L’interview qui tue !

réalisé par Seth Rogen et Evan Goldberg

avec Seth Rogen, James Franco, Lizzy Caplan, Randall Park, Diana Bang…

titre original : The Interview

Comédie américaine. 1h52. 2014.

sortie française : 28 janvier 2015

L’ Interview qui tue !

Un animateur de talk show et son producteur se retrouvent impliqués dans un complot meurtrier à l’échelle internationale.

L’ Interview qui tue ! : Photo James Franco, Seth Rogen

A l’origine, The Interview (je vais l’appeler par son titre original tout le long de ma critique car le titre français m’exaspère) ne m’intéressait pas plus ça car je ne suis pas plus fan que ça de l’humour à la Seth Rogen (en gros un humour franchement pas fin et trop souvent en dessous de la ceinture) bien que je trouve le bonhomme toujours aussi sympathique. Mais personne n’a pas échappé aux polémiques autour de ce film. Tout d’abord, comme on s’en doutait un peu, le long-métrage n’a pas vraiment plu au véritable Kim Jong-un, qui n’a pas hésité à menacer ouvertement les Etats-Unis de représailles. Puis, Sony Pictures Entertainment a été victime d’un colossal piratage. Ainsi, beaucoup d’informations ont été révélées publiquement (dont des mails à caractère raciste) et la patronne Amy Pascal (entre nous, une conne) a annoncé récemment sa démission. La Corée du Nord a évidemment été accusée d’avoir provoqué ce gigantesque piratage même si rien ne le prouve jusqu’à présent (je n’aime pas voir des complots de partout mais cela ne me semble toujours pas impossible que ce soit l’équipe du film qui ait fait le coup…). Face à des menaces terroristes visant les cinémas américains, Sony a refusé de sortir The Interview en salles dans un premier temps puis est sorti en VOD aux Etats-Unis et dans quelques cinémas américains le jour de Noël. Finalement, il a eu également droit à sa sortie dans les cinémas français. Bref, j’étais curieuse de découvrir LE film qui a foutu un sacré merdier, au point de créer un incident diplomatique. Comme je n’en attendais rien, je ne peux pas dire que j’ai été déçue. En revanche, voir qu’une petite comédie potache assez oubliable ait pu créer autant de problèmes fout quand même un peu les boules. Je ne vais pas pour autant le démonter entièrement. Dans l’ensemble, The Interview est selon moi un peu trop long mais il reste divertissant et propose tout de même pas mal de scènes drôles (en tout cas, elles m’ont fait rire). Rien que les premières minutes du film, avec Eminem qui avoue publiquement (et à plusieurs reprises) qu’il est gay alors qu’il est réputé pour son homophobie et Rob Lowe chauve sont réussies. J’ai également bien adhéré au gros délire autour de Fireworks de Katy Perry.

L’ Interview qui tue ! : Photo Randall Park

Hélas, comme je m’en doutais avant de le découvrir, The Interview n’échappe pas à des gags assez lourds voire même assez vulgaires. Je pense par exemple à la scène de sexe furtive entre Seth Rogen et Diana Bang (honnêtement, cela n’a aucun intérêt de voir la queue relevée de Rogen dans son pantalon, on a compris qu’il était en chaleur) ou encore à une vague scène de pénétration anale, qui n’est franchement pas drôle. Je tenais également à partager une de mes réflexions, même si j’ai conscience qu’elle pourra déranger certains parmi vous, surtout que je proclame régulièrement défendre la liberté d’expression. Mais je dois avouer que cela m’a embarrassée de voir cette comédie ancrée dans un univers réel mettant en scène un dictateur qui existe toujours actuellement. Je pense pourtant qu’on peut rire de tout et je précise évidemment que je ne défends en aucun cas Kim Jong-un. Cependant, quand je vois tout le foin qu’il y a eu autour de ce film et quand je vois le résultat, je ne trouve pas que ça valait le coup de rester aussi proche de la réalité et à prendre tous ces risques. Je n’aime pas forcément réécrire les scénarios, on doit prendre les films tels qu’ils sont mais j’ai l’impression qu’un univers fictif aurait eu plus sa place (surtout avec un humour si potache). En fait, je crois que je n’ai pas surtout pas apprécié de voir un buzz gratuit. Après, peut-être que je n’aurais pas eu ce type de réflexion face à un film bien plus réussi. De plus, le Kim Jong-un est, à part à la fin du film, relativement sympathique (et j’ai trouvé Randall Park plutôt bon). Effectivement, on voit comment Rogen et Goldberg ont voulu dénoncer cette dictature, notamment en grossissant absolument tous les traits de la personnalité coréenne. Mais pour moi, ils passent un peu à côté de la critique de la dictature. En revanche, celle des médias m’a paru davantage pertinente, principalement grâce à James Franco. Cet acteur a beau m’agacer, je dois avouer qu’il s’en sort parfaitement bien dans ce rôle de journaliste crétin. Pour conclure, The Interview n’est pas la comédie qui tue (désolée pour la vanne vraiment naze) et peut décevoir par rapport à sa surmédiatisation (je comprends certaines critiques assassines) mais il a réussi à me divertir, même à me faire rire de temps en temps. Disons que je ne l’ai pas trouvé pire que les autres comédies grasses venues tout droit des Etats-Unis.

