L’inconnu du lac

réalisé par Alain Guiraudie

avec Pierre Deladonchamps, Christophe Paou, Patrick d’Assumçao, Mathieu Vervisch, Jérôme Chappatte…

Drame, policier français. 1h37. 2012.

sortie française : 12 juin 2013

interdit aux moins de 16 ans

L'inconnu du lac

L’été. Un lieu de drague pour hommes, caché au bord d’un lac. Franck tombe amoureux de Michel. Un homme beau, puissant et mortellement dangereux. Franck le sait, mais il veut vivre cette passion.

L'inconnu du lac : Photo Christophe Paou, Pierre Deladonchamps

Présenté au festival de Cannes dans la section « Un Certain Regard », L’inconnu du lac a emballé la critique. Sans vouloir insulter ceux qui ont aimé ce film, j’avoue que je ne comprends absolument pas cet enthousiasme. Quand je lis les critiques de la presse, et même les intentions du réalisateur, je n’ai pas eu l’impression de voir le même film ! Je ne comprends pas non plus comment le film a pu éviter une interdiction aux moins de 18 ans. Pour moi, sans exagérer, les scènes ne sont pas érotiques, mais pornographiques. Je ne vais pas jouer les sainte-nitouche : je savais que le film comportait quelques scènes olé-olé, mais je ne pensais pas que les scènes étaient autant explicites. Alain Guiraudie dit qu’il a voulu filmer « l’amour passion », du « désir ». Mais je n’ai pas trouvé qu’il arrivait à transmettre ces idées à l’image. Pour moi, c’est juste obscène. Et le réalisateur n’y va pas de main morte. Il n’y aurait que cinq minutes de galipettes, ça serait peut-être passé, mais là j’ai eu l’impression de voir une heure de scènes de sexe explicite (c’est un euphémisme) sur 1h30 ! Mais surtout, selon moi, toutes ces scènes essaient de choquer le spectateur au détriment d’un scénario totalement vide. Il ne se passe quand même pas grand chose, et le peu d’action présente est au final peu intéressante, alors qu’elle aurait pu l’être. Après, effectivement, on peut voir où veut en venir le réalisateur (et qui expliquerait – un peu – les scènes hot) : le danger et la mort sont liés à la sexualité.

L'inconnu du lac : Photo Christophe Paou, Pierre Deladonchamps

Cependant, personnellement, j’ai eu du mal à comprendre les réactions du personnage principal (qui a des airs de James Blunt), c’est-à-dire celui qui est tombé amoureux d’un meurtrier (le sosie de Tom Selleck), probablement un tueur en série : en effet, à force de ne pas vouloir le dénoncer, il se retrouve quand même comme un con car il a (enfin) peur à la fin du film. L’intrigue policière n’est pas peut-être pas à l’origine l’intérêt principal de ce long-métrage mais il aurait mérité d’être un petit plus développé. Là, on a juste l’impression que c’est un prétexte pour voir des coucheries. La fin m’a également déçue : c’est un peu le seul moment où il y a de l’action mais j’ai eu l’impression que le réalisateur ne savait pas comment terminer son film, j’ai trouvé du coup cette fin bâclée. Le flic est également un personnage exaspérant : il est aussi actif que Navarro, est toujours habillé pareil et qu’en plus il ne transpire absolument pas, il n’a même pas une seule auréole alors que ça se passe l’été dans le Sud de la France (et sans passer pour une grosse dégueulasse qui dégouline partout, je sais de quoi je parle). Je n’ai pas non plus spécialement aimé la mise en scène que j’ai trouvée parfois plate, ou alors très lourde lorsqu’elle tente d’appuyer la place des décors et du climat qui change petit à petit dans le film. Enfin, je n’ai également pas été convaincue par les interprètes (si, si, malgré toutes les scènes X, ça leur arrive de jouer normalement).

L'inconnu du lac : Photo Patrick d'Assumçao, Pierre Deladonchamps

Publicités

34 réflexions au sujet de « L’inconnu du lac »

  1. J’ai l’impression que tu spoiles un peu, Tina, non ? 😉

    Bon… comme toi, j’ai entendu beaucoup de bien de ce film, mais en fait, il ne m’attire pas franchement. Je veux bien croire à la sincérité des gens qui l’ont mis sur pieds – acteurs, réalisateur, etc… – mais je fais un p’tit blocage.

