Interstellar

réalisé par Christopher Nolan

avec Matthew McConaughey, Anne Hathaway, Jessica Chastain, Michael Caine, John Lithgow, Casey Affleck, Mackenzie Foy, Wes Bentley, Timothée Chalamée, David Gyasi, David Oyelowo, Ellen Burstyn, Matt Damon…

Film de science-fiction américain. 2h50. 2014.

sortie française : 5 novembre 2014

Interstellar

Le film raconte les aventures d’un groupe d’explorateurs qui utilisent une faille récemment découverte dans l’espace-temps afin de repousser les limites humaines et partir à la conquête des distances astronomiques dans un voyage interstellaire.

Interstellar : Photo Anne Hathaway, David Gyasi, Matthew McConaughey

J’ai mis du temps à aller voir Interstellar au cinéma, pratiquement un mois après sa sortie. Le film avait beau m’attirer, les critiques étant, dans l’ensemble, plutôt bonnes, j’avais pourtant quelques réserves (et le manque de temps n’a sûrement rien arrangé). En effet, à part Memento que je trouve vraiment excellent, je n’aime pas forcément le travail de Nolan malgré un talent évident. Pour ceux qui ne me connaissent pas, j’aime bien Batman Begins mais j’ai énormément de mal avec The Dark Knight (pourtant si aimé par le public) et The Dark Knight Rises. Je n’ai également pas aimé Le Prestige, qui m’ennuie énormément (peut-être à cause du fameux « truc » que j’ai deviné très tôt et qui m’a sûrement plombé mon visionnage). Quant à Inception, je trouve qu’il s’agit d’un très bon divertissement, remontant le niveau des blockbusters, mais le mix Paprika de Satoshi Kon / Philip K. Dick / Kubrick me dérange beaucoup. Cependant, j’ai voulu donner à Interstellar sa chance, en essayant de ne prendre aucun parti. Avant d’aller le voir, j’ai ôté de mon esprit toutes les critiques que j’avais lues et j’ai tout fait pour ne pas avoir une dent d’avance contre Nolan, qui commençait alors à m’agacer ces derniers temps. A ma grande surprise, j’ai adoré ce film. Beaucoup d’expressions pourraient désigner ce film mais je dirais qu’il s’agit d’une odyssée spatiale puissante et bouleversante humaniste, s’apparentant à un conte humaniste, philosophique, métaphysique, écologiste et tragique. Interstellar fait pour moi partie des meilleurs sortis au cinéma cette année.

Interstellar : Photo Mackenzie Foy, Matthew McConaughey

Comme promis, Nolan nous offre un magnifique spectacle en mettant le paquet sur des effets spéciaux grandioses et sur une reconstitution époustouflante de l’espace. Mais heureusement, le film ne se limite pas qu’à une formidable expérience visuelle maîtrisée. L’histoire en elle-même est très émouvante. Je dois même avouer que j’étais souvent au bord des larmes. J’ai totalement adhéré au lien qui unit la relation fusionnelle entre Cooper et sa fille Murphy avec le voyage dans l’espace-temps. Je n’ai pas de connaissances scientifiques (je me suis tapée 7 au bac de SVT/physique et c’était cher payé), il y a probablement des erreurs sur des faits. Mais l’histoire est pour moi bien racontée et le film en lui-même est si captivant que j’ai « oublié » ce possible problème durant la séance. Il est également si scotchant que je n’ai également pas vu passer les 2h50, que je redoutais pourtant. Quant au langage scientifique employé par les personnages, il est complexe pourtant je ne me suis pas sentie perdue face aux dialogues. La musique délicate de Hans Zimmer, qui contribue à l’atmosphère visuelle et émotionnelle, m’a également séduite. Enfin, le casting est vraiment bon. Matthew McConaughey montre encore une fois l’étendue de son talent en incarnant ce père astronaute avec beaucoup de justesse. Je n’aime pas spécialement Anne Hathaway, même si je n’ai rien contre elle et qu’elle m’a parfois plu dans des films, mais je remarque qu’elle est toujours à l’aise dans les films de Nolan (oui, je l’avais bien aimé en Catwoman dans The Dark Knight Rises). J’ai même trouvé l’actrice assez émouvante. Enfin, Jessica Chastain, qu’on voit pourtant peu, livre également une interprétation remarquable.