L’ Interview qui tue ! : Photo James Franco, Randall Park

Publicités

44 réflexions au sujet de « L’interview qui tue ! »

  1. La conséquence la plus géniale avec ce scandale cinématographique: j’ai plus eu envie de voir Team america que The interview! Franchement regarde ce film Tina!

    J'aime

  2. Si il faut aussi prendre des précautions avec un des pires régimes au monde chaque thématique va devoir se battre pour exister. Surtout s’il s’agit d’une comédie.
    J’avais adoré The dictator, absolument complet dans sa caricature, tu penses qu’il s’en rapproche ?

    J'aime

  3. @ Yuko :
    Oui, pour moi c’est le but même d’une comédie, c’est pour cette raison que je ne suis pas trop sévère à son égard malgré des défauts et des choses qui m’ont dérangée. 🙂

    J'aime

  4. @ AmandineDismoimedia :
    Je sais que mon avis sur le côté non fictif peut déranger. Mais bon Le Dictateur de Chaplin – je prends cet exemple puisque beaucoup l’avaient repris au moment du scandale de Sony – présente des personnages officiellement fictifs et fonctionne parfaitement bien. Je n’ai pas vu The Dictator (je ne peux pas te dire si ça se rapproche) mais d’après ce que j’ai compris, là aussi c’est fictif. Donc, je pense qu’on peut dénoncer des régimes ou même une personnalité précise tout en créant complètement un univers. Pour se permettre de réutiliser le nom de quelqu’un ou d’un véritable pays, même dans une comédie, il faut que le film soit vraiment réussi pour que ça passe vraiment.

    J'aime

  5. Oui se moquer d’un dictateur sans savoir grand chose de lui ne sert à rien. Chaplin a inventé un univers par ce qu’il s’appuie sur l’absurde du fascisme avant de représenter Hitler. En revanche Cohen aurait pu s’appeler Khadafi tant son personnage est proche, et ses ressorts comiques sont basés sur cet homme, ses actes et son caractère. En dehors d’être réussi il faut connaître la personne et l’environnement.

    J'aime

  6. C’est le premier Cohen que je vois mais ça faisait longtemps que je n’avais pas ri au cinéma ! Rien que sur l’affiche la déclaration « C’est de la bombe » – Kim Jong-Un donne le ton. Il va jusqu’au bout, c’est trash mais l’univers est tellement solide !

    J'aime

  7. @ AmandineDismoimedia :
    Le premier que j’ai vu est Brüno que j’ai trouvé raté (à part une ou deux scènes sympas), très vulgaire. Plus tard, j’ai découvert Ali G qui m’a bien fait marrer. Du coup j’essaie de trouver Borat et je pense que je tenterai The Dictator après.
    J’avoue, l’affiche de The Dictator m’avait bien fait marrer !

    J'aime

  8. Pas vu mais mais étant donné comme le Buzz est parti, ça ne me tentait pas du tout. Effectivement on se demande dans quelle mesure ce n’est pas un simulacre pour faire de la pub au film ou autre.
    Après peut être que je le verrai par curiosité mais je n’en fait pas une priorité.

    J'aime

  9. Il est très facilement trouvable en streaming! America fuck yeah! Comin again to save the motherfuckin day yeah! Quant à The dictator je l’ai trouvé aussi raté que Brûno. Cohen patauge dans la semoule et ne parvient pas à faire mieux que Borat.

    J'aime

  10. @ Borat :
    Aïe aïe aïe tu viens de me foutre un coup là sur ce que tu dis sur The Dictator.
    J’espère que j’aimerais au moins Borat… (quel programme chargé durant ces vacances !)

