Les trois frères

réalisé par Didier Bourdon et Bernard Campan

avec Didier Bourdon, Bernard Campan, Pascal Légitimus, Antoine Du Merle, Marine Jolivet, Bernard Farcy, Claude Berri, Elie Semoun, Yolande Moreau, Marie-Christine Adam…

Comédie française. 1h40. 1995.

sortie française : 13 décembre 1995

Les trois frères

Le même jour, trois hommes découvrent qu’ils sont frères et héritent de 3 millions. Mais dix jours plus tard, l’héritage est détourné… et la galère commence pour trois frères qui n’ont que faire d’être frères.

Les trois frères : Photo

Après avoir cartonné grâce à leurs spectacles et leurs sketchs cultes, Les Inconnus ont fait un tour au cinéma, avec Les Trois Frères. Le célèbre trio a eu raison puisque presque sept millions de spectateurs s’étaient déplacés dans les salles obscures et le film avait remporté le César du meilleur premier film en 1996. Je vais le dire d’entrée : les Inconnus sont mes humoristes préférés et ce film est pour moi cultissime. J’ai beau le connaître par coeur, je ne me lasse pas de le revoir. C’était l’époque où Didier Bourdon, Bernard Campan et Pascal Légitimus avaient encore de l’inspiration. Avant de rédiger ma critique de la suite des Trois Frères, il me paraît normal, voire même obligatoire d’écrire d’abord celle du premier film, non seulement pour que les deux critiques apparaissent à la suite, mais aussi pour rappeler à quel point le trio avait du talent, savait faire rire et réalisait un long-métrage (enfin, ici réalisé « que » par Bourdon et Campan) qui tenait debout et qui avait du mordant. Le film comporte un grand nombre de scènes et de répliques cultes (« les cent patates ! », « c’est abstraaaait », le délire avec les drogues Disney, « putain, on a tué le mort », les trois télés du Millionnaire, « c’est quoi un pédé ? », « je n’veux pas être déguisé en salope ! » etc…).

Les trois frères : Photo

Les trois personnages étaient en eux-mêmes assez énormes. Le premier, Didier, est un homme assez ingrat, prêt à épouser la fille coincée d’un riche raciste. Le second, Bernard, est un comédien raté, qui se vante d’avoir tourné avec Isabelle Adjani dans une version de Casanova douteuse et qui fait la pub dans la rue pour une marque de lessive (« c’est la caca, c’est la cata, c’est la catastrophe ! ») » Enfin, le troisième, Pascal, est vraiment différent de ses demi-frères par sa couleur de peau et est un snob, appréciant l’art abstrait, qui semble avoir réussi sa vie, prêt à avoir une promotion dans son travail. Les trois personnages sont ou deviendront trois losers qui vont enchaîner les situations malheureuses mais qui vont être très attachants. Ils ont leurs défauts mais il y a un moment où on a presque pitié pour eux car on a l’impression que tout ce qui leur arrive n’est pas de leur faute. Même si elle reste classique, l’évolution des personnages est intéressante. Au début chaque personnage est isolé dans sa situation puis les trois protagonistes vont être unis. Plus on approche de la fin, plus le film devient mélancolique et touchant. Le film aborde donc les thèmes de la famille, de la paternité et des liens du sang avec humour tout en dénonçant les nombreux travers de la société française. Il reprend également certains sketchs des Inconnus mais sans qu’on n’ait forcément une impression de recyclage : ils arrivent à s’intégrer naturellement dans l’histoire. Bourdon, Campan et Légitimus sont évidemment impeccables dans les rôles qu’ils se sont attribués. Les seconds rôles sont également tous excellents (Farcy, Semoun, Moreau…) mais on retiendra surtout Antoine Du Merle, vraiment craquant dans le rôle du petit Mickaël.

 Les trois frères : Photo

Publicités

5 réflexions au sujet de « Les trois frères »

  1. De la même époque, je préfère largement La cité de la peur aux Trois frères. Le problème du film des Inconnus c’est qu’au contraire du film des Nuls ils reprennent des gags déjà exploités dans leurs sketchs. Que ce soit le Millionnaire ou les huissiers. L’autre problème est que passer la première partie (jusqu’à leur virée), le film ne passionne plus et part dans un road movie où seul certaines scènes réussissent à prendre comme celle du bar. Mais après j’aime le revoir mais comme je le disais je suis peut être plus proche de l’humour des Nuls.

    J'aime

  2. @ Borat :
    Comme tu le dis, tout dépend de quel humour on se sent le plus proche. Personnellement, j’ai toujours préféré l’humour des Inconnus, même si celui des Nuls me fait rire, mais moins.
    Pour la deuxième partie, je comprends ton avis, je sais que beaucoup ont été un peu déroutés par ce décalage. Pourtant, à force de voir le film, je trouve cette partie bonne, moins drôle certes, mais quand même bonne.

    J'aime

  3. Ce qui ne veut pas dire que je n’aime pas l’humour des Inconnus que j’ai d’abord découvert avant les Nuls. Mais je ne sais pas, je trouve qu’il y a un vrai atout chez les Nuls pour la transgression et le gratuit. Comme avec « Régis est un con » ou « Barbie poufiasse ». Après tout n’est pas bon (c’est comme tous les sketchs de comiques tu as les très bons, les bons et les nuls)mais je préfère l’humour Nuls qui vient chercher chez les ZAZ (les mecs de Y a t-il un pilote dans l’avion pas la chanteuse).

    J'aime

  4. A mon avis, je pense que je préfère les Inconnus parce qu’il me semble que leurs sketchs sont peut-être plus réalistes au fond, en tout cas ça me parle plus. Le côté très absurde des Nuls le montre pour moi moins.
    T’en fais pas, j’avais compris que c’était la punk à chiens qui hurle 😮

    J'aime

  5. Ah ça c’est vrai en revanche. Ils sont plus dans le quotidien, là où les Nuls sont plus dans le visuel et la situation gaguesque.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s