    Bon, peut-être que le film interroge aussi notre tolérance à ce qu’il montre, ce qui peut le rendre intéressant. M’enfin bon, j’ai l’impression d’avoir mille autres choses à voir avant ça.

    J'aime

  2. @ Martin :
    Non, il n’y a pas de spoilers car dès le début on connait l’identité du sosie de Tom Selleck (et c’est même le sujet du film) et je n’ai rien révélé de la fin, juste dit qu’elle était bâclée 😉
    Le problème c’est qu’il va falloir m’expliquer à quoi ça sert de voir un sexe en érection (quand je lis des critiques qui disent que c’est poétique, j’ai envie de leur gueuler dessus).

    J'aime

  3. Ouh là ! rejet total et épidermique on dirait. Bon. Sans être spécialement client des bords de ce genre de lac, j’avoue que je me suis laissé prendre à cette histoire de pêche au silure géant et redoutablement vorace. L’image est superbe, l’ambiance étouffante, l’environnement déstabilisant. On n’étaient pas beaucoup dans la salle, que des mecs pratiquement, et j’avoue que je ne me suis pas attardé ensuite :). Sans crier au chef d’œuvre comme le font les Inrocks, je dois reconnaître de nombreuses qualités à ce film.

    J'aime

  4. Lors de la promotion, j’ai été très interpellée par ce film. Je trouvais intéressante la démarche de montrer enfin les homosexuels dans la vraie vie. Mais les critiques un peu trop enthousiastes pour être tout à fait honnêtes, vu le scénario et les images vues, modéraient mon envie. Et puis j’avais peur d’être un peu choquée ; je suis une romantique et j’aime pas trop les scènes de sexe. Tu confortes donc totalement mes craintes !!!

    J'aime

  5. @ Princécranoir :
    Je ne l’ai pas en salles. Je crois que c’était mieux ainsi.
    J’ai trouvé ce film tellement dégueulasse (je veux dire, si je veux voir des bites en érection, autant se mater un porno directement) et chiant que le peu de qualités qu’il a m’est passé complètement au-dessus de la tête.

    J'aime

  6. @ Chonchon :
    J’ai rien contre les scènes de sexe, après tout, that’s life. Mais il y a des manières de filmer. Et là on n’est même plus dans du cru, c’est porno et cela ne fait pas partie de ma vision du cinéma. Comme je le disais à Princécranoir, si je veux vraiment voir du sexe dégueulasse, je regarde un porno, point barre.

    J'aime

  7. Je peux comprendre que les scènes « crues » t’aient choquée mais ce serait tromper le lecteur en réduisant « l’inconnu du lac » à un film porno. La finalité est tout de même bien différente et, si les scènes de nu sont abondantes, les scènes de sexe le sont tout de même un peu moins. Ces scènes de sexe « explicites » sont par ailleurs nombreuses dans des films qui n’ont rien de pornographiques Dumont, Kechiche, Bertolucci, Oshima, et j’en passe car la liste est très longue.

    J'aime

  8. @ Princécranoir :
    Désolée mais pour moi voir un sexe en érection en gros plan, c’est par définition pornographique, au même titre que certaines scènes de Nymphomaniac (et là personne ne dira que c’est cru alors que sur le principe c’est la même chose, sans vouloir entrer dans des détails techniquement intimes).
    J’ai pas du tout envie de passer pour une Christine Boutin en force parce que je ne suis pas du tout rétrograde ou quoi que ce soit mais je vais quand même ouvrir ma gueule car je suis en fooorme youhou. Honnêtement je trouve les scènes de La vie d’Adèle limite porno (voilà c’est dit).