    J'aime

  11. Je suis d’accord avec toi : ça me gêne un peu d’imaginer la mort d’un homme qui existe, même si c’est un dictateur. Nous sommes contre la peine de mort, non ? Et Seth Rogen et Franco ne sont pas connus pour être des ultra conservateurs. J’ai donc un peu de mal à comprendre la démarche. Je préfère Chaplin, bien sûr, qui brouille les noms, se moque et n’assassine personne, ou Sacha Baron-Cohen qui monte lui aussi un univers délirant. Maintenant… je n’ai pas vu le film, donc il m’est difficile d’en parler. Disons qu’il ne me tente pas trop à vrai dire…

    J'aime

  12. @ Chonchon :
    Je ne connais pas la position politique de Rogen ou Franco, j’imagine effectivement qu’ils sont plutôt démocrates. Oui, tu as vraiment su mettre les mots sur ce que je voulais dire, il y a quelque chose d’hypocrite dans la démarche.

    Aimé par 1 personne

  13. @ Borat :
    Pétard vous avez eu les vacances super tôt ! En fait, je pensais que t’étais dans la même zone que moi mais en fait non !
    Officiellement j’ai qu’une semaine de vacances mais bon comme on fout rien à la fac (et oui 3 jours de cours oulala c’est la folie), ça me rallonge quelques jours.

    J'aime

  14. Coucou !
    J’ai entendu tout le foin fait autour de ce film (et puis à moins d’être un Gollum, je pense qu’on pouvait difficilement passer à côté de ces infos)…j’avoue que je ne suis pas fan de l’humour lourd, gras et vulgaire, j’ai donc évité de le regarder.
    Je le verrai peut-être en dvd un soir où je m’ennuierai, histoire d’en prendre connaissance, mais il ne me tente pas plus que ça pour être honnête.

    J'aime

  15. Et moi….pourquoi je suis pas en vacances?? Ah ouais, faut que je prenne ma DeLorean et que je retourne en 88, quand j’étais en fac! Profitez bien les jeunes, le temps passe a une vitesse incroyable. Bon, pour le film, ça m’a l’air d’être moisi comme 50 machins de trucs. Par contre, oser comparer Chaplin et Cohen, hum hum…Je suis trop fatigué pour énerver mais là, vous poussez quand même. Sur ce, je vous souhaite une bonne nuit.

    J'aime

  16. @ Arnaud Alex :
    Et oui, c’est génial d’être étudiant (ou pas par moments).
    Je n’ai pas eu encore l’occasion de regarder 50 nuances (mais je compte bien constater les dégâts).
    Pour Chaplin/Cohen, c’était juste un exemple pour dire que ça m’avait gêné de voir un univers non fictif. Je ne parlais pas de talent, donc pas besoin de s’énerver.

    J'aime

  17. @tina: arnaud alex c’était moi! J’ai mis mon véritable nom pour m’inscrire sur Sadique Master et je ne sais pas pourquoi il est apparu ici. Étant un vieux fossile, je ne maîtrise pas toutes les subtilités des blogs. Maintenant que tu sais ma véritable identité, peux tu me redire de ne pas m’énerver sans craindre mon courroux (je rigole)?

    J'aime

  18. @ Inthemoodforgore :
    (*cri de la mort*) aaaaaaaaaaaaaaaaah c’était donc toi ! (stylé ton nom au passage).
    Heureusement que tu m’as dit que c’était toi (je me suis dit « mais c’est qui ce gars qui m’agreeessse ? »). Tu es pardonné !

    J'aime

  19. @ Vince :
    J’ai pris un peu de retard (le mémoire, le taf et tout ça) mais je comptais rédiger tout ça dans la semaine. C’est pour le 13 mars ! Du coup j’aurais le temps de te le montrer 🙂

    J'aime

  20. Avec tout le foin qu’il a fait, je n’ai même pas vu passer le film dans un ciné près de chez moi. J’étais pourtant prêt à me déranger, non pour l’amour de Seth Rogen (que je trouve aussi lourdingue que toi), mais parce que je me suis récemment intéressé à la Corée du Nord et à son cinéma et j’étais curieux de voir comment le scénar s’en prend au Juche à son Cher Leader.

    J'aime

  21. @ Princécranoir :
    Je n’ai jamais eu l’occasion de regarder des films issus de la Corée du Nord – bien que quelqu’un de mon entourage peut me passer un coffret regroupant 4 films de là-bas – mais je reste ouverte pour découvrir ce cinéma. Tu as des titres à me conseiller (peut-être qu’ils font partie de ce fameux coffret ?).

    J'aime

  22. Ce sont en effet des films issus de ce coffret. d’autres circulent peut-être sur le net (comme Pulgasari, le Godzilla des Kim). Loin d’être des chefs d’œuvre (encore que certains déploient des splendeurs insoupçonnées), ils valent surtout pour leur vision d’un pays vivant en autarcie en suivant l’idéal socialiste porté par un dictateur. Ce sont des films à voir avec un certain recul.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s