Interstellar : Photo Jessica Chastain

Publicités

50 réflexions au sujet de « Interstellar »

  1. Coucou Tina. C’est « troublant »: j’aurais pu écrire moi-même les premières lignes de ton texte. Je suis encore dans les starting blocks, pour ma part, et je pense que si je le vois au cinéma, ce sera avec beaucoup de retard sur la troupe. Bon… ce n’est pas très grave…

    Tu me donnes envie d’aller le voir, en tout cas, moi qui ne suis absolument pas fan de Nolan (ni même de SF) habituellement. Tiens, à propos dudit Christopher, as-tu « Following », son premier film ? C’est un petit suspense hitchcockien sans fioritures. Moi, j’avais assez bien aimé.

    Bon week-end ! 🙂

    J'aime

  2. @ Martin :
    Ca alors, tu penses exactement comme moi sur la filmo de Nolan ? Ah il y a de quoi être troublé ! (surtout que peu de gens partagent mon avis, j’en suis encore plus surprise !). S’il est encore diffusé dans ton ciné et que tu n’es pas trop débordé pendant ces fêtes de Noël (du genre tu cours comme un dératé pour trouver des cadeaux), franchement tu devrais le tenter.
    Non toujours pas vu Following, je devrais essayer de le voir (surtout depuis ma réconciliation avec ce cher Chris Nolan !)

    J'aime

  3. Je n’ai pas encore tout vu, Tina, et je me garde « Memento » avec l’espoir que ça me plaise vraiment. J’aurais pu écrire cette phrase de toi: « Je n’aime pas forcément le travail de Nolan malgré un talent évident ». Cela surprend (ou irrite) beaucoup de gens que je connais, mais je dis souvent que je le trouve surcoté.

    Si tu as l’occasion de voir « Following », je pense que ça va te surprendre par rapport à ce que tu connais de Nolan. Peut-être pas en bien, mais j’ai envie de te dire que ça vaut le coup de tenter.

    J'aime

  4. Les incohérences sont légion, mais je suis 100% d’accord avec toi l’histoire est si bien racontée, les émotions si vives, que l’on passe outre aisément, la crédibilité scientifique n’est finalement pas tant que ça le centre d’intérêt de Nolan ici. Sinon quelle claque ce film, déjà vu 3 fois en salles et encore envie d’y retourner ^^

    J'aime

  5. Un magnifique film sur l’histoire d’un père et de sa fille cherchant à se retrouver mutuellement à travers le temps et l’Espace. Le casting est bon, la réalisation est à la pointe (la caméra embarquée pour les scènes de vaisseau quelle brillante idée), un récit superbe entre 2001 et Contact (même si je pencherais davantage sur le deuxième, qui en plus partage l’implication de Kip Thorne avec Interstellar) et même une bonne composition d’Hans Zimmer (ce qui devient d’une rareté depuis quelques années).

    J'aime

  6. @ Martin :
    Le problème avec certaines personnes, c’est qu’on a l’impression que certains réalisateurs (ou même des acteurs) sont intouchables et qu’on doit penser pareil que ces personnes en question. C’est très énervant.
    Faisons un échange : tu tentes Memento et je regarde Following (le titre me rappelle la très bonne série avec K. Bacon, même si ça n’a rien à voir, je me dis que ça peut être un signe !).

    J'aime

  7. @ Borat :
    Il faudrait que je regarde Contact (il ne m’a jamais tenté mais comme tout le monde parle d’un lien entre ce film et Interstellar, je me dis que ça serait bien de tenter l’expérience).
    C’est vrai que Zimmer commençait à tourner en rond avec ses boum. Mais là la B.O. m’a tellement plu que je l’écoute plusieurs fois par jour sur Spotify.

    J'aime

  8. Moi il m’a longtemps insupporté mais je dois dire que j’ai assez changé d’avis, en dehors de sa fin où James Woods cabotinne à mort.

    J'aime

  9. Attention le film est très intéressant et joue justement sur une certaine Amérique. En gros si tu n’es pas croyant tu ne vas pas dans l’Espace. Le film a un peu vieilli vers la fin mais certains passages sont assez bluffants encore. Il n’en reste James Woods qui gueule comme un con à la fin.

    J'aime

  10. Bel enthousiasme que je partage néanmoins avec une moindre intensité. Le film est superbe en effet et Nolan penche ici du côté de son meilleur. Je constate que les avis sont très partagés sur ce cinéaste. Je crois que le tort, c’est de l’élever au rang des grands noms du cinéma (Kubrick Tarkovski). Même s’il s’en nourrit (comme beaucoup d’autres), Nolan est sans doute plus proche d’un Ridley Scott, ce qui est déjà un chouette compliment. Je préfère, et de loin, un Interstellar à cinquante Transformers.

