Maps to the stars

réalisé par David Cronenberg

avec Julianne Moore, Mia Wasikowska, Evan Bird, Olivia Williams, Sarah Gadon, John Cusack, Robert Pattinson, Carrie Fisher…

Drame canadien, américain, français, allemand. 1h50. 2014.

sortie française : 21 mai 2014

interdit aux moins de 12 ans

Maps To The Stars

A Hollywood, la ville des rêves, se télescopent les étoiles : Benjie, 13 ans et déjà star; son père, Sanford Weiss, auteur à succès et coach des célébrités; sa cliente, la belle Havana Segrand, qu’il aide  à se réaliser en tant que femme et actrice.
La capitale du Cinéma promet aussi le bonheur sur pellicule et papier glacé à ceux qui tentent de rejoindre les étoiles: Agatha, une jeune fille devenue, à peine débarquée, l’assistante d’Havana et le séduisant chauffeur de limousine avec lequel elle se lie, Jerome Fontana, qui aspire à la célébrité.
Mais alors, pourquoi dit-on qu’Hollywood est la ville des vices et des névroses, des incestes et des jalousies ? La ville des rêves fait revivre les fantômes et promet surtout le déchainement des pulsions et l’odeur du sang.

Maps To The Stars : Photo Julianne Moore

Le réalisateur David Cronerberg et son scénariste Bruce Wagner connaissent bien Hollywood. A travers Maps to the stars, les deux artistes critiquent ce monde sombre et cruel. Ils ne montrent pas seulement les déviances des êtres humains dans un monde particulier. En effet, à travers les liens unissant les personnages et en mettant en scène des fantômes intérieurs, Hollywood apparaît clairement comme un monde qui engendre des monstres et je dirais même comme un hôpital psychiatrique glamour en apparence. Inceste, sexe, drogue, folie, sang, jalousie, hypocrisie, idées morbides, schizophrénie… le regard sur Hollywood peut paraître excessif, même si je suis certaine qu’il y a beaucoup de tarés qui y vivent malgré les belles apparences. La critique n’est également pas toujours subtile, elle est peut-être un peu trop appuyée. Selon moi, Maps to the stars possède également quelques petits problèmes de rythme et on voit plutôt (trop) rapidement les liens qui unissent certains personnages, la surprise n’étant pas toujours au rendez-vous. Cependant, le film reste tout de même efficace et même jouissif. Les situations et les personnages ont beau être extrêmes, pourtant on y croit.

Maps To The Stars : Photo Mia Wasikowska

Le casting est impeccable. Julianne Moore, qui a remporté le prix d’interprétation féminine au festival de Cannes, excelle dans ce rôle de star névrosée qui tente de jouer le rôle qu’avait tenu sa propre mère dans un remake. Ce qui est intéressant, c’est que son personnage est ambigu : est-elle une victime ou une folle qui se fait littéralement des films histoire de devenir plus populaire ? Mais elle n’est pas la seule à être plus que convaincante. Mia Wasikowka est décidément toujours autant crédible dans les rôles de folle, son personnage rappelant celui qu’elle incarnait dans Stoker, même si on n’a pas l’impression de revoir non plus une copie. Le jeune Evan Bird est également très étonnant dans ce rôle d’enfant star diva, déjà détrôné par un gamin plus jeune. Après avoir tourné Cosmoplis, Robert Pattinson tourne de nouveau sous la direction de Cronenberg et décidément il s’en sort toujours aussi, même si on le voit peu. Il a aussi le mérite d’interpréter le seul personnage normal du film, apparemment inspiré des expériences de Bruce Wagner. On retrouve aussi les excellents John Cusack, en auteur et coach de stars, et Olivia Williams, en mère et surtout agent de son fils, ou encore l’énigmatique Sarah Gadon, elle aussi vue dans Cosmopolis. On apprécie également la présence de Carrie Fisher, fille de Debbie Reynolds et d’Eddie Fisher, qui a sombré dans l’alcool et la drogue. Cette apparition est amusante car Havana Segrand (Julianne Moore) pourrait être son double et surtout elle est comme un gage d’authenticité de ce Hollywood peu glorieux.

Maps To The Stars : Photo Evan Bird

Publicités

10 réflexions au sujet de « Maps to the stars »

  1. Très très inférieur aux compétences de Crocro et vraisemblablement cela va continuer encore longtemps (ça dure depuis 99 si je me fis à eXistenZ). Visuellement c’est d’un pauvre incroyable mais heureusement les acteurs les dialogues et le récit sauvent le tout.

    J'aime

  2. Désolé mais ce film pourrait être réalisé plastiquement par un tâcheron ce serait la même chose. Pour eXistenZ c’est différent car c’est un film de Crocro visuellement mais c’est un ratage pour tout le reste.

    J'aime

  3. Julianne Moore a les cheveux relativement propres (je veux dire, elle sort pas non plus de Koh Lanta, j’ai vu pire). Hum il y en a un peu dans le cinéma indé, je pense à Rachel se marie par exemple de tête.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s