The Grand Budapest Hotel

réalisé par Wes Anderson

avec Ralph Fiennes, Tony Revolori, F. Murray Abraham, Jude Law, Mathieu Amalric, Adrien Brody, Willem Dafoe, Jeff Goldblum, Tilda Swinton, Saoirse Ronan, Tom Wilkinson, Edward Norton, Léa Seydoux, Bill Murray, Owen Wilson, Jason Schwartzman, Bob Balaban, Paul Schlase…

Comédie dramatique américaine. 1h40. 2013.

sortie française : 26 février 2014

The Grand Budapest Hotel

Le film retrace les aventures de Gustave H, l’homme aux clés d’or d’un célèbre hôtel européen de l’entre-deux-guerres et du garçon d’étage Zéro Moustafa, son allié le plus fidèle.
La recherche d’un tableau volé, oeuvre inestimable datant de la Renaissance et un conflit autour d’un important héritage familial forment la trame de cette histoire au coeur de la vieille Europe en pleine mutation.

The Grand Budapest Hotel : Photo Paul Schlase, Ralph Fiennes, Tilda Swinton, Tony Revolori

Le dernier long-métrage du déjanté Wes Anderson, récemment récompensé par le Grand Prix du jury au festival de Berlin, est une belle réussite cinématographique. Inspiré notamment des oeuvres de l’auteur Stefan Zweig, The Grand Budapest Hotel est probablement le film le plus sombre du réalisateur. Il est assez mélancolique, à l’image de l’esprit nostalgique des deux personnages principaux (Gustave et Zero). Cependant, même si le film est émouvant juste comme il faut, comme toujours chez Anderson, on retrouve également un ton parfois léger, mais aussi des scènes utilisant un humour noir et absurde, qui pourront probablement en dérouter certains. L’univers se rapproche parfois de celui de Fantastic Mr Fox, le métrage animé du réalisateur, notamment grâce à l’hôtel qui ressemble à une maison de poupées (et pourtant, ce lieu existe réellement : il s’agit du « Görlitzer Warenhaus », un ancien grand magasin historique d’un centre commercial à la frontière de l’Allemagne, la Pologne et la République Tchèque) ou encore les accélérés des mouvements des personnages. Le film croise également l’univers d’Agatha Christie, grâce au mystère autour d’un meurtre et d’un tableau volé mais aussi grâce à l’environnement aristocratique et la multitude de personnages réunis.

The Grand Budapest Hotel : Photo Saoirse Ronan, Tony Revolori

La mise en scène est précise et le scénario est bien écrit, permettant ainsi de donner beaucoup de rythme mais surtout d’avoir un récit clair alors qu’on pourrait facilement s’embrouiller. Le film séduit également grâce à des répliques grinçantes, à des décors et des costumes incroyablement beaux, qui reconstituent parfaitement l’époque et une atmosphère aristocratique ainsi qu’une excellente musique d’Alexandre Desplat. Wes Anderson a également su réunir une distribution internationale incroyable, qui fait même rêver, même si certains restent peu de temps. On appréciera notamment de découvrir Tilda Swinton méconnaissable avec ses trois tonnes de maquillage et de prothèses. Les deux personnages principaux sont vraiment excellents. Ralph Fiennes joue avec conviction cet homme qui n’a pas évolué avec son temps. Il faut vraiment le voir en V.O. pour apprécier son accent et ses phrases qui donnent cette impression de retour en arrière et de préciosité. Tony Revolori est sûrement une des révélations de cette année cinématographique, incarnant un personnage très attachant, apportant beaucoup de fraîcheur à ce film qui en possède déjà énormément.

The Grand Budapest Hotel : Photo Adrien Brody

Publicités

12 réflexions au sujet de « The Grand Budapest Hotel »

  1. Je crois que tu as tout dit 🙂

    Pour ma part, je mets juste un tout petit bémol sur le côté « défilé de stars ». J’aime ça, mais je trouve que c’est un peu too much parfois, comme s’il fallait absolument caser tout le monde. Bon, OK… moi aussi, je suis geek et j’étais content de voir Bill Murray en coup de vent !

    Non, un très bon film, c’est clair. Je suis fan à 90% – et très admiratif du côté « artisanal » du truc. Cela dit, des Wes Anderson que je connais, je continue de préférer « Moonrise kingdom ». C’est mon côté bisounours.

    J'aime

  2. Je comprends ce que tu veux dire pour le défilé de stars. C’est vrai qu’on sent qu’Anderson met le paquet pour impressionner le spectateur et sûrement pour caser tous ses amis. Maintenant, ça reste amusant et ce n’est pas un défilé qui remplit du vide, donc ici ça ne me dérange pas.
    Par contre, même si je lui reconnais des qualités, j’ai eu du mal avec « Moonrise Kindgom », qui m’a plutôt ennuyée.

    J'aime

  3. C’est cool que tu aies changé de blog surtout si ça déconnait sur overblog. Sinon, pas encore vu ce film mais je le mets dans mes priorités. Ah oui, sur wordpress, mon pseudo est eelsoliver, mais mon vrai pseudo reste aliceinoliver

    J'aime

  4. T’en fais pas, je t’ai déjà connu sous ce pseudo et puis je ne connais pas 3000 mille Olivier fans d’Eels 🙂
    Ah oui, faut voir ce film, un des meilleurs sortis cette année !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s