Her

réalisé par Spike Jonze

avec Joaquin Phoenix, Amy Adams, Rooney Mara, Olivia Wilde, Chris Pratt, Portia Doubleday…

avec les voix V.O. de Scarlett Johansson, Brian Cox, Stéphanie Sokolinski, Spike Jonze, Bill Hader, Kristen Wiig…

Film de science-fiction, drame, romance américain. 2h06. 2013.

sortie française : 19 mars 2014

Her

Los Angeles, dans un futur proche. Theodore Twombly, un homme sensible au caractère complexe, est inconsolable suite à une rupture difficile. Il fait alors l’acquisition d’un programme informatique ultramoderne, capable de s’adapter à la personnalité de chaque utilisateur. En lançant le système, il fait la connaissance de ‘Samantha’, une voix féminine intelligente, intuitive et étonnamment drôle. Les besoins et les désirs de Samantha grandissent et évoluent, tout comme ceux de Theodore, et peu à peu, ils tombent amoureux…

Her : Photo Joaquin Phoenix

Her, le quatrième long-métrage de Spike Jonze, a remporté l’Oscar et le Golden Globe du meilleur scénario original. Il est vrai que l’histoire en elle-même est originale (même si le film m’a parfois vaguement rappelé un p’tit film belge méconnu, Thomas est amoureux) et pourrait séduire d’avance. J’ai trouvé la vision du futur plutôt intéressante, que ce soit d’un point de vue visuel (on est dans un futur « hipster », l’image est soignée et colorée, ce qui accentue l’image lisse de la société) ou moral (les gens font appel à des auteurs pour écrire des lettres personnelles). Ainsi, Jonze dénonce une société trop exigeante, qui est paradoxalement en sur-communication mais n’arrive plus à communiquer de la manière la plus humaine possible et montre que le métier d’écrivain est en danger. Au-delà de la technologie qui se mêle aux sentiments, Jonze exploite plutôt intelligemment le thème du désir et la projection d’un être idéalisé. J’ai également beaucoup aimé les personnages et évidemment leurs interprètes. Tout d’abord, il est nécessaire de s’attarder sur le personnage principal Theodore Twombly, merveilleusement bien interpréter par Joaquin Phoenix. Au premier abord, le personnage pourrait apparaître complètement barré (le fait qu’il tombe amoureux d’un système d’exploitation). Mais est-il vraiment sonné ? N’est-ce pas plutôt ces gens qui ne sont même plus foutus d’écrire eux-mêmes des lettres extrêmement personnelles qui seraient dingues ? Le décalage crée m’a paru intéressant. J’ai été également touchée par la sincérité, la sensibilité et la solitude du personnage (oui, il y a beaucoup de « s » dans la même phrase). Il est évidemment important de parler de la performance de Scarlett Johansson. A l’origine, c’était l’excellente actrice Samantha Morton qui prêtait la voix à la Samantha du film. Mais Jonze trouvait que sa voix ne collait pas vraiment, et a préféré la voix grave et sensuelle de Johansson. Ca peut paraître un peu débile de dire ça mais Scarlett livre pour moi une de ses meilleures interprétations, alors qu’elle n’apparaît pas une seule fois à l’écran. Je comprends de suite mieux les propos de Quentin Tarantino lorsqu’il a remis à l’actrice le César d’honneur (au passage, c’est quand même aberrant, mais passons). Elle est absente physiquement et pourtant en même temps elle est terriblement présente. Sa voix est très nuancée. Elle est à la fois sympathique, étrange, érotique et même drôle. On arrive même à comprendre comment Theodore a pu être séduit par cette voix et qu’il arrive à aimer. Il est finalement différent de cette société basée sur le culte de l’image, il s’intéresse finalement à la « personnalité » de Samantha. Au-delà d’un développement extrême de la technologie, il y a pratiquement une dimension métaphysique. A l’origine, c’est toujours conseillé de voir les films en version originale, mais ici, c’est vraiment une obligation. J’ai également apprécié les seconds rôles, principalement féminins (Amy Adams, Rooney Mara, Olivia Wilde), même si leurs actrices apparaissent peu. La musique d’Arcade Fire m’a également séduite, elle accentue l’ambiance du film, qui joue sur la mélancolie.

