Timbuktu

réalisé par Abderrahmane Sissako

avec Ibrahim Ahmed, Toulou Kiki, Abel Jafri, Fatoumata Diawara, Hichem Yacoubi, Layla Walet Mohamed…

Drame mauritanien, français. 1h37. 2014.

sortie française : 10 décembre 2014

Timbuktu

Non loin de Tombouctou tombée sous le joug des extrémistes religieux, Kidane  mène une vie simple et paisible dans les dunes, entouré de sa femme Satima, sa fille Toya et de Issan, son petit berger âgé de 12 ans.
En ville, les habitants subissent, impuissants, le régime de terreur des djihadistes qui ont pris en otage leur foi. Fini la musique et les rires, les cigarettes et même le football… Les femmes sont devenues des ombres qui tentent de résister avec dignité. Des tribunaux improvisés rendent chaque jour leurs sentences absurdes et tragiques.
Kidane et les siens semblent un temps épargnés par le chaos de Tombouctou. Mais leur destin bascule le jour où Kidane tue accidentellement Amadou le pêcheur qui s’en est pris à GPS, sa vache préférée.
Il doit alors faire face aux nouvelles lois de ces occupants venus d’ailleurs…

Timbuktu : Photo

Je souhaitais découvrir Timbuktu, visiblement l’un des grands oubliés du palmarès cannois, à sa sortie en décembre et les choses ont fait que je ne suis finalement pas allée le voir. Vendredi dernier, à moins de vivre dans une grotte, vous savez que ce long-métrage, qui représente la Mauritanie aux Oscars dans la catégorie « meilleur film étranger », a triomphé aux Césars en remportant sept trophées, dont celles du meilleur film et du meilleur réalisateur. Heureusement, l’un de mes cinémas d’art et essai l’a rediffusé et a visiblement bien fait puisque la salle était vraiment pleine (l’effet Césars devrait fonctionner). Tout d’abord, je suis désolée si vous me trouvez aigrie ou connasse, enfin, peu importe comment on me voit. Visiblement depuis pratiquement deux mois, à part Les Nouveaux Sauvages, j’enchaîne les films que je juge moyens (vous le verrez encore cette semaine – surprise) voire même mauvais (remember Jupiter Ascending). Si ça peut vous rassurer, cela m’inquiète. Je me dis soit je ne sais pas choisir mes films soit je suis vraiment devenue une killer. Le pire, c’est que ça me fait chier de ne pas avoir été emballée par ce film, non pas à cause des Césars (au fond, on s’en cogne) mais plus par le sujet en lui-même. On ne peut pas être insensible à l’histoire, tant qu’elle fait terriblement écho à l’actualité. Timbuktu est certainement un film sincère, courageux et nécessaire, qui mérite d’être vu rien que pour son message et je pense que l’académie des Césars a été sensible (peut-être trop ?) par rapport à cette actualité brûlante. Mais malheureusement j’ai quand même été déçue par le résultat. C’est peut-être ça le problème (enfin pour moi évidemment) de ce film : c’est le sujet qui finit par prendre le dessus sur le reste.

Timbuktu : Photo

Je vais y aller directement : je me suis fait chier. C’est pas très poli de dire ça mais c’est vraiment ce que je me suis dit tout le long du film (en plus, je ne peux plus prendre ma montre au ciné, vu qu’elle ne fait que sonner toutes les heures, bref le drame). En allant au ciné, je n’avais pas vérifié la durée. A la fin de la séance, j’étais persuadée que le film durait deux bonnes heures : j’ai été alors très surprise de découvrir qu’il ne durait qu’une heure et demie. Cependant, je crois que c’est important que je puisse comprendre pourquoi j’ai trouvé ce temps long. Pour moi, Timbuktu manque de force. Attention, je ne m’attendais pas à voir Rambo débarquer au Mali mais je pensais que le résultat serait plus puissant, surtout par rapport au sujet. Je ne dis pas que je n’ai pas été touchée par certaines scènes – voir des gens se faire lapider reste toujours éprouvant – mais j’avoue que je suis restée indifférente au sort des personnages, pas assez attachants. Il faut dire que le scénario ne m’a pas aidée à m’intéresser davantage aux personnages. C’est d’ailleurs le prix que je conteste le plus aux Césars. C’est pour moi le vrai point faible du film. Je ne dirais pas qu’il n’y a pas de scénario mais il manque selon moi une véritable construction narrative. Heureusement, j’ai tout de même retenu des points positifs. En effet, même si je n’ai pas tout le temps adhérer à ce choix (cela rend parfois le film un peu simpliste), j’ai apprécié les moments de poésie que nous offre Timbuktu. Je pense notamment la scène avec les gamins qui jouent au football sans ballon. Enfin, le film reste intéressant techniquement. La mise en scène mérite d’être saluée, les décors naturels sont époustouflants, mis en avant par une sublime photographie et la lumière ou encore la musique d’Amine Bouhafa, qui joue beaucoup sur des sons traditionnels tout en mélangeant un son classique, est également remarquable.

