saurons alors si nos trois héros resteront à vie les losers du sous-sol.

richmond

Chaque épisode réussit toujours à offrir un moment grandiosement barré et hilarant. Il est impossible d’énumérer tous les épisodes mais je retiens tellement de moments cultes : Roy et Moss qui font croire à Jen qu’Internet se résume à une boîte noire avec un bouton rouge, le délire avec le long numéro à composer pour contacter les urgences, la rencontre de Moss avec un cannibale, le repas entre amis qui vire au cauchemar (tout particulièrement pour Roy qui veut draguer un mannequin défiguré), les parodies de la publicité contre le piratage, des réseaux sociaux ou encore d’Anonymous, la version des Chiffres et des Lettres dans la rue, Roy qui tente de comprendre comment les parents de sa copine ont pu dépérir d’un incendie dans un parc aquatique (?!), Douglas qui tombe amoureux d’un transsexuel, le calendrier geek, Moss qui se fait passer pour le mari de Jen etc… (la liste est loin d’être terminée). Malgré tous ces épisodes merveilleux, qui me font hurler de rire rien que d’y penser, j’ai vraiment eu un coup de coeur pour « Work Outing » (« La Soirée Gay » en VF), premier épisode de la saison 2. Il est difficile de résumer correctement cet épisode, mais pour faire court, Jen (et son rencard), Roy et Moss vont voir une comédie musicale intitulée sobrement « Gay ». Les événements s’enchaînent à une vitesse folle qu’on finit par en pleurer de rire (et je ne plaisante pas, j’étais vraiment en larmes et j’en ai encore mal au ventre) mais jamais l’écriture ne s’embrouille, au contraire elle est même ingénieuse et riche en surprises. Je pense qu’il s’agit vraiment d’un sommet de comédie. Selon moi, ce n’est pas uniquement le meilleur épisode de la série. « Work Outing » fait largement partie du top 5 des meilleurs épisodes de sitcoms tout court. Quand je n’ai pas le moral, je vous assure que ça m’arrive de le revoir !

5494p3

Au-delà d’une écriture fabuleuse et d’un humour décapant, les personnages, décalés et parfois à la limite du cartoonesque, font partie des points forts de The IT Crowd et sont interprétés par des acteurs brillants. On s’attache vraiment à tous les personnages, même les plus secondaires. Comme beaucoup, mon personnage préféré est Maurice Moss, interprété par un fabuleux Richard Ayoade (au passage, réalisateur de l’excellent Submarine). Reconnaissable avec son look de nerd (la chemise à manches courtes rentrée dans un pantalon court et les grosses lunettes), il a du mal à s’adapter dans la société et n’en comprend pas toujours ses codes. Cela rend alors ce personnage drôle, atypique et lunaire. Surtout, j’adore son phrasé si particulier (parfois enfantin) et son débit rapide (donc à voir vraiment cette série en VO). J’aime évidemment son ami Roy Trenneman (le génial Chris O’Dowd), un geek cynique, lassé par son travail, qui veut au contraire essayer de s’adapter à la société et finalement se retrouve toujours dans des situations foireuses. Jen Barber, incarnée par une excellente Katherine Parkinson, complète ce trio. Contrairement à ses deux compères, elle est sur le papier « normale ». D’ailleurs, les spectatrices se reconnaîtront dans certaines situations (quand elle est énervée à cause de ses règles ou quand elle veut acheter des chaussures qui lui serrent un peu trop les pieds : nous sommes toutes passées par là). Mais elle se retrouve elle aussi dans des situations bizarres car elle est chef du service informatique alors qu’elle sait à peine envoyer un email et surtout utilise souvent le mensonge qui va tout sauf l’aider ! Même si on ne le voit pas beaucoup, Richmond (Noel Fielding) est également un personnage que j’adore. Ce gothique, réfugié derrière la fameuse porte rouge, est particulièrement drôle quand il veut raconter une histoire (il regarde en l’air dans le vide en prenant une voix mélodramatique et dépressive). Enfin, il faut également parler du gros changement de la série : le boss. En effet, dans la première saison, on s’était vraiment habitué à Deynholm Reynholm (Christopher Morris, le réalisateur de We Are Four Lions), la représentation même du PDG crétin qui utilise des méthodes soi-disant révolutionnaires pour aider les employés à mieux faire leur travail, mais en réalité elles sont stupides. Sa disparition m’a évidemment fait un choc car en une saison ce personnage était déjà culte. Comment remplacer l’irremplaçable ? Finalement, Matt Berry, qui interprète son fils Douglas, est la très bonne surprise de cette série. Berry n’a que onze ans d’écart avec Morris mais il est tellement crédible et hilarant en boss inculte et moqueur, qui n’en fout pas une de la journée, obsédé sexuel et si théâtral (son « Faaaaaaaaather » est magnifique) qu’on oublie très rapidement ce détail.

The IT Crowd : Photo Chris O'Dowd, Richard Ayoade

Publicités

12 réflexions au sujet de « The IT Crowd »

  1. Je suis ravie que tu en parles si bien tant cette série mérite d’être découverte. Je pense vraiment ne m’être jamais autant marrée, tous en croquant des personnages qui deviennent finalement terriblement attachants. Je n’ai pas encore vu toutes les saisons et ton billet m’incite à y remédier rapidement 😉

    J'aime

  2. J’ai tellement pleuré de rire en regardant cette série, je crois que c’est la première fois qu’une sitcom me fait autant rire. Des scènes et des gags mémorable ! J’ADORE !
    Par contre, contrairement à toi j’ai eu beaucoup de mal à apprécier le nouveau boss, le premier me faisait vraiment rire !
    Fire ! Fire ! Fire !

    J'aime

  3. @ Sentinelle :
    C’est un peu étrange quand j’y pense : tu m’as fait découvrir cette série alors que tu n’as même pas vu toutes les saisons ! En tout cas, regarde-les franchement (et puis revoir Gay la comédie musicale, on ne s’en lasse pas 😀 😀 ).

    J'aime

  4. @ AmandineDismoimedia :
    Si t’aimes bien les sitcoms et un univers déjanté, t’oublieras vite qu’il s’agit de geeks et tu rigoleras surtout beaucoup 😉

    J'aime

  5. @ Spilers by MElo :
    J’aimais énormément le premier boss, vraiment drôle (et la manière dont il disparaît est surprenante !) mais j’aime vraiment plus le second, que je trouve encore plus drôle car plus con (mais ça reste très personnel).

    J'aime

  6. Je suis une grande fan de la série, et je suis un peu amoureuse de Richard Aoyade. Je te conseille aussi, par les mêmes auteurs, la série hilarante et top 80’s Richard Marenghi’s Darkplace.

    J'aime

  7. @ Girlie Cinephilie :
    Je comprends que tu sois amoureuse d’Ayoade, il est choupi, drôle et talentueux, il faut quand même le dire : il a tout pour lui.
    C’est drôle, je pensais justement à cette série hier ! En fait, je cherche non seulement celle-ci, mais aussi plein d’autres, comme Snuff Box, Toast of London, Father Ted etc… Des séries par les mêmes auteurs/acteurs (qui deviennent aussi auteurs), dans la même veine. J’essaie cependant de trouver avec des sous-titres (ça me rassure) et j’avoue que je galère.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s