    J'aime

  11. @ Princécranoir :
    Exactement, il faut arrêter de comparer Nolan à certains grands cinéastes. Il s’agit d’un bon réalisateur, j’ai trouvé Interstellar vraiment excellent, un grand spectacle provoquant beaucoup d’émotions en ce qui me concerne, il sera haut dans mon top 10 mais ça s’arrête là évidemment – même si c’est déjà beaucoup. De toute façon, on a pas assez de recul pour mettre le travail de Nolan au même niveau que certains chefs d’oeuvre.

    J'aime

  12. un space opera ambitieux qui marche sur les plates bandes de 2001. Franchement réussi dans l’ensemble. Après je ne suis pas sûr que tout le monde comprenne de quoi il en retourne

    J'aime

  13. @ Eelsoliver :
    Je vois que nous sommes d’accord : le film est une belle réussite.
    En sortant de la salle, il y avait soit les gens émus comme moi, soit les gens qui disait « euuuuh j’ai rien compris ».

    J'aime

  14. Bon, je l’ai vu hier, je peux enfin venir lire ta critique ^^ Et pour une fois je suis d’accord (7 au bac SVT ?) Nolan nous livre un très beau film, très inspiré de 2001 mais sans tomber dans le cliché de l’amateur qui reproduit une oeuvre qu’il a aimée… L’ensemble fonctionne bien et le casting n’y est pas pour rien, c’est vrai ! Même si certains pourraient remettre en question le fond, le tout fonctionne bien et nous apporte un film dense et ambitieux… C’est quand même pas si mal 😉

    J'aime

  15. @ Yuko :
    Oui j’ai eu 7 en svt/physique. Je précise que j’avais pratiquement rien foutu de l’année, je pensais avoir moins (ma copie n’était pas trèèèès remplie, et le peu que j’ai mis est un grand lot de conneries).
    En tout cas, je vois que nous sommes d’accord sur ce film (j’ouvre une bouteille de champagne). 😀

    J'aime

  16. @ Roggy :
    Je crois que se protéger de toutes ces infos était nécessaire pour avoir un minimum d’objectivité et finalement peut-être que cela nous a permis d’en profiter encore plus ! 🙂

    J'aime

  17. Une belle  » pellicule  » , la photo.. le cadrage … les acteurs oui , ça tourne pas mal tout ça sur fond de fin de vie sur la terre . Oui ça fonctionne bien côté SF au début.
    Au milieu le temps ne se contracte pas et chaque minute devient longue.
    Mais la fin .. avec ce simulacre de village / pays cosmique suspendu qui tourne déja en rond avec la télé dans chaque maison le gazon le chien qui court lol ; non….non ..et puis la rencontre du nieme type entre papa qui vient de traverser ( tenez vous bien ) un trou de ver ( de Lorentz )excusez du peu .. et fifille dans la bibliothèque on s’ésclaffe !
    Dans le genre Contact  » n’a absolument rien à craindre ! il reste loin loin devant et sans une ride aucune. Scusez d’avoir été long mais le cinéma est une passion !

    J'aime

  18. @ Guy :
    Personnellement je n’ai pas vu le temps passer et au contraire j’ai trouvé la confrontation entre le père et la fille assez émouvante. Après je comprends totalement votre avis. Je comprends qu’on ne puisse ne pas être ému (ohhh le pauvre chien, c’est un petit détail ça) et être sceptique à la dimension scientifique présentée par Nolan. Cependant, je ne crois pas qu’il faut rester bloquer sur ces détails scientifiques probablement faux.
    Comme je le disais un peu plus haut, je n’ai pas vu Contact, c’est difficile pour moi de faire une comparaison (mais je devrais le regarder visiblement).
    Mais il n’y a pas à vous excuser, j’accepte tous les commentaires, les courts, les plus développés etc… 😉

    J'aime

  19. @tinalakiller
    Merci pour l’accueil…
    Oui , l’émotion ne fait pas défaut à ce film d’autant que la relation ( fusionnelle la relation ) entre la filette et son daddy est palpable ,le jeux des acteurs est sensible et juste et il y a de jolies choses 😉
    Guy

    J'aime

  20. Tu sais déjà ce que j’en ai pensé 😉 Un très bon divertissement de SF, un peu long par moment, mais qui, en effet, demeure poignant.