Timbuktu : Photo

Publicités

24 réflexions au sujet de « Timbuktu »

  1. Coucou ! C’est un peu la crainte que j’ai eu sur ce film trèèèèèèsssss récompensé aux César… Je le verrai peut-être en DVD sauf si mon ciné se décide à le passer ^^

    J'aime

  2. salut tina,
    totalement d’accord avec toi même si j’avais pris un peu plus de gant dans ma chronique: beau, sujet très fort, mise en scène vraiment soignée et très belle par moment ( sens du cadre assez fort quand meme notamment dans la scène du meutre et la scène de foot sans ballon) mais oui le film preche sur son scénario et je l’ai également dit sur twitter vendredi soir lors de mon life tweet des césars: autant on peut comprendre les autres césars ( quoique musique je l’aurais donné à d’autres) autant celui du scénar ne me semble pas du tout judicieux… le film est trop lache niveau construction narrative, et on a effectivement du mal à s’attacher à ces personnages autant qu’on le voudrait, c’est le gros problème de ce Timbuktu, qui semble avoir triomphé pour des raisons parfois un peu extérieures au film même..et je suis obligé de reconnaitre moi le grand défenseur du cinéma français que le reste de la sélection était un peu faiblard quand même, surtout quand on comparait les films étrangers sélectionnés …. bonne journée à toi!!

    J'aime

  3. Voir les films sur le tard produit parfois une attente en décalage avec leur véritable nature. L’idée de Sissako n’était peut-être pas de faire un état des lieux du Mali sous la botte d’Ansar Dine (un documentaire aurait mieux rempli ce rôle), mais de proposer une lecture artistique (bien des arts sont convoqués dans le film : la sculpture, la musique, etc…) comme arme de résistance (la très belle scène nocturne où les gardes sur les toits viennent écouter la guitare qui joue dans une maison). Timbuktu, malgré son titre, est surtout une allégorie (l’ouverture avec la gazelle), parfois sans doute très naïve. Il ne faut pas s’attendre à voir « la chute du Faucon Noir », c’est sûr, en tous cas pour moi, ce fut un enchantement.

    J'aime

  4. @ Filou :
    Je n’ai pas Twitter, mais à mon avis les commentaires sur les Césars ont dû être rock’n’roll (la cérémonie était longue mais elle était quand même un peu moins chiante que d’habitude – merci Edouard Baer).
    Même si je ne suis pas d’accord pour tout, les autres prix pouvaient se justifier mais franchement le César du scénario m’a achevée, les votants ont visiblement de la merde dans les yeux.
    Après je n’ai pas vu tous les films sortis aux César mais j’étais vraiment ravie de voir Les Combattants gagner, c’était pour moi mérité, je soutenais à fond ce film (et j’étais soulagée de voir Adèle Haenel gagner, je pensais que Dequenne l’aurait à sa place).
    Je suis en tout cas heureuse de voir que nous partageons le même avis 🙂

    J'aime

  5. @ Princécranoir :
    Cela ne me dérange pas de faire une oeuvre artistique autour d’un sujet fort – car il faut l’avouer, on n’apprend rien de plus sur le sujet – mais j’ai eu l’impression de voir une oeuvre inaboutie, surtout surtout d’un point de vue scénaristique. Mais, comme tu le dis justement (j’ai pas osé l’employer dans ma critique), il y a cette naïveté, à la fois belle et agaçante, ce choix est à double tranchant. Après j’imagine aussi que le réalisateur a voulu mettre une certaine distance par rapport à la dureté même du sujet. Mais je pense vraiment qu’il manque un quelque chose et cette naïveté a fini par créer chez moi une distance avec le film et les personnages.

    J'aime

  6. Si je peux te rassurer, je me suis faite chier devant aussi. Et pourtant, le mercredi de sa sortie, il était en haut de ma liste, malgré son absence de récompense à Cannes
    Mais tant mieux s’il a été mis en avant par les Césars. Cependant, y’a dû y avoir des déçus !

    J'aime

  7. @ Auroreinparis :
    Ah oui ton avis me rassure !
    Disons qu’il n’a laissé aucune chance aux autres films présents et je ne suis pas sûre que c’était justifié. Après comme tu le dis, tant mieux dans le sens où cela va permettre à de nouveaux spectateurs de découvrir le film.

    J'aime

  8. un film compliqué, méritait -il autant de césars .. je ne l’ai pas vu .. je ne sais pas si je devrais je connais un peu, beaucoup ces pays et j’ai peur d’etre déçu

    J'aime

  9. @ MaxLaMenace :
    Hélas, cela n’a fait que confirmer ma mauvaise impression. Après c’est quand même bien de le voir pour se faire son idée et puis c’est pas non plus une daube, il a un beau message mais c’est clairement décevant.

