Black Coal

réalisé par Diao Yinan

avec Liao Fan, Gwei Lun-Mei, Wang Xuebing…

titre original : Bai Ri Yan Huo

Film policier chinois. 1h46. 2014.

sortie française : 11 juin 2014

Black Coal

En 1999, un employé d’une carrière minière est assassiné et son corps dispersé aux quatre coins de la Manchourie. L’inspecteur Zhang mène l’enquête, mais doit rapidement abandonner après avoir été blessé lors de l’interpellation des principaux suspects.
Cinq ans plus tard, deux nouveaux meurtres sont commis dans la région, tous deux liés à l’épouse de la première victime. Devenu agent de sécurité, Zhang décide de reprendre du service. Son enquête l’amène à se rapprocher dangereusement de la mystérieuse jeune femme.

Black Coal : Photo

Black Coal, qui semble séduire la presse, a décroché deux prix au Festival de Berlin : l’Ours d’Or et l’Ours d’argent du meilleur acteur pour Liao Fan. Le titre anglophone, que la France a plus ou moins conservé, Black Coal, Thin Ice, signifie « Charbon Noir, Glace fine ». Selon le réalisateur, Diao Yinan, ce titre comporte deux indices liés au meurtre dont il est question dans le film. Cependant, le titre mandarin pourrait se traduire en français par « feu d’artifice en plein jour ». Toujours selon le réalisateur, il s’agit en réalité de l’artifice utilisé pour se préserver de la cruauté du monde. Ces deux titres peuvent permettre de mieux comprendre certains aspects de ce long-métrage, rappelant par moments l’excellent A touch of sin de Jia Zhang-Ke. Hélas, contrairement à ce dernier, je n’ai vraiment pas aimé Black Coal et j’avoue même ne pas comprendre l’emballement de la presse. Effectivement, il y a des choses intéressantes dans la mise en scène ou j’ai apprécié l’esthétisme visuel de certaines scènes (notamment la dernière, montrant le fameux « feu d’artifice en plein jour »). Black Coal est également sur le papier intéressant car il nous livre un regard sombre de la Chine provinciale. Hélas, tous ces éléments qui auraient pu susciter l’intérêt sont gâchés principalement à cause d’un ennui qui s’installe un peu trop rapidement.

Black Coal : Photo Fan Liao

Les cinq premières minutes, qui se déroulent dans les année 1999, étaient prometteuses car il y a rapidement de l’action dans une scène particulièrement tendue. Cependant, le film n’arrive absolument pas à tenir ses promesses dès qu’on passe en 2004 : il n’est pas du tout captivant, principalement à cause d’un véritable problème de rythme et d’une enquête peu passionnante. Là, j’ai commencé à lutter contre le sommeil. Je ne me suis pas endormie mais je savais qu’une seule seconde d’inattention suffisait pour que je sombre dans un sommeil profond. Il y a quelque chose qui est assez paradoxal dans ce film : l’intrigue est inutilement confuse, mais dès qu’on a obtenu un gros indice, on devine l’identité du coupable plutôt facilement (et même sans cet indice, même si on ne connait pas toujours le comment du pourquoi, on sent qu’on « chauffe »). Le binôme formé par Liao Fan et Gwei Lun-Mei est également décevant. On sent que le réalisateur a voulu instaurer une tension sexuelle entre eux mais pourtant ça ne marche jamais et Gwei Lun-Mei n’a absolument rien d’une femme fatale (même si le réalisateur dit qu’il a joué avec les codes en la rendant plus humaine). Le prix d’interprétation de Liao Fan ainsi que l’Ours d’or sont selon moi absurdes.

Black Coal : Photo Lun-mei Gwei

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s