    J'aime

  21. @ 2flicsamiami :
    3h, c’est vrai que c’est un peu long mais, heureusement pour moi, je ne les ai pas senties (pourtant tout le monde sait que je suis particulièrement chiante sur les longueurs dans un film !).

    J'aime

  22. d’ailleurs, puisque tu as adoré Interstellar, est ce que tu connais la théorie des cordes ?

    J'aime

  23. Je vais essayer d’être le plus clair possible. Avant toute chose, il est nécessaire de t’expliquer une expérience réalisée sur un mur sur lequel se trouvent deux trous séparés. Si tu es suffisamment habile et que tu lances une balle de tennis, tu es d’accord qu’elle pourra passer dans l’un des 2 trous séparés. En revanche, lorsque si tu envoies une particule subatomique (exemple: un neutron), le neutron est présent à la fois dans les deux trous séparés du mur.
    Comment le neutron opère-t-il ? La logique serait de penser qu’il se divise en 2 au moment de traverser les 2 trous du mur. Pourtant, le neutron ne se divise pas. Par conséquent, c’est exactement le même neutron qui est présent dans les deux trous séparés. En résumé, le neutron est une particule subatomique capable de déformer l’espace et le temps de façon à exister à deux endroits à la fois et donc dans deux endroits différents, donc dans deux univers parallèles. Et comme nous sommes nous mêmes traversés par ces particules subatomiques qui traversent l’espace et le temps de façon à modifier notre environnement sans que nous en ayons conscience, nous existons peut-être dans d’autres univers mais avec une autre vie. A partir de là, toutes les hypothèses sont possibles. Dans ces univers parallèles, il est donc possible qu’il y ait un « dieu » qui nous gouverne ou une intelligence supérieure qui aurait un impact sur notre propre monde, ou éventuellement encore un nous même suffisamment évolué pour pouvoir impacté sur notre époque. C’est la théorie des cordes, connue aussi sous le nom de mécanique quantique, et qui est aussi la théorie du film Interstellar. Autrement dit, les neutrons sont capables de modifier l’espace et le temps, donc d’alterer l’univers que nous connaissons en créant des trous de vers (ou en modifiant l’espace et le temps, c’est la même chose). La seule question est: qu’y a t-il dans ces autres univers ? Est-ce qu’il existerait quelqu’un (un dieu, des extraterrestres ou un « nous » suffisamment évolué) qui pourrait impacté sur notre propre monde sans que nous en ayons conscience ?

    J'aime

  24. @ Eelsolivier :
    Je pense avoir compris, ça semble clair. Je ne crois pas en un dieu dans le sens religieux mais par contre, qu’il existe une force supérieure qui nous échappe ne me semble pas du tout impossible.

    J'aime

  25. en tout cas par une force qui nous échappe, c’est indéniable… C’est aussi pour cette raison que les scientifiques s’intéressent de très près à la matière noire…

    J'aime

  26. Les images dans l’espace sont belles. J’ai aimé la façon dont les vaisseaux étaient filmés. Mais y a des scènes qui tirent en longueur (globalement, toutes celles avec Murphy adulte – bon sang, les scènes avec la bibliothèque, au secours !). Beaucoup trop d’explications (j’imagine que c’est pour les gens qui ont décroché, mais on avait déjà tout compris, pas la peine de refaire les toutes les scènes dans la bibliothèque). La maison-musée avec les témoignages vidéo partout dans la baraque, c’est juste insupportable. L’explication scientifique qui se conclut par « c’est le pouvoir de l’amour », nope nope nope. J’ai aussi détesté la révision de l’Histoire à l’école, ça m’a rappelé de façon désagréable cet épisode de Dr Who « Kill the moon » : « oh l’essai avec la navette a échoué, alors on arrête tout le programme spatial et si on nous demande, on n’est jamais allé dans l’espace ». J’ai aussi détesté que Murphy envoie son père vers le personnage d’Anne Hathaway, sans savoir si elle est en vie, si son copain est en vie et si elle a envie de vivre avec papa Murphy.
    Bref, j’ai pas aimé Interstellar 😀

    J'aime

  27. @ Yadana :
    Effectivement il y a beaucoup de choses qui t’ont dérangée ! Je comprends chaque point que tu développes même si en regardant ce film cela ne m’a pas du tout dérangée 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s