    J'aime

  10. Flûte. Je n’avais pas trop entendu parler de ce film sur les blogs, et donc j’étais un peu surprise de voir toutes ces nominations… puis toutes ces récompenses. Dommage. Il n’empêche que je tenterai pour me faire mon idée. Mais comme nous avons souvent les mêmes ressentis…

    J'aime

  11. @ Chonchon :
    Personnellement, j’en avais surtout entendu parler lors de son passage à Cannes, je pensais même qu’il serait au palmarès et finalement non.
    Humm autant sur certains films, j’arrive à deviner si tu vas aimer ou pas, mais alors celui-là, je ne pourrais pas franchement pas faire de pronostics !

    J'aime

  12. Pas de quoi. C’est tellement vrai ce que tu dis sur ce film. J’aime bien aussi ton style d’écriture… et que tu puisses sortir énervée, ayant envie de casser quelque chose et de frapper quelqu’un ;-), ça fait plaisir de voir des gens qui réagissent. Pour Timbuktu, j’ai peu à ajouter car vous avez tout dit, et je suis complètement d’accord. Je ne voulais pas y aller, et l’occase m’a été présentée sur un plateau: j’allais voir « Mon fils », et le petit ciné près de chez moi a eu un problème avec la copie, et l’a remplacé par Timbuktu ! Je n’ai pas vu Birdman et ne suis pas très chaud, mais on verra. Par contre, j’ai vu récemment Dear Hunter. Un sacré morceau ! (j’en parle car tu parlais d’Apocalypse Now… ). Bon, je m’éloigne… 😉

    J'aime

  13. @ Pierre Levy :
    Disons que je dis ce que je pense (après j’essaie de ne pas dire des choses méchantes gratuitement et je fais tout pour respecter ceux qui ne sont pas d’accord avec moi 🙂 ).
    Il y a pas mal de gens qui ont aimé, voire adoré Birdman, si ça se trouve, vous allez au moins l’apprécier (en tout cas plus que moi 😉 ).
    La honte, je n’ai toujours pas vu Deer Hunter mais je compte bien le découvrir puisqu’en ce moment j’essaie de regarder un grand nombre de films sur la guerre du Vietnam (j’ai vu récemment Full Metal Jacket). 😉 Ne vous inquiétez pas, le HS ne me dérange pas 😮 😉

    J'aime

  14. .-) OK. Mais je pense que l’humour devrait être primordial dans les relations humaines, et je pense que c’est bien de dire ce qu’on pense avec humour, et un peu de piquant. Après, si certains se vexent… c’est dommage pour eux ;-). Par exemple, j’ai écrit un roman (pour m’amuser… 😉 et quand des gens le lisent, je leur dis : »Dis-moi ce que tu en penses. Et si tu n’aimes pas, si ça t’a em….. dis-le; ça ne me dérange pas. Pourquoi tout le monde devrait aimer ce que je fais…? on peut trouver ça nul. Enfin, c’est juste pour revenir à ton style « vivant et bien piquant », j’aime bien 😉
    Sinon, le Viet Nam ? Oui, il y a eu de très bons films sur le sujet. Justement : Full Metal Jacket ! Génial. Ah, Stanley !! 😉
    Oui, Deer Hunter était super bien. Mais j’avais cru qu’il était très très violent. J’ai été surpris par le contraire. A moins que j’ai ingurgité tellement de films plus violents depuis….
    Et puisqu’on parle de films géniaux, voici 2 chefs d’oeuvre pour moi : Il était une fois dans l’Ouest, et Il était une fois en Amérique. Ah Sergio ! 😉

    Bref, merci pour les échanges 😉

    J'aime

  15. @ Pierre Lévy :
    Une vie sans humour n’est pas une vie (oooh je suis philosophe mais je le pense vraiment !).
    Ah Deer Hunter ne serait donc pas si violent que ça ? Après peut-être qu’il l’est psychologiquement, non ?
    De rien 🙂

    J'aime

  16. Ah, l’humour, toujours… 😉 . Comment être sérieux sans humour? Frank Zappa l’avait bien compris. Alors qu’il avait l’air de déconner, il effectuait un travail extrêmement sérieux. Etre sérieux en s’amusant…
    Oui, violent psychologiquement, c’est vrai. Mais depuis les années 90 on a vu des films tellement violents… un film de 79… Et je crois que j’avais un vague souvenir de ce film…
    Allez, bonne soirée !

    J'aime

  17. Et en plus, sans humour, qu’est-ce qu’on s’ennuie. Enfin, ça a l’air con de dire ça, mais c’est super sérieux. Tu sais, parfois, avec des gens, je ne parle pas de bons amis qu’on connaît bien, les discussions « soi-disant » sérieuses… et qui pourraient être passionnantes si elles étaient accompagnées d’humour 😉 alors que ces gens se prennent super au sérieux…
    Bon, j’arrête… tu vas finir par me prendre au sérieux !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s