    J'aime

  9. Quelle forme en effet ! On va tacher de laisser madame Boutin à ses combats d’arrière-garde et rester concentré sur le domaine du cinéma : je crois que le problème tient simplement à la définition qu’on peut avoir du porno. Si on considère qu’il s’agit de filmer un rapport sexuel ou même simplement un sexe d’homme ou de femme, effectivement, ce film en relève, c’est incontestable, mais comme bien d’autres j’ai envie de dire (on aperçoit le sexe de Romain Duris dans « une nouvelle amie », est-ce que ça en fait un film porno ? peut-être alors…) J’ai plutôt tendance à voir dans le cinéma porno une simple optique qui vise à donner de la jouissance au spectateur, à satisfaire des besoins voyeuriste, avec rarement une démarche esthétique (il existe semble-t-il quelques contre-exemples mais j’avoue être assez peu documenté sur le sujet 🙂 . Pour moi, « l’empire des sens », le dernier Von Trier (réalisateur que j’exècre par ailleurs) ou même « romance » de Catherine Breillat, ne sont pas des films pornographiques. J’irai même jusqu’à penser que « Baise-moi » de Virginie Despentes, qui pourtant est assez complaisant en la matière, se situe à la limite entre les deux. Mais là encore, c’est juste une question de curseur. De la même manière, on pourrait étendre le domaine de la pornographie à d’autres genres, comme le film d’horreur (pour moi le remake d’Evil Dead est une sorte de porno gore) ou de bagarre (« the raid » dont l’intérêt ne repose vraiment que sur ses scènes de baston).

    J'aime

  10. @ Princécranoir :
    Pour moi, dans ma définition de porno, c’est quand il y a un acte sexuel avec des parties intimes clairement visibles et des scènes plus qu’explicites. Voir juste le sexe de Duris comme ça ou celui de Ben Affleck dans Gone Girl n’est pas pour moi porno, je te rassure.
    Pour moi justement La vie d’Adèle a quelque chose de porno car pour moi le film est voyeuriste. Après je ne déteste pas forcément tous les films avec de ce genre de scènes. Pour ma part, j’ai beaucoup aimé Nymphomaniac, sur le papier ce n’était pas gagné pourtant !
    Je n’ai pas vu Baise-moi, ni Romance ni L’empire des sens, ils ne m’ont jamais tentée et j’ai peur que ces films m’énervent (surtout pour les deux premiers).

    J'aime

  11. Bonjour Tina, je comprends que le film ne peut pas plaire. J’ai apprécié l’atmosphère avec cette lumière bleutée. C’est avant tout un film noir, très noir. C’est très cru mais je m’attendais à encore pire. Peut-être me suis assoupie, je n’ai fait qu’entrevoir des scènes explicites. Mais somme toute, le sexe peut-être très triste sous la caméra de Guiraudie. Bonne après-midi.

    J'aime

  12. @ Dasola :
    Je n’ai pas trouvé le sexe triste sous la caméra de Guiraudie. Juste ici dégueulasse. Par contre, pour moi, le sexe triste apparait plus dans le deuxième volet de Nymphomaniac.

    J'aime

  13. Franchement je comprends ton avis, en plus t’as pas l’impression que les acteurs soient comédiens dans la vie, ou alors dans des pornos. Mais inexplicablement j’ai bien aimé la manière de filmer et la réalisation bien qu’un peu gênée par tous ces pénis en érection et ces scènes de sexe diverses et variées !

    J'aime

  14. J’avoue être assez heureux de lire ton avis sur ce film qui est pour moi une des plus belles arnaques de l’année passée ( cette année saint laurent- pourtant nettement supérieur quand même- semblerait lui prendre le titre :o)) tant le film a été loué un peu partout ( en tout cas dans la presse que je lis ) comme un vrai chef d’oeuvre à tous les niveaux, que ce soient scénario, mise en scène et interprétation…si je n’ai pas pris la peine de le chroniquer j’en profite de ton billet pour dire à quel point la vision de ce film m’a laissé plus que dubitatif : comme tu le dis l’intrigue est d’une pauvreté affligeante, il ne se passe quasiment rien alors qu’on devrait être dans un thriller avec rebondissements, la mise en scène n’instaure ni tension ni sensualité ni pas grand chose finalement et les comédiens franchement ne sont pas bons du tout même quand ils ont quelque chose à jouer, le pire étant certainement soit ce flic vraiment ridicule ou encore ce type sorte de témoin voyeuriste qui ne fait que croiser et décroiser les bras en sortant des dialogues assez effarants…tu as raison :on ne comprend pas du tout les motivations des personnages, et si le dernier quart d’heure instaure un semblant d’action qui nous fait ouvrir un oeil, ce n’est pas beaucoup plus convaincant que le reste… non franchement pour moi le seul mérite du film est de nous montrer cet endroit assez singulier que le cinéma nous montre peu , cette ile assez paradisiaque où des mecs se livrent à d’autres hommes, et si personnellement je serais moins ferme que toi sur le coté pornographique du film ( les scènes sont certes explicites et parfois à la limite du choquant mais pour moi elles s’arretent à la limite de la pornographie telle que je l’avais étudié en droit du cinéma, faudrait que je retrouve l’article exact :o) on a quand même l’impression que le seul pretexte du cinéaste est de nous en mettre plein la vue à ce niveau là…
    ah franchement j’avais vu le film juste avant la cérémonie des césars et je priais fort pour qu’il n’arrache pas toutes les récompenses comme la presse intello le souhaitait ardemment..’jai poussé un grand ouf de soulagement quand j’ai vu que ca ne serait pas le cas :o) bonne soirée à toi!!