Her : Photo Joaquin Phoenix

Cependant, vous allez me demander pourquoi je mets que deux étoiles, ce qui peut paraître très sévère. Je sais que certains vont me détester (vous voyez Sandrine Kimberlain dans 9 mois ferme qui hurle « Non, mais c’est pas possible !!! » ? Et bien, là, j’en vois certains qui vont réagir comme ça !) mais je dois être honnête avec moi-même. Je reconnais à ce film des qualités indéniables, je comprends qu’on puisse adorer le résultat final et peut-être que ma note est sévère parce que les critiques sont vraiment excellentes. Principalement (même s’il y a d’autres éléments que je vais vous exposer juste après), c’est vraiment l’ennui et les longueurs qui justifient une note (qui n’est pas non plus catastrophique, il faut quand même relativiser). Déjà, le côté « film sous Prozac » m’a légèrement agacée. Puis , et apparemment je ne suis pas la seule à l’avoir remarqué (des proches, les critiques sur le Net), le film m’a rappelé l’univers de Sofia Coppola. Je ne dis pas qu’il s’agit d’un calque, c’est plus dans l’ambiance. Evidemment, cela ne dérangera pas les fans de Sofia. Par contre, comme peut-être vous l’avez déjà perçu sur mon précédent blog, j’ai quand même du mal avec cette réalisatrice, qui a tendance à m’ennuyer. Du coup, c’est totalement logique que j’ai eu du mal avec ce Her. J’ai trouvé qu’il y avait trop de longueurs et qu’elles n’étaient pas justifiées. Le problème, quand je m’ennuie, j’ai du mal à être émue. En fait, si je devais faire un résumé de mon ressenti strictement personnel, j’ai trouvé que Theodore était un personnage touchant (et même si le personnage est bien écrit, il me semble que l’interprétation de Phoenix y est pour quelque chose), mais je n’ai forcément trouvé que le film était forcément émouvant, en tout cas, c’est évidemment encore une fois que mon avis, mais il ne m’a pas touchée. De plus, le schéma de la romance est d’ailleurs à double-tranchant. En effet, on voit que la relation établie entre Theodore et Samantha devient petit à petit similaire à un véritable couple en chair et en os. C’est quelque part une qualité, puisque le film arrive à donner vie à cette Samantha et à montrer que l’amour que ressent Theodore pour Samantha est réellement sincère et qu’il se vraiment en couple avec elle. Mais ce qui m’a dérangé, justement, c’est qu’une fois qu’on a découvert un peu les lignes du pitch de départ, je n’ai plus été surprise (peut-être à part la scène avec Isabella, et encore je me doutais bien que la question du rapport physique allait finir par se poser). On sait que cette relation est vouée à l’échec (enfin, il faut être réaliste, je suis pas médium). Pourquoi alors s’attarder autant longtemps sur les hauts et les bas de cette histoire d’amour ? Etait-ce utile de faire durer ce film plus de deux heures ? Sincèrement, je ne pense pas. J’avais hâte qu’il se termine et surtout j’avais toujours l’impression que c’était là. Ca m’a fait ça une fois, deux fois, puis trois, quatre fois. Surtout, au fil des scènes, j’avais l’impression que le film ne savait pas toujours où il allait, j’ai trouvé qu’il y avait de plus en plus des moments de flottement. En bref, je me sens complètement en décalage avec les critiques (presse ou spectateurs), je répète que c’est vraiment une impression qui m’appartient, mais je reconnais tout de même derrière du talent et du travail.

Her : Photo Joaquin Phoenix, Portia Doubleday

Publicités

12 réflexions au sujet de « Her »

  1. Ce film a eu beaucoup d’avis positifs, mais bizarrement il ne m’attire pas.
    Par contre j’aime beaucoup ton nouveau blog et ta nouvelle bannière.
    Félicitations d’avoir eu la courage de tout reprendre ^^

    J'aime

  2. Une très grande réussite où l’anticipation n’est pas si éloigné (Samantha est dans une sorte d’ipod nano, une oreillette) et c’est fou de voir une telle addiction à la technologie. C’est tellement réaliste. Et Johansson est géniale sans qu’on la voit faisant que chaque spectateur se fait une idée propre de ce à quoi elle peut ressembler. Ma scène préférée est celle de la chatroulette. C’est tellement ahurissant que cela en devient délirant.

    J'aime

  3. @ Didynimes :
    Personnellement je n’ai pas trop accroché mais je reconnais que c’est un film à découvrir et si ça se trouve tu vas aimer !
    Merci beaucoup pour mon blog 🙂

    J'aime

  4. @ Borat :
    Oui, même si je n’aime pas trop cette actrice, je dois reconnaître que Johansson est absolument fabuleuse car rien qu’avec sa voix elle réussit à donner pratiquement un corps et une âme à ce « personnage ».

    J'aime

  5. Hello Tina. Oui, là aussi, nous sommes d’accord, même si le film ne m’a pas ennuyé, contrairement à toi. J’ai beaucoup aimé le fait que cette relation soit « normalisée ». Je pense que le film serait moins fort si les rares amis de Theodore se détournaient de lui, s’il passait pour un grand malade à « sortir » avec le système d’exploitation de son ordinateur. Là, la relation est acceptée par son entourage. J’aime bien la scène où Samatha et Theodore pique-niquent avec deux amis. Comme si tout était devenu normal dans ce futur.

    Du coup, j’ai pris le film pour une oeuvre d’anticipation, qui nous « met en garde » sur ce que nous sommes déjà. Et c’est d’abord en ce sens qu’elle m’a vraiment intéressée.

    Petit bémol sur l’ambiance « Sofia Coppola ». Je comprends ce que tu veux dire, mais je trouve simplement que le style « Spike Jonze » est un peu plus décalé de la réalité. Il y a ce côté lent et éthéré qui rapprochent les deux cinéastes, c’est vrai.

    J'aime

  6. En tous cas elle a une voix séduisante et je trouve habile de ne pas passer par la VF de Johansson. Comme ça, cela permet de faire une nouvelle idée sur Samantha.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s