Supercondriaque

réalisé par Dany Boon

avec Dany Boon, Kad Merad, Alice Pol, Jean-Yves Berteloot, Judith El Zein, Marthe Villalonga, Valérie Bonneton, Bruno Lochet, Jérôme Commandeur, Le Comte de Bouderbala, Stéphane De Groodt, Arthur…

Comédie française. 1h48. 2014.

sortie française : 26 février 2014

Supercondriaque

Romain Faubert est un homme seul qui, à bientôt 40 ans, n’a ni femme ni enfant. Le métier qu’il exerce, photographe pour dictionnaire médical en ligne, n’arrange rien à une hypocondrie maladive qui guide son style de vie depuis bien trop longtemps et fait de lui un peureux névropathe. Il a comme seul et véritable ami son médecin traitant, le Docteur Dimitri Zvenska, qui dans un premier temps a le tort de le prendre en affection, ce qu’il regrette aujourd’hui amèrement. Le malade imaginaire est difficilement gérable et Dimitri donnerait tout pour s’en débarrasser définitivement. Le docteur Zvenska pense avoir le remède qui le débarrassera en douceur de Romain Flaubert : l’aider à trouver la femme de sa vie. Il l’invite à des soirées chez lui, l’inscrit sur un site de rencontre, l’oblige à faire du sport, le coach même sur la manière de séduire et de se comporter avec les femmes. Mais découvrir la perle rare qui sera capable de le supporter et qui par amour l’amènera à surmonter enfin son hypocondrie s’avère plus ardu que prévu…

Supercondriaque : Photo Dany Boon

Supercondriaque est le quatrième film de Dany Boon en tant que réalisateur et scénariste. Il était très attendu et devait rencontrer le succès, à l’image des autres films de Boon qui avaient su trouver leur public. Le film a réuni plus de cinq millions de spectateurs, ce qui est relativement un bon score car depuis l’immense succès de Bienvenue chez les Ch’tis, Boon a tout de même perdu un sacré nombre de spectateurs. De plus, le film n’a pas été très soutenu par la presse, ce que je comprends après l’avoir vu. Je précise que j’avais défendu les autres longs-métrages de Boon. En effet, j’avais bien aimé Bienvenue chez les Ch’tis (même si j’ai toujours du mal à comprendre ses vingt millions d’entrées) et j’avais trouvé La Maison du Bonheur et Rien à déclarer plutôt corrects. Mais là, il faut avouer que Boon s’est raté. L’acteur-réalisateur a voulu se moquer de lui-même : en effet, lui-même serait hypercondriaque. Boon a également dit qu’il avait voulu montrer les dérives de l’auto-médication. Le sujet, qui n’est pourtant nouveau (on pense beaucoup au sujet du Cactus de Gérard Bitton et Michel Munz, ou même à Michel Blanc dans Marche à l’ombre), et dans la vraie vie, cela n’a rien de drôle, pourtant c’est quelque chose qui peut fonctionner dans une comédie.

Supercondriaque : Photo Judith El Zein, Kad Merad

Les premières minutes sont plutôt drôles car le personnage que Boon incarne a des réactions disproportionnées à cause de sa maladie et on sent Kad Merad et Judith El Zein au bout du rouleau. On aurait pu avoir une comédie correcte, voire même réussie, or, après avoir passé les dix-quinze premières minutes, on a du mal à rire. Je ne dis pas que Boon a l’habitude de faire des films profonds mais on a du mal à ressentir réellement le mal-être de ce personnage. Il n’est juste là qu’à faire des gags. Et justement, en ce qui concerne la critique de l’auto-médication, elle n’est pas vraiment appuyée alors que ce point était pourtant intéressant à souligner. Surtout, on ne rit pas car Boon nous parle de moins en moins de la maladie, pourtant présente dans le titre. En fait, Boon sabote son propre film. Il part dans un autre film, c’est-à-dire en nous servant une histoire hors-sujet complètement tirée par les cheveux  (et je ne vous parle même pas de la fin) : en effet, Boon va être confondu avec un sans-papiers venu d’un pays de l’Est. Evidemment, on a droit à des gags très lourds et pas très originaux. De plus, je n’ai rien contre le fait de parler de politique mais là Boon se viande à cause de sa vision très lourde de la tolérance et de la misère. En ce qui concerne les histoires d’amour, Boon ne s’en sort pas non plus (d’ailleurs il n’a jamais su s’y prendre dans ses autres films) car sa vision de l’amour semble très niaise. Pour conclure, Dany Boon signe un mauvais film, peu drôle, mal écrit, poussif et même ennuyeux du coup, qui n’arrive pas à être sauvé par la bonne volonté et l’énergie du casting.

Supercondriaque : Photo Alice Pol, Dany Boon

Publicités

8 réflexions au sujet de « Supercondriaque »

  1. Ah parce qu’ils l’étaient avant? Ben dis donc merci pour Pédale dure! Un des pires films français de ces vingt dernières années! Pour le reste pas vu le film mais j’ai lu la BD qui en est issu. Heu comment dire? Il n’y a clairement pas de scénario, on ne sait pas où veut en venir Boon ni ne comprend pourquoi il y a cette seconde partie complètement nawak (le mot est faible) et franchement bah c’est nul. C’est vraiment du néant total.

    J'aime

  2. @ Borat :
    Je parlais de ses films en tant que réalisateur ! Disons que, personnellement j’ai aimé …les Ch’tis, j’ai moyennement apprécié Rien à déclarer et je n’ai pas aimé son Supercondriaque.
    Oui voilà c’est vraiment ça, ça part dans tous les sens, Boon fait du hors-sujet, il part dans des délires improbables.

    J'aime

  3. Moi non avec du recul: je l’avais revu quelques mois après sa sortie et franchement je n’avais pas beaucoup rigolé. C’est finalement le film phénomène typique que tu vas voir et puis finalement tu te dis « tout ça pour ça ». Pas vu Rien à déclarer mais rien que la bande-annonce annonçait tous les ressorts et celles de Supercondriaque montrait exactement la même chose avec des changements. C’est toujours la même structure et cela ne fonctionne pas. Si encore c’était une base solide, mais elle a été rabâché durant des décennies.

    J'aime

  4. @ Borat :
    j’ai vu Les Ch’tis deux fois, ça me fait marrer (même si encore une fois, rien ne justifie les 20 millions d’entrées).
    Rien à déclarer a quand même beaucoup de défauts et le personnage de Boon m’a particulièrement agacée. On va dire qu’il est sauvé par Poelvoorde et quelques seconds rôles…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s