’71

réalisé par Yann Demange

avec Jack O’Connell, Paul Anderson, Richard Dormer, Sean Harris, Martin McCann, Charlie Murphy, Barry Keoghan, Sam Reid, David Wilnot, Corey McKinley…

Drame, thriller, guerre britannique. 1h40. 2013.

sortie française : 5 novembre 2014

interdit aux moins de 12 ans

'71

Belfast, 1971.
Tandis que le conflit dégénère en guerre civile, Gary, jeune recrue anglaise, est envoyé sur le front.
La ville est dans une situation confuse, divisée entre protestants et catholiques.
Lors d’une patrouille dans un quartier en résistance, son unité est prise en embuscade. Gary se retrouve seul, pris au piège en territoire ennemi.
Il va devoir se battre jusqu’au bout pour essayer de revenir sain et sauf à sa base.

'71 : Photo Jack O'Connell (II)

On aurait pu penser que le cinéma avait déjà trop exploité le sujet du conflit nord-irlandais, mais ’71 prouve qu’il y a encore des choses à dire et à faire. Yann Demange, réalisateur français expatrié en Grande-Bretagne, signe un premier long-métrage brillant. Certes, en regardant le film, on pourra penser aux excellents Bloody Sunday de Paul Greengrass, Omagh de Pete Travis ou même Au nom du père de Jim Sheridan. Cependant, ces quelques inspirations ne sont pas gênantes car le film possède sa propre personnalité et a largement les épaules pour devenir une référence sur le sujet. Le point de vue que Demange utilise permet également à ’71 de ne pas tomber dans la redite. Surtout, la mise en scène est parfaite, parvenant à installer une véritable tension, pratiquement présente du début jusqu’à la fin du film. Certaines scènes sont particulièrement éprouvantes. Malgré une violence omniprésente, le film n’est jamais écoeurant. On doit également constater à quel point Demange possède un incroyable sens du rythme et du mouvement. De plus, la caméra est sans cesse en mouvement afin que le spectateur se trouve au plus près de l’action, il se passe également beaucoup de choses à l’écran au sein d’une même scène (je pense notamment à la scène de l’émeute, très marquante), pourtant on voit et comprend tout ce qui se passe à l’écran. Ces éléments permettent au spectateur de ne pas s’ennuyer, de plus on remarquera également que le film n’est pas trop long, préférant aller à l’essentiel.

'71 : Photo Jack O'Connell (II)

’71 est plus qu’un film sur une période historique et un conflit : le thriller et le drame se combinent logiquement. Il réussit à dépasser le point historique précis, sa dimension universelle s’imposant naturellement. La caméra suit Gary Hook, un jeune et banal soldat (mais jamais insipide, au contraire) qui va se retrouver au coeur d’un conflit qui le dépasse et surtout au centre d’une véritable chasse à l’homme bien malgré lui. Non seulement Gary est devenue une bête, mais en plus, personne n’est à l’abri, même les enfants ne sont pas épargnés de ce terrible conflit. Alors que Gary se retrouve dans ce conflit absurde, il sera parfois étonnamment aidé, prouvant qu’une part d’humanité existe encore durant cette nuit. L’humanité de Gary touche également : il n’est qu’un homme victime des événements. Certains veulent le voir mourir, pourtant Gary lutte sans cesse pour vivre. La bande-son est également très bonne. Elle est importante car elle permet d’accentuer la tension déjà omniprésente, mais elle n’est pas non plus envahissante. De plus, elle est intéressante puisqu’elle joue beaucoup sur des sons de rue ou liés à la violence de la guerre. Enfin, les acteurs, la plupart inconnus du grand public, sont également tous très bons, notamment en tête Jack O’Connell (vu cette année dans Les Poings contre les murs), qui possède une véritable présence et qui parvient à rendre son personnage très attachant.

'71 : Photo

Publicités

14 réflexions au sujet de « ’71 »

  1. Hello Tina. Je vais essayer de le voir, celui-là.
    Je reviendrai lire ta chronique… après ! 🙂

    J’ai l’impression que ça fait un moment que le cinéma ne parlait plus de ce conflit.

    J'aime

  2. @ Yuko :
    Il y a tout de même déjà eu des films efficaces sur ce sujet (même si je l’accorde, certains restent moyens, comme La guerre de l’ombre, Shadow Dancer ou Ennemis Rapprochés, en ce qui me concerne).

    J'aime

  3. Je l’ai vu mais ne l’ai pas chroniqué car me suis endormie à plusieurs reprises, je devais être tr-s fatiguée. Parce que ce j’en ai vu m’a paru vraiment très bien réalisé. J’essaierai de le revoir en DVD !

    J'aime

  4. Pas vu, mais beaucoup loue la présence magnétique et puissante de Jack O’Connell. J’attend maintenant beaucoup de sa part sur le drame historique Unbroken d’Angelina Jolie.

    J'aime

  5. @ 2flicsamiami :
    Ce gars est excellent, j’ai hâte de voir bientôt Les poings contre les murs, apparemment là aussi son interprétation en jette ! Pareil, au début le film de Jolie ne me tentait pas des masses (même si le sujet semble intéressant) mais depuis que j’ai appris qu’il tenait le rôle principal, j’ai envie de le voir maintenant !

    J'aime

  6. Un film qui donne envie pour Jack O’Connell devenu l’acteur du moment et à juste titre (voir la dernière saison de « Skin » où il est encore exceptionnel).

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s