    J'aime

  15. @ Filou :
    Je suis heureuse de voir que tu partages mon avis (je me sens moins rétrograde même si je maintiens l’idée que ce film comporte des scènes pornographiques – mais après comme on en discutait avec Princécranoir, je crois que chacun a sa propre vision et définition du porno). D’ailleurs, comme toi, je l’ai vu avant les Césars histoire de suivre la cérémonie. Bon le César du meilleur espoir m’a quand même fait chier car je trouve que le gars joue vraiment mal mais bon il n’a pas tout raflé, j’ai jubilé ce soir-là 😮

    J'aime

  16. Et bien j’ai longtemps hésité d’aller voir ce film et tu m’as totalement convaincue de le laisser tomber définitivement. Je déteste être prise en otage par un réalisateur et qu’il me mette en position de voyeurisme m’agace prodigieusement. Je n’ai pas voulu voir La vie d’Adele pour la même raison, je n’ai pas besoin de voir pendant presque dix minutes une scène de cul pour comprendre ce qu’est l’amour entre deux femmes, je trouve cela complaisant et racoleur. Par contre, la BD était tres bien.

    J'aime

  17. @ Chez Sentinelle :
    J’ai apprécié La vie d’Adèle mais les scènes de sexe m’ont également beaucoup gonflée, je soupçonne Kechiche d’être un voyeuriste et du coup il nous met dans cette position. (Hélas toujours pas lu la BD).

    J'aime

  18. Je le soupçonne aussi, et je n’ai pas été étonnée du tout lorsqu’il fut question, à un moment donné, qu’il enchaîne avec la biographie de l’actrice porno Marilyn Chambers. Il s’en serait donné à cœur joie.

    Pour changer de sujet, c’est plutôt comique de voir nos deux photos de profils qui se suivent, toutes les deux étant au téléphone, et du même côté en plus ! 😉

    J'aime

  19. Un moyen comme un autre de couper court 😉

    Tiens c’est drôle, je viens de tomber sur ton ancien blog et je constate que toi aussi tu as quitté oveblog, comme je l’ai fait il y a un an, tellement cette plateforme me sortait par les trous de nez comme on dit. Mais j’ai tout rapatrié sur blogspot, un boulot de dingue. Désolée pour la digression mais j’aime bien ce genre de coïncidence.

    J'aime

  20. @ Chez Sentinelle :
    Oui Overblog m’a gonflé, il y a toujours des changements inutiles et le surplus de publicités est ce qui m’a fait partir car c’est vraiment désagréable pour les lecteurs.
    (si j’ai compris, tu n’as plus de blog ?)

    J'aime

  21. Si en plus tu m’incites à flooder, alors je floode carrément, d’autant plus que c’est assez rocambolesque 😉

    Pour faire très court, je pourrais dire que c’est grâce à Pierre Lemaitre, gagnant du prix Goncourt 2013 pour son roman « Au revoir là-haut », que j’ai pu rapatrier tout mon blog de la plateforme Overblog sur la plateforme Blogspot.

    Pour faire un peu plus long, je suis restée sur Overblog quelques années jusqu’à un ras le bol absolument irréversible (suite à un de leur fichu changement complètement inutile comme tu dis, vers 2012). De rage, et puisque je n’alimentais plus beaucoup mon blog, j’ai demandé aux administrateurs d’Overblog qu’ils effacent mon blog purement et simplement, ce qu’ils ont fait (quand j’ai la rage, j’ai vraiment la rage). Donc plus de blog. Et puis, un an plus tard, je reçois dans ma boîte mail un message me disant que le fameux Pierre Lemaitre (qui gagnera le prix Goncourt quelques jours plus tard) venait de m’écrire un commentaire sur mon blog. Mais quel blog ? Puisque qu’il avait été supprimé ! Et là surprise, Overblog avait sans doute fait une connerie (une de plus) et ils avaient simplement dû restaurer toute une série de blogs, donc le mien qui s’est retrouvé à nouveau sur internet. J’en ai profité pour copier tout le contenu dans un fichier word avant qu’il ne disparaisse à nouveau quand Overblog aura compris son erreur. Et j’ai ensuite tout recopié à la main sur la plateforme Blogspot, billet par billet, depuis 2008. Conclusion : grâce au commentaire de Pierre Lemaitre, j’ai retrouvé le chemin de la blogosphère 🙂 Mais du coup j’ai perdu son commentaire, car Overblog a depuis resupprimé mon ancien blog. Bref, une histoire de dingue quand même.

    A propos, ma nouvelle adresse, depuis novembre 2013, est donc : http://livresque-sentinelle.blogspot.be

    Finalement, le téléphone, c’est pas mal non plus puis ça prend beaucoup moins de temps pour s’expliquer que par écrit 😀

    J'aime

  22. @ Chez Sentinelle :
    J’autorise mes lecteurs à écrire des pavés, à s’exprimer, à raconter leur vie, y a aucun souci 😉
    Ohhh je viens de jeter un coup d’oeil à ton blog, c’est pas maaaal du tout à ce que je vois. Bref, je me suis inscrite à ta newsletter et j’ai ajouté le lien de ton blog sur le mien 🙂
    Wow Pierre Lemaître, rien que ça ! Je n’ai jamais lu ses livres (pourtant j’en ai très envie) mais à ta place je serais devenue hystérique en voyant son commentaire ! (si, si, j’ai des réactions primaires).
    Le téléphone, ça dépend avec certaines personnes. Quand une personne te raconte des choses involontairement drôles, il faut apprendre à garder sa dignité pour ne pas éclater de rire 😮

    J'aime

  23. Pas spécialement tenté par cet inconnu. J’aime peu les films de cinéma qui proposent du sexe à rallonge (sans mauvais jeu de mot, hein 😉 ).

    J'aime

  24. @ 2flicsamiami :
    Au bout d’un moment, à force de nous foutre du sexe façon porno ou nous faire revisiter le Kama Sutra, j’ai l’impression que certains réalisateurs nous poussent à devenir voyeuristes. Surtout, je ne sais pas si ça a vraiment sa place dans un cinéma « traditionnel ».
    (il n’y a pas de jeu de mot, mais bien sûuuur je te crois :o)

    J'aime

  25. vu hier soir, bon déjà j’ai pas compris pourquoi il n’y avait pas de signalétique. je suis plutôt ouverte d’esprit et si on avait mis ne serait-ce qu’un interdit au moins de 16 ou 18, je n’aurais pas été plus choquée que ça…ce qui me dépasse,c’est qu’on fasse passer ça pour un film dramatique.c’était même pas précisé érotique! alors entre nous ,j’aime qu’on appelle les choses par leur nom:c’est un film érotico-porno-dramatique.La différence entre érotique et pornographique c’est que dans un film érotique on mime les scènes.Là il y a un mélange des 2.Quand on voit des sexes en érection , des éjaculations et des fellations en gros plan,euh ça s’appelle du porno.Il y a quelques scènes mimées et encore on se demande si le cinéaste leur a pas dit de le faire vraiment…ensuite l’intrigue, la sensualité,bon bof bof.Et la fin…euh y a une fin?? Pour faire la comparaison avec le film la vie d’Adèle, lui c’est un film érotique car elles ne se font pas réellement de cunillingus etc…

    J'aime

  26. @ Picot :
    Ah bon, il n’y avait pas le moins 16 affiché ? Etrange…
    Je vois qu’on est d’accord sur le fait qu’il ne s’agit en tout cas pas uniquement d’un film dramatique et que la manière de se voiler la face sur son aspect érotique / porno (j’apprécie aussi l’exactitude des termes, mais honnêtement je ne vais pas aller vérifier si les acteurs simulent ou non, je parle de ressenti à partir de ce que je vois – surtout que dans La vie d’Adèle, les propos des actrices restent floues quand on lit les interviews qui concernent ces fameuses scènes).

    J'aime

  27. J ai vu seult il y a qq jours « l inconnu du Lac ». J ai beaucoup aimé mais la fin….Je ne comprends rien! Franck meurt aussi? Au moment où il appelle Michel, écran noir…A nous d imaginer la suite?…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s